Livre événement, critique. Karoll Beffa : « Saint-Saëns au fil de la plume » (Éditions Premières Loges, nov 2021) -

BEffa-livre-critique-classiquenews-CLIC-de-CLASSIQUENEWS-saint-saens-au-fil-de-la-plumeLivre événement, critique. Karoll Beffa : « Saint-Saëns au fil de la plume » (Éditions Premières Loges, nov 2021) – CAMILLE SAINT-SAËNS (1835-1921), légende vivante, comme compositeur et surtout pianiste virtuose, fut comme D’Indy, un écrivain affûté, à la plume acérée quand il fallait défendre son goût … comme le goût français en général. Le compositeur Karol Beffa, biographe apprécié de Ligeti entre autres, interroge l’implication et l’engagement de Saint-Saëns dans la définition du style français telle qu’elle pourrait se préciser à travers ses commentaires et écrits, parfois polémiques, toujours très personnels et argumentés en véritable homme d’esprit, de culture, de synthèse… Le fondateur de la Société national de Musique (avec Bussine en 1871) a continument cultivé la défense de la musique française, ancienne et contemporaine (de Charpentier à Rameau à Fauré, Debussy, Ravel…). Le voyageur régulier qui n’aimait la société et le milieu musical que s’il pouvait mieux s’en détacher, en longues pauses solitaires salvatrices, se livre ici grâce à la sélection opérée par Karol Beffa, lecteur attentif, critique, lui aussi très affûté.
La correspondance dévoile une pensée universaliste, qui se pique de curiosité et d’ouverture, concernant évidemment les arts et la musique mais aussi l’astronomie, la zoologie et la botanique (la cécité des escargots, l’intelligence des abeilles…), la psychologie, sans omettre le catholicisme britannique.

beffa karol talisman cd klarthe records critique review cd critique classiquenews annonce CLIC classiquenewsL’acuité de la plume et du goût se libèrent dans la défense de Berlioz, Bizet, Gounod, Liszt (qui fut son ami et celui qui défendit le mieux son œuvre et ses opéras, dont surtout Samson et Dalila), Massenet, Rossini, Pauline Viardot qui lui inspire la fameuse déclaration « elle n’était pas belle, elle était pire »… Provocateur certes, Saint-Saëns fut surtout un querelleur argumenté qui mesure ses pointes, nuance les critiques avec une finesse qui valent par leur franchise et leur sincérité. Le regard et la complicité qui s’invite dans cet examen confraternel, conduisent Beffa le compositeur à rendre le plus bel hommage à son prédécesseur Saint-Saëns ; le premier souligne la pertinence du second, son esprit, son ouverture. Mort en 1921 – il y a 200 ans ce 16 décembre dernier, Camille affirme une longévité qui lui permet d’embrasser le XIXè et aussi le premier XXè, à l’aune du Pelléas de Debussy ou du Sacre de Stravinsky… Ses écrits sur Wagner (entre fascination et réserve), sa spécificité cultivée entre classicisme (au sens que Berlioz à son époque lui donnait) et modernité recréative ressuscite un auteur majeur dont on redécouvre à juste titre les opéras (La Princesse Jaune, surtout Ascanio…) comme ses 5 symphonies, récemment jouées et enregistrées par le National de France et dont l’acuité sensible du geste interprétatif rétablit le raffinement de l’écriture. Quelle joie ici de lire Saint-Saëns par lui-même. Un auteur atypique et définitivement inclassable, qui se présenta au Prix de Rome (1852 puis 1864), soit 2 fois à 12 ans d’intervalle sans décrocher aucune distinction (!) ; comme Ravel, autre génie inclassable de la musique française que l’institution poussiéreuse et conservatrice ne sut pas distinguer : erreur fatale. Saint-Saëns ne peut donc être considéré comme « académique », terme plus conforme à Massenet et ses élèves. Karol Beffa permet de comprendre tout cela. Passionnant.

 

 

 

_______________________________________________________

Livre événement, critique. Karoll Beffa : « Saint-Saëns au fil de la plume ». Sélection de textes par Karol Beffa. Éditions Premières Loges. 300 pages. 21 €. Parution fin novembre 2021

 

 

 

Approfondir

 

 

Ascanio / G Tourniaire / CLIC de CLASSIQUENEWS
http://www.classiquenews.com/cd-evenement-critique-saint-saens-ascanio-1890-tourniaire-3-cd-b-records-geneve-2017/

 

 

5 symphonies de Saint-Saëns par l’Orchestre national de France / Cristian Macelaru / CLIC de CLASSIQUENEWS
http://www.classiquenews.com/cd-evenement-saint-saens-integrale-des-5-symphonies-cristian-macelaru-national-de-france-3-cd-warner-classics/

 

 

 

 

LIVRE événement, critique. Jean-Yves Clément : CHOPIN et LISZT, la magnificence des contraires (Éditions Premières Loges, sept 2021)

chopin-et-liszt jean yves clement premieres loges livre critique classiquenewsLIVRE événement, critique. Jean-Yves Clément : CHOPIN et LISZT, la magnificence des contraires (Éditions Premières Loges, sept 2021). CLIC de CLASSIQUENEWS automne 2021. Il est tentant toujours de rapprocher les deux compositeurs pianistes les plus passionnants de l’ère romantique : nés contemporains, Chopin (1810) et Liszt (1811) incarnent chacun à leur façon, la question du piano, de la musique ; chacun interroge jusqu’à la forme, son sens, son développement ; l’écriture même comme la pensée musicale. Evidemment notre époque de la radicalité affectionne l’éloquente estimation des oppositions… Leurs différences renforcent cette “magnificence des contraires” : le premier, expatrié nostalgique, maladif et pudique, renfermé patriote, concentré sur son œuvre, chétif mais frappé et porté par une créativité géniale malgré une vie fauchée (Chopin meurt à 39 ans) ; le second, né hongrois mais ouvert au monde, citoyen universaliste et fraternel, virtuose flamboyant et spectaculaire, baladin surdéployé, surexposé, … pourtant tout autant habité par un feu intérieur qui interroge son rapport à la musique. C’est pourquoi sa 2è vie, celle amorcée avec la Sonate en si mineur, (et après la mort de son génial double) impose le Liszt compositeur, obsédé par une même approche critique et spirituel de son art. Ce que révèle le texte du livre édité par Premières Loges, c’est la pensée et le cheminement musical de Liszt, éclairé dans son rapport au modèle chopinien. Liszt expérimentant après Chopin, l’expérience spirituelle de l’art ; mais là où le premier la vit en fulgurance, le second passe d’abord par la carrière du récitaliste (forcené / exténué) pour atteindre à la vérité du créateur, génie de la transformation thématique (il est mort en 1886 à 75 ans). Chopin est dans l’instant touché par la grâce ; Liszt dans la durée d’une métamorphose permanente. Lumineuse confrontation qui passionne car elle révèle tout ce qui bouleverse chez Chopin comme (surtout) chez Liszt.

Au final, la confrontation des deux tempéraments romantiques serait une approche admirative d’une équation féconde, convoquant comme un rébus, la réalité de la dispersion, l’urgence de l’unité ; c’est là que Liszt nous paraît dans toute sa quête critique qu’il n’aurait pas même conscientisé, sans sa profonde compréhension du temps compté de Chopin : le Polonais saisit par son essence et quand il meurt (1849), le Hongrois peut enfin naître à lui-même ; et du concertiste épuisé perdu, devient le compositeur auquel est révélé le sens unifié d’une vie faite œuvre.

Le texte admirable de JY Clément n’est pas comparaison mais témoignage de deux unités réalisées en deux temps distincts, cependant mêlés l’un à l’autre. Liszt serait-il devenu ce génie de la transcendance, apôtre de l’essence, sans Chopin, qui fut l’âme de la musique, mais une âme franche, directe, concentrée, et parfois violente (ce que n’oublie pas de souligner l’auteur)?

En un temps deux fois plus long, Liszt expérimente et revit le calvaire et aussi le miracle de Chopin ; il trouve son essence dans un minimalisme final prédebussyste quand son gendre, Wagner développe pour lui-même et sans rendre hommage à son mentor, la musique qui fusionne temps et espace dans cette durée alchimique du Liszt en pleine mutation chopinienne.

CLIC D'OR macaron 200Tout en rétablissant la violence prophétique de Chopin (ce qui tempère le « raphaëlisme » dont parle cependant non sans justesse Balzac), l’auteur exprime en fin connaisseur, le chemin de croix du dernier Liszt (son doute créateur), ses fabuleuses dernières conquêtes  (le « nocturne » Wiegenlied de 1880, En rêve de 1885…), celui des Nocturnes endeuillés et énigmatiques dont l’épure éthérée (éolienne) tout en renouant avec la vibration chopinienne, annonce la propre ferveur d’un Messiaen… . Passionnant.

______________________________________________________________
LIVRE événement, critique. Jean-Yves Clément : CHOPIN et LISZT, la magnificence des contraires (Éditions Premières Loges, sept 2021). CLIC de CLASSIQUENEWS automne 2021.

https://www.editions-premieresloges.com/

LIVRE événement, critique. Chantal Cazaux : Rossini, mode d’emploi (Premières Loges)

chantal-cazaux-rossini-livre-clic-de-classiquenews-rossini-mode-d-emploiLIVRE événement, critique. Chantal Cazaux : Rossini, mode d’emploi (Premières Loges) – Comme tous les « Modes d’emploi », le guide bien illustré dresse un bilan sur la Rossinimania qui continue de déferler sur la scène lyrique internationale (Rossini est le 4è compositeur le plus joué au monde, après Verdi, Mozart, Puccini), tout en se posant les bonnes questions s’agissant de son interprétation, des œuvres fétiches, comme de l’évolution de l’écriture rossinienne. A ce propos, le texte très clair met à mal un certain nombre d’idées reçues (comme par exemple contrairement à ce qui est dit et écrit… l’ex directeur du Théâtre-Italien), Rossini a continué d’écrire et de composer tout au long de sa vie, certes moins d’opéras à l’âge de sa retraite précoce (37 ans, l’âge de son ultime ouvrage lyrique), mais inventeur de formes nouvelles, entre l’opéra et l’église : Petite Messe solennelle, Stabat Mater…). Pour éclairer aussi profondément qu’il est possible la stature et la créativité du « Napoléon de la musique », du « Cygne de Pesaro », le livre s’articule en cinq parties destinées à aborder tous les aspects du vaste univers rossinien : « l’homme, sa musique, ses opéras clés, ses plus grands interprètes et tous les outils pratiques pour partir à sa rencontre ». Et déjà sous le bon vivant, l’ensemble des articles et commentaires dévoilent et précisent la finesse et la subtilité de Rossini, son écriture belcantiste; la séduction irrésistible de son drame, comique ou héroïque, toujours juste et sincère.

————————————————————————————————————————————————–

LIVRE événement, critique. Chantal Cazaux : Rossini, mode d’emploi (Premières Loges) – Version papier : 28 € – Ouvrage disponible à partir du 14 octobre 2020
- ISBN : 978-2-84385-497-2 – 240 pages.
PLUS d’infos sur le site asopera / éditions Premières Loges
https://www.asopera.fr/fr/modes-d-emploi/3908-rossini-mode-d-emploi.html

————————————————————————————————————————————————–

Avant-propos

I. Points de repères

1. Rossini dans l’histoire de la musique
2. Gioachino Rossini, une vie (1792-1868)
3. Un homme en son temps

II. Études

1. Allegro virtuoso e crescendo
2. Cache-cache avec la muse
3. Figaro ci, Figaro là

III. Regards sur les opéras

    Tancredi
L’Italienne à Alger
Le Turc en Italie
Elisabetta, regina d’Inghilterra
Le Barbier de Séville
Otello
La Cenerentola
La Pie voleuse
Armida
Mosè in Egitto
La Dame du lac
Maometto II
Sémiramis
Le Voyage à Reims
Le Siège de Corinthe
Moïse et Pharaon
Le Comte Ory
Guillaume Tell

IV. Écouter et voir

1. Chanter Rossini
2. Diriger Rossin
3. Mettre en scène Rossini
V. Repères pratiques

Discographie
Vidéographie
Bibliographie

Chronologie des opéras ; Table des extraits audio
Index des noms ; Index des titres