Cd Ă©vĂ©nement, critique. «  TUHU » : GAËLLE SOLAL, guitare (1 cd Eudora, 2019)

SOLAL gaelle guitare TUHU villa lobos review cd critique classiquenews audoraCD Ă©vĂ©nement, critique. «  TUHU » : GAËLLE SOLAL, guitare (1 cd Eudora, 2019). Quelle serait la quintessence du spleen brĂ©silien ? En voici un remarquable proposition. L’album concrĂ©tise tout une dĂ©marche personnelle et intime cultivĂ©e autour des partitions de Villa-Lobos ; la guitariste GaĂ«lle SOLAL est mĂȘme parti au BrĂ©sil pour y dĂ©couvrir comment est vĂ©cue la musique du compositeur brĂ©silien, comment elle est jouĂ©e (entre autres au sein des « roda », ces rondes de musiciens que se forment par affinitĂ©s autour d’une table Ă  Rio
) et ce qui perpĂ©tue son hĂ©ritage. Il en dĂ©coule cet album « Tuhu », (prononcer tou-hou / et qui signifie « petite flamme »), surnom donnĂ© Ă  Villa-Lobos par sa mĂšre (par ce que l’enfant avait la passion des trains) ; et aussi dernier mouvement de la Suite composĂ©e par Roland Dyens en hommage au BrĂ©silien.

Le programme suit les jalons d’un parcours tissĂ© de riches rĂ©fĂ©rences et filiations, d’hommages et de transcriptions (du piano Ă  la guitare), avec des « relectures » ou rĂ©appropriations surprenantes voire enthousiasmantes: ainsi le Choro de Pixinguinha, hommage particuliĂšrement raffinĂ© Ă  Villa-Lobos, lui-mĂȘme compositeur fascinant de ChĂŽros, emblĂšme de l’ñme carioca. Ainsi surtout la relecture (adaptation) que rĂ©alise GaĂ«lle SOLAL elle-mĂȘme de Brejeiro (« espiĂšgle ») d’Ernesto Nazareth, prĂ©texte Ă  un dĂ©veloppement propre dĂ©sormais Ă  la guitare (d’aprĂšs l’original pour piano) ; la guitariste ajoute intros, codas et une impro pour la partie centrale mineure (extension qui n’existe pas chez Nazareth). MĂȘme processus transcriptif rĂ©gĂ©nĂ©rateur la Saudade de Dyens, hommage au BrĂ©sil et Ă  Villa-L. Cas particulier, le PrĂ©lude n°2 de ce dernier (appartenant au cycle des 5 PrĂ©ludes) Ă©voque l’enfant de Rio au moment oĂč il reçoit la passion de la musique en dĂ©couvrant les musiciens (guitaristes) des rues.

La guitariste Gaëlle Solal joue Villa-Lobos & friends
Hommage poétique à Heitor dit « Tuhu »

 

Outre le choix des piĂšces qui forment une collection pertinente d’airs pour la guitare, le geste de l’interprĂšte sĂ©duit immĂ©diatement.
La guitariste visiblement trĂšs inspirĂ©e conduit l’auditeur en un parcours jalonnĂ© de perles au charme indiscutable, contrastĂ©, Ă©vocateur. C’est d’abord la puissance de feu, la digitalitĂ© Ă©ruptive de l’hommage de R Dyens Ă  Villa-Lobos (VL) ; puis la grande tendresse nostalgique mais pas sombre de Carinhoso de Pixinguinha, idĂ©alement enchaĂźnĂ©e avec le trĂšs cĂ©lĂšbre et irrĂ©sistible ChĂŽros n°1 de VL, invitation chaloupĂ©e Ă  l’ñme carioca et brĂ©silienne, piĂšce originale pour guitare qui fait la passerelle avec l’ami pianiste et compositeur Ernesto Nazareth auquel est dĂ©diĂ© cette piĂšce mythique : en rĂ©sonance, Nazareth Ă©crit « Brejeiro » (ici arrangĂ© par la guitariste) en miroir du ChĂŽros n°1, avec une vitalitĂ© dansante, une sorte de marche heureuse qui sĂ©duit immĂ©diatement.
CLIC D'OR macaron 200D’un bout Ă  l’autre, on dĂ©guste et savoure le sens des phrasĂ©s suggestifs, le chant murmurĂ© de GaĂ«lle Solal, son laisser-faire, ses points de tension et de dĂ©tente, enchaĂźnĂ©s, rĂ©solus avec un sens naturel vĂ©ritablement chorĂ©graphique (mĂȘme qualitĂ© pour le PrĂ©lude n°2 de Villa-Lobos); fluide, d’une articulation tĂ©nue, prĂ©cise, son Villa-Lobos n’est jamais vraiment mĂ©lancolique comme peut l’ĂȘtre la piĂšce qui suit « Constance » de Guinga. Tout s’écoule en un flux qui respire et dĂ©voile des Ă©clairs intĂ©rieurs, introspectifs, oĂč la vie secrĂšte, intime se rĂ©solve d’elle mĂȘme avec une sĂ©rĂ©nitĂ© Ă  toute Ă©preuve (Mazurka-ChĂŽro de VL). Et mĂȘme sa « Tristorosa » garde toujours une lumiĂšre intacte d’une couleur pudique et intime, admirable. Et s’il ne devait demeurer qu’un seul air ici magnifiquement rĂ©alisĂ©, avouons notre prĂ©fĂ©rence pour l’ineffable caprice « Schottish-ChĂŽro », fragment de la Suite Populaire BrĂ©silienne de Villa-Lobos, toute en finesse, chant lumineux, suggestive facĂ©tie mesurĂ©e. CLIC de CLASSIQUENEWS NoĂ«l 2020.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Cd Ă©vĂ©nement, critique. «  TUHU » : GAËLLE SOLAL, guitare (1 cd Eudora, 2019) – (Parution digitale : 4 dĂ©c 2020 – sortie physique le 11 dĂ©cembre 2020). CLIC de classiquenews NoĂ«l 2020.

 

ACHETER le cd “Tuhu” / Villa-Lobos & friends par GaĂ«lle SOLAL, guitare (1 cd Eudora)

LIRE aussi notre annonce du cd TUHU par Gaëlle SOLAL (1 cd Eudora)

 

 

 

TEASER vidéo du cd TUHU par Gaëlle SOLAL :

 

 

CD Ă©vĂ©nement, annonce. « TUHU » : GAËLLE SOLAL, guitare (1 cd Eudora, 2019)

SOLAL gaelle guitare TUHU villa lobos review cd critique classiquenews audoraCd Ă©vĂ©nement, annonce. «  TUHU » : GAËLLE SOLAL, guitare (1 cd Eudora, 2019)  -  Tuhu / “petite flamme”, c’est le surnom que la mĂšre de Villa-Lobos donnait Ă  son cher fils, lui-mĂȘme passionnĂ© par les locomotives
 Le titre de l’album de la guitariste GaĂ«lle Solal tisse un superbe hommage aux musiques de Heitor Villa-Lobos, gĂ©nie de l’ñme brĂ©silienne que la guitariste française a ressenti au plus prĂšs, en particulier aprĂšs un sĂ©jour dĂ©cisif au BrĂ©sil, Ă  Rio (entre autres): de filiations en rĂ©fĂ©rences, de transcriptions en relectures, GaĂ«lle Solal captive par un jeu crĂ©pitant, ivre de soleil et virtuose en rythmes contrastĂ©s, enchaĂźnĂ©s, parfois rĂ©Ă©crits. Le programme du cd « Tuhu » offre mille nuances sonores, suavement brĂ©siliennes : il confirme l’étonnante facultĂ© de la guitare ainsi maĂźtrisĂ©e Ă  exprimer tous les savants mĂ©tissages qui tissent ici un fabuleux journal intime. Roland Dyens, Pixinguinha, Nazareth, CLIC D'OR macaron 200Guinga, Jobim forment une « roda » imaginaire, tous rĂ©unis autour d’un Villa-Lobos Ă©ternellement inspirant. Pleine critique Ă  venir dans le mag cd, dvd, livres de classiquenews.com (Parution digitale : 4 dĂ©c 2020  -  sortie physique le 11 dĂ©cembre 2020). CLIC de classiquenews NoĂ«l 2020.

 

 

 

 

TEASER VIDEO :

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

CD. Mickael Viegas, guitare. COMPLETE GUITAR WORKS of HEITOR VILLA-LOBOS (2 cd Paraty, 2015)

Lobos Villa heitor villa lobos Viergas Mickael guitare works complete review critique cd classiquenews VIERGAS Mickael cd paraty Titelive_3760213650351_D_3760213650351CD. COMPLETE GUITAR WORKS of HEITOR VILLA-LOBOS (2 cd Paraty, 2015). VoilĂ  l’intĂ©grale pour guitare de Heitor Villa-Lobos, soit 25 piĂšces magistrales qui contiennent tout le raffinement chorĂ©graphique du BrĂ©sil moderne ; une suavitĂ© immĂ©diatement gorgĂ©e de soleil, une apparente insouciance bienheureuse, une vitalitĂ© subtilement articulĂ©e, chaloupĂ©e par la guitare aux canevas rythmiques souvent stupĂ©fiants de Mickael Viegas (ChĂŽros n°1, en ouverture du cd1). GESTE EXPERIMENTAL POUR INTEGRALE HISTORIQUE. L’approche se double d’un projet esthĂ©tique personnel, celui ambitieux de restituer toute la parure harmonique d’origine dont a pu s’enticher le compositeur mais que son Ă©criture pour l’instrument a malheureusement rĂ©duit, Ă©purĂ© “tragiquement” en raison des limites techniques de la guitare seule ou de l’instrumentiste d’alors : pour palier telle limitation et pourtant jouer toutes les notes, l’enregistrement ose ici superposer parfois, quand cela est exigĂ©, plusieurs parties de la mĂȘme guitare et de façon cohĂ©rente puisqu’il s’agit de la mĂȘme main : collage habile, plutĂŽt superposition heureuse dont la polyphonie labyrinthique, et vertigineuse (effet de locomotive de l’Etude 4, annonçant la frĂ©nĂ©sie de la derniĂšre Etude 12) impressionne par sa sauvagerie pourtant millimĂ©trĂ©e ; le travail de l’ingĂ©nieur pour un montage aussi pĂ©rilleux a dĂ» ĂȘtre aussi difficile et dĂ©licat que le jeu premier saisi sur le vif du guitariste… ; virtuose et flexible, d’une grĂące parfois allusive, – proche de la harpe, la guitare de Mickael Viegas honore son dĂ©fi (Etude n°2) dont les cascades de notes enchaĂźnĂ©es avec une prodigalitĂ© trĂšs prĂ©cise, produisent cette saturation harmonique par rĂ©sonance d’une intensitĂ© saisissante. C’est mĂȘme comme si une guitare dĂ©doublĂ©e jouait simultanĂ©ment comme Ă  Ă© voix Ă©gales (Etude n°5) : l’assemblage des couches relĂšve de l’expĂ©rimentation sonore d’une Ă©vidente richesse artistique ; pour l’auditeur, c’est un bĂ©nĂ©fice Ă©trangement spatialisĂ© aux performances pourtant inĂ©dites; on comprend qu’ici, la libertĂ© recrĂ©ative de l’interprĂšte, soucieux du format et de l’Ă©quilibre global joue comme un alchimiste, un orfĂšvre des rĂ©glages ; le guitariste rend ainsi un hommage Ă  Villa-Lobos, plus qu’il ne joue ses partitions ; car il a fallu parfois rĂ©orchestrer, ou mĂȘme adapter des transpositions que Villa-Lobos a validĂ©es, celle de son Ă©lĂšve et disciple, JosĂ© BrandĂŁo, qui transposa beaucoup de piĂšces de son maĂźtre pour piano : il en dĂ©coule une fureur souvent Ă©lectrique mais associĂ©e comme nous l’avons dit Ă  un sens de la chorĂ©graphie inouĂŻe (ivresse pleine de panache de l’Etude n°7). L’Etude la plus longue (n°11) sĂ©duit moins par ses accents tĂ©nĂ©breux, que sa carrure rythmique Ă©tonnante et ses suspensions plus mystĂ©rieux, instants de respiration d’une prodigieuse profondeur. Le geste du guitariste s’y affirme avec une grĂące peu commune.

Inspiré par Villa-Lobos, le guitariste Mickael Viergas nous offre une intégrale qui fait date

GUITARE EXPERIMENTALE

TrĂšs inspirĂ© par tant de matiĂšre primitive, d’une Ă©nergie Ă  peine contenue, lave dont il entretient comme le feu sacrĂ©, le guitariste trĂšs convaincant, et douĂ© d’une intelligence imaginative exceptionnelle, ose aussi complĂ©ter des partitions rĂ©cemment retrouvĂ©es mais fragmentaires comme la Valsa Concerto n°2 (inhumĂ©e Ă  la BibliothĂšque de Sao Paolo) et dont Mickael Viegas restitue Ă  sa maniĂšre tout la derniĂšre sĂ©quence que Villa-Lobos avait amorcĂ©e. La facultĂ© du guitariste Ă  insuffler l’esprit du gĂ©nie musical, Ă  l’entretenir comme d’une flamme tĂ©nue, Ă  en produire tout un cycle ardent de mĂ©lodies fugaces reste impressionnant. La fulgurance rejoint ici la subtilitĂ©.
CLIC_macaron_2014MĂȘme terrible enchantement dans le cd 2, vĂ©ritable miracle de gestion musicale, en particulier dans l’Ă©difice des 5 PrĂ©ludes dont le premier, vĂ©ritable sommet de toute la littĂ©rature pour guitare, affirme le puissant tempĂ©rament poĂ©tique de l’interprĂšte qui en restitue donc Ă  deux guitares assemblĂ©es, – grĂące Ă  l’ingĂ©nierie de l’enregistrement et l’audace des collages que nous avons Ă©voquĂ©s, toute la nouvelle polyphonie jaillissante. Un Ă©coulement qui semble improvisĂ© mais tellement naturel, d’une constante et prodigieuse rĂȘverie. Chapeau bas. Le programme est Ă©blouissant et la modalitĂ© de sa rĂ©alisation, d’une audace revivifiante. CLIC de CLASSIQUENEWS de mars 2016.

CD, compte rendu critique. CLIC de CLASSIQUENEWS de mars 2016. Heitor Villa-Lobos : complete guitar works. Intégrale des oeuvres pour guitare. Mickael Viegas, guitare (2 cd Paraty 125139). Enregistré en mars 2015 au Portugal.

VIEGAS cd