Cd, critique. PIRON : VASTA Reine de BordĂ©lie (1773) – Almazis (1 livre-cd Maguelone)

VASTA-almazis-cd-livre-critique-annonce-classiquenews-cd-par-classiquenewsCd, critique. PIRON : VASTA Reine de BordĂ©lie (1773) – Almazis (1 cd Maguelone). Au dĂ©but de ce drame Ă©rotique, la Reine de BordĂ©lie, Vasta congĂ©die son amant Vit-Molet (Prince de la cour) en raison de sa mollesse qui lui fait perdre un temps prĂ©cieux
 Frappart, le capitaine des gardes saura, lui, rĂ©pondre Ă  ses demandes
 A moins qu’un prince Ă©tranger (Fout-six-coups) ne se montre plus convaincant
 La « tragĂ©die » d’Alexis Piron assemble en rĂ©alitĂ© un matĂ©riau musical et lyrique empruntĂ© Ă  divers auteurs du XVIIIĂš dont Pancrace Royer (extraits de ZaĂŻde), Lemaire, Abeille (ActĂ©on), surtout Rameau (ouverture de PlatĂ©e), Mondonville (IsbĂ©), Benda, 
 sans omettre la lyre tragique française Ă  sa source, Lully (Atys). InspirĂ© par son sujet, Iakovos Pappas sĂ©lectionne un catalogue de textes paillards Ă  l’érotisme raffinĂ© qu’il accompagne lui-mĂȘme et dont il a Ă©crit les arrangements pour les voix (Vive les cons, le siĂšge de l’ñme, le pot de chambres, la sodomie, les cheminĂ©es
). S’il n’était les rĂ©fĂ©rences Ă©rotiques, toutes les situations dramatiques et lyriques sont bien celles d’un hĂ©roĂŻsme tragique et parfois sanglant habituel sur la scĂšne de l’AcadĂ©mie royale (cf. la mort de Conille, fille de Vasta ; ou le sort rĂ©servĂ© Ă  Vit-Mollet par Fout-six-coups, comme en atteste le rĂ©cit de Vit-en-l’air, scĂšne II, Acte III). Au final c’est l’ardeur et l’endurance de Fout-six-coups, prince Ă©tranger, porteur d’un sang neuf, rĂ©gĂ©nĂ©rateur, que Vasta cĂ©lĂšbre devant sa cour.
A travers les pĂ©pites savoureuses de textes trĂšs inspirĂ©s, s’écoule le nerf tragique le plus Ăąpre, tendu, mordant. Dans cette arĂšne, oĂč les mots guerriers et barbares ont troquĂ©s le lieu des batailles pour les draps de l’alcĂŽve, on mesure avec quel souci du dĂ©tail, avec quel soin pour le sens du texte, et pour la cohĂ©rence du drame, les musiciens rĂ©unis autour du clavecin de Iakovos Pappas, s’ingĂ©nient Ă  incarner et rendre palpitant chaque sĂ©quence.

CLIC D'OR macaron 200JouĂ© Ă  la BNF en avril 2018, le programme trouve un second souffle au studio qui articule encore davantage les moteurs de la provocation, surtout l’expression d’une pensĂ©e libre, imaginative, souveraine dans sa verve dĂ©lirante et poĂ©tique. Le chef et directeur d’Almazis cĂ©lĂšbre en vĂ©ritĂ© l’acuitĂ© de la langue française, celle du baroque Alexis Piron, chansonnier vert et cru. Tous les hommes valent par la taille et l’endurance de leur membre ; toutes les femmes sont prĂȘtes Ă  tout pour s’y abandonner sans retenue. Elles ont le rire gras, et la posture complice. Eux redoublent de malice, de saillies satiriques, de nuances parodiques
 En Conille, Delphine Guevar (et son « Con goulu »), comme Elizabeth Hernandez (dans le rĂŽle titre), relĂšvent parfaitement les dĂ©fis de leurs parties, avec un plaisir manifeste, dans l’expressivitĂ© comme l’intelligibilitĂ©. D’autant que leurs partenaires et tous les musiciens jouent des notes comme les vers des textes choisis, avec une finesse savoureuse. Il faut infiniment de maĂźtrise des caractĂšres (tragique, hĂ©roĂŻque, langoureux, lacrymal
) pour ressusciter cette mosaĂŻque dĂ©lurĂ©e d’instants cocasses et goguenards, d’une fantaisie sans limite, qui dĂ©voilant le tabou, offre un vent rafraĂźchissant contre le puritanisme moderne et l’hypocrisie ambiante. On sait grĂ© Ă  Iakovos Pappas et sa troupe engagĂ©e de rĂ©tablir ce baroque piquant, expĂ©rimental, imprĂ©visible et dĂ©licieusement impertinent
 Ă  mille lieues des recrĂ©ations actuels dont le sĂ©rieux et le noble registre ont fini par asphyxier toute audace et tout esprit d’invention. Le baroque choisi ici souffle l’esprit de Voltaire : il lui faut de la libertĂ© et de l’art. Tout ce que nous offre l’opĂ©ra conçu par Iakovos Pappas dans son insolence policĂ©e. IrrĂ©sistible.

 
 
 
 
 
 

——————————————————————————————————————————————————

VOIR un extrait vidĂ©o de VASTA, Reine de BordĂ©lie, 1773 – extraits du spectacle donnĂ© Ă  la BNF BibliothĂšque National de France, en avril 2018.
https://www.youtube.com/watch?v=iIzsuzZUDag

 
 
VOIR LE TEASER VASTA,  reine de BordĂ©lie, tragĂ©die Ă©rotico-lyrique d’Alexis Piron (1773)
Ensemble Almazis – Iakovos Pappas / Co rĂ©alisation BibliothĂšque Nationale de France
https://vimeo.com/301819639  

VASTA-reine-de-bordelie-iakovos-pappas-teaser-video-classiquenews-critique-cd

 

https://vimeo.com/301819639  
 
 
 
 
 
 

——————————————————————————————————————————————————

yakovos pappasENTRETIEN avec Iakovos PAPPAS, Ă  propos de VASTA, Reine de BordĂ©lie, 1773
 Le 23 novembre 2018 paraĂźt le nouvel album d’Almazis : « Vasta, Reine de BordĂ©lie », tragĂ©die Ă©rotico-lyrique d’Alexis Piron. A partir de textes du XVIIIĂš, le chef et claveciniste, dĂ©fricheur impertinent, poursuit un travail souvent percutant / pertinent sur les sources baroques. En associant baroque et Ă©rotisme, Iakavos Pappas renoue avec l’instinct dĂ©fricheur des plus grands « baroqueux », 
 en dĂ©coule un drame d’un nouveau genre, oĂč lĂ  encore, textes et musique, drame et poĂ©tique sont indissolublement liĂ©s. LIRE notre entretien avec IAKOVOS PAPPAS

 
 
 

almazis-vasta-iakovos-pappas-vasta-concert-annonce-critique-classiquenews-582

 
 
 

VASTA, Reine de Bordélie. Entretien avec IAKOVOS PAPPAS / ALMAZIS

VASTA-almazis-cd-livre-critique-annonce-classiquenews-cd-par-classiquenewsVASTA, Reine de BordĂ©lie. Entretien avec IAKOVOS PAPPAS, directeur musical et fondateur de l’ensemble Almazis. Le 23 novembre 2018 paraĂźt le nouvel album d’Almazis : « Vasta, Reine de BordĂ©lie », tragĂ©die Ă©rotico-lyrique d’Alexis Piron. A partir de textes du XVIIIĂš, le chef et claveciniste, dĂ©fricheur impertinent, poursuit un travail souvent percutant / pertinent sur les sources baroques. En associant baroque et Ă©rotisme, Iakavos Pappas renoue avec l’instinct dĂ©fricheur des plus grands « baroqueux », 
 en dĂ©coule un drame d’un nouveau genre, oĂč lĂ  encore, textes et musique, drame et poĂ©tique sont indissolublement liĂ©s. Ils questionnent la forme musical, l’intention du texte, le sens d’une situation dramatique. Entre irrĂ©vĂ©rence, provocation mais pertinence, Iakovos Pappas rĂ©tablit la qualitĂ© suprĂȘme du baroque : sa vitalitĂ© critique. Ainsi Vasta 2018 est le fruit attendu d’une gestation longue et reportĂ©e (amorcĂ©e dĂšs 2003) qui n’a pas manquĂ© Ă©videmment, dans notre sociĂ©tĂ© bienpensante, puritaine et ouatĂ©e, de susciter refus et incomprĂ©hension
 Entretien exclusif.

   

 

almazis-vasta-iakovos-pappas-vasta-concert-annonce-critique-classiquenews-582  

 
——————————————————————————————————————————————————

 

 

CLASSIQUENEWS : Quels sont les critÚres qui vous ont permis de sélectionner textes et musique pour ce nouveau programme ? 

yakovos pappasIakovos PAPPAS : Je crois que mon goĂ»t pour le rire est le principal critĂšre ; le constat aussi d’un raidissement moral gĂ©nĂ©ral et des relents d’intolĂ©rance trĂšs inquiĂ©tants. D’autre part l’ennui causĂ© par des programmations d’une tristesse Ă  faire mourir instantanĂ©ment, m’ont Ă©galement dĂ©cidĂ© Ă  exploiter ce rĂ©pertoire pour la plus grande rĂ©probation de la sainte biensĂ©ance baroqueuse, prĂŽnant la puretĂ© artistique.
Vasta est l’aboutissement de rĂ©flexions et de recherches durant une vingtaine d’annĂ©es, ce qui doit constituer le plus long projet de la musique dite baroque. DĂ©jĂ  en 1998, nous prĂ©parions avec Philippe LĂ©naĂ«l dans le cadre du feu « Printemps des Arts de Nantes », une sorte de joute-en-spectacle : opposer PhĂšdre de Racine Ă  Vasta de Piron ; une levĂ©e de boucliers au sein mĂȘme du conseil d’administration eut raison de notre trĂšs grand enthousiasme. Vous comprendrez alors que je suis extrĂȘmement reconnaissant auprĂšs de MM. Jean-Loup Gratton et François Nida qui permirent, par leur impeccable accueil au sein de la BibliothĂšque de France, d’achever cette longue aventure.
 

   

 

CLASSIQUENEWS : Qu’est-ce qui prĂ©serve la cohĂ©rence de l’ensemble ?

Iakovos PAPPAS : En tout cas ni l’argent, ni le pouvoir ; je n’ai ni l’un ni l’autre.
Il se pourrait que les artistes avec lesquels je collabore, trouvent satisfaction Ă  ce que je ne demande rien que je ne pourrais rĂ©aliser moi-mĂȘme ; si vous voulez je suis mon propre cobaye. Peut-ĂȘtre la cohĂ©rence est prĂ©servĂ©e par l’absence de rapports de pouvoir ; je ne fais pas la musique pour assouvir des frustrations en traitant chanteurs et instrumentistes avec la morgue d’un roitelet.

   

 

CLASSIQUENEWS : L’effectif instrumental requis et les chanteurs apportent quels Ă©clairages sur le sens et le dramatisme des Ɠuvres ?

Iakovos PAPPAS : Pour un projet radical et exceptionnel, il faut une Ă©quipe exceptionnellement douĂ©e et capable d’une expression radicale.
Concernant les chanteurs, qui sont aussi et surtout des acteurs chantants, il n’y a pas beaucoup Ă  dire ; quant Ă  l’effectif, il est imposĂ© par les besoins de Vasta, piĂšce principale de la production ; enfin rien sauf l’impĂ©rieuse nĂ©cessitĂ© des qualitĂ©s requises extrĂȘmement rares, surtout prĂ©sentement : une absence trĂšs poussĂ©e de scories petit-bourgeois-bien-rangĂ©. Cette distribution obligĂ©e ne fut pas un fardeau mais au contraire l’occasion d’expĂ©rimentations trĂšs fertiles : je fus obligĂ© de revoir
les piĂšces Ă  l’origine Ă  une voix, tels « Le pot de chambre », et « Si vos cheminĂ©es, Mesdames »  en les mettant en plusieurs voix.
La partie instrumentale en revanche a Ă©normĂ©ment Ă©voluĂ© depuis la crĂ©ation de la premiĂšre version en 2003. A l’époque, il n’y avait que la basse-continue pour soutenir tout le spectacle ; ce qui fut herculĂ©en. Il m’a paru nĂ©cessaire, si on voulait atteindre le postulat d’une efficacitĂ© radicale, d’ajouter quelque chose qui manquait aux origines, et qui rendrait nos travaux justes et parfaits, du point de vue de l’expression bien sĂ»r ; ainsi naĂźtra l’idĂ©e d’ajouter un prologue, et un divertissement ; utiliser Ariane Ă  Naxos de G. Benda (d’aprĂšs une version pour quatuor Ă  cordes du XVIIIe siĂšcle) pour transformer des scĂšnes en mĂ©lodrame. L’accompagnement musical ajouta quelque chose de trouble et mĂȘme d‘inquiĂ©tant : faut-il rire, faut-il pleurer pendant les deux scĂšnes des messagers ? Il y aurait beaucoup Ă  dire sur ces rapports qui se crĂ©ent dans le cadre du mĂ©lodrame.

   

 

CLASSIQUENEWS : Quel érotisme se précise à travers ce programme ?  Est-on proche de Sade ou des LumiÚres ? Dénotez-vous une lecture parodique voire satirique à travers le prétexte dramatique ?

Iakovos PAPPAS : Bannissons une rumeur tenace au sujet du mouvement appelĂ© « les LumiĂšres » : du point de vue de la sexualitĂ©, les coryphĂ©es de ce mouvement sont aussi loquaces que les carpes. Ils semblent restĂ©s, telle est mon estimation, dans leur Ă©tat de petits bourgeois guindĂ©s. Lisez Voltaire et Montesquieu, les hĂ©rauts prĂ©sumĂ©s des libertĂ©s sociales : l’article sur la femme et sur la pĂ©dĂ©rastie du premier dans son Dictionnaire Philosophique de 1764 (oĂč il n’est question que peu de philia) ; l’article intitulĂ© Crime contre nature de l’Esprit des Lois (Livre XII, chapitre 6) du second. Nous sommes trĂšs Ă©loignĂ©s de l’esprit qui rĂšgne dans Vasta ou La Comtesse d’Olonne (que nous enregistrĂąmes au dĂ©but des annĂ©es 2000) ou La Nouvelle Messaline ou encore Caquire.
L’esprit des piĂšces choisies est trĂšs loin de celui qui rĂšgne dans les ouvrages de Sade. Toutes les piĂšces que nous lĂ»mes sont remplies d’un esprit insinuant, de sel fin, moqueur. A l’opposĂ© des Ă©crits de De Sade, l’acte sexuel n’a pas une fonction punitive ; il n’y a ni viol, ni esprit blasphĂ©matoire, ni athĂ©isme, et sĂ»rement pas une apologie du meurtre ; rire est plus important que discourir sur l’existence de Dieu. En mĂȘme temps il y rĂšgne un esprit parodique assez sanglant concernant souvent des auteurs du grand style devenus dĂ©jĂ  classiques, inĂ©vitablement les Corneille et les Racine.

   

 
  

 

CLASSIQUENEWS : En quoi ce programme original et inĂ©dit est-il emblĂ©matique d’Almazis ?

Sans vouloir me vanter, je dirai que cette question est tautologique : par postulat Almazis est une formation qui se pose au-delĂ  des clivages de coquetteries esthĂ©tiques ordinaires, et Ă©prouve une aversion viscĂ©rale pour les collections d’objets enfermĂ©s sous cloches de verre et plongĂ©s dans du formol.

   

 

Propos recueillis en novembre 2018.

 
 

 
 

——————————————————————————————————————————————————

   

 

 

vasta-almazis-classiquenews-annonce-critique-cd-entretien-iakovos-pappas-582  

 
CD, Ă©vĂ©nement. VASTA, REINE DE BORDELIE, tragĂ©die Ă©rotico-lyrique d’Alexis PIRON. Almazis, Iakovos Pappas (1 cd Maguelone)
. Parution le 23 novembre 2018. PRESENTATION DU CD : « Vasta, Reine de BordĂ©lie (1773) ou le ThĂ©Ăątre Gaillard ». Quels sont les grands poĂštes tragiques du XVIIIĂš, de la mort de LOUIX XIV Ă  1789 ? Il semble qu’aprĂšs la tension morale des tragĂ©dies de Corneille et de Racine au XVIIĂš, le XVIIIĂš s’allĂšge, s’enivre mĂȘme de comĂ©dies plus lĂ©gĂšres, de ballets afriolants, de spectacles hybrides, mi comiques mi impertinents et toujours satiriques
 Autant de rĂ©alisations lĂ©gĂšres et libertines, et rime avec plaisir et libĂ©ration Ă©rotique. Ce sont pour la majoritĂ© des partitions d’une libertĂ© formelle que le XIXĂš puritain a pris soin d’étouffer, d’effacer, d’ignorer.
InspirĂ© par la rencontre de la musique, de la poĂ©sie et du thĂ©Ăątre, l’ouvrage d’Alexis PIRON nous offre un visage des rĂ©alisations poudrĂ©es voire kitsh que l’on nous sert familiĂšrement. Iakovos Pappas et son ensemble Almazis nous offrent un regard direct sur cette libertĂ© de pensĂ©e et de chanter propre Ă  la sociĂ©tĂ© inventive d’avant 1789 : libertinage, Ă©rotisme ont pour tĂ©moin privilĂ©giĂ©.. la musique. Ici une chanson Ă  boire valeur de fugue, 
 les usages populaires ou nobles sont inversĂ©s, croisĂ©s, mĂ©tissĂ©s. La chanson paillarde du XVIIIĂš a un charme souvent irrĂ©sistible car propre au XVIIIĂš français, l’écriture en est toujours raffinĂ©e, Ă©lĂ©gante, d’une finesse que Almazis ressuscite avec impertinence et vivacitĂ©. Critique du CD VASTA / ALMAZIS Ă  venir dans le mag cd dvd livres de CLASSIQUENEWS