CD. Cyril HuvĂ©, piano. Liszt : Carnets d’un Pèlerin (1 cd La Grange aux pianos)

liszt-carnets-d-un-pelerin-cyril-huve-piano-steinweg-1875-classiquenews-compte-rendu-critique-mars-2015CD. Cyril HuvĂ©, piano. Liszt : Carnets d’un Pèlerin (1 cd La Grange aux pianos). Programme dense mais Ă©quilibrĂ©, en 7 stations, qui puise ces bornes expressives dans deux recueils : “Seconde annĂ©es de pèlerinage – Italie” et “Harmonies poĂ©tiques et religieuses” (pour BĂ©nĂ©diction de Dieu dans la solitude et FunĂ©railles). EnregistrĂ© dans son antre, au Pays de Georges Sand, dans la Grange aux pianos en aoĂ»t 2011 (oĂą il organise et accueille un festival de PentecĂ´te aussi), Cyril HuvĂ© exprime les dĂ©lices suggestifs souvent Ă©noncĂ©s dans un murmure Ă  peine articulĂ©, portĂ© et comme traversĂ© par un frĂ©missement soudain, celui produit par une rĂ©vĂ©lation. Cheminement promis Ă  des visions de plus en plus spirituelles, chaque sĂ©quence dit ici, effectivement, le poĂ©tique et le religieux. Le pianiste joue sur l’ampleur symphonique du piano Steinweg requis pour l’enregistrement. SonoritĂ© puissante mais jamais dure, ronde et mordante Ă  la fois qui assure la carrure et l’aspiration mystique de chaque Ĺ“uvre. Le doute haletant (Il Penseroso), la volontĂ© de l’indicible et le lugubre ensorcelant qui cultive l’Ă©tat d’endormissement souhaitĂ©. Cyril HuvĂ© balance d’un Ă©tat de conscience Ă  un autre, en un jeu qui enveloppe et berce (rĂ©sonances dĂ©jĂ  wagnĂ©riennes du mĂŞme Penseroso).
L’amour et ses brĂ»lures innerve l’itinĂ©raire plus choatique, exaltĂ©, passionnel du Sonnet de PĂ©trarque n°104 : ivresse panique du transi amoureux dĂ©muni, dĂ©pendant totalement de sa chère et inaccessible Laura… l’interprète cultive la rĂ©sonance des accords, laissant un temps d’incertitude mais aussi d’accomplissement et d’inĂ©luctable dans un jeu profond et intĂ©rieur qui sait respirer.

 

 

Pour le premier disque de son propre label, Cyril Huvé se révèle convaincant

Mystique lisztéenne

 

CLIC_classiquenews_2014La conception est claire et structurĂ©e pour BĂ©nĂ©diction de Dieu dans la solitude au calme spirituel progressif. L’Ă©tape la plus dĂ©veloppĂ©e (plus de 16mn) avec Après une lecture de Dante (presque 18mn) permet au jeu de s’Ă©panouir pleinement rĂ©alisant une somptueuse plĂ©nitude qui inspire un toucher de plus en plus doux et vaporeux pour exprimer le scintillement aĂ©rien grandissant qui s’achève en un ruissellement liquide immatĂ©riel. Les signes tangibles vers la lĂ©vitation. Le choix du Steinweg de 1875 paraĂ®t particulièrement bĂ©nĂ©fique grâce Ă  sa sonoritĂ© charpentĂ©e et structurĂ©e, ronde et puissante, ses harmonies naturelles, ses aigus crĂ©pitants.
MĂŞme pĂ©nĂ©tration suggestive particulièrement pour le lugubre vaporeux de FunĂ©railles qui envoĂ»te littĂ©ralement par son balancement harmoniquement presque irrĂ©solu…, son allure de marche inexorable et dĂ©sespĂ©rĂ©e et sa lente prière dĂ©chirĂ©e, dĂ©chirante. L’approfondissement spirituel y Ă©clate en Ă©clairs et tempĂŞtes, dĂ©voilant les climats paniques du Pèlerin dĂ©muni. La lutte intĂ©rieure que Cyril HuvĂ© exprime, rĂ©ussit particulièrement ici. Le pianiste se fond dans l’esprit insatiable et insatisfait de Liszt, portĂ©e par une ardente et dĂ©vorante quĂŞte spirituelle.

Le dernier morceau de ces Carnets d’un Pèlerin se referme sur la houle tout autant prenante d’Après une lecture de Dante… Cyril HuvĂ© sait enflammer l’Ă©nergie brute que suscitent les images dantesques. Jaillissements de gravitĂ©, ombres mouvantes, sorte de tourbillon en implosion, bain primaire qui concentre les forces primordiales et les contient sans les contenir, voici le grand chaudron magique et fantastique Ă  la(dĂ©)mesure du grand Liszt, conteur en diable, capable seul, de faire jaillir d’un tumulte, un murmure enchantĂ© criblĂ© de nouveaux scintillements Ă©perdus. Aucun doute Cyril HuvĂ© confirme dans ce premier cd inaugurant son propre label, ses affinitĂ©s lisztĂ©ennes dans ce rĂ©cital très abouti.

Franz Liszt : Carnets d’un Pèlerin. Cyril HuvĂ©, piano Steinweg 1875. EnregistrĂ© en aoĂ»t 2011 dans le Berry, 1 cd La Grange aux pianos GAP01

 
 

CONCERT Ă  Paris

Cyril Huvé fête le centenaire Alexandre Scriabine, salle Gaveau, mardi 3 mars 2015, 20h30.