CD, compte rendu critique. PORPORA : OPERA ARIAS par Max Emanuel Cencic (1 cd Decca)

cencic-porpora-arias-decca-cd-opera-arias-annonce-cd-reveiw-presentation-cd-par-classiquenewsCD, compte rendu critique. PORPORA : OPERA ARIAS par Max Emanuel Cencic (1 cd Decca). Peu Ă  peu se rĂ©vèle l’ampleur des champs lyriques baroques explorĂ©s et dĂ©fendus par le contre-tĂ©nor, plus altiste que sopraniste, Ă  l’agilitĂ© Ă  prĂ©sent maĂ®trisĂ©e dans le medium d’une voix plus large et sombre qu’éclatante. Evolution naturelle, son timbre s’est « tassé » dans le milieu de la tessiture car l’élasticitĂ© et les aigus se sont tendus. Il enregistrait Germanico in Germania, Ă  l’étĂ© 2016 (enregistrement qui garde ainsi la mĂ©moire du festival d’Innsbruck 2015, – belle rĂ©surrection, saluĂ© par CLASSIQUENEWS) ; voici une nouvelle exploration salutaire dans le monde si conventionnel de l’opĂ©ra seria napolitain, oĂą prime surtout la virtuositĂ©, moins la caractĂ©risation. D’ailleurs dans ce GERMANICO rĂ©vĂ©lĂ© (crĂ©Ă© Ă  Rome en 1732), le chant rien qu’agile et pĂ©taradant de la très agile Julia Lezhneva (Ersinda) rappelle tout ce qu’a de finalement limitĂ© un style uniquement orientĂ© par le clinquant, certes magnifiquement mĂ©canisĂ©.

 

 

porpora opera arias CENCIC cd review critique cd par classiquenews 4784833_Cencic_Porpora_Opera_Arias

 

 

Plus trouble, proche toujours du texte et juste dans ses intentions au regard des situations dramatiques et de leur caractère, Cencic dans ce nouveau florilège d’airs d’opĂ©ra de Propora – certains en première mondiale (7 sur 14), rĂ©ussit Ă  nous captiver grâce au mĂ©tal souple et charnel de son timbre mĂŞme tassĂ©. En mars et septembre 2017, et en studio pour Decca toujours, le contre-tĂ©nor croate nĂ© en 1976, ressuscite ou recrĂ©e plusieurs tubes composĂ©s entre 1728 et 1740 pour les citĂ©s lyriques que sont Venise, Naples, Rome, et aussi Dresde… et mĂŞme Londres, oĂą la mĂ©canique virtuose de Porpora fut invitĂ© Ă  grands frais et grands enjeux, pour dĂ©visser l’aplomb du Saxon Haendel / Handel.
Dans la vivacité guerrière conquérante, ou la hargne revancharde voire colérique, le timbre sait scintiller de milles feux. Sans omettre l’alanguissement plus tendre voire intérieur (Filandro : « Ove l’erbetta… ») : la palette des affects / sentiments relève d’une précision systémique, dont l’élève de Porpora, Farinelli, fut le meilleur et légendaire emblème. Malgré l’écriture répétitive d’un Porpora quand même démonstratif, le soliste sait varier et nuancer l’enjeu expressif voire poétique de chaque séquence. Dans ce kaléidoscopes de scènes pastorales et martiales, l’ambitus sombre donc profond de Cencic sait nous captiver donc, d’autant que les instrumentistes d’Armonia Atenea et son chef George Petrou redoublent d’accents âpres et expressifs d’une indiscutable tension ciselée. Passionnant.

 

 

 

———————

CD, compte rendu critique. MAX EMANUEL CENCIC : PORPORA Opera arias (1 cd Decca, 2017).

Comments are closed.