OPERA FUOCO : la Compagnie lyrique de David Stern, de Paris Ă  ShanghaĂŻ (2016)

opera-fuoco-logo-2015OPERA FUOCO, grand reportage vidĂ©o. Orchestre, troupe de chanteurs et aussi laboratoire lyrique oĂą les jeunes talents apprennent le mĂ©tier… OPERA FUOCO, crĂ©Ă© par le chef d’orchestre DAVID STERN, est un collectif conçu pour le chanteur et l’opĂ©ra, toutes les formes d’opĂ©ra. Comment fonctionne l’Atelier lyrique d’Opera Fuoco ? Quels sont les objectifs et les enjeux, dĂ©fendus depuis la crĂ©ation de l’ensemble par son fondateur, le chef David Stern ?… Opera Fuoco, de Paris Ă  ShanghaĂŻ. GRAND REPORTAGE VIDEO par le studio CLASSIQUENEWS.COM (RĂ©alisateur : Philippe Alexandre PHAM)

Compte rendu, opĂ©ra. Shanghai, Shanghai Symphony Hall, le 18 dĂ©cembre 2015. Haendel : Alcina. Opera Fuoco. David Stern, direction. Raffaella Milanesi (Alcina), Jeunes chanteurs de l’Atelier Lyrique d’Opera Fuoco.

STERN-david-maestro-chef-orchestre-gallery_03HD_DAVID_STERN-582-594-UNE-HOMEDavid Stern Ă  Shanghai. En dĂ©cembre 2015, la prĂ©sence du fils d’Isaac Stern, le chef David Stern dans la mĂ©gapole chinoise (23 millions de citadins, la concentration urbaine la plus importante au monde) relève d’une aventure romanesque qui prend l’ampleur d’une lĂ©gende telle qu’on les aime. Les amateurs, mĂ©lomanes avisĂ©s ou connaisseurs voire historiens de la musique savent combien la tournĂ©e du père, Isaac Stern, en Chine, en 1979, passant ainsi significativement Ă  Shanghai, -immortalisĂ©e par un cĂ©lèbre documentaire intitulĂ© “De Mao Ă  Mozart” (Ă©ditĂ© en 1980), a profondĂ©ment marquĂ© l’histoire de la musique occidentale dans l’Empire du milieu : c’est mĂŞme Ă  partir de cet Ă©vĂ©nement choc, – rare et exceptionnelle rencontre culturelle entre deux mondes distincts, qu’est nĂ©e l’aventure de la musique occidentale en Chine. A la lueur de ce prĂ©cĂ©dent, on estimera aisĂ©ment la mesure de la dĂ©jĂ  2ème Ă©dition du Festival Baroque Ă  Shanghai, en dĂ©cembre 2015, Ă©vĂ©nement portĂ© et pilotĂ© par David Stern (qui en est le directeur artistique) en collaboration Ă©troite avec l’Orchestre Symphonique de Shanghai (SSO). Il estv vrai que la programmation 2015 comprenait outre les rvs avec Opera Fuoco, un programme oĂą les musiciens de l’orchestre shanghaiais jouaient avec leurs confrères europĂ©ens dans un programme redoutable (Telemann, Haendel) sous la direction de maestro Stern.

 

 

 

Opera Fuoco et David Stern Ă  Shanghai

 

 

ALCINA-Raffaella-Milanesi-582-390-HOMEPAGE-CLASSIQUENEWS

 

 

Comme hier, Isaac ouvrait une nouvelle perspective en faisant jouer Mozart et Brahms aux jeunes violonistes chinois, Ă©lèves du Conservatoire de musique de Shanghai (l’institution participe aussi Ă  la rĂ©ussite du festival baroque en 2015), David en continuateur inspirĂ© et dĂ©fricheur, plus de 35 ans après, poursuit l’aventure paternelle en terre asiatique, mais la renouvelle et sait stimuler la curiositĂ© des chinois pour Haendel et Telemann, sans omettre Bach et ses fils (pour ne citer que les compositeurs mis Ă  l’honneur en 2015). Pour Alcina, se sont les Ă©lèves de ce mĂŞme Conservatoire qui ont assurĂ© la tenue des parties chorales le 18 dĂ©cembre dernier, lors du concert officiel de l’opĂ©ra de Haendel ainsi donnĂ© dans l’impressionnant Concert Hall du SSO (Shanghai Symphony Orchestra : un Ă©crin acoustiquement fabuleux). L’Ă©popĂ©e gagne donc une cohĂ©rence inĂ©dite et surprenante, du père au fils, chacun apportant dans ce rapprochement des peuples et des cultures, tout un continent musical non pas dans l’esprit d’une redite mais dans celui d’un complĂ©ment, dans la quĂŞte d’un accomplissement. Un nouveau jalon sera atteint cet Ă©tĂ© (aoĂ»t 2016) avec le lancement du Concours international de violon Ă  Shanghai qui portera le nom du pionnier dĂ©sormais cĂ©lĂ©brĂ© : Isaac Stern.

Au demeurant, l’activitĂ© de David Stern Ă  Shanghai, prend aussi une dimension spĂ©cifique car en liaison avec la crĂ©ation de sa propre compagnie d’opĂ©ra, Opera Fuoco, il s’agit d’accomplir tout un cheminement artistique et donc pĂ©dagogique vĂ©cu avec le noyau de jeunes chanteurs qui constitue les tempĂ©raments les plus prometteurs de l’Atelier Lyrique de la Compagnie : des jeunes interprètes auxquels le maestro, gĂ©nĂ©reux et toujours disponible, veut apporter les clĂ©s de leur futur mĂ©tier : travailler le texte, l’articuler, l’incarner ; comprendre les enjeux dramatiques, Ă©couter les autres, trouver sa place dans une Ă©quipe et Ă  l’autre bout du monde, gĂ©rer stress, fatigue (dĂ©calage horaire), tension, concentration… Avec les annĂ©es, parce qu’aussi l’accompagnement et l’aide aux jeunes se rĂ©alisent sur plusieurs annĂ©es, des liens se sont tissĂ©s ; un esprit de troupe et de famille s’est renforcĂ© ; tout cela concourt Ă  la rĂ©ussite d’une aventure lyrique unique au monde. Le dĂ©passement de soi, le partage, et le plaisir dans la discipline font le miracle de ce qui s’est produit Ă  Shanghai en dĂ©cembre dernier. Opera Fuoco rĂ©invente l’idĂ©e d’une Ă©quipe d’opĂ©ra : Ă  la fois laboratoire, pĂ©pinière, fabrique vocale…. C’est un collectif qui depuis quelques annĂ©es a acquis une identitĂ© renforcĂ©e grâce Ă  la conjonction des talents complĂ©mentaires et distincts (la compagnie, aujourd’hui productrice de spectacles ; l’orchestre sur instruments anciens ; la troupe de jeune chanteurs d’un niveau plus que prometteur…) que le chef a su marier, et qui assurent la rĂ©ussite de chaque production.

 
 

ALCINA-RAFFAELLA-MILANESI-582-ALCINA-CLASSIQUENEWS-copyright

 
 
 

alcina-stern-shanghai-raffaella-milanesiALCINA A SHANGHAI. EmblĂ©matique Ă  tous Ă©gards, la production de cette Alcina de rĂŞve, prĂ©sentĂ©e sur le plateau du Shanghai Symphony Hall, ce 18 dĂ©cembre 2015 indique le chemin parcouru et le niveau d’exigence de la troupe ; un niveau exemplaire car ici a contrario d’autres expĂ©riences de transmission et de savoir partagĂ©, il s’agit de nouer un mode de travail sur le long terme ; la notion de talent soudain n’existe pas ; c’est une vue (dangereuse) du marketing outrancier. Rien ne remplace l’Ĺ“uvre du temps ; les acquis façonnĂ©s pas Ă  pas ; la lente mais sĂ»re maturation d’un jeune tempĂ©rament… David Stern l’a bien compris ; lui qui avec un instinct exceptionnel et toujours sĂ»r, sait choisir chaque voix pour son rĂ´le idĂ©al et au bon moment : cette acuitĂ© et ce discernement artistique fondent aussi les vertus de sa dĂ©marche. Autour du chef se retrouvent de jeunes tempĂ©raments qui ont pris l’habitude de jouer et de chanter ensemble. L’esprit de complicitĂ© prĂ©vaut chez Opera Fuoco ; une Ă©mulation fraternelle cultivĂ©e par la bienveillance et la confiance, qui profite aussi de la proximitĂ© de professionnels aguerris, …. des pointures vocales Ă  la prĂ©sence charismatique : c’est Ă©videmment le cas de la soprano italienne Raffaella Milanesi : ardente et subtile Alcina dont elle exprime les moindres tiraillements intĂ©rieurs, surtout le parcours psychologique, de la magicienne triomphante Ă  l’amoureuse dĂ©truite, abandonnĂ©e (par Roger/Ruggiero), basculant finalement dans l’amertume haineuse et destructrice. C’est peu dire que Raffaella Milanesi marque le rĂ´le ; funambule, fĂ©line, habitĂ©e voire possĂ©dĂ©e par le rĂ´le, la jeune diva s’empare du caractère, le dĂ©cortique au millimètre, l’analyse, rĂ©vĂ©lant le gĂ©nie psychologique de Haendel ; continument en contrĂ´le et d’une concentration optimale (il en faut pour enchaĂ®ner ses deux airs monstrueux au II), elle se taille une voie royale par une prise de rĂ´le Ă©blouissante, de justesse comme d’intensitĂ©. On a guère vĂ©cu une telle dĂ©charge directe et juste, sauf prĂ©cĂ©demment avec la regrettĂ©e Lorraine Hunt (autre

desandre-lea-artemenko-alexandre-alcina-classiquenews-shanghai-david-stern-582
 

haendĂ©lienne de premier plan). C’est une performance ponctuĂ©e de moments de grâce absolue, en Ă©troite symbiose avec le geste du chef et la finesse de l’orchestre : un modèle de concentration et de chant projetĂ©, nuancĂ© et souple pour les jeunes qui l’entourent ; le duo amoureux (style je t’aime moi non plus) qu’elle compose alors avec le Ruggiero juvĂ©nil de la jeune et suave Lea Desandre (photo ci dessus avec Alexandre Artemenko) atteint un sommet de sensualitĂ© envoĂ»tante (Ă  quand son Ariodante, prolongement naturel et complĂ©mentaire de sa formidable prise de rĂ´le Ă  Shanghai ?) ; de toute Ă©vidence, les deux forment un couple oĂą la grâce le dispute Ă  la vĂ©ritĂ©. Timbre de miel, voix Ă  la fois fine et puissante, la jeune mezzo subjugue car comme ses partenaires, l’interprète apporte sur scène, une personnalitĂ© dotĂ©e de profondeur (la marque de la troupe Opera Fuoco ?) ; c’est pour chacun une histoire, un vĂ©cu, une sensibilitĂ© dont la sobriĂ©tĂ© du geste, l’efficacitĂ© du jeu dĂ©voilent les tensions, la prĂ©cision des intentions, la justesse du style ; tout ce qui enrichit ici la palette expressive de vrais chanteurs-acteurs. On aura rarement dĂ©celĂ© chez de jeunes artistes, l’Ă©mergence d’une telle comprĂ©hension profonde, plurielle, intime des oeuvres. PilotĂ©s par David Stern et son Ă©quipe, chaque interprète sait trouver son pĂ©rimètre expressif qui convient Ă  sa tessiture, sa personnalitĂ©, ses possibilitĂ©s rĂ©elles.

Face Ă  cette tigresse magicienne, Ă  la fois souveraine et mendiante, que ce Roger a de panache et aussi de candeur, accent d’une noble et sincère adolescence. Aucune faute Ă  la distribution : en soeur complice, souvent Ă©merveillĂ©e (par l’amour que lui inspire Bradamante, la première compagne de Roger, dĂ©guisĂ©e en … homme), la Morgane de DaphnĂ© Touchais (partenaire fidèle d’Opera Fuoco depuis des annĂ©es), affirme le rayonnement de son personnage, une âme solaire contrastant Ă©videmment avec la tĂ©nĂ©breuse Alcina. MĂŞme solide assurance pour AngĂ©lique Noldus, familière du rĂ´le travesti de Bradamante.

 
 


 
 

alcina-oronte-sahy-ratia-tenor-classiquenews-shanghai-classiquenews-copyright-philippe-alexandre-pham-shanghai-david-stern-582JEUNES TEMPERAMENTS DRAMATIQUES. Saluons parmi les plus jeunes solistes de l’Atelier Lyrique, trois autres tempĂ©raments qui sont aussi de superbes voix, pas seulement caractĂ©risĂ©es mais dĂ©jĂ  polies et assurĂ©es, des sensibilitĂ©s vives au relief dramatique captivant : le tĂ©nor Sahy Ratianarinaivo (Oronte, photo ci contre), juvĂ©nilitĂ©, flexibilitĂ© au bel canto irrĂ©sistible (son “momento di contento” est projetĂ© / formulĂ© avec une fraĂ®cheur et une innocence dĂ©lectable ; c’est un belcantiste nĂ© qui devrait demain chanter Bellini…) ; l’Oberto très abouti de la jeune Natalie Perez dont le dernier air, exprime toute l’horreur que lui inspire la magicienne qui a tombĂ© le masque : superbe progression vocale dans l’horreur et la blessure intime ; enfin le baryton Alexandre Artemenko (photo ci dessous) qui assure une sincĂ©ritĂ© bouleversante dans son seul air de Melisso : mĂŞme si l’articulation de l’italien est encore perfectible, la sincĂ©ritĂ© et la sobriĂ©tĂ© de l’intention, la noble virilitĂ© du timbre montrent combien le jeune acteur a saisi l’enjeu du personnage au moment oĂą il chante… encore un accomplissement Ă  mettre au bĂ©nĂ©fice du geste Opera Fuoco. Outre la volontĂ© de les aider Ă  prendre conscience de toutes les composantes du mĂ©tier, l’Ă©quipe offre surtout aux jeunes chanteurs une ambiance idĂ©ale pour accomplir leur tempĂ©rament, approfondir alcina-melisso-alexandre-ARTEMENKO-review-critique-alcina-shanghai-classiquenews-decembre-2015-copyright-classiquenewsleur caractère ; d’autant que sans mise en scène (est ce vraiment utile ici ?), chacun doit nĂ©cessairement se dĂ©passer pour exprimer par un jeu dramatique mesurĂ© et un chant d’autant mieux exposĂ©, la vĂ©ritĂ© de leur personnage. Il n’est pas de formation aussi dĂ©cisive pour le jeune chanteur que celle offerte par Opera Fuoco. PrĂ©alable Ă  cette Alcina chinoise, les jeunes ont peu suivre au cours des mois prĂ©cĂ©dents, plusieurs masterclasses oĂą Ă  chaque fois, c’est un style et une langue spĂ©cifique qu’il a fallu comprendre, pratiquer, exprimer, ciseler. Au cĹ“ur du projet d’Opera Fuoco et selon l’objectif de David Stern, c’est surtout le sens et le texte qui impriment la vision globale : “il ne s’agit pas seulement d’avoir une belle voix ; il faut encore savoir ce que l’on dit, ce qui est en jeu, ce que l’on peut exprimer dans chaque situation“, ne cesse de prĂ©ciser le maestro pĂ©dagogue.

 
 
 

La Compagnie lyrique Opera Fuoco réinvente la notion de troupe et de transmission

David Stern et Opera Fuoco : l’Ă©cole de la vĂ©ritĂ©

 
 

PARCOURS PRÉALABLE : Cole Porter, Gluck, Berlioz… Ainsi avant Haendel Ă  Shanghai, chaque jeune chanteur a pu (re)dĂ©couvrir les dĂ©fis du chant amĂ©ricain (Kiss me Kate de Cole Porter) ; le raffinement de la dĂ©clamation française chez Gluck et Berlioz ; Ă  chaque session, un invitĂ© spĂ©cialiste de ce rĂ©pertoire complète les indications et les conseils de David Stern et de Jay Bernfeld, conseiller pĂ©dagogique : Jeff Cohen pour Porter, VĂ©ronique Gens pour la mĂ©lodie et l’opĂ©ra français classique et romantique. Jamais en reste d’une idĂ©e nouvelle, pourvu qu’elle soit formatrice et engage plus encore les jeunes apprentis chanteurs, David Stern a mĂŞme inventĂ© une nouvelle forme de spectacle : le concert-rencontre oĂą il prend la parole, explique tous les enjeux du rĂ©pertoire et des Ĺ“uvres afin que le public mesure l’ampleur du travail effectuĂ© par les Ă©lèves de l’Atelier Lyrique.

 

opera-fuoco-logo-2015DĂ©fenseur du texte au mot près, soucieux de l’histoire, de son explicitation par le geste et le chant, le chef a mĂŞme conçu un nouveau spectacle avec l’Ă©crivain Eric-Emmanuel Schmitt : Ă  partir de la traduction du livret de Da Ponte des Noces de Figaro de Mozart, les deux passeurs ont Ă©laborĂ© un programme oĂą la mise en regard du français inspirĂ© de Beaumarchais et de l’italien mis en musique par Mozart, rĂ©vèle les spĂ©cificitĂ©s de chaque langue : encore une affaire de texte, encore et toujours la question du sens et de sa juste et naturelle formulation. Evidemment les jeunes voix sont mises Ă  contribution : chanter en français et en italien, le dĂ©sir ou l’allusion, sonne diffĂ©remment. Quelle connotation pour quelle intention ? Ici, le chanteur apprend toutes les nuances du jeu de l’acteur. C’est une nouvelle expĂ©rience capitale et enrichissante pour l’interprète. Et la rĂ©alisation d’un idĂ©al pour David Stern : la vĂ©ritĂ©. C’est peut-ĂŞtre cela, au fond, le but ultime du maestro et ce qu’il a construit Ă  travers l’aventure d’Opera Fuoco : l’Ă©cole de la vĂ©ritĂ©. Ce concert du 18 dĂ©cembre Ă  Shanghai restera comme un jalon important de l’histoire d’Opera Fuoco. En plus d’offrir un somptueux tremplin Ă  ses jeunes apprentis, le chef a aussi permis au public chinois, de dĂ©couvrir sur instruments d’Ă©poque, et dĂ©fendu par une distribution idĂ©ale, l’un des sommets de l’opĂ©ra baroque. La nouvelle saison d’Opera Fuoco, portĂ©e par un tel esprit de complicitĂ© et d’accomplissement promet encore bien d’autres surprises et dĂ©couvertes. Fin janvier, voici l’offrande d’une nouvelle session de travail autour de Candide de Bernstein (le 29 janvier 2016, 20h – Fondation Mona Bismark American Center). Puis, avant l’heure (les cĂ©lĂ©brations Telemann 2017), Damon opĂ©ra oubliĂ© de Telemann Ă  Magdebourg en Allemagne (les 12, 13, 18 et 19 mars 2016), – Ă©videmment une nouvelle production (mise en scène) promettant de nouveaux apports tout autant captivant que ceux que nous avons vĂ©cu Ă  Shanghai, en dĂ©cembre 2015, lors du IIè festival de musique Baroque. A suivre.

  

ALCINA-HANDEL-HAENDEL-RAFFAELLA-MILANESI-DAVID-STERN-CLASSIQUENEWS

 
 

Compte rendu, opĂ©ra. Shanghai, Shanghai Symphony Hall, le 18 dĂ©cembre 2015. Haendel : Alcina. Opera Fuoco. David Stern, direction. Raffaella Milanesi (Alcina), Jeunes chanteurs de l’Atelier Lyrique d’Opera Fuoco. LIRE aussi notre prĂ©sentation annonce du 2ème festival de musique Baroque Ă  Shanghai : David Stern dirige Alcina de Haendel avec l’orchestre et l’Atelier lyrique d’Opera Fuoco

Approfondir : tous les programmes et productions d’OPERA FUOCO de la saison 2015-2016, sur le site d’OPERA FUOCO.FR

 
Toutes les photos de la production ALCINA par David Stern / Opera Fuoco Shanghai 2015 © CLASSIQUENEWS.COM / Philippe Alexandre PHAM

 
 

SHANGHAI. 2ème Festival Baroque

stern david chef opera fuoco atelier lyrique et compagnie review compte rendu classiquenewsShanghai (Chine), 2ème Festival Baroque. Les 18 , 19, 20 décembre 2015. David Stern dirige Alcina de Haendel (temps fort, le 18). Festival baroque de Shangai, an II. La musique européenne baroque s’exporte en Chine : qui pourrait douter aujourd’hui que l’Empire du milieu ne soit pas l’avenir du baroque, son prochain Eldorado ? Comme le Japon fut et demeure la terre des romantiques (combien de mélomanes y sont aficionados des récitals de piano comme des concerts symphoniques ?), augurons que la chine demain à travers ses grandes métropoles et leurs auditoriums et salles de concert souvent pharaoniques, grâce aux millions de potentiels amoureux du Baroque, ne devienne la terre d’élection de la musique baroque. Des artisans y travaillent et au coeur de ce mouvement nouveau, de grands projets culturels alliant diffusion et transmission. Le chef David Stern s’engage totalement pour la réussite de ce partage entre les continents : la 2ème édition du Festival Baroque de Shangai a lieu en décembre 2015 : les 18, 19 et 20 décembre 2015 précisément. Avec comme temps fort, Alcina le 18 janvier 2015.

opera-fuoco-logo-2015Les jeunes chanteurs de sa troupe lyrique OPERA FUOCO, confrontés aux défis de l’articulation et de l’interprétation vocale ont travaillé pour l’occasion le chef d’oeuvre de Haendel, celui londonien, ardent défenseur de l’opéra italien, Alcina. En mêlant féerie et héroïsme, Haendel revisite la lyre passionnelle et fantastique de L’Arioste (Roland furieux, Orlando Furioso) où l’enchanteresse amoureuse éprise de son cher chevalier Ruggiero, désespère, succombe, renonce : rien ne peut vaincre l’amour. Les enchantements et la magie n’ont aucune prise sur la force des sentiments sincères. En forçant Renaud à l’aimer, Alcina se trompe sur elle-même : rien ne dure sur des mensonges. Car Roger/Ruggiero s’il demeure aux côtés de la magicienne, ne l’aime pas : il est envoûté. Comme toutes les créatures réunies sur l’île d’Alcina…

 

 

 

Directeur artistique du Festival baroque de Shanghai, David Stern joue Alcina de Haendel

OPERA FUOCO Ă  Shanghai

 

 

OPERA FUOCO, David Stern : chanter Gluck et BerliozDavid Stern, fin interprète, très soucieux de l’intelligibilité des situations comme de la caractérisation des profils psychologiques, affirme un tempérament lyrique passionnant. En plus des couleurs dramatiques de l’orchestre, le chef, fondateur d’OPERA FUOCO et directeur artistique du Festival Baroque de Shanghai souligne la force et aussi le désespoir qui s’inscrivent au cœur de chaque protagoniste : la solitude et les vertiges amers serrent le coeur et l’âme des deux héros : Alcina et Roger. Au moment où la France reçoit le choc du premier opéra de Rameau (Hippolyte et Aricie de 1733), Handel crée devant l’audience londonienne son seria Alcina en 1735.

Milanesi raffaellaA l’origine le rôle de Ruggiero était tenu par un castrat (Carestini), il est aujourd’hui chanté par une mezzo (rôle travesti). Le drame assimile le goût vénitien pour les travestissements, les identités troubles, le croisement des sexes, une scène qui mêle l’illusion et le songe, la folie et des gouffres plus sombres. Car c’est tout le monde idéal mais artificiel d’Alicia sur son île qui y est menacé puis détruit ; inspiré de L’Arioste, Handel dépeint un monde désenchanté, forcé à la réalité. Une magicienne (Alcina) bien qu’amoureuse, y éprouve peu à peu les limites de son pouvoir dérisoire ; un homme pourtant chevalier (Ruggiero) apprend le goût amer et aigre de la solitude et du désenchantement ; les forces initiales sont mises à mal lorsque Bradamante (la fiancée de Ruggiero) débarque sur l’île, sous l’identité fausse de Ricciardo, un aventurier dont s’éprend la propre sœur d’Alcina, Morgana. AU couple de départ répondent deux autres : Ruggiero/Bradamante, Ricciardo/Morgana…

En vérité l’amour sincère a désarmé Alcina : éprise au delà de sa magie du beau chevalier, la magicienne a perdu tout pouvoir et doit accepter d’être vaincue.

Parmi les grands moments de la partition, offrant pour chacun des protagonistes, une séquence particulièrement expressives :

  • La lamentation d’Alcina
  • Le grand air de Ruggiero faisant ses adieux Ă  l’illusion magique
  • L’utlime trio rĂ©unissant Alcina, Bradamante, Ruggiero

Le rôle d’Alicia offre une incarnation passionnante pour toute les grandes sopranos lyriques et coloratoure. Toutes dont la palus récente Renée Fleming s’y sont confrontées aux défis de la langue haendéliennes.

Desandre mezzo opera fuoco Lea-DesandreA Shanghai aux côtés de la soprano ardente et sensuelle, Rafaella Milanesi (portrait ci dessus) les jeunes chanteurs très prometteurs de l’Atelier Lyrique d’OPERA FUOCO défendent chacun leur personnage : Lea Desandre (mezzo, portrait ci-contre), Sahy Ratianarinaivo (ténor) et Alexandre Artemenko (baryton)… trois voix intenses et déjà très fortement caractérisées que les familiers d’Opera Fuoco ont pu suivre lors des dernières sessions de travail et des derniers concerts qui en ont découlé (Kiss me Kate de Cole Porter, programme romantique français de Gluck à Berlioz…)

De sorte que c’est l’interprétation affûtée et subtile de la passion baroque, défendue par de jeunes interprètes très impliqués qui s’affirme ainsi à Shangai, grâce à la volonté d’un chef audacieux et charismatique, David Stern.

 

 

 

 

OPERA FUOCO, David Stern : chanter Gluck et BerliozAlcina de Haendel Ă  Shanghai
Le 18 décembre 2015, 20h
Shanghai Symphony Hall
1380 Fuxing Zhong Lu, near Baoqing Lu

distribution
Alcina – Raffaella Milanesi
Ruggiero – Lea Desandre
Bradamente – Angélique Noldus
Morgana – Daphné Touchais
Oberto – Natalie Perez
Oronte – Sahy Ratianarinaivo
Melisso – Alexandre Artemenko

Direction – David Stern
Orchestre – Opera Fuoco

shanghai-symphony-hall-david-stern-opera-fuoco-presentation-review-critique-classiquenews

 

Les 2 autres concerts au programme du 2ème Festival Baroque de Shanghai (direction artistique : David Stern)

OPERA FUOCO, David Stern : chanter Gluck et BerliozSamedi 19 décembre 2015, 19h45
Chamber Hall
Shanghai Symphony Hall
JS Bach, Telemann, CPE Bach (Symphonie Hambourgeoise)
Mozart : Exsultate Jubilate

Gu Wenmeng, soprano
Orchestre Symphonique de Shangai, SSO
Opera Fuoco
David Stern, direction

OPERA FUOCO, David Stern : chanter Gluck et BerliozDimanche 20 décembre 2015, 19h45
Chamber Hall
Shanghai Symphony Hall
Haendel : extraits d’Hercules, Ariodante. Water Music

Alice Coote, mezzo
Opera Fuoco
David Stern, direction

 

 

Visitez le site d’OPERA FUOCO

VOIR la page dédiée à Alcina de Haendel au Festival de Shanghai

 

2ème Festival Baroque de Shanghai 2015

stern david chef opera fuoco atelier lyrique et compagnie review compte rendu classiquenewsShanghai (Chine), 2ème Festival Baroque. Les 18 , 19, 20 décembre 2015. David Stern dirige Alcina de Haendel (temps fort, le 18). Festival baroque de Shangai, an II. La musique européenne baroque s’exporte en Chine : qui pourrait douter aujourd’hui que l’Empire du milieu ne soit pas l’avenir du baroque, son prochain Eldorado ? Comme le Japon fut et demeure la terre des romantiques (combien de mélomanes y sont aficionados des récitals de piano comme des concerts symphoniques ?), augurons que la chine demain à travers ses grandes métropoles et leurs auditoriums et salles de concert souvent pharaoniques, grâce aux millions de potentiels amoureux du Baroque, ne devienne la terre d’élection de la musique baroque. Des artisans y travaillent et au coeur de ce mouvement nouveau, de grands projets culturels alliant diffusion et transmission. Le chef David Stern s’engage totalement pour la réussite de ce partage entre les continents : la 2ème édition du Festival Baroque de Shangai a lieu en décembre 2015 : les 18, 19 et 20 décembre 2015 précisément. Avec comme temps fort, Alcina le 18 janvier 2015.

opera-fuoco-logo-2015Les jeunes chanteurs de sa troupe lyrique OPERA FUOCO, confrontés aux défis de l’articulation et de l’interprétation vocale ont travaillé pour l’occasion le chef d’oeuvre de Haendel, celui londonien, ardent défenseur de l’opéra italien, Alcina. En mêlant féerie et héroïsme, Haendel revisite la lyre passionnelle et fantastique de L’Arioste (Roland furieux, Orlando Furioso) où l’enchanteresse amoureuse éprise de son cher chevalier Ruggiero, désespère, succombe, renonce : rien ne peut vaincre l’amour. Les enchantements et la magie n’ont aucune prise sur la force des sentiments sincères. En forçant Renaud à l’aimer, Alcina se trompe sur elle-même : rien ne dure sur des mensonges. Car Roger/Ruggiero s’il demeure aux côtés de la magicienne, ne l’aime pas : il est envoûté. Comme toutes les créatures réunies sur l’île d’Alcina…

 

 

 

Directeur artistique du Festival baroque de Shanghai, David Stern joue Alcina de Haendel

OPERA FUOCO Ă  Shanghai

 

 

OPERA FUOCO, David Stern : chanter Gluck et BerliozDavid Stern, fin interprète, très soucieux de l’intelligibilité des situations comme de la caractérisation des profils psychologiques, affirme un tempérament lyrique passionnant. En plus des couleurs dramatiques de l’orchestre, le chef, fondateur d’OPERA FUOCO et directeur artistique du Festival Baroque de Shanghai souligne la force et aussi le désespoir qui s’inscrivent au cœur de chaque protagoniste : la solitude et les vertiges amers serrent le coeur et l’âme des deux héros : Alcina et Roger. Au moment où la France reçoit le choc du premier opéra de Rameau (Hippolyte et Aricie de 1733), Handel crée devant l’audience londonienne son seria Alcina en 1735.

Milanesi raffaellaA l’origine le rôle de Ruggiero était tenu par un castrat (Carestini), il est aujourd’hui chanté par une mezzo (rôle travesti). Le drame assimile le goût vénitien pour les travestissements, les identités troubles, le croisement des sexes, une scène qui mêle l’illusion et le songe, la folie et des gouffres plus sombres. Car c’est tout le monde idéal mais artificiel d’Alicia sur son île qui y est menacé puis détruit ; inspiré de L’Arioste, Handel dépeint un monde désenchanté, forcé à la réalité. Une magicienne (Alcina) bien qu’amoureuse, y éprouve peu à peu les limites de son pouvoir dérisoire ; un homme pourtant chevalier (Ruggiero) apprend le goût amer et aigre de la solitude et du désenchantement ; les forces initiales sont mises à mal lorsque Bradamante (la fiancée de Ruggiero) débarque sur l’île, sous l’identité fausse de Ricciardo, un aventurier dont s’éprend la propre sœur d’Alcina, Morgana. AU couple de départ répondent deux autres : Ruggiero/Bradamante, Ricciardo/Morgana…

En vérité l’amour sincère a désarmé Alcina : éprise au delà de sa magie du beau chevalier, la magicienne a perdu tout pouvoir et doit accepter d’être vaincue.

Parmi les grands moments de la partition, offrant pour chacun des protagonistes, une séquence particulièrement expressives :

  • La lamentation d’Alcina
  • Le grand air de Ruggiero faisant ses adieux Ă  l’illusion magique
  • L’utlime trio rĂ©unissant Alcina, Bradamante, Ruggiero

Le rôle d’Alicia offre une incarnation passionnante pour toute les grandes sopranos lyriques et coloratoure. Toutes dont la palus récente Renée Fleming s’y sont confrontées aux défis de la langue haendéliennes.

Desandre mezzo opera fuoco Lea-DesandreA Shanghai aux côtés de la soprano ardente et sensuelle, Rafaella Milanesi (portrait ci dessus) les jeunes chanteurs très prometteurs de l’Atelier Lyrique d’OPERA FUOCO défendent chacun leur personnage : Lea Desandre (mezzo, portrait ci-contre), Sahy Ratianarinaivo (ténor) et Alexandre Artemenko (baryton)… trois voix intenses et déjà très fortement caractérisées que les familiers d’Opera Fuoco ont pu suivre lors des dernières sessions de travail et des derniers concerts qui en ont découlé (Kiss me Kate de Cole Porter, programme romantique français de Gluck à Berlioz…)

De sorte que c’est l’interprétation affûtée et subtile de la passion baroque, défendue par de jeunes interprètes très impliqués qui s’affirme ainsi à Shangai, grâce à la volonté d’un chef audacieux et charismatique, David Stern.

 

 

 

 

OPERA FUOCO, David Stern : chanter Gluck et BerliozAlcina de Haendel Ă  Shanghai
Le 18 décembre 2015, 20h
Shanghai Symphony Hall
1380 Fuxing Zhong Lu, near Baoqing Lu

distribution
Alcina – Raffaella Milanesi
Ruggiero – Lea Desandre
Bradamente – Angélique Noldus
Morgana – Daphné Touchais
Oberto – Natalie Perez
Oronte – Sahy Ratianarinaivo
Melisso – Alexandre Artemenko

Direction – David Stern
Orchestre – Opera Fuoco

shanghai-symphony-hall-david-stern-opera-fuoco-presentation-review-critique-classiquenews

 

Les 2 autres concerts au programme du 2ème Festival Baroque de Shanghai (direction artistique : David Stern)

OPERA FUOCO, David Stern : chanter Gluck et BerliozSamedi 19 décembre 2015, 19h45
Chamber Hall
Shanghai Symphony Hall
JS Bach, Telemann, CPE Bach (Symphonie Hambourgeoise)
Mozart : Exsultate Jubilate

Gu Wenmeng, soprano
Orchestre Symphonique de Shangai, SSO
Opera Fuoco
David Stern, direction

OPERA FUOCO, David Stern : chanter Gluck et BerliozDimanche 20 décembre 2015, 19h45
Chamber Hall
Shanghai Symphony Hall
Haendel : extraits d’Hercules, Ariodante. Water Music

Alice Coote, mezzo
Opera Fuoco
David Stern, direction

 

 

Visitez le site d’OPERA FUOCO

VOIR la page dédiée à Alcina de Haendel au Festival de Shanghai