CD, compte rendu critique. Debussy: Pelléas et Mélisande, Kozena, Gerhaher… Rattle / LSO (3 SACD hybrid + 1 Pure Audio Blu-ray LSO janvier 2016)

debussy_profil_430CD, compte rendu critique. Debussy: Pelléas et Mélisande, Kozena, Gerhaher… Rattle / LSO (3 SACD Hybrid + 1 Pure Audio Blu-ray LSO janvier 2016). La riche matière musicale portée par le formidable orchestre de Debussy exprime le monde létal, agonisant d’Allemonde: un vacuum suspendu entre évanouissement et anéantissement. Ce milieu où se fixe un temps, l’impénétrable Mélisande qui ne sait pas ce qu’elle dit, s’inscrit dans le mystère, c’est  comme un trou noir, un temps et un espace inconsistant, qui passe, se transforme, meurt, réapparaît toujours sans forme ni but francs. L’imprécision règne. Toute la direction de Simon Rattle pilotant le somptueux LSO LONDON SYMPHONY ORCHESTRA contient cette couleur permanente de la malédiction et de la disparition. Un monde clos et énigmatique dont pourtant il éclaire le tissu sonore en en révélant la subtile filiation avec l’indéterminé wagnérien, en particulier avec l’étouffante et l’hypnotique texture de Parsifal. Les incroyables cordes du LSO regardent même du côté de la langueur tristanesque. Debusyste et wagnérien, Rattle éblouit littéralement dans ce jeu en résonances multiples qui enrichit considérablement le propos de Debussy sur le plan orchestral. La puissance suggestive des instruments gagne en connotation de mort et en onirisme aussi. C’est bien la toute la réussite de cette version captée sur le vif (janvier 2016) à Londres et est le premier enregistrement du chef comme directeur musical du LSO.

Ce Pelléas in live, était mis en scène avec beaucoup de goût et d’ellipses par Peter Sellars. Mais le travail sonore qui émane de l’enregistrement rend compte de cet univers musical qui aime l’ombre et la pénombre, interstices propices au dévoilement d’hypothétiques secrets.
Au centre de ce théâtre sonore où ce qui se voit ne compte que par ce qu’il cultive l’invisible, la princesse Mélisande, sirène et Prêtresse de ce grand rituel du mystère et de la violence : en elle, par elle se concrétisent les menace et les obsessions que perpétuent de façon impuissante et maladive tous les personnages de cette famille figée, pétrifiée en une langueur immobile.

Subtile plus sombre qu’interrogative, Magdalena Kožená, exprime le venin de l’inéluctable et la morsure de la fatalité, elle aime Pelléas sans l’aimer vraiment et reste d’une épaisseur fascinante dans ces confrontations avec Golaud. Nous sommes a contrario des Mélisande plus lumineuse mais distanciée des récentes Deviehle ou Petibon.

Le Golaud parfois trapu et bestial de Gerald Finley creuse d’autant plus l’impuissante agitation de l’époux de Mélisande que son jeu reste uniforme, comme désincarné, seulement habité par le doute et le soupçon. Il est subtilement hors de l’action et ne comprendra jamais celle qu’il a épousé.
Évanescent entre deux réalités toujours sur le départ, le Pelléas du baryton Christian Gerharer éblouit lui aussi par l’élégance de son chant d’une finesse féline absolument captivante même si parfois le médium éprouvé dans certains aigus, éreinte un français pourtant à l’articulation remarquable.

A l’inverse, Selig inscrit sa prosodie de sépulcre dans ce réseau souterrain à l’activité permanente et invisible, et Fink lectrice de la lettre achève ce tableau des miroitements sourds et crépusculaires.

DEBUSSY-PELLEAS-melisande-simon-rattle-LSO-kozena-gerhaer-finley-critique-review-cd-par-by-classiquenewsCLIC_macaron_2014Seul ombre faillible dans cette fresque des ombragés, d’une rare cohérence, le rôle travesti d’Yniold chanté par le jeune Elias Madlër perce la fascinante toile par des stridences inopportunes et un français pour le moins imprécis. Pour son premier enregistrement comme directeur musical du LSO, Simon Rattle en remarquable dramaturge de l’instant, réussit brillamment l’épreuve de ce feu orchestral, de ce baptême symboliste et onirique puissant où les petits détails pèsent autant que l’architecture globale du psychisme miroitant.

——————

CD, compte rendu critique. Debussy: Pelléas et Mélisande, Kozena, Gerhaher… Rattle / LSO (3 SACD hybrid + 1 Pure Audio Blu-ray LSO janvier 2016)

Mélisande : Magdalena Kožená
Pelléas : Christian Gerharer
Golaud : Gerald Finley
Geneviève : Bernarda Fink
Arkel : Franz-Joseph Selig
Yniold : Elias Madlër
Le Berger / Le Médecin : Joshua Bloom
London Symphony Orchestra
London Symphony Chorus
Direction musicale : Sir Simon Rattle
Enregistré au Barbican Centre, Londres, janvier 2016

3 CD + 1 Blu RAY Pure Audio LSO

Comments are closed.