CD, coffret. Le Panthéon de Lodéon (4 cd Alpha classics)

pantheon de lodeon cd critique presentation critique cd par classiquenewsCD, coffret. Le Panthéon de Lodéon (4 cd Alpha classics). Un goût, une sensibilité musicale se forge à partir d’un corpus fondamental qui regroupe des incontournables : ainsi le propre goût de l’homme de radio et du passeur médiatique Frédéric Lodéon, s’est constitué à partir de ce “panthéon” personnel qui a façonné ses préférences et tailler et ciseler sa propre exigence. Voici les témoignages musicaux qui auront “marqué une vie d’heureux mélomane”. En 4 cd, thématisés, voici donc les must à écouter d’urgence pour affiner sa propre culture musicale, voire perfectionner son goût de mélomane. Au registre des « solistes instrumentaux » (cd1) : voici parmi quelques apôtres inclassables inestimables et d’une justesse artistique légendaire : Heifetz (Saint-Saëns), Rostropovitch (Dvorak), Argerich (Chopin), et le plus récent Andreas Staier, illustre ambassadeur de Soler. En « musique de chambre » (cd2), vous mesurerez tout autant la finesse allusive du Beaux Arts Trio chez Schubert, du même Heifetz et de Casals chez Mendelssohn, du Belcea Quartet chez Beethoven, sans omettre parmi les jeunes, superbes palmes à la jeune génération, le Quatuor Modigliani chez Ravel. le cd3, met en avant la « musique symhonique » : quels sont les chefs et les orchestres d’une prodigieuse sonorité expressive ? Frédéric Lodéon sélectionne Nikolaus Harnoncourt chez Bach ; Karajan et le Philharmoniker de Berlin chez Beethoven, Erich Kleiber et le Wiener Philharmoniker chez Brahms, Marek Janowski et le Philharmonique de Radio France, heureux interprètes de Schumann, enfin musique romantique française oblige, plus berliozien que jamais : Charles Munch et Georges Prêtre à la tête tous deux du Boston Symphony Orchestra… Enfin, parmi les « solistes vocaux », donc les grands chanteurs pour l’éternité : d’abord les plus prévisibles, « évidents » : les Berlioz (Nuits d’été) de la divine et aristocratique Régine Crespin ; la baryton Dietrich-Fischer Dieskau pour les Lieder de Schubert ; José Van Dam pour Wagner ; et le plus solaire et le plus merveilleux, Luciano Pavarotti dans Puccini. Aucune faute de goût. C’est le panthéon Lodéon, un nouveau standard de qualité et d’excellence. Seule réserve et même critique qui manque à l’exhaustivité de cette compilation : aucun “repère” baroque. Ni chanteurs, ni instrumentistes, ni chefs… quelle lacune quand même. Dommage. Voilà une compilation qui constituera cependant une solide fondation pour toute discothèque en devenir. CLIC de CLASSIQUENEWS de décembre 2017.

____________________

CD, coffret : Au Panthéon de Lodéon : 4 cd Alpha classics. Cadeau idéal pour Noël 2017.

Comments are closed.