CD, critique. Giacomo Gorzanis : La Barca del mio amore. La Lyra, Pino de Vittorio (1 cd Arcana).

GORZANIS cd reviex la critique cd par classiquenews La-Barca-Del-Mio-Amore-Napolitane-Balli-E-FantasieCD, critique. Giacomo Gorzanis : La Barca del mio amore. La Lyra, Pino de Vittorio (1 cd Arcana). On se fĂ©licite de voir revivre le label Arcana, sous d’aussi brillantes flammes, crĂ©pitantes, exaltĂ©es, investies comme le rĂ©alise le geste vocal d’un maĂźtre du dire italien, le tĂ©nor Pino de Vittorio. Contrairement Ă  la tartine picturale un rien trop grasse et Ă©paisse qui traite en couverture l’amour de Neptune et d’une naĂŻade bien nourrie (dans un style XVIĂš, mais si provincial ; en fait une toile de Paris Bordone), la lecture de l’interprĂšte brille ici par sa constante nervositĂ© expressive, son mordant picaresque qui rĂ©pond en Italie Ă  la drĂŽlerie fantasque mais si humaine d’un Dominique Visse. De Vittorio dĂ©fend comme peu l’idĂ©e d’un tempĂ©rament Ă  part, se rĂ©vĂ©lant d’autant mieux dans des rĂ©pertoires inĂ©dits et qui semblent taillĂ©s pour son gemme vocal, si atypique.
EnregistrĂ©e n novembre 2017 en SlovĂ©nie, ce programme trĂšs caractĂ©risĂ© vaut surtout par l’incarnation Ă  la fois surexpressive d’un diseur qui maĂźtrise l’articulation de l’italien ancien et baroque. Toujours proche du texte, le chanteur acteur se dĂ©lecte Ă  sublimer la projection du verbe en verve et aussi en dĂ©lire parodique. Au service d’une thĂ©Ăątralisation mesurĂ©e du poĂšme, De Vittorio exalte la saveur souvent hallucinĂ©e des images poĂ©tiques d’un GIACOMO GORZANIS, luthiste et compositeur, auteur Ă  Veise de livres de villanelles (poru le luth) et recueils de « napolitane », alla veneziana (chantĂ©s ou jouĂ©s sur le luth). A l’époque de Titien (gĂ©nie chromatique du XVIĂš, incontournable crĂ©ateur et magicien dans cette Venise qu’a connu Gorzanis entre 1560 et 1571), le compositeur ainsi rĂ©vĂ©lĂ© cultive une plasticitĂ© expressive riche en registres – sensuel, tragique, comique, amoureux et langoureux, fantasque et satirique donc, qui mĂ©ritait une autre image de couverture car le raffinement de sa palette musicale renouvelle aussi l’art du luth qu’il maĂźtrisait parfaitement. Probablement aveugle, Gorzanis naĂźt vers 1530, Ă  Bari dans les Pouilles, Ă  l’époque oĂč Bona Sforza est duchesse de Bari et
 Reine de Pologne. Les engagements de Gorzanis le mĂšne jusqu’en Carniole (actuelle SlovĂ©nie), oĂč se rapprochant des patriciens de Ljublijana, il frĂ©quente la Cour Ă  Graz de l’Archiduc d’Autriche Charles II (auquel est dĂ©dicacĂ© sn Livre II de napolitane de 1571.
Outre la complexitĂ© et l’équilibre des danses transmises selon un format depuis adoptĂ© aprĂšs lui (Passamezzo, pavane, saltarello), ce qui fait la saveur de ce programme c’est Ă©videmment la vocalitĂ  Ă©pineuse et parfois exacerbĂ©e, le timbre buffa, trĂšs individualisĂ© du tĂ©nor qui cultive un vrai sens du thĂ©Ăątre et de la comĂ©die, comique ou tragique, oĂč le texte et son dĂ©lire poĂ©tique expressif sont toujours particuliĂšrement soignĂ©s et mis en avant. Aveugle, Gorzanis a certainement pu comptĂ© sur son fils et son Ă©pouse pour Ă©crire sa musique d’une Ă©vidente ambition poĂ©tique. Terrain propice Ă  une caractĂ©risation subtile de chaque piĂšce vocale, les poĂ©sies retenues et mises en musique par Gorzanis tĂ©moignent du goĂ»t europĂ©ens dans les cours princiĂšres de la fin du XVIĂš : s’y Ă©panche le cƓur de l’amoureux trahi, blessĂ©, solitaire impuissant, marionnette tragico-comique d’une belle fiĂšre, inaccessible et toujours mystĂ©rieuse : toujours, il est sous l’emprise de la belle sirĂšne et sa bouche dĂ©sirable (Basciami con ssa bocca). Picaresque aussi, et prĂ©caravagesque, les petites scĂšnes de drame buffa, convoque une vieille marieuse prĂȘte Ă  tout pour sĂ©duire, capturer et tromper
 De sorte que sous des sĂ©ductions formelles faussement avenantes, se cache une connaissance aiguĂ« de l’ñme humaine, manipulatrice, prĂ©datrice (portait charge de la « maquerelle » dans L’altro giorno mi disse »)
 on imagine aisĂ©ment la portĂ©e Ă©picĂ©e, volontiers provocante et choquante de tels textes chez la bonne sociĂ©tĂ© piquĂ©e d’ainsi s’encanailler ! La rĂ©vĂ©lation mĂ©rite ce disque Ă  l’apport rĂ©el, inĂ©dit. On aimerait en connaĂźtre davantage sur le compositeur europĂ©en Gorzanis, actif dans la 2Ăš moitiĂ© du XVIĂš. A suivre.

————————————————————————————————————————————————

CD, critique. Giacomo Gorzanis : La Barca del mio amore. La Lyra, Pino de Vittorio (1 cd Arcana)

————————————————————————————————————————————————

VOIR en vidéo Pino de Vittorio chanter Sta vecchia canaruta de Gorzanis (2012) :

VOIR AUSSI :

https://www.youtube.com/watch?v=x0GKt9-Ojpw (L’altro giorno mi disse)

Comments are closed.