La nouvelle Flûte Enchantée de Mozart à Aix sur Arte

shikaneder papageno-magic-flute-mozartArte, mercredi 9 juillet 2014, 20h50. Mozart: La flĂ»te enchantĂ©e.  Aix 2014. Grand invitĂ© du festival d’Avignon, le britannique Simon McBurney met en scĂšne une nouvelle FlĂ»te enchantĂ©e pour le festival d’Aix en Provence.  L’homme de thĂ©Ăątre ex Ă©lĂšve Ă  Cambridge avec sa petite amie d’alors Emma Thompson est passĂ© par Paris puis rĂ©cemment a triomphĂ© dans la cour des papes en Avignon en 2012 dans une adaptation du MaĂźtre et Marguerite de Boulgakov.  Partenaire au thĂ©Ăątre de Juliette Binoche,  Simon McBurney explore le labyrinthe de la psychĂ© humaine comme son pĂšre archĂ©ologue avant lui, retourne et creuse les strates terrestres pour y rĂ©vĂ©ler les vĂ©ritĂ©s enfouies.  La FlĂ»te mozartienne aixoise saura-t-elle nous dĂ©voiler ainsi un peu de nous mĂȘme? De toute Ă©vidence, cette nouvelle FlĂ»te aixoise plonge dans un monde souterrain qui Ă©carte d’emblĂ©e, la poĂ©sie enfantine, l’innocence promise Ă  une initiation symbolique… Mozart rencontre Shikaneder et sa troupe d’acteurs comĂ©diens Ă  Salzbourg, actif sur la scĂšne du thĂ©Ăątre de la ville Ă  l’hiver 1780. Les deux hommes se lient d’amitiĂ©. Ayant ouvert son propre thĂ©Ăątre Ă  Vienne, Shikaneder prĂ©sente en novembre 1789, son Oberon, roi des elfes, dans un dispositif empruntant Ă  l’opĂ©ra et au thĂ©Ăątre (comĂ©die populaire ou Singspiel) et dont il Ă©crit le texte : l’ouvrage sera la source de La FlĂ»te EnchantĂ©e, le dernier opĂ©ra de Mozart, crĂ©Ă© en 1791 (au mĂȘme moment que son dernier opĂ©ra seria : La ClĂ©mence de Titus). Lire notre prĂ©sentation complĂšte de La FlĂ»te enchantĂ©e de Mozart, nouvelle production aixoise 2014.

arte_logo_2013Les mises en scĂšne se succĂšdent sur le chef d’oeuvre du dernier Wolfgang : dĂ©calĂ©es, actualisĂ©es, classiques, Ă©gyptiennes, dĂ©pouillĂ©es, avec machineries. Depuis Bergman au cinĂ©ma, l’opĂ©ra a conquis le coeur d’une trĂšs large audience. RĂ©vĂ©lant aussi cet art suprĂȘme du compositeur sur le mode de la tendresse, de l’innocence recouvrĂ©e (les trois garçons dans leur nacelle guident Tamino dans son pĂ©riple). Qu’en sera-t-il Ă  Aix sous la direction scĂ©nique du britannique Simon McBurney ? Sur instruments d’époque, La FlĂ»te aixoise 2014 rĂ©unit une distribution de tempĂ©raments nouveaux
 RĂ©ponse sur Arte, le 9 juillet 2014 dĂšs 20h45.

 

Nouvelle Flûte Enchantée de Mozart à Aix sur Arte

shikaneder papageno-magic-flute-mozartArte, mercredi 9 juillet 2014, 20h50. Mozart: La flĂ»te enchantĂ©e.  Aix 2014. Grand invitĂ© du festival d’Avignon, le britannique Simon McBurney met en scĂšne une nouvelle FlĂ»te enchantĂ©e pour le festival d’Aix en Provence.  L’homme de thĂ©Ăątre ex Ă©lĂšve Ă  Cambridge avec sa petite amie d’alors Emma Thompson est passĂ© par Paris puis rĂ©cemment a triomphĂ© dans la cour des papes en Avignon en 2,012 dans une adaptation du MaĂźtre et Marguerite de Boulgakov.  Partenaire au thĂ©Ăątre de Juliette Binoche,  Simon McBurney explore le labyrinthe de la psychĂ© humaine comme son pĂšre archĂ©ologue avant lui, retourne et creuse les strates terrestres pour y rĂ©vĂ©ler les vĂ©ritĂ©s enfouies.  La FlĂ»te mozartienne aixoise saura-t-elle nous dĂ©voiler ainsi un peu de nous mĂȘme? Mozart rencontre Shikaneder et sa troupe d’acteurs comĂ©diens Ă  Salzbourg, actif sur la scĂšne du thĂ©Ăątre de la ville Ă  l’hiver 1780. Les deux hommes se lient d’amitiĂ©. Ayant ouvert son propre thĂ©Ăątre Ă  Vienne, Shikaneder prĂ©sente en novembre 1789, son Oberon, roi des elfes, dans un dispositif empruntant Ă  l’opĂ©ra et au thĂ©Ăątre (comĂ©die populaire ou Singspiel) et dont il Ă©crit le texte : l’ouvrage sera la source de La FlĂ»te EnchantĂ©e, le dernier opĂ©ra de Mozart, crĂ©Ă© en 1791 (au mĂȘme moment que son dernier opĂ©ra seria : La ClĂ©mence de Titus).

 

 

 

MOZART_Opera_portrait_profilMozart sur le texte de Shikaneder, compose La FlĂ»te enchantĂ©e au printemps 1791, affine l’instrumentation (si subtile) Ă  l’étĂ© 1791. L’Ouverture et la fameuse marche des PrĂȘtres seront terminĂ©es 2 jours avant la premiĂšre (30 septembre 1791) oĂč Shikaneder assurait le rĂŽle de l’oiseleur Papageno. Des tĂ©nĂšbres (de l’ignorance) vers la lumiĂšre (de la sagesse), l’action de La FlĂ»te emprunte les Ă©tapes (Ă©preuves) d’une initiation (ou d’un rituel maçonnique). Le temple Ă©gyptien, cadre des prĂȘtres et du sage Sarastro, y cĂŽtoie les apparitions nocturnes terrifiantes de la Reine de la Nuit ; sa fille Pamina serait prisonniĂšre et il incombe au jeune prince Tamino de la dĂ©livrer
 Mais les apparences ne sont-elles pas trompeuses ? Qui manipule qui ? Sarastro est-il rĂ©ellement ce monstre barbare, geĂŽlier abject de la belle jeune femme ? L’opĂ©ra de Mozart et Shikaneder ne finit pas de subjuguer par la justesse de ses intentions : dĂ©sciller le regard des spectateurs, les conduire Ă  dĂ©crypter manigances et supercheries 
 Ici, la fausse victime est un bourreau (La Reine de la Nuit) et le mĂ©chant sage (une source de philosophie salvatrice). Au centre de l’action, rĂšgne la vĂ©ritĂ© (celle de laquelle se montre digne en fin de parcours, Papageno, le double truculent de Tamino, qui apprend ainsi Ă  ne plus mentir). La pertinence du propos ; la forme nouvelle, accessible, immĂ©diatement proche de l’audience populaire, crĂ©ant des personnages attachants, tendres, humains (Pappageno) aux cĂŽtĂ©s des hĂ©ros (Pamina, Tamino) et des autoritĂ©s (La Reine de la nuit, Sarastro) ont fait le succĂšs de l’ouvrage auprĂšs du public, ce dĂšs la crĂ©ation de l’ouvrage : une revanche pour Mozart dont le Don Giovanni et Cosi fan tutte avaient plutĂŽt Ă©tĂ© boudĂ©s- tout au moins accueillis avec une froideur polie-, par les Viennois. DĂšs septembre 1791, Mozart qui n’a plus que quelques semaines Ă  vivre, connaĂźt un triomphe populaire immense, source d’une lĂ©gitime satisfaction (comme il s’en confie dans ses nombreuses lettres dont celles Ă  Constance son Ă©pouse alors en cure).

arte_logo_2013Les mises en scĂšne se succĂšdent sur le chef d’oeuvre du dernier Wolfgang : dĂ©calĂ©es, actualisĂ©es, classiques, Ă©gyptiennes, dĂ©pouillĂ©es, avec machineries. Depuis Bergman au cinĂ©ma, l’opĂ©ra a conquis le coeur d’une trĂšs large audience. RĂ©vĂ©lant aussi cet art suprĂȘme du compositeur sur le mode de la tendresse, de l’innocence recouvrĂ©e (les trois garçons dans leur nacelle guident Tamino dans son pĂ©riple). Qu’en sera-t-il Ă  Aix sous la direction scĂ©nique du britannique Simon McBurney ? Sur instruments d’époque, La FlĂ»te aixoise 2014 rĂ©unit une distribution de tempĂ©raments nouveaux
 RĂ©ponse sur Arte, le 9 juillet 2014 dĂšs 20h45.

 

Distribution : Kathryn Lewek (La reine de la nuit), Stanilas de Barbeyrac (Tamino), Mari Eriksmoen (Pamina), Christof Fischesser (Sarastro), 
 FreiburgerBarokorchester. Pablo Heras-Casado, direction. Simon McBurney, mise en scùne.

 

Simon-McBurney-4Notre avis. Une FlĂ»te dĂ©senchantĂ©e ? Le propos du metteur en scĂšne invitĂ© au Festival d’Aix 2014, Simon McBurney est noir, sombre mĂȘme et strictement souterrain ; dĂ©jĂ  rĂ©vĂ©lĂ© Ă  Amsterdam en 2012, cette FlĂ»te dĂ©senchantĂ©e et triste Ă  en mourir dĂ©laisse toute la poĂ©sie enfantine crĂ©Ă© par le duo Mozart/Shikeneder… : tous les personnages en quĂȘte de vĂ©ritĂ© et d’accomplissement semblent flotter sur/ entre les strates d’un monde sans lumiĂšre, sans air, sans espace, sans respiration. Le pĂšre archĂ©ologue le hanterait-il? On passe sur certains dĂ©tails qui paraissent trop dĂ©calĂ©s par rapport au Singspiel imaginĂ© par Shikaneder et Mozart dont le gĂ©nie de la comĂ©die simple, enfantine, et presque innocente reste atemporel  mais imperceptible ici (La Reine en fauteuil roulant, les sages rĂ©unis autour de Sarastro sont des membres costumĂ©s cravatĂ©s d’un conseil d’administration lamba…)… Tout cela appelle-t-il Ă  la fĂ©erie, Ă  la poĂ©sie critique et facĂ©tieuse des auteurs du XVIIIĂšme ? Force est de constater que non. Mais alors la mise en scĂšne sert-elle vĂ©ritablement une vision cohĂ©rente qui aide Ă  la comprĂ©hension de l’opĂ©ra ? Heureusement, la presque magie viendrait de la fosse, sous la direction fluide et printaniĂšre et vive du chef Pablo Heras-Casado, profitant avec finesse des timbres fruitĂ©s et d’Ă©poque de l’excellent Barokorchester Freibourg. A vous de juger…
Diffusion sur France Musique, le 25 juillet 2014, 20h (IdĂ©al pour ceux qui ne souhaitent pas ĂȘtre divertis et “trompĂ©s” par les images de la production aixoise).

 

 

Flute-Enchantee-Aix-en-Provence.jpg_exact783x587_l