AIX 2019 sur ARTE et ARTE concert

aix-en-provence-logo-2015ARTE, Ă©tĂ© 2019 : Aix 2019. 9, 10 et 11 juillet 2019. A l’occasion du festival d’Aix 2019, ARTE diffuse certaines productions, hĂ©las pas les plus prometteuses Ă  notre avis. Quid du Jakob Lenz qui sera l’évĂ©nement de l’annĂ©e, dĂ©couvert par les aixois cet Ă©tĂ©, mais dĂ©jĂ  connue des spectateurs bruxellois (dĂšs 2015)? Sur son antenne, la chaĂźne diffuse le Requiem de Mozart (10 juil) dĂ©naturĂ©, saucissonnĂ©, pour ne pas dire parasitĂ© d’extraits et sĂ©quences musicales hors contexte, dĂ©cidĂ©s par le chef Raphael Pichon et « mis en scĂšne » par un provocateur aux idĂ©es fumeuses
 RomĂ©o Castellucci. Pas sĂ»r que la derniĂšre partition de Wolfgand, la plus spirituelle et intimiste, ne rĂ©siste Ă  un tel chambardement


Enfin sur «  Arte Concert », la chaĂźne retransmet en direct (livestream), Tosca de Puccini (9 juil) version Christophe HonorĂ©, et Mahagony de Kurt Weill (11 juil). A chacun de juger sur piĂšces


Dans le cadre de sa programmation Festivals d’étĂ© Ă  l’antenne et sur ARTE Concert, ARTE retransmet cette annĂ©e trois nouvelles productions en direct du Festival d’Aix-en-Provence 2019.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

> Sur ARTE et sur ARTE Concert : ‹Mercredi 10 juillet à 22h45
En direct du ThĂ©Ăątre de l’ArchevĂȘchĂ© : ‹Requiem de Mozart

DIRECTION MUSICALE : RAPHAËL PICHON‹ – METTEUR EN SCÈNE : ROMEO CASTELLUCCI
AVEC SIOBHAN STAGG, SARA MINGARDO, MARTIN MITTERRUTZNER, LUCA
TITTOTO – ORCHESTRE ET CHOEUR : ENSEMBLE PYGMALION

Le Requiem, par son nom et sa destination premiĂšre, appartient au genre de la musique sacrĂ©e. Mais comme toute oeuvre de Mozart, il est empreint d’une grande thĂ©ĂątralitĂ©, dimension qui n’a pas Ă©chappĂ© au chef d’orchestre RaphaĂ«l Pichon et au metteur en scĂšne Romeo Castellucci. Pour magnifier et souligner les origines du Requiem, RaphaĂ«l Pichon a dĂ©cidĂ© d’insĂ©rer entre les diffĂ©rents mouvements des chants grĂ©goriens et des piĂšces rares de Mozart qui seront interprĂ©tĂ©s par le choeur et l’ensemble Pygmalion. En contrepoint de cette dramaturgie musicale, Romeo Castellucci a imaginĂ© un poĂšme scĂ©nique Ă  la fois simple et puissant, tout en couleurs et en symboles, portĂ© par de nombreux danseurs. LIRE notre critique du Requiem de Mozart / Pichon / Castellucci / Aix en Provence 2019

 
NOTRE AVIS. KERMESSE AIXOISE
 confuse et indigeste. PlutĂŽt qu’une immersion fine et subtile dans le sentiment de perte, de deuil et de dĂ©ploration, avec les Ă©clairs dĂ©jĂ  romantiques qui sont le propre du dernier Mozart (en ses couleurs maçonniques souvent lugubres et profondes), les producteurs de cette triste « kermesse aixoise », nous infligent une sĂ©ance assommante par sa banalitĂ© et sa laideur : Castellucci nous explique images Ă  l’appui que la mort est dans la vie et vice versa. Soit. Mais nous le savions dĂ©jĂ . Du reste l’important n’est pas le sujet. L’espĂ©rance du spectateur et de l’auditeur tient Ă  la maniĂšre dont cela nous est racontĂ©. Dans une sĂ©rie sans liaison de tableaux fortement contrastĂ©s oĂč pointe et gesticule la ronde des paysans folkloriques style Europe de l’Est, l’aventure tombe Ă  plat. En soit les mouvements des chanteurs acteurs danseurs impressionnent mais dans ce chaos plutĂŽt confus voire hystĂ©rique, la musique est assassinĂ©e, tourne en rond ; comme les gestes syncopĂ©s, prĂ©cipitĂ©s se figent comme dĂ©calĂ©s et rĂ©pĂ©titifs, dans une partition qu’ils ne rencontrent jamais. Pour gratiner ce plat indigeste, le chef Pichon ajoute des tranches supplĂ©mentaires entre les sections du Requiem de Mozart : Ɠuvres mozartiennes ou chant grĂ©gorien. D’éclectique qui se cherche, le spectacle devient fourre tout qui implose. Triste et agaçant : Mozart Ă  Aix 2019 est devenu assommant. Un comble.

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

> En livestream sur ARTE Concert ‹Mardi 9 juillet à 21h30
En direct du ThĂ©Ăątre de l’ArchevĂȘchĂ© : ‹Tosca de Puccini

DIRECTION MUSICALE : DANIELE RUSTIONI‹ – MISE EN SCÈNE ET VIDÉO : CHRISTOPHE HONORÉ
AVEC ANGEL BLUE, CATHERINE MALFITANO, JOSEPH CALLEJA, ALEXEY MARKOV,
SIMON SHIBAMBU, LEONARDO GALEAZZI, JEAN-GABRIEL SAINT MARTIN, MICHAEL
SMALLWOOD, VIRGILE ANCELY
ET L’ORCHESTRE DE L’OPÉRA DE LYON (DIRECTION : DANIELE RUSTIONI), LE
CHOEUR DE L’OPÉRA DE LYON (DIRECTION HUGO PERALDO) ET LA MAÎTRISE DE
L’OPÉRA DE LYON (DIRECTION KARINE LOCATELLI)

Tosca : les plus grandes chanteuses lyriques s’y sont consumĂ©es. L’ouvrage met en scĂšne une cantatrice qui perdra son amant rĂ©volutionnaire et sa propre vie, parce qu’elle est d’une jalousie maladive et d’une touchante bigoterie. ProgrammĂ© pour la premiĂšre fois au Festival d’Aix, le chef-d’oeuvre de Puccini y est prĂ©sentĂ© par Christophe HonorĂ© comme une Ă©vocation mĂ©lancolique de la fascinante crĂ©ature de scĂšne et de son qu’est la diva, cette femme qui vit « d’art et d’amour » et sur qui ni le temps ni la mort n’ont prise.

 

 
 
________________________________________________________________________________________________

> En livestream sur ARTE Concert
Jeudi 11 juillet Ă  20h
En direct du Grand ThĂ©Ăątre de Provence : ‹Grandeur et dĂ©cadence de la ville de Mahagonny de Kurt Weill

‹MISE EN SCÈNE : IVO VAN HOVE
SUR UN LIVRET DE BERTOLT BRECHT
DIRECTION MUSICALE : ESA-PEKKA SALONEN
AVEC KARITA MATTILA, ALAN OKE, SIR WILLARD WHITE, ANNETTE DASCH, NIKOLAI
SCHUKOFF, SEAN PANIKKAR, THOMAS OLIEMANS, PEIXIN CHEN
CHOEUR PYGMALION, PHILHARMONIA ORCHESTRA

Tout est permis Ă  Mahagonny. Chacun peut acheter sa part de bonheur dans ce paradis artificiel fondĂ© au beau milieu du dĂ©sert par trois escrocs en cavale. Mais gare aux libres penseurs qui voudraient briser cette illusion
 Avec Mahagonny , Brecht dresse un portrait au vitriol d’un monde capitaliste fondĂ© sur le crime et la dĂ©bauche, tandis que Weill ouvre l’opĂ©ra aux sonoritĂ©s rutilantes du jazz et des chansons de cabaret. Une oeuvre rĂ©solument iconoclaste dont la portĂ©e politique et sociale toujours actuelle sied particuliĂšrement au metteur en scĂšne Ivo van Hove pour sa premiĂšre collaboration tant attendue avec le chef Esa-Pekka Salonen.

 
 
 
________________________________________________________________________________________________

 

 

Comments are closed.