GSTAAD MENUHIN FESTIVAL : Ute Lemper chante Weill, Piaf, Brel… sam 10 aoĂ»t 2019

gstaad-menuhin-festival-2019-PARIS-annonce-prĂ©sentation-classiquenews-582GSTAAD DIGITAL FESTIVAL : rĂ©cital Ute Lemper, sam 10 aoĂ»t 2019. A 19h30, dans l’église de Saanen, lieu emblĂ©matique du Festival, la chanteuse sĂ©ductrice, suave, provocante, Ute Lemper interprĂšte « Cabaret & chansons » avec son orchestre (violon, basse, piano et bandonĂ©on). Le programme revisite la poĂ©sie parfois glaçante du duo Weill / Brecht, mais aussi les classiques de la chanson française et l’esprit de Paris, avec une sĂ©lection de chansons de la mĂȘme Piaf et de Jacques Brel

LIRE la présentation sur le site du GSTAAD MENUHIN FESTIVAL
https://www.gstaadmenuhinfestival.ch/fr/programme-and-location/concerts-2019/gala-today-s-music-10-08-19

lemper-gstaad-menuhin-festival-concert-festival-opera-annonce-opera-critique-classiquenews-gstaad-menuhin-festival

InterprĂšte inspirĂ©e des chansons cabaret mordantes et sensuelles, conçu dans la premiĂšre moitiĂ© du XXĂš par le tandem Brecht-Weill, la chanteuse Ute Lemper ressuscite avec subtilitĂ© la figure lĂ©gendaire de leur crĂ©atrice, Lotte Lenya. Devenue icĂŽne Ă  son tour, grĂące Ă  ses succĂšs scĂ©niques et cinĂ©matographiques, Ute Lemper ajoute Ă  Saanen, et dans la programmation du Festival de Gstaad, une couleur et une saveur spĂ©cifiques. Paris Ă©tant Ă  l’honneur cet Ă©tĂ©, Ute Lemper chante Weill mais aussi Piaf, Brel, FerrĂ© et Gainsbourg, quelques-uns des plus grands noms de la chanson française. Chansons d’Edith Piaf («Elle frĂ©quentait la rue Pigalle», «L’AccordĂ©oniste», «Milord»), Jacques Brel («Amsterdam», «Ne me quitte pas»), LĂ©o FerrĂ©, Serge Gainsbourg et Kurt Weill.

RECITAL Ă  suivre en direct sur le site du GSTAAD MENUHIN FESTIVAL :
https://www.gstaaddigitalfestival.ch

________________________________________________________________________________________________

PrĂ©sentation du rĂ©cital d’Ute Lemper au GSTAAD MENUHIN FESTIVAL 2019 :

WEILL
. Issu d’une famille juive de vieille souche rurale allemande, Kurt Weill cultive le goĂ»t du thĂ©Ăątre lyrique grĂące Ă  son professeur Ferruccio Busoni ; dans le Berlin cosmopolite, avant-gardiste des annĂ©es 1920, il rĂ©invente la forme thĂ©Ăątrale et musicale avec l’homme de thĂ©Ăątre Bertolt Brecht. La scĂšne tend le miroir d’une sociĂ©tĂ© sauvage et corrompue ; parodique, cynique, ironique (de style cabaret grinçant) et souvent onirique, Ă  la fois dĂ©sespĂ©rĂ©e et tendre aussi, l’opĂ©ra selon Kurt Weill renouvelle le genre en rĂ©tablissant l’étroite relation entre opĂ©ra et sociĂ©tĂ©. Weill et Brecht sont des pacifistes sont des pacifistes convaincus ; ils tentent de dĂ©noncer l’horreur Ă  venir de la barbarie nazie, en vain. Mi cabaret, mi sĂ©rieux: le genre thĂ©Ăątral qui Ă©coule de leur riche coopĂ©ration est appelĂ© « Zeitoper ». Grandeur et dĂ©cadence de la ville de Mahagony en 1927, suivi en 1928, de l’OpĂ©ra de quat’sous, sont les plus grands succĂšs thĂ©Ăątraux de l’éphĂ©mĂšre RĂ©publique de Weimar. Les mĂ©lodies de Weill ont ce parfum fascinant d’un monde maudit qui croit encore Ă  sa rĂ©demption.

PIAF
. Edith Giovanna Gassion, enfant pauvre des quartiers populaires de Paris est dĂ©couverte Ă  l’automne 1935 par Louis LeplĂ©e, gĂ©rant d’un cabaret des Champs-ElysĂ©es ; face Ă  sa silhouette fragile mais sa voix d’airain, il ne tarde pas Ă  lui trouver un nom de scĂšne : «la mĂŽme piaf». CĂ©lĂšbre, Piaf lancera Charles Aznavour ou Georges Moustaki. Parmi ses tubes inusables demeurent : « Mon amant de Saint-Jean, La vie en rose, Hymne Ă  l’amour, Padam, Rien de rien, La foule, Milord, Non, je ne regrette rien  », autant d’airs devenus Ă©ternels, souvent repris, mais jamais Ă©galĂ©s depuis leur crĂ©ation par Piaf.

BREL
.Autre icĂŽne de la chanson française, le Belge Jacques Brel qui fut un formidable auteur-compositeur, acteur-interprĂšte de ses propres chansons, rapidement entrĂ©es dans la lĂ©gende, et qui inspirent d’autres crĂ©ateurs tels David Bowie, Mort Shuman, Leonard Cohen, mais aussi les chanteurs Ray Charles, Frank Sinatra, Nina Simone  « Quand on n’a que l’amour, Ne me quitte pas, Amsterdam, Les Vieux  » sont devenus cultes et lĂ©gendaires.

________________________________________________________________________________________________

Prochain Live streaming du GSTAAD MENHIN FESTIVAL 2019 :

26 août 2019 : SCHUBERT IN BAD GASTEIN : Le pianiste Francesco Piemontesi brille avec la 17e Sonate.  https://www.gstaaddigitalfestival.ch

________________________________________________________________________________________________

A VOIR aussi au GSTAAD MENUHIN FESTIVAL. Il se passe toujours un Ă©vĂ©nement Ă  Gstaad l’étĂ©. EXPOSITION «80 ANS DE  BARTÓK À SAANEN» 
 AU KLEINES LANDHAUS À SAANEN ET SOUS LA TENTE DU FESTIVAL .
BĂ©la BartĂłk a sĂ©journĂ© Ă  Saanen en aoĂ»t 1939 et y a composĂ© en un temps trĂšs court son Divertimento pour orchestre Ă  cordes, sa troisiĂšme commande de Paul Sacher. Le chef et mĂ©cĂšne bĂąlois a mis Ă  sa disposition le Chalet Aellen, et le compositeur s’est exĂ©cutĂ© en deux semaines seulement; la politique d’émigration alors en vigueur l’a ensuite obligĂ© Ă  quitter l’Oberland bernois comme un fugitif. L’exposition prĂ©sentĂ©e par le GSTAAD MENUHIN FESTIVAL 2019 retrace ce sĂ©jour Ă  Saanen et l’amitiĂ© entre BartĂłk et Sacher au travers de documents issus des collections de la Fondation Paul Sacher.

AGENDA
 Dimanche 11 aoĂ»t 2019 : 16 h30 Vernissage de l’exposition au Kleines Landhaus Ă  Saanen avec introduction par Dr. Felix Meyer, directeur de la Fondation Paul Sacher de BĂąle, suivi d’un apĂ©ritif.
12–15 aoĂ»t 2019 : L’exposition au Kleines Landhaus Ă  Saanen est ouverte tous les jours de 16 h Ă  19 h, entrĂ©e libre.
16 aoĂ»t – 6 septembre 2019 : DĂšs le 16 aoĂ»t, l’exposition se dĂ©place sous la tente du Festival de Gstaad et est visible les soirs de concert.