Le Roméo et Juliette de MacMillan revisité par Nunn, Trevitt

Romeo and Juliet 17/09/15, Copyright 2015 ROH. Photographed by Alice PennefatherARTE, le dim 9 fĂ©v 2020, 23h50. DANSE : RomĂ©o et Juliette / Kenneth McMillan / Prokofiev. Production prĂ©sentĂ©e Ă  la Royal Opera House Covent Garden London en juin 2019. DirigĂ© par le duo fondateur des BalletBoyz, Michael Nunn et William Trevitt, le Royal Ballet de Londres prĂ©sente un nouveau regard sur la chorĂ©graphie de RomĂ©o et Juliette de Kenneth MacMillan conçue en 1965 d’aprĂšs la musique gĂ©niale du compositeur russe Serge Prokofiev. La partition a Ă©tĂ© Ă©courtĂ©e selon une vision plus resserrĂ©e de l’action tragique. Arte diffuse un « vibrant film de danse qui restitue la ferveur et la passion de la tragĂ©die shakespearienne ».

RomĂ©o et Juliette est l’histoire d’amour la plus connue au monde ; une tragĂ©die qui dans la mort des deux jeunes amants, Ă©pingle la vanitĂ© des guerres et des haines familiales, transmises de gĂ©nĂ©rations en gĂ©nĂ©rations. Vrai mythe romantique, la piĂšce RomĂ©o et Juliette de Shakespeare inspire compositeurs (Berlioz, Gounod avant Prokofiev) et chorĂ©graphes jusqu’à devenir un classique de la scĂšne du ballet. Dans le film diffusĂ© par arte, Michael Nunn et William Trevitt (BalletBoyz), anciens danseurs du Royal Ballet de Londres, relisent et adaptent le RomĂ©o et Juliette du chorĂ©graphe Kenneth MacMillan (1929-1992), joyau vĂ©nĂ©rĂ© du rĂ©pertoire de la compagnie britannique depuis sa premiĂšre reprĂ©sentation en 1965.

TournĂ© Ă  Budapest (dans les studios de la sĂ©rie The Borgias), le film prĂ©fĂšre Ă  la traditionnelle scĂšne de l’opĂ©ra, le rĂ©alisme de la rue. De la cour du marchĂ© Ă  la salle de bal en passant par la chambre de Juliette, les dĂ©cors rĂ©els reflĂštent l’atmosphĂšre de VĂ©rone Ă  la Renaissance.

 

 

Romeo and Juliet 17/09/15, Copyright 2015 ROH. Photographed by Alice Pennefather

 

 

Autour des danseurs du corps de ballet du Royal Ballet, l’étoile Francesca Hayward (Juliette) et le premier soliste William Bracewell (RomĂ©o) incarnent les deux amants magnifiquement tragiques.
RĂ©duite Ă  quatre-vingt-dix minutes, la partition de SergueĂŻ Prokofiev sur les traces de Shakespeare, ne perd rien de sa profondeur ni de sa force poĂ©tique. GravitĂ©, tendresse, passion et cynisme font du ballet de Prokofiev un dĂ©fi pour l’orchestre et les danseurs.

Programme dansĂ© accessible sur ARTE.TV, dĂšs le 8 fĂ©vrier 2020 Ă  5h (jusqu’au 8 mai 2020) — ChorĂ©graphie de Kenneth Mac Millan (crĂ©Ă©e en 1965) adaptĂ©e par Michael Nunn et William Trevitt (BalletBoyz)  – Photo © Alice Pennefather

 

ROmeo-juliette-macmillan-balletboyz-critique-annonce-concert-classiquenews

 

________________________________________________________________________________________________

 

VOIR la vidéo sur arte.tv
https://www.arte.tv/fr/videos/088015-000-A/romeo-et-juliette/

Plus d’infos sur le site du ROYAL OPERA HOUSE ballet
https://www.roh.org.uk/productions/romeo-and-juliet-by-kenneth-macmillan?utm_campaign=romeoandjuliet&utm_medium=marketing&utm_source=print

 

 

VOIR LE TEASER de Roméo et Juliette / K McMillan

 

 

VISIONNER les répétitions du ballet directement sur YOUTUBE (direct diffusé en mars 2019) :

Commentaire (english)
oin dancers of The Royal Ballet as they rehearse Kenneth MacMillan Shakespearean ballet. Find out more at http://www.roh.org.uk

Kenneth MacMillan’s passionate choreography for Romeo and Juliet shows The Royal Ballet at its dramatic finest. Sergey Prokofiev’s iconic score provides the basis for the ballet’s romantic pas de deux and vibrant crowd scenes, while 16th-century Verona is created by Nicholas Georgiadis’s magnificent designs.

In 1965, MacMillan’s Romeo and Juliet was given its premiere at Covent Garden by The Royal Ballet and was an immediate success: the first night was met with rapturous applause, which lasted for 40 minutes, and an incredible 43 curtain calls. The title roles were danced by Rudolf Nureyev and Margot Fonteyn, although the ballet had been created on Christopher Gable and Lynn Seymour. It has been performed by The Royal Ballet more than four hundred times since, as well as touring the world, and has become a true classic of the 20th-century ballet repertory.

__________________

 

 

LIRE aussi notre critique de RomĂ©o et Juliette de Prokofiev, concert de l’ONL LILLE Jean-Claude Casadesus, le 1er dĂ©c 2016 :
http://www.classiquenews.com/compte-rendu-concert-lille-nouveau-siecle-le-1er-decembre-2016-probst-berlioz-prokofiev-orch-national-de-lille-jean-claude-casadesus-direction/

romeo-juliette-macmillan-balletboyz-critique-classiquenews-ballet-critique-classiquenews

 

 

TEXTE présentation en anglais

Romeo and Juliet fall passionately in love, but their families are caught up in a deadly feud. They marry in secret, but tragic circumstances lead Romeo to fight and kill Juliet’s cousin Tybalt. As punishment, he is banished from the city.

When Juliet’s parents force her to marry Paris, she takes drastic action by drinking a potion to make her appear dead so she can escape to join Romeo. But her message explaining this plan fails to reach him. When he hears news of her death, he returns to visit her tomb and kill himself. Juliet wakes to find him dead. Devastated, she stabs herself.
Background

Kenneth MacMillan’s passionate choreography for Romeo and Juliet shows The Royal Ballet at its dramatic finest. Sergey Prokofiev’s iconic score provides the basis for the ballet’s romantic pas de deux and vibrant crowd scenes, while 16th-century Verona is created by Nicholas Georgiadis’s magnificent designs.

In 1965, MacMillan’s Romeo and Juliet was given its premiere at Covent Garden by The Royal Ballet and was an immediate success: the first night was met with rapturous applause, which lasted for 40 minutes, and an incredible 43 curtain calls. The title roles were danced by Rudolf Nureyev and Margot Fonteyn, although the ballet had been created on Christopher Gable and Lynn Seymour. It has been performed by The Royal Ballet more than four hundred times since, as well as touring the world, and has become a true classic of the 20th-century ballet repertory.

 

 

sergei-prokofievCompte rendu, concert. Lille, le 1er dĂ©cembre 2016. Jean-Claude Casadesus, ONL. Volet 1 “L’Amour et la Danse”
 En prĂ©ambule et comme pour chauffer progressivement l’orchestre, c’est d’abord une partition contemporaine, exigeant de tous les pupitres – en particulier dĂšs les premiers tutti du dĂ©but (fracassants et lumineux, ce sont de vrais carillons orchestraux rĂ©sonnant comme des appels Ă  l’éveil): « NuĂ©es » de Dominique Probst (nĂ© en 1954), -partition efficace dans sa durĂ©e, contrastĂ©e dans son dĂ©roulement, – crĂ©Ă©e en octobre 2014, alliant Ă©nergie, mais aussi allusions intĂ©rieures savamment dosĂ©es (solos successifs de la flĂ»te, du hautbois puis du violoncelle
), soit une sĂ©rie de visions, de plus en plus affirmĂ©es, inspirĂ©es manifestement par le lyrisme d’une nature grandiose, Ă  mesure que la partition prend de la hauteur, jusqu’aux NuĂ©es annoncĂ©es
 Dans son dĂ©veloppement premier, l’Ɠuvre dĂ©voile de somptueuses alliances instrumentales – qui traduisent une sensibilitĂ© concrĂšte pour une forme de plasticitĂ© sonore (clarinettes / flĂ»tes). LIRE notre critique complĂšte RomĂ©o et Juliette par Jean-Claude Casadesus / Orchestre National de Lille, 2016

 

 

Coppélia au cinéma, indirect du ROH, Londres

classiquenews-copppelia-annonce-critique-danse-ballet-classiquenews-coppelia-royal-opera-house-gary-avis-nunez-coppelia-2019-ROH-copyright-gavin-smartCinĂ©ma, ballet. CoppĂ©lia, mardi 10 dĂ©cembre 2019 en direct du ROH, Londres. CoppĂ©lia, grand classique du Royal Ballet Ă  Covent Garden (londres), est ainsi projetĂ© en direct dans les cinĂ©mas partout en France, ce 10 dĂ©cembre 2019 (20h15). Fantastique et poĂ©tique, le ballet CoppĂ©lia bĂ©nĂ©ficie d’une musique raffinĂ©e, conçue par LĂ©o Delibes. A Londres, la partition est devenue un pilier du rĂ©pertoire de la troupe de danseurs britanniques depuis qu’elle a Ă©tĂ© chorĂ©graphiĂ©e par la fondatrice du Royal Ballet, Dame Ninette de Valois. InspirĂ© des Contes d’Hoffmann, l’action fait paraĂźtre une poupĂ©e mĂ©canique plus vraie que la vie, charmant jusqu’à l’enivrement un jeune romantique trop naĂŻf (Franz)
 que la jeune Swanilda va bientĂŽt conduire vers la juste clairvoyance. Amour et illusion, dĂ©sir et aveuglement nourrissent une intrigue particuliĂšrement efficace qui se joue de la fĂ©erie du thĂ©Ăątre et des prouesses du danseur

La production londonienne rĂ©unit la danseuse principale Marianela Nuñez dans le rĂŽle de Swanilda, le danseur principal Vadim Muntagirov dans le rĂŽle de son bien-aimĂ© Franz, et l’artiste Gary Avis dans le rĂŽle du magicien Dr CoppĂ©lius.

SYNOPSIS
royal-opera-house-ROH-logo-2019Le docteur CoppĂ©lius a une fille magnifique -  CoppĂ©lia. Franz commence Ă  s’enticher d’elle depuis qu’il l’a vu assise au balcon. Swanilda, la fiancĂ©e de Franz, est trĂšs contrariĂ©e. S’introduisant dans la maison avec une amie, elles dĂ©couvrent que CoppĂ©lia est l’une des nombreuses poupĂ©es Ă  taille humaine fabriquĂ©es par le docteur.
CoppĂ©lius veut pousser plus loins ses expĂ©rimentations
 il kidnappe Franz projetant de le sacrifier afin de donner vie Ă  CoppĂ©lia. Swanilda rĂ©ussit cependant Ă  le sauver en faisant danser les poupĂ©es mĂ©caniques, distrayant ainsi CoppĂ©lius afin qu’ils puissent s’enfuir.
Heureusement Dr CoppĂ©lius n’est pas aussi mĂ©chant qu’il n’y parait et au dernier acte le savant fait la paix avec Swanilda et Franz, dĂ©sormais libres de cĂ©lĂ©brer leur mariage.

 

Illustration : Gary Avis dans le rÎle de Dr Coppélius et Marianela Nuñez dans le rÎle de Swanilda dans Coppélia ©2019 ROH / Royal Opera House Photographie par Gavin Smart

classiquenews-copppelia-annonce-critique-danse-ballet-classiquenews-coppelia-royal-opera-house-gary-avis-nunez-coppelia-2019-ROH-copyright-gavin-smart

Les retransmissions au cinĂ©ma depuis le Royal Opera House offrent au public une plongĂ©e au cƓur mĂȘme de la reprĂ©sentation grĂące aux entretiens et accĂšs exclusifs en coulisses. Projection dans plus de 1000 cinĂ©mas dans 53 pays.

La prochaine diffusion en direct du Royal Opera House
Royal Ballet :

La Belle au Bois Dormant le Jeudi 16 Janvier 2020.

Plus d’informations, billetterie : https://www.rohcinema.fr

La saison 2019/2020 du Royal Opera House au cinéma :

‱    The Royal Ballet
Casse-Noisette (enregistrement de 2016)
En diffusion à partir du 11 décembre 2019

‱    The Royal Opera
La BohĂšme
En direct le Mercredi 29 janvier 2020, en rediffusion le Dimanche 2 février

‱    The Royal Ballet
The Cellist / Dances at a Gathering
En direct le Mardi 25 FĂ©vrier 2020, en rediffusion le Dimanche 1er Mars 2020

‱    The Royal Opera
Fidelio (nouvelle production)
En direct le mardi 17 mars 2020, en rediffusion le 22 mars 2020

‱    The Royal Ballet
Le lac des cygnes
En direct le Mercredi 1er Avril 2020, en rediffusion le Dimanche 5 Avril 2020

‱    The Royal Opera
Cavalleria Rusticana / Pagliacci (en co-production avec La Monnaie, Brussels, Opera Australia et Göteborg Opera)
En direct le Mardi 21 Avril 2020, en rediffusion le Dimanche 26 avril 2020

‱    The Royal Ballet
The Dante Project (PremiĂšre Mondiale)
En Direct le Jeudi 28 May 2020, en rediffusion le Dimanche 31 Mai 2020

‱    The Royal Opera
Elektra (Nouvelle Production)
En direct le Jeudi 18 Juin 2020, en rediffusion le Dimanche 21 Juin 2020

Compte rendu, opĂ©ra. Poitiers. CinĂ©ma “le Castille”, le 29 janvier 2015; en direct du Royal Opera House de Londres. Giordano : Andrea Chenier opra en quatre acte sur un livret de Luigi Illica d’aprs la vie du poĂšte AndrĂ© Chenier (1762-1794). Jonas Kaufmann, Andrea Chenier; Eva Maria Westbroek, Maddalena di Coigny, Zeljko Lucic, Carlo GĂ©rard…

Lorsqu’il compose Andrea Chenier en 1896, Umberto Giordano (1867-1948) ne pensait certainement pas que son opĂ©ra en quatre actes, inspirĂ© de la vie du poĂšte français guillotinĂ© pendant la terreur, serait plus connu pour certains de ses arias plus que dans sa totalitĂ©. Pour cette nouvelle production le Royal Opera House a confiĂ© la mise en scĂšne Ă   David McVicar, un habituĂ© de la scĂšne lyrique londonienne,  et le rĂŽle titre au tĂ©nor allemand Jonas Kaufmann.

 

 

 

trop lisse esprit révolutionnaire au Royal Opera House mais

sidérant Chénier de Jonas Kaufmann

 

 

jonas kaufmann andrea chenier opera giordanoDavid McVicar qui nous a habituĂ©  à des mises en scĂšne hors-normes comme par exemple Rigoletto oĂč il n’avait pas hĂ©sitĂ© Ă   introduire une courte scĂšne sexuelle lors de la fĂȘte du duc de Mantoue ou Faust avec son cabaret L’Enfer, rĂ©alise lĂ  une mise en scĂšne trĂšs, peut-tre trop, sage avec un premier acte terne Ă©trangement Ă  propice  l’endormissement. Les trois actes suivants  montrent une rĂ©volution française trĂšs Ă©dulcorĂ©e avec peu de mouvements de foules, aucun sans culottes et quasiment aucune chanson rĂ©volutionnaire sauf une carmagnole qui prĂ©cĂšde de peu le procĂšs de ChĂ©nier. Bien sĂ»r les costumes, les dĂ©cors et les lumiĂšres sont superbes mais il manque dans la mise en scĂšne le brin de vie, voire l’accent de folie qui caractĂ©rise habituellement le travail de McVicar. Sur le plateau, la distribution est totalement dominĂ©e par l’Andrea de Jonas Kaufmann. Le tĂ©nor allemand qui effectuait une prise de rĂŽle s’est emparĂ© du personnage avec panache et profondeur faisant siens les sentiments contradictoires du rĂŽle titre. De sa voix particuliĂšre, rugueuse et ciselĂ©e Ă  la fois, l’artiste souligne toutes les audaces et les nuances psychologiques de la partition redoutable de Giordano; l’improvviso (Colpito qui m’avete  Un di all’azzuro spazio) au premier acte et Un bel di di maggio au quatriĂšme sont interprĂ©tĂ©s avec Ă©lĂ©gance et intelligence.

Fine comdienne Eva Maria Westbroek  campe une Maddalena de Coigny à la fois provocatrice et sensuelle, sensible et aussi apeurĂ©e; mais vocalement la performance est inĂ©gale. TrĂšs Ă   l’aise dans le mĂ©dium, la soprano faillit cependant dans les extrĂ©mitĂ©s de la tessiture haute: ses aigus sont parfois tendus comme si, tĂ©tanisĂ©e par le dĂ©fi, Eva Maria Westbroek peinait Ă   se lĂącher complĂštement; du coup l’aria de Maddalena “La mamma morta” manque de panache comme de souffle mĂȘme s’il est interprĂ©tĂ© avec un engagement mĂ©ritoire.

Le Carlo GĂ©rard de Zeljko Lucic, esprit vilain-, est certes vocalement un peu monochrome mais scĂ©niquement solide; si nous aurions apprĂ©ciĂ© d’Ă©couter un peu plus de nuances, notamment dans “Nemico della patria” chantĂ© de maniĂšre un peu brutale. NĂ©anmoins Lucic brosse un portrait touchant de Carlo dont l’amour pour Maddalena le fait changer de camp avec un certaine noblesse. Notons aussi la jolie Bersi de Denyce Graves et des comprimari intelligemment distribuĂ©s. Le choeur du Royal Opera House, bien prĂ©parĂ©, comme d’habitude, fait une prestation trĂšs honorable ; il aurait certainement pu mieux faire si David McVicar avait seulement Ă©tĂ© plus inspirĂ©.

Dans la fosse Antonio Pappano dirige l’orchestre du Royal Opera avec style. Il prend le chef d’oeuvre de Giordano à son compte travaillant en amont avec chacun, solistes, orchestre, choeur ciselant la partition avec la rigueur et la minutie qui le payent. Pendant toute la soirĂ©e,  Pappano, attentif Ă  ce qui se passe sur le plateau,  tient son orchestre d’une main ferme.  La tenue est dramatique et la direction soignĂ© l’impact expressif de chaque scĂšne,  intimiste ou collective.

C’est, malgrĂ© une mise en scĂšne trop sage, une production qui a le mĂ©rite de mettre en avant une oeuvre mĂ©connue dont seuls quelques airs ont imprimĂ© les mĂ©moires grĂące, notamment, à Maria Callas qui contribua à sortir nombre d’oeuvres de l’oubli. L’immense succĂšs de la soirĂ©e est en grande partie du Ă  un Jonas Kaufmann mouvant et rayonnant, vocalement trĂšs en forme; nĂ©anmoins les partenaires du tĂ©nor allemand ne dĂ©mĂ©ritent absolument pas tant ils s’engagent  pour la dĂ©fense d’une oeuvre qui gagne grandement  ĂȘtre davantage Ă©coutĂ©e.

 

 

Jonas Kaufmann, le plus grand tĂ©nor du monde !Poitiers. Cinma “le Castille”, le 29 janvier 2015; en direct du Royal Opera House de Londres. Umberto Giordano (1867-1948) : Andrea Chenier opĂ©ra en quatre acte sur un livret de Luigi Illica d’aprĂšs la vie du poĂšte AndrĂ© Chenier (1762-1794). Jonas Kaufmann, Andrea Chenier; Eva Maria Westbroek, Maddalena di Coigny, Zeljko Lucic, Carlo GĂ©rard; Denyce Graves, Bersi; Elena Zilio, Madelon; Rosalind Plowright, Contessa di Coigny; Roland Wood, Roucher; Peter Colman-Wright, Pietro Fleville; Eddie Wade, Fouquier-Tinville; Adrian Clarke, Mathieu; Carlo Bosi, L’incroyable; Peter Hoare, l’abbĂ©; Jrmy White, Schmidt; John Cunningham, Major Domo; Yuriy Yurchuk, Dumas. Orchestre du Royal Opera House, choeur du Royal Opera; Antonio Pappano, direction. David McVicar, mise en scĂšne; Robert Jones, dĂ©cors; Jenny Tiramani, costumes; Adam Silverman, lumiĂšres.

 

 

 

Internet. Journée Portes Ouvertes au Royal Opera House, le 7 janvier 2013

Internet. Journée Portes Ouvertes au Royal Opera House, le 7 janvier 2013

Terfel_wotan

Royal Opera House

Immersion au Royal Opera House sur le net

le 7 janvier 2013 Ă  partir de 10h30 (GMT)

The Lirical day on the net. Le Royal Opera House se met Ă  l’heure numĂ©rique et propose en accĂšs libre sur ses sites dĂ©diĂ©s : www.roh.org.uk ou thespace.org , une journĂ©e de dĂ©couvertes en direct (entre autres), immersion dans la fabrique Ă  rĂȘve qu’est aujourd’hui une maison d’opĂ©ra. Le Royal Opera House ouvre ses portes sur le net, via tout un cycle de retransmissions non stop (10 heures de programmation spĂ©cifique sur la toile) depuis 10h30, le 7 janvier 2013.

Au programme: rĂ©pĂ©titions de ballet, interviews divers, courtes sĂ©quences pendant les sĂ©ances de travail des productions maison (The Minotaur, EugĂšne Oneguine, La donna del Lago…): masterclass vocal et lyrique avec le maestro maison Antonio Pappano; prĂ©paration de Rolando Villazon pour le personnage de Rodolfo dans La BohĂšme de Puccini…
En combinant direct live sur le net et contenus dĂ©diĂ©s spĂ©cifiques, le ROH, Royal Opera House frappe un grand coup en ce dĂ©but d’annĂ©e 2013.Pour conclure la sĂ©rie de programmes inĂ©dits, les camĂ©ras Ă  disposition des internautes permettent de suivre le soir, la performance des acteurs chanteurs sur la scĂšne, dans l’acte III de La Walkyrie de Wagner… mais depuis les coulisses… La production a Ă©tĂ© enregistrĂ©e plus tĂŽt dans la saison londonienne, mais avec plusieurs camĂ©ras qui permettent au moment de cette diffusion digitale difĂ©rĂ©e et en streaming de choisir l’angle de vue et la perspective favorite pendant le spectacle (3 angles de vue possibles). Ainsi, il sera possible de voir Bryn Terfel en coulisses se prĂ©parant Ă  rentrer en scĂšne…RV incontournable: Ă  l’heure d’internet, les maisons d’opĂ©ras sont de plus en plus inventives pour ouvrir en grand la scĂšne lyrique auprĂšs du plus grand nombre.ROH, Royal Opera House, lundi 7 janvier 2013 Ă  partir de 10h30 (gmt) sur les sites dĂ©diĂ©s :

www.roh.org.uk
ou

thespace.org

Illustration: Bryn Terfel, Wotan magistral dans le dernier acte de La Walkyrie de Richard Wagner (DR)