Hahn à Saint-Etienne : recréation du Marchand de Venise, 1935

HAHN reynaldo_hahn_2015_Saint-Etienne, OpĂ©ra. Hahn : Le Marchande Venise, 27-31 mai 2015. Mini festival Reynaldo Hahn en France, Ă  l’OpĂ©ra Comique en mai : reprise de Ciboulette ; c’est aussi le Marchand de Venise Ă  Saint-Etienne (dans le cadre de son Cycle Massenet dont Reynaldo Hahn fut l’élĂšve), ouvrage clĂ© crĂ©Ă© en mars 1935, dans lequel le compositeur ami de Proust et de Sarah Bernhardt s’essaie au grand genre 
 L’usurier assidu pratiquant des taux extravagants (la garantie est la propre chair de ses dĂ©biteurs) et qui surtout a la haine de ceux qui le mĂ©prise (Antonio justement aristocrate mĂ©lancolique et chrĂ©tien), tire un malin plaisir Ă  Ă©prouver ses “proies” par l’argent. Ainsi Shylock Ă  Venise est-il le pilier de l’action du Marchand de Venise dans la piĂšce de Shakespeare. Donc Antonio emprunte 3000 ducats au Juif pour les prĂȘter Ă  son ami Bassanio lequel a besoin ainsi de liquiditĂ©s pour sĂ©duire la belle Portia (rĂŽle Ă©crit pour Mary Garden, qui avait crĂ©Ă© auparavant en 1902, l’Ă©crasant rĂŽle de MĂ©lisande dans PellĂ©as et MĂ©lisande de Debussy).

Entretemps d’autres prĂ©tendants attentent Ă  l’intimitĂ© de Shylock en enlevant la propre fille du vieillard soupçonneux : Jessica (comme les intrigants de la Cour du Duc de Mantoue enlevant la fille de Rigoletto, Gilda dans l’ouvrage de Verdi)
 conspiration, sĂ©duction, sadisme aussi par l’argent et Ă©videmment haine souterraine (entre juifs et chrĂ©tiens). Tout cela enrichit l’action de l’opĂ©ra de Reynaldo Hahn dont la complexitĂ© raffinĂ©e et l’élĂ©gance mozartienne subjuguent toujours.

shylock jessica venise shakespeare reynaldo hahnL’auteur de Ciboulette redĂ©finit ici la langue de l’opĂ©ra – au moment oĂč Enesco livre son Oedipe, fresque nĂ©matique, austĂšre et un peu raide. Ni wagnĂ©riste, ni debussyste ni faurĂ©en, ni rien du tout, 
 seul et puissamment original, Reynaldo Hahn prĂ©fĂšre renouer avec la comĂ©die de Wolfgang, celle de Don Giovanni oĂč les sĂ©quences de pur enchantement amoureux n’empĂȘchent pas l’accomplissement du drame le plus noir (la piĂšce de Shakespeare est un procĂšs contre la figure du juif avare, paranoĂŻaque, certes implantĂ© Ă  Venise mais qui cultive sa dĂ©testation des vĂ©nitiens, et sait se faire dĂ©tester d’eux). Alternant le lĂ©ger et le cynisme parfois aigre et tragique (vertiges des couples amoureux, solitude amĂšre de l’usurier : sous la baguette de Philippe Gaubert, c’est la basse lĂ©gendaire AndrĂ© Pernet, acteur subtil, qui crĂ©e le rĂŽle de Shylock), Hahn, dans sa langue spĂ©cifique, aquarellĂ©e, aĂ©rienne, subtile et colorĂ©e, d’un fini instrumental souvent irrĂ©sistible, retrouve le rythme mĂȘme de l’opĂ©ra mozartien : dans les contrastes entre les Ă©pisodes, il exprime la nature contradictoire et troublante de la vie elle-mĂȘme qui fusionne indistinctement dĂ©fis, Ă©preuves, souffrance et solitude, mais aussi extase, entente, espoir.

Les critiques de Hahn lui reprochent son inconsistance, sa superficialitĂ© : lui, l’amoureux de l’ordonnance versaillaise serait-il de facto incapable de profondeur ? C’est bien Ă  cette question essentielle que nous conduit la recrĂ©ation du Marchand de Venise en mai 2015 Ă  l’OpĂ©ra de Saint-Etienne. PiĂšce anodine mais bien ficelĂ©e, ou drame mozartien, shakespearien et romantique
 tout Ă  la fois ? RĂ©ponse Ă  l’OpĂ©ra de Saint-Etienne les 27, 29,31 mai 2015.

 

 

 

 

boutonreservationLe Marchand de Venise Ă  l’OpĂ©ra de Saint-Etienne
Saint-Etienne, Opéra. Les 27, 29, 31 mai 2015
Durée : 3h45mn (entracte compris)

 

 

Avec : Gabrielle Philiponet (Portia), Isabelle Druet (Nerissa), Pierre Yves Pruvot (Shylock), Bassanio (Guillaume Andrieux)

Orch. Symphonique Saint-Etienne Loire
Franck Villard, direction. Arnaud Bernard, mise en scĂšne

La distribution solide, promet de belles caractĂ©risations, surtout viriles : Pierre-Yves Pruvot est l’un des meilleurs barytons dramatiques actuels, il devrait incarner un superbe Shylock (haineux et humain), et le jeune Guillaume Andrieux, encouragĂ© entre autres par Jean-Claude Malgoire vient de chanter PellĂ©as Ă  Tourcoing en mars 2015, comme il avait recrĂ©Ă© le rĂŽle d’Aben Hamet avec le mĂȘme JC Malgoire en mars 2014


Illustrations : Reynaldo Hahn ; Dessin représentant Shylock et Jessica (DR)