ANGERS NANTES OPERA, saison 2016 – 2017. Présentation

ANGERS NANTES OPERA, saison 2016 – 2017. La nouvelle saison lyrique défendue par Jean-Paul Davois, directeur général d’Angers Nantes Opéra promet d’être passionnante. Dans un récent grand entretien pour classiquenews, Jean-Paul Davois a longuement expliqué les avantages de l’institution qu’il dirige, comme Syndicat Mixte, jouant avant tous les autres théâtres d’Opéra en France, la carte de la mutualisation régionale, ici entre deux villes, Angers et Nantes pourtant distantes de 100 km, mais aujourd’hui étroitement impliquées, d’autant plus portées avec l’émergence et l’affirmation des possibilités nouvelles de Nantes Métropole. LIRE notre grand entretien “CULTURA” avec Jean-Paul Davois (juin 2016).

 

 

angers-nantes-opera-saison-2016-2017-evenement-festival-operas-lyrique-critique-annonce-presentation-CLASSIQUENEWSEQUILIBRE, PERTINENCE… Souhaitons longue vie à ce fonctionnement exemplaire en France qui place le lyrique au devant de la scène culturelle, non pas tant par les moyens investis que surtout par l’intelligence et le discernement d’une politique artistique toujours aussi passionnante à suivre. La nouvelle saison 2016 – 2017 ne déroge pas à une règle couronnée de nombreux succès et réalisations majeures pour nous. C’est même un cas d’école et l’on se demande même comment Angers Nantes Opéra, doté de moins de moyens financiers que certaines autres grandes maisons (de fait, labellisées “nationales”) assure ainsi chaque saison, une diversité aussi réfléchie, alliant création, équilibre, pertinence, qu’il s’agisse des plateaux sélectionnés (chanteurs, chefs et metteurs en scène), que des sujets et thématiques de réflexion, offerts à l’analyse et à la compréhension de tous les publics, dont en particulier les jeunes spectateurs auxquels sont destinées des actions ciblées de sensibilisation et d’éducation. On se souvient des formidables ateliers, débats, rencontres menés auprès des collégiens autour des thématiques permises par les productions dernières telles La Ville Morte de Korngold (la présence des traces de l’ancienne ville à Nantes, l’ancrage du passé dans la vie actuelle… VOIR notre reportage vidéo : L’opéra pour les lycéens) ou plus proche de nous, les sujets dénonçant la tyrannie et la terreur des systèmes autoritaires tels qu’ils percent dans le premier opéra de François Paris produit en création mondiale (avril et mai 2016), Maria Republica (reportage vidéo complet réalisé par classiquenews.com en mai dernier à Nantes).

LOHENGRIN DE WAGNER… La nouvelle saison d’Angers Nantes Opéra totalise ainsi 6 productions lyriques, chacune marquant manifestement une partie du répertoire musical. Pleins feux d’abord sur Wagner, -rare mais toujours puissant à Nantes et Angers : le dernier spectacle wagnérien concernait la meilleure mise en scène et depuis inégalée d’Olivier Py : Tristan und Isolde et sa formidable machinerie. Ainsi, le 16 septembre à Nantes (La Cité) puis le 20 au Centre de congrès d’ Angers (soit les plus grandes salles de la région), affichent Lohengrin, en version de concert -, une invitation à ne se concentrer que sur l’éblouissante musicalité chambriste de la partition : vrai défi pour l’orchestre appelé à en relever les défis et subtilités (Orchestre national des Pays de la Loire sous la direction de Pascal Rophé). Avec dans les rôles du quatuor vocal central : Daniel Kirch (Lohengrin), Juliane Banse (Elsa) pour le couple “blanc”, Robert Hayward (Talramund) et l’éblouissante Catherine Hunold (Ortrud) pour le couple noir voué au mal. Saluons la scène nantaise et angevine d’offrir un grand rôle à Catherine Hunold, mezzo onctueux, puissant, charnel qui nous avait saisi dans la recréation à Tours de Bérénice de Magnard (VOIR notre reportage vidéo : Bérénice de Magnard, avril 2014), et récemment dans un cd incontournable : Cantates de Paul Dukas dont elle assurait à elle seule la qualité du cycle enregistré / cf. cantate Sémélé de 1889).

LA GUERRE DES THEATRES… Du 30 septembre au 14 octobre 2016, place après le Wagner médiéval, aux querelles des théâtres baroques au XVIIIè, quand La Comédie Française et l’Opéra rivalisent d’imagination pour faire obstruction à la verve piquante et de plus en plus populaire des spectacles de la Foire, c’est à dire de l’opéra comique. La Guerre des Théâtres d’après La Matrone d’Ephèse de Fuzelier (1714) met en scène la rivalité des institutions parisiennes entre elles où jaillit l’essor irrépressibles de l’Opéra-Comique. L’équipe des Lunésiens portée par l’excellent et audacieux baryton Arnaud Marzorati défend une scène drôle, parodique, délirante aussi (associant personnages sérieux français et figures de la Commedia dell’arte) dont le charme tient essentiellement au mélange savoureux des genres. Classiquenews a filmé plusieurs extraits de ce spectacle convaincant qui restitue la genèse difficile de l’Opéra-Comique au XVIIIè.

ORPHEE AUX ENFERS… Dernier spectacle 2016 et pour les fêtes, soit du 22 novembre à Nantes puis du 14 au 18 décembre à Angers, la verve d’Offenbach investit les scènes lyriques des deux théâtres, prolongement évident du Fuzelier impertinent de La Guerre des théâtres. Orphée aux enfers (créé en 1858, révisé en 1874) est un opéra parodique et comique qui égratigne sérieusement les divinités de l’Olympe, grâce au génie d’Offenbach …Sous la direction de Laurent Campellone, et dans la mise en scène de Ted Huffman, plusieurs chanteurs de la génération habituellement “baroqueuse” prennent le chant en main, dessinant de brûlantes et prometteuses individualités : ainsi entre autres, Jennifer Courcier (Cupidon), Mathias Vidal (Aristée, Pluton), Marc Mauillon (Mercure)… ces deux derniers ayant été particulièrement distingués par la rédaction de classiquenews grâce à leur dernier récital / enregistrement discographique, réalisés d’une main de maître (Mathias Vidal : Grands Motets de Mondonville sous la direction de l’excellent chef hongrois György Vashegyi, clic de classiquenews d’avril 2016Marc Mauillon chante le premier bel canto florentin : “li due Orfei”, Caccini et Peri, clic de classiquenews d’avril 2016).

LITTLE NEMO en création... Le propre d’Angers Nantes Opéra chaque nouvelle saison est de nous surprendre avec une nouvelle création ou un ouvrage connu (ou pas) du XXème siècle : début 2017, ne manquez pas ainsi, le nouveau spectacle “pour enfants”, intitulé “Little Nemo“, qui en réalité s’adresse à tous les publics, aux jeunes et à leurs parents… L’opéra inédit revisite le mythe créé entre 1905 et 1914 et sous forme d’un feuilleton dans la presse New Yorkaise, il y a donc presque un siècle… mais ici le jeune héros a grandi et 40 ans plus tard s’interroge sur ce qu’il est devenu (un trader désabusé qui a tué son humanité), ayant perdu à tort ou à raison, son âme d’enfant. L’opéra en création mondiale est mis en musique par David Chaillou sur le canevas dramatique et poétique conçu par Olivier Balazuc et Arnaud Delalande. Première à Nantes, le 14 janvier 2017 (puis 18 et 21 suivants), puis en mars (22 et 24) à Angers.

LES NOCES DE FIGARO… Ils sont les metteurs en scène vedette d’Angers Nantes Opéra grâce à une coopération régulière et qui a produit de superbes réalisations visuelles et dramatiques : Tosca, Falstaff, Le Château de Barbe-Bleue, L’Affaire Makropoulos, plus récemment Don Giovanni et donc, cette saison : Les Noces de Figaro, nouvelle production mozartienne à l’affiche du Théâtre Graslin de Nantes, les 6, 8, 10, 12 et 14 mars 2017, puis à Angers (5,7, 9 avril). Patrice Caurier et Moshe Leiser sont des passionnés de théâtre, habités par le souci du détail, hantés par la cohérence dramaturgique jusqu’au moindre geste. Pour Jean-Paul Davois qui les invite presque à chaque saison, le duo façonne souvent des productions miraculeuses qui touchent par leur cohérence et leur impact psychologique. Leur Don Giovanni la saison dernière avait marqué les esprits par la crudité et la violence dévoilées dans les rapports amoureux et les situations. Lumière directe et blanche, barbarie ordinaire au pied d’une barre d’immeuble où la cage d’ascenseur désigne un désenchantement à l’oeuvre, qu’en sera-t-il pour Les noces, cet opéra des femmes d’après Beaumarchais ?

LA DOUBLE COQUETTE : BAROQUE ET CONTEMPORAIN… Enfin l’ultime production présentée par Angers Nantes Opéra en mai 2017 (10 et 11 à Nantes puis du 15 au 20 mai à Angers) offre un mariage particulièrement réussi entre écriture baroque et écriture contemporaine, fusionnées en un spectacle unique d’une vocalité continue, passionnante. Un disque (Les Troqueurs; La Double Coquette) a même été déjà publié (et critiqué par la Rédaction de Classiquenews) : Gérard Pesson complète dans une style original et complémentaire la partition imaginée au XVIIIè par Antoine Dauvergne (1753), disciple du grand Rameau : La Double Coquette… contre la perversité manipulatrice de son fiancé Damon, l’intelligente Florise n’hésite pas à se travestir (en Dariman) pour mieux perdre l’impudent qui pensait séduire Clarice. On connaît le jeu des illusions et des faux semblants sur l’échiquier amoureux : mais ici la perte des repères et le trouble s’immiscent à mesure que le jeu des écritures musicales, entre Dauvergne et Pesson, intensifie leur imbrication. Cette Double Coquette est aussi une histoire de double écriture… pour le plus grand plaisir du spectateur qui s’en trouve délicieusement trompé. Par l’ensemble sur instruments d’époque, Amaryllis (Spectacle créé en 2014 à Besançon).

 

 

 

Angers Nantes Opéra, temps forts de la saison 2016 – 2017. Toutes les infos et les modalités de réservation sur le site d’ANGERS NANTES OPERA

VOIR aussi notre grand entretien vidéo avec Jean-Paul Davois à propos de la nouvelle saison lyrique d’Angers Nantes Opéra, saison 2016-2017 : préambule : l’opéra c’est de la musique et du théâtre, présentation des 6 productions

 

 

 

DAVOIS-jean-paul-classiquenews-angers-nantes-opera-ANO-582-JPDAVOIS1-copyright-Vincent-Jacques-NBAUTRE SUJET VIDEO avec Jean-Paul Davois : “CULTURA, les professionnels de la culture prennent la parole”, Jean-Paul Davois dresse le bilan culturel en France à  travers Angers Nantes Opéra… Le régime des intermittents : quel accord, quels enjeux ? La réforme des territoires, les subventions, le futur d’Angers Nantes Opéra comme Syndicat mixte dans l’échiquier géopolitique et Nantes Métropole, y-a-t-il une crise de la Culture en France ? … grand entretien politique et culturel par la Rédaction de classiquenews.com

 

 

 

 

2 thoughts on “ANGERS NANTES OPERA, saison 2016 – 2017. Présentation

  1. Pingback: LITTLE NEMO, la nouvelle création choc d’Angers Nantes Opéra | Classique News

  2. Pingback: ANGERS. Little Nemo, nouvel opéra événement | Classique News