Compte-rendu, Festivals. Les 24, 25 et 26 janvier 2016. Valletta International Baroque Festival 2016.

Festival international de musique baroque de La ValletteMALTE, Festival international de musique baroque de La Vallette. Les 24, 25 et 26 janvier 2016. Valletta International Baroque Festival 2016.  3 ILES DE REVE AU SUD DE L’EUROPE. Malte est un paradis insulaire à moins de 100 km au sud de la Sicile et à 2h40 de Paris en avion. Si La Vallette porte le nom d’un illustre chevalier français, bâtisseur de la ville fortifiée, véritable rempart contre l’Islam (grand siège de 1565), les habitants parlent l’anglais, langue officielle aux côtés du Maltais. L’idée d’un festival de musique baroque (inaugurée en 2013 : 2016 en marque la déjà 4ème édition) est d’autant plus naturelle à La Vallette, la cité historique des Chevaliers de l’Ordre de Malte que l’événement s’intègre parfaitement au lieu. Adéquation subtile et idéale qui réalise ce que toute ville rêve un jour, pour son éclat, son rayonnement, l’enrichissement de sa vie culturelle, de proposer, selon l’équation magicienne : musique et patrimoine. Le quartier historique déploie en ordre raisonné ses rues parfaitement parallèles, agencement propre à l’esprit des cités idéales de la Renaissance d’où jaillissent les bâtiments spectaculaires devenus écrins des concerts. Certains sont dissimulés, derrière les façades urbaines, et presque imperceptibles d’un regard rapide, tel le superbe Teatru Manoel (créé en 1731, décor du XIXè), salle à l’italienne aux proportions désignées pour le récital intimiste et le concertant baroque ; d’autres affichent clairement le faste de leur décor d’une somptuosité rare, ainsi la Co-Cathédrale Saint-Jean qui accueille elle aussi chaque édition, un concert de musique sacrée dont les arabesques fines et aériennes jouent avec la splendide voûte peinte par le peintre local, Mattia Preti, caravagesque calabrais devenu chevalier (comme Caravage, autre figure majeure de l’art pictural au XVIIè, mais à la différence de son prédécesseur, Preti connut une gloire continue et fut même enterré dans la Co-Cathédrale).

la-valette-malte-vignette-carreLe Festival joue ainsi un double jeu : musical et visuel fort, où l’architecture, les arts décoratifs et la peinture se trouvent associés en une combinaison inoubliable. Certains Festivals joue la carte d’une thématique fédératrice qui fortifie encore l’unité d’une programmation habilement déployée dans un lieu offrant un nombre varié de salles (ainsi certains événements savent remarquablement illustrer la thématique sacrée dans des églises particulièrement adaptées, voyez par exemple Cuenca en Espagne, perle architecturale de la région de Castilla-La Mancha, à moins d’une heure de Madrid, le modèle pour nous des festivals de musique religieuse, de surcroît au moment de la Semaine Sainte, avant Pâques). Malte sans thématique clairement identifiée, joue savamment de sa richesse architecturale, des lieux variés, d’une secrète et très efficace alchimie qui en fait aujourd’hui, une destination obligée pour tout mélomane curieux et exigeant.

5386103236_24735fd79fVILLE ECRIN. A Malte, le gothique et la Renaissance se trouvent mêlés au baroque qui comme à Rome, signifie l’essor de la ville dans la modernité. La pierre dorée, qui rappelle le minéral sublimé du château de Versailles caressé par les derniers feux solaires, affiche clairement la somptuosité d’une ville tournée vers l’activité hospitalière et guerrière de l’ordre des Chevaliers (Knights of Malta) ; toutes les portes, les croisements de rues, les fontaines et les statues portent insignes, emblèmes, écussons d’un patricien devenu chevalier, serviteur et prince à la fois. La Vallette prochaine capitale européenne de la culture en 2018 (Valletta 2018), porte un soin spécifique à l’embellissement de son patrimoine qui sera demain, l’objectif rêvé du touriste soucieux d’esthétisme et de culture.

 

 

CONCERTS et SITES DE CULTURE. Le succès du Festival baroque de Malte tient aussi à son rythme spécifique : un nombre concerté d’événements et d’offres musicales qui permet au festivalier de prendre le temps de visiter la ville et ses environs, car Malte regorge de sites d’une incroyable richesse. A quelques km de La Vallette, c’est Mdina, autre joyau architectural qui est une citadelle où siège la vrai Cathédrale (lieu de l’évêché) et elle aussi, écrin pour l’art de Preti. Ne manquez pas non plus de visiter face à La Vallette, le quartier de Birgu, sur l’autre rive : un dédale de ruelles d’une pureté architecturale exceptionnelle, et encore, peu connu des touristes.

Lors de notre (première) présence à La Vallette, à l’occasion du Festival musical (Valletta International Baroque Festival 2016) conçu par son directeur artistique, le britannique Kenneth Zammit Tabona, le cycle des concerts proposés met en valeur à chaque fois, le caractère de chaque lieu investi. C’est d’abord le 24 janvier 2016 au Teatru Manoel, un récital Vivaldi par le très “punchy” ensemble britannique sur instruments anciens, La Serenissima ; le collectif instrumental est gorgé de vitalité martiale et d’une entrain complice évident qui piloté par son leader, le violoniste Adrian Chandler, exprime toutes les arêtes vives des Quatre Saisons vivaldiennes, aux côtés de ses Concertos pour basson, d’une rare éloquence à la fois virtuoses et climatiques.

Le lendemain, 25 janvier, place aux splendeurs dorées de la Co-Cathédrale Saint-Jean : où les chapelles décorées par les nations réunies autour du maître autel (Maison de France, d’Auvergne, d’Aragon, d’Allemagne…) rivalisent de raffinement et d’extravagances somptueuses. Après avoir contemplé les deux Caravage exposés à l’écart dans le musée de la Cathédrale (la Décollation de Saint-Jean Baptiste – le Saint de l’église) et le Saint-Jérôme – sublime portrait du traducteur de la Bible (Vulgate) dans sa retraite ascétique, le festivalier a pris place sous la voûte de Pretti pour assister à un programme rare (“Du Treuer Gott”), collection de Cantates de JS Bach (mises en regard avec Buxtehude), sélectionnées avec soin par Philippe Herrewghe (ici accompagné par son ensemble Collegium vocale Gent) qui en révèle l’architecture tout aussi élaboré que la Co-Cathédrale, mais avec un feu tout intérieur, un art ciselé des équilibres voix / instruments ; où le chÅ“ur astucieusement réparti de part et d’autre dans le choeur, fait jaillir l’exceptionnelle ultime Cantate BWV 101 (Nimm von uns, Herr, du Treuer Gott), portique ascensionnel entre tragique et espérance où les voix solistes de Dorothee Mields, Damien Guillon et Peter Kooij) étincellent (Duetto de la 101), apportant dans cet écrin éblouissant, la pointe vive d’un raffinement et d’une justesse poétique, irrésistibles.  Le programme de ce magnifique concert sortira en disque à l’automne 2016.

L’ORCHESTRE DU FESTIVAL (VIBE). Le projet musical défendu in loco par le directeur artistique Kenneth Zammit Tabona s’accompagne surtout d’une initiative musicale spécifique inscrite sur le long terme et qui en constituant pour chaque programmation, un orchestre sur instruments anciens, implique les forces vives maltaises, jeunes instrumentistes passionnés par l’interprétation baroque. Ainsi est né le VIBE, Valletta International Baroque Ensemble ; au soir du 26 janvier 2016, dans la Cathédrale anglicane Saint-Paul (le Saint de la cité), les musiciens défendent un programme éclectique dont la diversité des compositeurs choisis en dit long sur l’intensité des sessions de travail préliminaires au concert : un défi pour les jeunes instrumentistes de l’orchestre du Festival. L’énergie là aussi est le facteur stimulant d’un collectif qui apprend l’écoute, la complicité, mais aussi une adaptabilité entre les styles requis, selon l’oeuvre abordée : emblèmes d’une belle vivacité généreuse, l’entrain de la Symphonie de Boyce (Symphony 2) et surtout, découverte 2016, – aboutissement des recherches favorisées par le Festival pour exhumer les trésors oubliés / méconnus, le fabuleux Concerto n°1 de Wassenaer, aux aspérités et raffinement climatiques d’une expressivité rare, digne de Vivaldi. Rien n’égale à Malte, l’expérience du festivalier mélomane. Le séjour à La Vallette permet une éblouissante concentration de découvertes  culturelles ; c’est une pause inoubliable pour savourer la culture d’une île qui combine de façon singulière Orient et Occident. Le plus petit état de l’Union Européenne mérite absolument d’être visité, parcouru, vécu. Evidemment au moment du festival de musique baroque à La Vallette : tous les habitants vous le diront, c’est en hiver qu’il faut aussi découvrir la culture maltaise, sans la chaleur parfois brûlante de l’été, surtout au moment de notre séjour, fin janvier donc, quand chaque rue de La Vallette, prépare les festivités pour la fête de Saint-Paul, spécifiquement célébré soit chaque 10 février, fête nationale qui commémore le naufrage de Paul à Malte, épisode relayé dans les Actes des Apôtres en 60 après JC. Visiter le site du festival Baroque international de La Vallette, Malte / Valletta International Baroque Festival

 

 

 

malte office de tourisme logoREUSSIR VOTRE SEJOUR, informations pratiques. Si les français ont laissé de très nombreux souvenirs de leur séjour sur l’île, l’anglais est la 2è langue officielle de Malte. Un atout pour se faire comprendre partout, y compris hors des villes plus touristiques.
Organisez votre séjour grâce au site dédié : www.visitmalta.com/fr

CLASSIQUENEWS recommande …. Pendant notre séjour à La Vallette, nous avons particulièrement apprécié pour l’hébergement (situé dans le cÅ“ur du quartier historique), le Boutique hôtel, Palazzo Saw Paul, situé à quelques minutes à pieds de tous les lieux du festival – Location d’appartements – site : www.livinginvalletta.com

Chaque été, Malte met à l’honneur son plus célèbre chanteur lyrique, ambassadeur de Malte dans le monde, Joseph Calleja né à Malte, à l’occasion d’un concert en plein air (juillet : “Joseph Calleja live in Concert”), en général sur l’île de Gozo…