Orchestre National de Lille : Les Nuits d’été ( 7 et 8 juillet 2022)

Classiquenews.com

recevez l'info en continu: inscrivez vous ici

dépêches

  • Werther-opera-tours-heloise-mas-mikhael-timoschenko-charlotte-albert-critique-opera-classiquenews-opera-de-tours-vincent-boussard

    CRITIQUE, opéra. TOURS, le 30 sept 2022. MASSENET : Werther. Mas, Timoshenko, Lys. Laurent Campellone, direction / Vincent Boussard, mise en scène.   -   Cohérent et concentré, Vincent Boussard fait un Werther froid et subtil, un songe hivernal déroulé comme un cauchemar embué, épuré, surréaliste.
    L’ouvrage qui a fait le succès des ténors fameux Roberto Alagna chez DG (Pappano, 2011), Jonas Kaufmann à Paris, est à Tours mais dans la version [que nous préférons], celle pour baryton. A Lausanne (mai 2022) le ténor Jean-François Borras avait convaincu dans cette mise en scène ainsi créée en Suisse.
    Après Hamlet de Thomas, Boussard…

  • bellini denizeau biographie bleu nuit éditeur classiquenews critique livre

    CRITIQUE, livre. BELLINI par Gérard Denizeau [Bleu Nuit Éditeur, collection Horizons] – Biographie au verbe aiguisé, à la pertinence affûtée qui a le mérite de dépoussiérer la figure autant que l’écriture d’un Bellini méconnu,  insoupçonné mais très juste : « mystérieux et méchant », d’une puissance enfin dévoilée, dont le tempérament méditerranéen [sicilien né à Catane] revendique une autre voie, celle élégiaque en rien spectaculaire dont la pureté subtile se détacherait dans le paysage européen romantique, au même titre que la transparence française, ou les brûmes pâlissantes et septentrionales germaniques.
    Nouvelles facettes d’un Bellini réévalué
    Le propos est suffisamment original…

  • vevey-montreux-villazon-montag-borsarello-concert-critique-2022-classiquenews-

    CRITIQUE, concert. Vevey, le 21 sept 2022. Soirée Mozart : Hugues Borsarello (violon), Paul Montag (piano), Rolando Villazon (récitant). La 76ème édition du Septembre Musical Montreux-Vevey s’est ouverte le 19 septembre (et court jusqu’au 29), une mouture 2022 que Mischa Damev, directeur de la manifestation lémanique depuis 2019, a placé sous le signe de l’Autriche, après une première édition consacrée à la Russie. C’est donc naturellement à ses plus illustres enfants dans le domaine musical – Mozart bien sûr, mais aussi Schubert, Haydn, Bruckner, Strauss… – que le festival est dédié cette année, avec des ensembles instrumentaux (et vocaux) autrichiens …

  • DELIBES-leo-par-classiquenews-classiquenews-dossier-coppelia-kassya-opera-dossier-classiquenews

    CRITIQUE, opéra. Paris, Opéra Comique, le 28 sept 2022. Delibes : Lakmé. Raphaël Pichon / Laurent Pelly – On reste toujours fasciné par le chemin parcouru par certains chanteurs que l’on a eu la chance de découvrir en début de carrière : ainsi de Sabine Devieilhe (née en 1985), qui depuis son prix « Révélation Artiste Lyrique » aux Victoires de la musique classique 2013, n’a eu de cesse de s’affirmer comme l’une des sopranos coloratures les plus prisées de sa génération, recueillant des succès mérités à chacune de ses apparitions. Certains rôles semblent désormais indissociables de sa personne, comme…

  • cherubini-medee-sonia-mc-vicar-metropolitan-opera-new-york-nezet-seguin-classiquenews

    CINÉMA, le 22 oct 2022. CHERUBINI : Médée. En direct du Metropolitan Opera New York, dès 18h55. Dans le cadre de son programme de diffusion publique, « Live in HD », le Met de New York diffuse en direct au cinéma, l’opéra «Médée» de Luigi Cherubini, chef d’oeuvre du théâtre tragique terrifique propre à la fin du XVIIIè…
    L’opéra Médée de Luigi Cherubini créé en 1797, à l’extrémité du XVIIIè, semble résonner des tumultes révolutionnaires de la terreur, l’héroïne, Médée, incarnant cet idéal exacerbé de sacrifice et de cruauté infanticide qui vibre au diapason d’une période de l’histoire française particulièrement…

lire toutes les dépêches

à ne pas manquer

    radio

    tous les programmes accéder au mag radio
  • France Musique. Sam 1er oct 2022. 20h. VERDI : Aïda. Salzbourg, 2022. L’opéra égyptien de Verdi, inauguré à l’ouverture du Canal de Suez, est inspiré par l’âge d’or de l’histoire pharaonique, soit le Nouvel Empire. Une somptueuse évocation historique à grand renfort de tableaux et scènes collectives spectaculaire (le défilé du victorieux Radamès, bras armé de Pharaon,…) auxquels participe l’égyptologue français Auguste Mariette : d’où le grand réalisme historique de la partition et la vraisemblance du livret. En dramaturge affûté, admirateur de Shakespeare et Schiller, Verdi n’oublie pas d’approfondir le noeud d’une intrigue essentiellement psychologique…
    Le général Radamès (ténor héroïque)…

  • France Musique, Sam 1er, 8 oct 2022, 14h. GLENN GOULD : 40 ans de la disparition / Portraits de famille par Philippe Cassard : le GLENN GOULD D’AVANT, celui qui en concert éblouissait avant de s’enfermer dans les studios… Né en 1932, décédé quelques jours après son 50ème anniversaire, le 4 octobre 1982, Glenn Gould est devenu un mythe de son vivant, surtout après son retrait de la scène en 1964, quand désormais, il enregistre tard le soir et dans la nuit, en studio, à l’écart des salles de concerts qui le stressent trop. Des livres, des films, des exégèses…


    télé

    tous les programmes accéder au mag télé
  • ARTE, TV. Dim 2 oct, 22h30. CARUSO : Voix éternelle. Comment un gamin pauvre de Naples est-il devenu la première star mondiale de l’opéra ? Images d’archives et témoignages de spécialistes éclairent la trajectoire du ténor légendaire Enrico Caruso (1873-1921).
    Né en 1873 dans un quartier ouvrier de Naples, Enrico Caruso obtient à 27 ans, un contrat à la Scala de Milan, où il subjugue le public. Il créée Fedora de Giordano (1898), puis Toscanini et Puccini l’engagent en 1900 pour la création de La Bohème (Rodolfo)…
    Sa popularité, s’accroît grâce à l’invention récente du gramophone : en 1902 à…

  • ARTE, TV, dim 2 oct 2022, 18h40. La Chute du Mur, concert à Berlin   –  Le concert de la chute du mur de Berlin – Trois jours après la chute du Mur, le 12 nov 1989, l’Orchestre Philharmonique de Berlin offre un concert pour les citoyens de RDA. Moment d’émotion et de communion dans la musique, l’événement demeure mémorable pour tout mélomane berlinois. Ainsi pour chaque citoyens de RDA, les papiers d’identité tiennent lieu de ticket d’entrée. Le public afflue et le concert présenté comme exceptionnel, est retransmis en direct à la télévision : le chef emblématique des cultures réconciliées,…


    concerts et opéras

    voir notre agenda accéder au mag concerts et opéra
  • Opéra de Nice, ballet. ARAIZ, GUERIN, 30 sept – 6 oct 2022. Pour 6 représentations, l’Opéra de Nice affiche un événement chorégraphique jusqu’au 6 oct 2022. « Rhapsody »  éclaire la manière dont le chorégraphe argentin Oscar Araiz distribue le mouvement. Il a dirigé le ballet du GT Genève de 1980 à 1988 : électro libre aujourd’hui, Araiz aime capter le mystère de l’énergie primitive, première d’où naissent le geste et la danse dont il désire exprimer, dans leur développement progressif, la magie expressive, archaïque et cathartique (ainsi sin ballet contemporain pour le premier opéra du Nouveau Monde, La Purpura…

  • GENEVE, HALÉVY : la Juive. 15 – 25 sept 2022. Suite du cycle genevois dédié au grand opéra français romantique. Après les Huguenots, voici donc la Juive, drame à la française, créé en 1835, contemporain des Puritains ou de Lucia di Lammermoor. Auprès de Meyerbeer, et dans le sillon tracé dès 1829 par Rossini et son drame français Guillaume Tell, le parisien Fromental Halévy connaît avec La Juive, un éclatant succès. Le maître de Bizet (qui deviendra son gendre), fixe les éléments constitutifs de l’opéra français romantique, généreux en décors, en scène collective spectaculaire, en drame sanglant, sacrificiel, en particulier…

  • TOURS, Opéra. MASSENET : WERTHER. 30 sept – 4 oct 2022. Sous la direction de Laurent Campellone (Vincent Boussard, mise en scène), l’Opéra de Tours affiche Werther de Massenet dans la version pour baryton (et non pas pour ténor). Avec Régis Mengus dans le rôle-titre et Héloïse Mas (Charlotte), Mikhail Timoshenko (Albert)…
    Fleuron du romantisme tragique allemand conçu par Goethe, Werther inspire Massenet qui en fait un drame lyrique d’une efficacité immédiate. Passionné, entier, le jeune Werther, idéaliste suicidaire, aime Charlotte, promise à un autre. Après l’été de la rencontre, s’inscrit l’automne du doute amer, de la frustration dépressive :…

  • PARIS, TCE, ven 30 sept 2022, 20h. STRAVINSKY / Les Siècles. Le TCE affichant Stravinsky revisite son histoire inaugurale… Premier concert de la résidence des Siècles et de leur chef François-Xavier Roth dans le mythique trio des ballets de Stravinsky : triptyque légendaire qui confirme le génie orchestral de Stravinsky à Paris autour des années 1910. Le sommet étant atteint en 1913 lors de la création du Sacre du Printemps, partition et ballet révolutionnaire, transe orchestrale et scintillement de timbres qui préfigure le choc de la première guerre…
    ______________________________________
    PARIS, TCE, ven 30 sept 2022, 20h. STRAVINSKY
    Les Siècles /…

  • ON LILLE : 21, 22, 23 et 24 sept 2022. Mozart, Messiaen. L’Orchestre National de Lille, dirigé par l’américain Joshua Weilerstein (portrait con contre, DR) jouent les œuvres des jeunes Mozart et Messiaen (âgés de 22 ans) : Concerto pour hautbois et Offrandes oubliées ; « promesses de jeunesse » couplées avec la Symphonie n°2 de Johannes Brahms, la plus « heureuse » des partitions brahmsiennes, pilier du répertoire symphonique romantique.
    Messiaen, sincère catholique, exprime « l’oubli de l’homme devant le sacrifice du Christ » ; les « offrandes oubliées » évoquent le triptyque : La Croix, le péché, l’Eucharistie.…

  • ANGERS NANTES OPERA, le 22 sept 22. Du Bellay, Doulce Mémoire. Pour célébrer le 500e anniversaire de la naissance de Joachim Du Bellay, auteur majeur de la poésie Renaissance, Doulce Mémoire et Denis Raisin-Dadre rencontrent le slameur Kwal, portés par cette curiosité créative, souvent gage de pusisance et d’originalité. Doulce Mémoire sélectionne une collection de textes évocatoires, emblématiques de Joachim Du Bellay, poète originaire de Liré, ancienne commune rurale d’Anjou, qui chante sa terre et son enfance, « son authenticité mais aussi son obsession de la musicalité ».
    Doulce Mémoire conçoit un programme autour de musiques composées sur des poésies…

  • PARIS, Opéra Bastille, TOSCA. 3 sept – 26 nov 2022. C’est avant Traviata, Don Giovanni et même l’inusable Carmen que l’on croyait indépassable, l’opéra le plus joué dans le monde : Tosca. La partition composée par Puccini à l’aube naissante du XXè siècle (1900) s’inspire de la pièce éponyme de Victorien Sardou. Dans son transfert sur la scène lyrique, le drame n’a rien perdu de sa force passionnelle, de son incandescence collective. Et aux côtés des deux artistes protagonistes, rare couple artistique sur la scène, la cantatrice Floria Tosca et le peintre Mario Cavaradossi, Puccini ajoute un orchestre somptueux qui…

  • LILLE, ON LILLE : 29, 30 sept 2022., 20h. Britten, Holst. Concert inaugural prometteur : Alexandre Bloch (photo ci contre © Ugo Ponte) et les instrumentistes du National de Lille jouent le seul Concerto pour violon de Britten (1940) avec la soliste Isabelle Faust ; puis font résonner les déflagrations martiales que Holst a conçu dans le fabuleux poème symphonique « Les Planètes » (1918)… dont surtout le fascinant premier « portrait » cosmogonique, celui de « Mars » qui ouvre le cycle symphonique, composé avant 1914, expression du chaos plutôt que prémices de la guerre. Le chef Adrian Boult…

  • MUSICANCY, Château d’Ancy-le-Franc : 18 août, 11 sept 2022. 2 derniers concerts de l’édition 2022… Pour sa 19e édition, le Festival dont l’écrin est le sublime palais Renaissance d’Ancy-le-Franc, fait peau neuve et amorce un nouveau chapitre de son histoire déjà prestigieuse. Il manquait une programmation musicale à la mesure de la beauté des lieux ; c’est chose faite grâce à l’impulsion nouvelle qu’apporte au Festival, Fannie Vernaz, présidente de Musicancy : « Musicancy prend un nouvel élan avec une programmation délibérément placée sous le signe des plaisirs et de la fantaisie. Consacrée entièrement à la musique ancienne, cette 19e…

  • GSTAAD MENUHIN FESTIVAL, le 27 août 2022. Mozart : La Flûte enchantée (Tente de Gstaad). A l’été 2022, le GSTAAD MENUHIN FESTIVAL fait peau neuve et s’engage pour la préservation du climat. Tout en célébrant Vienne (son thème générique en 2022), le premier festival estival en Suisse, affiche le 27 août sous la tente de Gstaad, l’opéra enchanteur de Mozart, en allemand, La Flûte enchantée (Les Talens Lyriques) – jubilation lyrique puis rituel maçonnique et drame populaire : cet été, le GSTAAD MENUHIN Festival a tout pour vous plaire. Avant de disparaître, Mozart conçoit à Vienne, le modèle d’un opéra…

  • GSTAAD MENUHIN FESTIVAL, les 26 et 27 août 2022. Giardino Armonico, La Flûte enchantée. A l’été 2022, le GSTAAD MENUHIN FESTIVAL fait peau neuve et s’engage pour la préservation du climat. Tout en célébrant Vienne (son thème générique en 2022) avec Il Giardino Armonico et Patricia Kopatchinskaya (« le dernier voyage de Vivladi à Vienne / direction : Giovanni Antonini, le 26 août dans l’église de Saanen, lieu mythique et fondateur du Festival), le premeir festival estival en Suisse, affiche le 27 août sous la tente de Gstaad, l’opéra enchanteur de Mozart, en allemand, La Flûte enchantée (Les Talens Lyriques)…

  • ORANGE, Sam 6 août 2022. PONCHIELLI : La Gioconda (21h30). Gioconda serait pour le metteur en scène et directeur des Chorégies d’Orange, l’emblème type du « grand opéra ». Airs, duos, trios, grands chœurs et ballet (de la célèbre “ Ronde des Heures ”) composent une soirée lyrique qui prend des allure de grand spectacle, associant toutes les disciplines du théâtre musical : chant, théâtre, danse. Ainsi se concrétise sur les planches, un magnifique tableau de la « Grande Venise du XVIIe siècle »… Mais la séduction formelle de cette partition foisonnante doit aussi à la précision et l’efficacité de…

temps forts

    en direct sur internet

    toute la grille accéder au mag internet
  • ARTE, les 21 puis 28 août 2022. Isabelle Faust joue Brahms. Klaus Mäkela, jeune et fringuant directeur musical finnois de l’Orchestre de Paris (26 ans), qui s’est récemment distingué dans une intégrale Sibelius aussi courageuse que convaincante (Decca) joue à la Philharmonie de Paris le 10 fév 2022, le Concerto pour violon de Brahms en ré majeur (1878) avec l’irrésistible violoniste Isabelle Faust.
    Été 1877, Brahms découvre la station balnéaire de Pörtschach, (Alpes Autrichiennes). Le cadre favorise l’émergence de mélodies en une inspiration facilitée dont le climat lumineux et bienheureux lui inspire in fine sa Symphonie n°2. Une même félicité…

  • ARTE. Dim 21 août 2022, 23h50. TCHAIKOVSKY : La Dame de Pique (Baden Baden, 2022, Petrenko). Kiril Petrenko, directeur musical des Berliner Philharmoniker est un chef lyrique, transparent, précis, subtilement dramatique. Il le montre aisément lors de cette représentation de La Dame de Pique de Tchaikovsky, production présentée en avril 2022 lors du dernier festival de Pâques de Baden Baden.
    Et si La Dame de Pique était avec Eugène Onéguine, l’opéra le plus intime de Piotr Illiytch ? Révélant en réalité ses pensées les plus sombres, où chaque être impuissant mais insoumis est funambule d’un fil ténu qui peut le…

  • OperaVision, le 13 août 2022, 11h. Direct. ROSSINI : Il Viaggio a REIMS. EN DIRECT du Rossini Opera Festival de Pesaro 2022. Giocoso en un acte créé à Paris (Théâtre Italien le 19 juin 1825), Le voyage à Reims confirme le génie rossinien d’essence délirant et comique, même dans le cas d’une oeuvre circonstancielle. En 1824, quand Charles X devient roi de France, Rossini, nommé directeur du Théâtre Italien généreusement payé, écrit une nouvelle partition pour le public français. Donné en version de concert, l’œuvre est ensuite pour partie recyclée dans Le Comte Ory (1828).
     
     
     
    GALERIE DE…

  • GSTAAD MENUHIN FESTIVAL, les 26 et 27 août 2022. Giardino Armonico, La Flûte enchantée. A l’été 2022, le GSTAAD MENUHIN FESTIVAL fait peau neuve et s’engage pour la préservation du climat. Tout en célébrant Vienne (son thème générique en 2022) avec Il Giardino Armonico et Patricia Kopatchinskaya (« le dernier voyage de Vivladi à Vienne / direction : Giovanni Antonini, le 26 août dans l’église de Saanen, lieu mythique et fondateur du Festival), le premeir festival estival en Suisse, affiche le 27 août sous la tente de Gstaad, l’opéra enchanteur de Mozart, en allemand, La Flûte enchantée (Les Talens Lyriques)…

  • OPERA ON LINE. WAGNER : Siegfried, le 19 août 22, 19h (LONGBOROUGH 2022, Grande-Bretagne) – Le héros Siegfried reforge l’épée brisée de son père et part en quête du plus inestimable des trésors : l’amour de la Walkyrie Brünnhilde, prise au piège d’un cercle de feu.  Siegfried est le 3ème opéra de la Tétralogie de Richard Wagner, Der Ring des Nibelungen (L’Anneau du Nibelung). Wagner a interrompu sa composition à la fin de l’acte II afin d’écrire Tristan und Isolde et Die Meistersinger von Nürnberg, pour ne revenir à Siegfried que 7 ans plus tard.

    Des éléments de ces deux…


    cinéma

    toute la grille accéder au mag cinéma
  • CINÉMA, le 22 oct 2022. CHERUBINI : Médée. En direct du Metropolitan Opera New York, dès 18h55. Dans le cadre de son programme de diffusion publique, « Live in HD », le Met de New York diffuse en direct au cinéma, l’opéra «Médée» de Luigi Cherubini, chef d’oeuvre du théâtre tragique terrifique propre à la fin du XVIIIè…
    L’opéra Médée de Luigi Cherubini créé en 1797, à l’extrémité du XVIIIè, semble résonner des tumultes révolutionnaires de la terreur, l’héroïne, Médée, incarnant cet idéal exacerbé de sacrifice et de cruauté infanticide qui vibre au diapason d’une période de l’histoire française particulièrement…

  • CINEMA, Mer 5 oct 2022 MAYERLING  … En direct du ROH Londres, fantasmes, érotisme et suicide… la liste est à l’affiche définitive, peu poétique, mais sur la scène, depuis le Royal Opera House de Londres, le ballet qui en découle force l’imagination voire l’enthousiasme. D’après la vie rocambolesque de l’héritier des Habsbourg, le prince Rodolphe, Kenneth MacMillan écrit en 1978 son ballet d’après la vie et la mort tragico sublime de Rodolphe, âme désespérée et noire avec sa maîtresse Mary Vetsera, à … Mayerling.
    Le faste étouffant de la cour austro-hongroise des années 1880 plante le décor d’un suspense dramatique…

  • CINEMA, Opéra en direct. VERDI : Rigoletto. Le 29 janv 2022, 18h55. Enfin un nouveau direct du Met (New York Metropolitan Opera), la nouvelle production de l’opéra que Verdi a conçu d’après Victor Hugo (Le Roi s’amuse) : Rigoletto. La production de Bartlett Sher transpose l’action dans la République de Weimar (décors et costumes créant une ambiance d’inspiration Art Déco, propre aux années 1920).  Le baryton Quinn Kelsey incarne pour la première fois au Met le rôle-titre, celui du nain sarcastique et acide qui sera pris à son propre piège (formidable emploi pour un baryton soucieux de jouer autant que…

  • Cinéma. En direct du Met de New York, sam 23 oct 2021, 18h55 : « COMME UN FEU DEVORANT RENFERME DANS MES OS / FIRE SHUT UP IN MY BONES » de Terence Blanchard, compositeur et jazzman. La création lyrique pourrait bien être l’événement espéré, soulignant la reprise d’activité du Met de New York. L’opéra en création est le premier opéra composé par un un afro-américain pour la scène new yorkaise. L’action mise en musique par le trompettiste et musicien de jazz aborde des sujets d’actualité : abus sexuels, homosexualité, racisme, droits des minorités,…
    Pour son deuxième opéra, Terence Blanchard …

  • CINÉMA. DUNE version 2021 : prochaine sortie du film réalisé par Denis VILLENEUVE en 2019… Après le légendaire film signé David Lynch, et malgré les bouderies de la critique, devenu mythique, voici annoncée la version de Denis Villeneuve (PREMIER CONTACT, BLADE RUNNER 2049). Le film a été tourné en décors naturels en Hongrie et en Jordanie et devrait sortir en septembre 2021, suite à son report covid oblige, initialement prévu en décembre 2020. Le roman fantastique féerique terrifique de Frank Herbert inspire ainsi une nouvelle réalisation cinématographique où le profil du jeune acteur franco-américain Timothée Chalamet, mémorable interprète de The…


    expos

    toute la grille accéder au mag concerts et expos
  • EXPO, Clermont-Ferrand. « COSTUMER le siècle des Lumières », jusqu’au 20 août 2022. Dans son titre « Costumer le Siècle des Lumières », l’exposition conçue par le directeur de l’Opéra de Clermont-Ferrand (Clermont Auvergne Opéra / CAO), Pierre Thirion-Vallet, affiche clairement ses intentions : à travers une sélection de costumes de ses productions maison, évoquer la formidable épopée de la mode au XVIIIè, mais aussi préciser ce qui inspire metteurs en scène et costumiers, confrontés à l’opéra des Lumières…
    Le parcours qui s’offre à vous pour l’été, jusqu’au 20 août 2022, et en accès gratuit, est d’une rare pertinence :…

  • CLERMONT-FERRAND. Exposition Costumer le siècle des Lumières, jusqu’au 20 août 2022. La ville de Clermont-Ferrand a confié à “Clermont Auvergne Opéra” le soin de réaliser une exposition en partenariat avec le Musée d’Art Roger Quilliot et le CNCS de Moulins. Ainsi, l’exposition “COSTUMER LE SIECLE DES LUMIERES” est accessible à l’Opéra de Clermont-Ferrand jusqu’au 20 août (entrée gratuite) et regroupe près d’une quarantaine de costumes d’opéra signés Renato Bianchi (Comédie Française), Christian Lacroix et Véronique Henriot (Clermont Auvergne Opéra).
    Le costume français au XVIIIème siècle fascine par sa grâce, son originalité, sa sensualité. Il évolue constamment au cours de cette…

  • Exposition « L’Opéra à Odysséa ». Saint-Jean-de-Monts : 10 juill – 28 août 2022  -  Quand les costumes d’Angers Nantes Opéra sortent de scène… 2 expos à visiter pendant l’été. L’opéra à Odysséa (Saint-Jean de Monts). L’Opéra à Odysséa / St-Jean de Monts. Au Palais des congrès Odysséa à Saint-Jean de Monts, s’exposent cet été plus d’une centaine de costumes et d’éléments de décors tous réalisés par Angers Nantes : soit 120 costumes, 70 chapeaux, 30 perruques, accessoires, bijoux et éléments de décors racontent près d’une vingtaine d’opéras créées ces dernières saisons par les ateliers de costumes et de décors…

  • PARIS, Exposition : « SAINT-SAËNS, un esprit libre » : 25 juin – 10 oct 2021. Le Palais Garnier à PARIS, à travers la Bibliothèque Musée de l’Opéra célèbre le centenaire de la mort (1921 – 2021) du plus grand romantique français de la seconde moitié du XIXè : Camille Saint-Saëns (1835 – 1921), jamais couronné par le Prix de Rome ni reconnu à sa juste valeur par les institutions étatiques ; aux côtés de Massenet, Saint-Saëns offre un visage différent du romantisme à la française grâce à son sens du drame (ses opéras Samson et Dalila ou Ascanio récemment…

  • EXPO, Paris. Les Musiques de Picasso à la Philharmonie, jusqu’au 3 janvier 2021 : c’est l’expo événement de cette rentrée post confinement. La musique chez Picasso est d’autant plus passionnante à mesurer et découvrir que le sujet fut source de passion et de déclarations spectaculaires voire définitive de la part du peintre. S’il a déclaré qu’il n’aimait pas la musique, Picasso comme Victor Hugo avait une idée trop haute de la création musicale et des citations instrumentales pour accepter leur dévoiement. Pas une toile ou une composition de Picasso qui en représentant un instrument ou un instrumentiste, n’ait été minutieusement…


Orchestre National de Lille : Les Nuits d’été ( 7 et 8 juillet 2022)

nuits ete orchestre national de lille concert critique annonce concert classiquenewsLILLE, jeu 7, ven 8 juillet 2022. ON LILLE, Les Nuits d’été. Le National de Lille joue l’opéra ! C’est un tour d’horizon haut en couleurs et plutôt contrasté auquel nous convient les interprètes de ce programme généreux ; la planète opéra offre une constellation de situations et de sentiments variés : la sélection opérée par le maître de cérémonie, Alex Vizorek avec la complicité du chef Alexandre Bloch, directeur musical du National de Lille, nous révèle quelques pépites très emblématiques, entre élégance, pathétique, héroïsme, humour… Héros et déesses, amoureuses blessées (Tatiana, ) ou fiancé trahi suicidaire (Lenski), serment viril (Don Carlos et Rodrigo) et air d’ivresse (Don Giovanni dans son air du Champagne : « Fin Ch’han dal vino ») … prière d’un amant maudit (le Hollandais « volant »), ou confession collective suspendue (« Soave sia il vento » du Cosi fan tutte de Mozart)… rien ne vous est épargné, le fameux chœur des Bohémiennes (La Traviata de Verdi), y compris le chœur d’enfants (celui de la Garde montante de Bizet pour Carmen)… Mozart, Bizet, Massenet, Tchaikovsky, Verdi, Wagner… et comme pour nous, rien ne saura plus vous fasciner que les deux airs de pyrotechnie vocale, celle de « Nacqui all’affanno » (Rossini : La Cenerentola – 1817) et de « Glitter and be gay » (délire de la courtisane Cunégonde par Bernstein dans Candide – 1956), défis respectifs pour mezzo et soprano coloratoures.

Entre les airs les plus enivrants de la scène lyrique, l’Orchestre National de Lille démontre ses affinités dramatiques en jouant plusieurs pages orchestrales dont l’ouverture de La Force du Destin (Verdi, 1869)… Comme finale, rien de mieux que le choeur enivré, jubilatoire : « Libiamo » (Verdi : La Traviata – 1853), brindisi à l’élégance irrésistible qui est une sublime invitation à la célébration collective : « Buvons dans ces joyeuses coupes » !

_______________________
LES NUITS D’ÉTÉ 2022
Jeudi 7 juillet 2022 — 20h
Vendredi 8 juillet 2022 — 20h
Lille – Auditorium du Nouveau Siècle
INFOS et RESERVATIONS ici
https://www.onlille.com/saison_22-23/concert/les-nuits-d-ete/

Une petite histoire de l’opéra
racontée par Alex Vizorek !
± 2h30 avec entracte

Œuvres de Bernstein, Bizet, Massenet, Mozart, Poulenc, Rossini, Tchaïkovski, Verdi, Wagner…

Orchestre National de Lille
Alexandre Bloch, direction
Alex Vizorek, Texte et narration
Jodie Devos, Soprano
Gaëlle Arquez, Mezzo-soprano
Jean-François Borras, Ténor
Alexandre Duhamel, Baryton

Jeune Choeur des Hauts-de-France
Pascale Dieval-Wils, Cheffe de Chœur

Pour cette nouvelle édition des « Nuits d’été », l’ONL interprète un florilège des grands airs et ouvertures d’opéra ! De Don Giovanni de Mozart à Candide de Bernstein, de Carmen à Rigoletto, voici incontournables du répertoire et quelques raretés ! L’Orchestre, sous la baguette d’Alexandre Bloch, accompagné par quatre solistes français et le Jeune Chœur des Hauts-de-France, vous proposent un voyage exceptionnel !

Programme :

BIZET, Carmen,
ouverture
Avec la garde montante

VERDI
Don Carlos – Dio, che nell’alma infondere

MASSENET
Werther – Air des lettres

DONIZETTI
L’Elisir d’Amore – Saria Possibile

MOZART
Don Giovanni – Fin Ch’han dal vino

POULENC
Les Mamelles de Tirésias -
Non, Monsieur mon mari

TCHAIKOVSKY
Eugène Onéguine – Kuda, kuda vi udalilis

BIZET
Les Pêcheurs de Perles -
Je frémis, je chancelle

VERDI
La Force du Destin – Ouverture

WAGNER
Le Vaisseau fantôme – Die Frist ist um

MASSENET
Werther – Pourquoi me réveiller ?

MOZART
Così fan tutte – Soave sia il vento

VERDI
La Traviata – Chœur des bohémiennes
Noi siamo zingarelle »

ROSSINI
La Cenerentola – Nacqui all’affanno

BERNSTEIN
Candide – Glitter and be gay

VERDI
Rigoletto – Quatuor « Un di se ben rammentomi »

VERDI
La Traviata – Libiamo

ENTRETIEN avec François BOU. Les Nuits d’été à LILLE… Carmen, les 9, 11 et 12 juillet 2019

carmen-bizet-alexandre-bloch-opera-lille-onl-orchestre-national-de-lille-annonce-opera-critique-opera-classiquenews-juillet-2019ENTRETIEN avec François BOU. Les Nuits d’été à LILLE… Ce pourrait être enfin une Carmen espérée, fantasmée, idéale, réalisée à Lille en ce début d’été 2019. L’Orchestre National de Lille en plus de son éloquence (et appétit) symphonique, ne montrerait-il pas une disposition égale et des affinités assumées pour le lyrique ? Entretien avec François BOU, directeur général de l’ONL Orchestre National de Lille, à propos de Carmen, nouveau spectacle lyrique présenté au Nouveau Siècle, qui inaugure les 9, 11 et 12 juillet 2019, un nouveau cycle estival pour l’orchestre, « Les Nuits d’été ». Distribution, illustrateur, récitant… , place de la musique et retour à Mérimée… François Bou présente Carmen dans le dispositif particulier de l’Auditorium du Nouveau Siècle à Lille.

________________________________________________________________________________________________

CNC / CLASSIQUENEWS : Pourquoi lancez-vous avec cette Carmen au Nouveau Siècle, une nouvelle série musicale, invitant les spectateurs, à suivre le travail de l’Orchestre National sous la direction de leur directeur musical, Alexandre Bloch ?

François BOU : Nous sommes partis du constat que sur la Métropole lilloise, il n’y avait plus d’offre culturelle et musicale à partir de fin juin, alors que le public n’avait pas pour autant déserté le territoire. Il y avait donc un créneau possible, dans la première quinzaine de juillet, chaque été. D’autant que pour l’Orchestre, le lyrique demeure un domaine important pour son enrichissement, son expérience, pour l’élargissement du répertoire. Nous présentons à peu près 39 programmes symphoniques par saison, et une session dans la fosse de l’Opéra de Lille. Il s’agit donc de compléter l’expertise symphonique de l’Orchestre National de Lille en s’ouvrant au lyrique. D’autant plus que notre directeur musical, Alexandre BLOCH est lui-même très sensible au genre opéra.

 

 

L’Histoire de CARMEN au Nouveau Siècle à Lille
Tragédie haletante entre drame et lumière

 

 

CNC / CLASSIQUENEWS : le premier enregistrement d’Alexandre Bloch était dédié aux Pêcheurs de perles de Bizet. Déjà, il s’agissait de l’opéra et de Bizet. Avec Carmen en juillet 2019, serait-ce une manière d’approfondissement du travail amorcé avec les Pêcheurs de perles ?

François BOU : Absolument, c’est à la fois un prolongement et un approfondissement. Après Les Pêcheurs de perles qui sont un ouvrage de jeunesse, – donné au Nouveau siècle et enregistré dans la foulée, Carmen dévoile l’orchestre raffiné et très dramatique du dernier Bizet. Ce qui fait l’intérêt des Pêcheurs de perles, c’est justement ce qu’Alexandre Bloch et les instrumentistes de l’Orchestre ont su déployer : la flamme dramatique d’une partition dont les critiques de Bizet ont épinglé le wagnérisme. Justement, musiciens et chefs ont exploité tous les ressorts dramatiques des Pêcheurs de perles, avec l’énergie propre à Alexandre Bloch : son élégance, son souci de clarté. Tout cela devrait profiter au très grand raffinement de Carmen dont l’orchestration comme vous savez, est l’une des plus abouties dans l’histoire de l’opéra romantique français. Pour réussir ce nouveau défi, nous avons réuni une distribution francophone (française et québécoise) comprenant Florian Sempey (Escamillo, déjà présent dans les Pêcheurs de perles), Aude Extrémo (Carmen) qui réalise comme le ténor pour Don José (Antoine Bélanger), une prise de rôle.

 

 

CNC / CLASSIQUENEWS : Il ne s’agit pas d’une production classique, avec mise en scène et décors. Plutôt d’un dispositif particulier qui exploite les ressources propres à l’Auditorium du Nouveau Siècle. Pouvez-vous nous expliquer de quoi il s’agit ?

François BOU : Nous avons fait appel à un illustrateur, Grégoire Pont dont les créations graphiques et quelques animations évoqueront le cadre de l’action. Les spectateurs seront immergés dans son imaginaire visuel grâce aux projections en grand format. S’agissant du drame proprement dit, nous avons écarté les dialogues et les récits et c’est le récitant Alex Vizorek qui assurera la continuité de l’action et le lien entre chaque séquence lyrique : le texte qu’il a écrit, s’inspire directement de la nouvelle de Mérimée. C’est donc aussi un retour à la source littéraire du mythe de Carmen. Avec Alexandre Bloch, nous avons souhaité laisser toute la place à la musique, au chant des solistes, à celui de l’orchestre, au choeur également. Pour que le public comprenne chaque situation et se saisisse immédiatement du souffle tragique de l’histoire de Carmen. Il en résulte à mon avis, une conception équilibrée où se détachent lumière et drame.

Propos recueillis en juillet 2019

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

APPROFONDIR

Les Pêcheurs de Perles, 2 cd Pentatone / Orchestre National de Lille, Alexandre BLOCH, enregistré en mai 2017 – CLIC de CLASSIQUENEWS 2018
http://www.classiquenews.com/cd-opera-critique-bizet-les-pecheurs-de-perles-1864-nouvelle-version-complete-onl-orchestre-national-de-lille-a-bloch-2-cd-pentatone-2017/

REPORTAGE vidéo Les Pêcheurs de perles de BIZET par l’Orchestre National de Lille, Alexandre BLOCH
http://www.classiquenews.com/bizet-les-pecheurs-de-perles-ressuscites-par-le-national-de-lille-alexandre-pham/

LIRE aussi notre présentation de CARMEN de BIZET, les 9, 11 et 12 juillet 2019 au Nouveau Siècle à LILLE / Orch National de Lille / Alexandre BLOCH

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

LIRE aussi notre présentation de la nouvelle saison 2019 – 2020 de l’Orchestre National de Lille : temps forts, chefs et solistes invités, diversité de l’offre de concerts et cycles événements…

 

ONL, ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE, nouvelle saison 2019 – 2020

ONL-orchestre-national-de-lille-saison-2019-2020-nouvelle-saison-symphonique-annonce-concerts-symphonies-chefs-maestro-opera-classiquenews-VIGNETTE-COR-19-20SAISON 2019 – 2020. ONL, Orchestre National de Lille. L’orchestre fondé par Jean-Claude Casadesus poursuit sa formidable odyssée grâce à son nouveau directeur musical, Alexandre BLOCH. Un musicien dynamique qui ne s’économise guère, ayant le goût des défis impressionnants, fusionnant grands effectifs et sens du détail comme de l’architecture. Les deux années écoulées ont démontré cette capacité du colossal et de l’intime dans le choix de partitions qui supposent un grand engagement collectif : l’inclassable mais fraternelle MASS de Bernstein, le cycle en cours dédié aux Symphonies de Gustav Mahler (avec bientôt le massif herculéen de la 8è dite des « mille » qui réunit alors, les 20 et 21 novembre 2019, pas moins de 300 artistes sur le plateau)…
La nouvelle saison 2019-2020 s’annonce sous les mêmes proportions (dont la 9è de Beethoven associant solistes, chœurs et orchestre pour un final somptueusement festif les 25 et 26 juin 2020)… LIRE notre présentation complète

_____________________

BIZET-classiquenews-critique-opera-annonce-classiquenews-orchestre-national-de-lille-carmen-alexandre-bloch-9-11-12-juillet-auditoirum-nouveau-siecle-nuits-d-ete-a-lille-opera-de-lille-classiquenews-annonce-presentation

FRANCE MUSIQUE. Hector Berlioz 2019, chaque dimanche à 13h, 7 juil – 25 août 2019…

FRANCE MUSIQUE. Hector Berlioz 2019, chaque dimanche à 13h, 7 juil – 25 août 2019… Fantastique devrait être la grille d’été de France Musique avec ce cycle de dimanches berliozien, de 13h à 14h, du 7 juillet au 25 août 2019. La vie de Berlioz est un roman d’aventures : de l’amour, des voyages, de l’action et … de la musique ! En huit épisodes « embrassant l’œuvre comme l’existence du génie qui a révolutionné l’orchestre symphonique, nous suivrons le compositeur, mais aussi l’écrivain, le journaliste, le chef d’orchestre, dans ses passions et ses aventures de l’Isère à Paris et de Londres à Moscou. »

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Un été avec Berlioz
Tous les dimanches de l’été, de 13h à 14h
Du 7 juil – 25 août 2019

150 ans de la mort de BERLIOZPour les 150 ans de sa mort, Berlioz ressuscite ainsi en un parcours extraordinaire jalonné par une séries d’inventions musicales affirmant le génie romantique français : Symphonie fantastique, Roméo et Juliette, les Nuits d’été, La Damnation de Faust. Un maître compositeur oublié en France et écarté même (comme Mozart à son époque) et qui aura séduit toute l’Europe (La Russie au XIXè, l’Angleterre au XXè), avant son propre pays. Après les commémorations 2019, que restera-t-il de Berlioz ? LIRE aussi notre GRAND DOSSIER BERLIOZ 2019 / 150 ans de la mort d’Hector BERLIOZ 2019 : célébrations, concerts, cd, livres, opéras…

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Un été avec Berlioz
Tous les dimanches de l’été, de 13h à 14h
Du 7 juil – 25 août 2019

Dim 07/07
Episode 1 – L’enfance d’Hector

Dim 14/07
Episode 2 – Les deux amours

Dim 21/07
Episode 3 – Quartier du Panthéon

Dim 28/07
Episode 4 – Compositions et passions

Dim 04/08
Episode 5 – 1830, année fantastique

Dim 11/08
Episode 6 – La vie d’artiste

Dim 18/08
Episode 7 – De Londres à Moscou

Dim 25/08
Episode 8 – Cassandre n’a pas toujours raison

 

________________________________________________________________________________________________

CD, critique. BERLIOZ : Harold en Italie / Les Nuits d’été (Zimmermann, Degout, Les Siècles / FX Roth – 1 cd Harmonia Mundi, 2018).

BERLIOZ nuits d ete harold en itlaie les siecles roth zimmermann cd review critique cd par classiquenews musique classique news clic de classiquenews 3149020936825CD, critique. BERLIOZ : Harold en Italie / Les Nuits d’été (Zimmermann, Degout, Les Siècles / FX Roth – 1 cd Harmonia Mundi, 2018). D’emblée, s’impose à nous, le souffle à l’échelle du cosmique, exprimant ce grand désir de Berlioz de faire corps et de communiquer avec une surréalité spectaculaire, à la mesure de sa quête idéaliste. De telle vision conduisent l’orchestre en un parcours expérimental que le collectif sur instruments anciens, Les Siècles concrétise avec une rigueur instrumentale bénéfique ; l’attention et la précision continue du chef fondateur François Xavier Roth font merveille dans une partition inclassable : poème symphonique et concerto pour alto, opéra pour instrument : chaque mesure soliste est ciselée, creusée, habitée ; chaque couleur harmonique intensifiée… en un cycle de visions superlatives qui placent d’abord le geste instrumental au cœur d’une vaste dramaturgie orchestrale.
Dans le I d’Harold (« aux montagnes : mélancolie, bonheur et joie »), le héros / alto s’alanguit, s’enivre, affirmant à l’orchestre prêt à le suivre, ses élans, ses désirs, sa profonde nostalgie (l’Italie reste malgré un contexte médicéen difficile pour Hector,jeune pensionnaire de la villa Medicis à Rome, la source finale d’un grand bonheur artistique). Le premier mouvement du cycle orchestral nuance cet état d’enivrement personnel et un rien narcissique, auquel la vitlalité fruitée de l’orchestre d’instruments d’époque, apporte un soutien palpitant et même électrisée (bien dans la mouvance de l’euphorie révolutionnaire de la Fantastique).
Tout ce premier tableau exprime la facilité du héros (Hector lui-même) à s’enivrer de son propre désir et de son propre rêve, de manière échevelée et éperdue. La fusion sonore entre la soliste (Tabea Zimmermann, qui ne tire jamais la couverture à elle) et de l’orchestre est jubilatoire ; offrant cette extase instrumentale millémétrée, emblème captivant du génie berliozien, divin orchestrateur, alchimiste des couleurs.

Harold captivant, suractif…

150 ans de la mort de BERLIOZLe II permet l’apaisement après la première décharge collective : marqué par la marche des pèlerins dans cette même campagne italienne, Berlioz en capte la douce et pénétrante sérénité crépusculaire : la sobriété, le naturel font la saveur de cette « pause » qui berce par le chant orchestral en béatitude, sur lequel l’alto étire ses longues caresses rassérénées, comme l’écho aux accents des cors enveloppants. Roth respecte à la lettre l’indication « allegretto », allant, léger, veillant à la transparence malgré le chant instrumental là encore d’une grande richesse. L’alto bercé, s’hypnotise, s’enivre dans la paix murmurée : là encore louons l’intonation très juste et foncièrement poétique de Tabea Zimmermann.Soliste et chef adoptent de concert et en complicité un tempo de marche noble et tranquille, à l’énoncé final arachnéen d’une finesse irrésistible.
La volupté du désir amoureux n’est jamais loin chez Berlioz : en témoigne l’épisode III : la Sérénade d’un montagnard des Abruzzes… lui aussi languissant, dans le désir et donc l’attente (pas la frustration) : le caractère rustique se déploie dans le frottement des timbres d’époque, en un élan plein d’espoir (et de promesses pour l’amoureux éperdu ?) : bavard, assez terne dans l’écriture, le tableau pourrait être le moins intéressant : c’était oublié l’hyperactivité des instruments dont on loue encore l’équilibre sonore.
Mordant, le geste de Roth éclaire comme jamais la langueur plus incisive et presque douloureuse de l’orgie de brigands, dont l’énoncé premier sera réutilisé dans le Requiem… de plus en plus syncopé, le flux se fait nerveux, idéalement profilé, jusqu’à la transe collective qui évoque son opéra Benvenuto Cellini et tant d’évocations italiennes ; cette orgie confine au cauchemar dans ses à-coups trépidants, électriques ; ses résurgences symphoniques à la coupe shakespearienne. Brillant, mordant, incisif, d’une finesse permanente, l’orchestre fait mouche dans ce festival de couleurs et d’accents symphoniques.

… mais tristes Nuits

On reste moins convaincus par Les Nuits d’été dans la version pour baryton qu’en offre Stéphane Degout : l’émission manque de naturel, vibrée, comme maniérée (la ligne vocale manque d’équilibre et de continuité, avec des aigus étrangement couverts mais nasalisés, des fins de phrases effilochées, détimbrées…), et dans une prise de son surprenante, qui semble superposer la voix SUR l’orchestre, plutôt comme fusionné avec lui. Pourtant, Les Siècles dévoilent là encore, une suractivité instrumentale réjouissante, faisant de ses Nuits d’été, un voyage d’extase, de ravissement, de plénitude sensoriel, d’une tension inouïe.
Pourtant le choix d’un chanteur masculin s’avère juste dans l’énoncé des poèmes, renforçant l’impression de prise à témoins du public (« Ma belle est morte » / Lamento, « Sur les lagunes » ; »Reviens, reviens ma bien aimée », dans « Absence » ; L’île inconnue…). Avec un autre soliste plus simple dans le style et l’articulation du français, nous tenions là une version superlative.
Nos réserves s’agissant des Nuits d’été ne retire rien à l’excellente lecture d’Harold dont la texture instrumentale et la réalisation expressive produisent une lecture de référence : voilà qui atteste l’apport indiscutable des instruments d’époque dans le répertoire berliozien, et l’on s’étonne que toujours aujourd’hui, prédomine la tenue plus brumeuse et moins caractérisée des orchestres modernes pour Hector comme pour le romantisme français en général.

________________________________________________________________________________________________

CLIC_macaron_20dec13CD, événement critique. BERLIOZ : Harold (soliste : Tabea Zimmermann, alto), Nuits d’été (soliste : Stéphane Degout) – (Les Siècles, François-Xavier Roth – 1 cd HM Harmonia Mundi). Enregistrements réalisés en août 2018 (Les Nuits d’été, Alfortville) et mars 2018 (Paris, Philharmonie).

________________________________________________________________________________________________

APPROFONDIR

LIRE AUSSI notre grand dossier HECTOR BERLIOZ 2019 :

BERLIOZ 2019 : dossier pour les 150 ans de la mort

berlioz-150-ans-berlioz-2019-dossier-special-classiquenewsBERLIOZ 2019 : les 150 ans de la mort. 2019 marque les 150 ans de la mort du plus grand compositeur romantique français (avec l’écrivain Hugo et le peintre Delacroix) : Hector Berlioz. Précisément le 8 mars prochain (il est décédé à Paris, le 8 mars 1869). Triste anniversaire qui comme ceux de 2018, pour Gounod ou Debussy, ne lève pas le voile sur des incompréhensions ou des méconnaissances mais les augmentent en réalité ; car les célébrations souvent autoproclamées et pompeuses, n’apportent que peu d’avancées pour une juste et meilleure connaissance des intéressés. Qu’ont précisément apporté en 2018, les anniversaires Gounod et Debussy ? Peu de choses en vérité, sauf venant de la province, soit disant culturellement plus pauvre et moins active que Paris : voyez Le Philémon et Baucis, joyau lyrique du jeune Gounod révélé par l’Opéra de Tours / fev 2018 ; et le Pelléas et Mélisande de Debussy désormais légendaire du regetté Jean-Claude Malgoire à Tourcoing / mars 2018… LIRE notre grand dossier Hector Berlioz 2019

 

 

Semaine BERLIOZ sur France Musique : 2-10 mars 2019

berlioz-BERLIOZ-2019-bicentenaire-berlioz-2019-classiquenewsFRANCE MUSIQUE, semaine BERLIOZ : 2-10 mars 2019. Une semaine entière d’émissions et de concerts pour commémorer le 150ème anniversaire de la disparition du grand Hector Berlioz. Hector Berlioz (mort en 1869) semble avoir volontairement fait de sa vie un grand récit de folies et de ratages, de passions et de tragédies. Traitée souvent avec condescendance, son œuvre toujours surprenante a pourtant inspiré, de Liszt à Mahler et un nombre considérable de compositeurs. Du 2 au 10 mars, France Musique célèbre Hector sous toutes ses facettes : l’occasion de se plonger dans sa vie, ses écrits, d’écouter ses plus grands interprètes, d’hier et d’aujourd’hui.

________________________________________________________________________________________________

Quelques temps forts :
Samedi 2 mars, 20h : Le Carnaval romain, Benvenuto Cellini, ouvertures – Harold en Italie. Orchestre sur intruments d’époque Les Siècles.

Dimanche 3 mars, 9h : l’orchestre de Berlioz (« L’orchestre est à Berlioz ce que le piano est à Liszt », disait le critique Vladimir Stassov. Autrement dit son instrument, dont il jouait avec une virtuosité et une inventivité sans égales, tant comme chef que comme compositeur) / 11h : le Festival Berlioz 2019

________________________________________________________________________________________________

150 ans de la mort de BERLIOZDu lundi 4 au vendredi 8 mars 2019 : à 9h (actualités Berlioz 2019) puis à 22h : le cas Berlioz… compositeur d’exception, autobiographe enflammé, loser magnifique, Hector Berlioz semble avoir volontairement fait de sa vie un grand récit fait de folies et de ratages, de passions et de tragédies. Traitée souvent avec condescendance, son œuvre toujours surprenante a pourtant inspiré, de Liszt à Mahler, un nombre considérable de compositeurs. Le ClassicClub profite donc du cent-cinquantenaire de sa disparition pour se pencher pendant une semaine sur le cas Berlioz : en 5 émissions, avec le concours de spécialistes, critiques et musiciens, le plus romanesque des romantiques vous offre quelques-uns de ses multiples visages… En public et en direct de l’Hôtel Bedford à Paris

________________________________________________________________________________________________

cassandre-doustrac-stephanie-troyens-tcherniakov-d-apres-berlioz-bastille-critique-opera-par-classiquenews-fev-2019Dimanche 10 mars 2019 : à 16h, Tribune des critiques de cd dédiée aux NUITS D’ETE, cycle de mélodies – à 20h : Les Troyens à l’Opéra Bastille : la production scandaleuse dans la version réécrite par le metteur en scène Tcherniakov. LIRE notre compte rendu : «  et vous avez vous vu les troyens de Tcherniakov d’après Berlioz, ou Les Troyens de Berlioz ?

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

TOURCOING : Philippe Jaroussky chante Les Nuits d’été

malgoire_jean_claudeTOURCOING. P. Jaroussky chante Les Nuits d’été, 14, 16 octobre 2016. Pour fêter les 50 ans de la création de son orchestre sur instruments d’époque, en cela pionnier visionnaire avant l’heure, Jean-Claude Malgoire dirige un programme 100% Berlioz à Tourcoing : rêverie, obsession, folie de la Symphonie Fantastique, véritable festival de couleurs et de timbres judicieusement combinés, spécifiquement français, et aussi manifeste du romantisme français (1830) ; furie italienne dans l’Ouverture de Benvenuto Cellini et cycle prosodique intimiste et miniaturiste avec Les Nuits d’été, sommet de la mélodie française avec orchestre, déclamées par le contre-ténor Philippe Jaroussky, lequel depuis quelques années abandonne l’agilité des vocalises baroques pour approfondir un nouveau travail sur le texte français romantique… C’est donc une nouvelle version des Nuits d’été de Berlioz, non pas pour soprano mais ici, ténor et orchestre, option permise par Berlioz lui-même qui n’a jamais fermé la distribution de son cycle génial…

 

 

 

Concert Berlioz, 50ème anniversaire
de la Grande Ecurie et la Chambre du Roy

Mercredi 12 octobre 2016 à 20h
Vendredi 14 octobre 2016 à 20h
TOURCOING, Théâtre Municipal R. Devos

Programme :
Symphonie fantastique Op. 14
Ouverture de Benvenuto Cellini Op. 23
Les Nuits d’été / 
Hector Berlioz (1803-1869)
Philippe Jaroussky, contre-ténor
Direction musicale : Jean Claude Malgoire / 
La Grande écurie et la Chambre du Roy

RESERVATIONS, INFORMATIONS 

 

 

Symphonie fantastique Op. 14
(créée le 5 décembre 1830 ). En janvier 1830, avant de composer la Symphonie fantastique, Berlioz décrit à sa soeur la joie qu’il éprouve à la pensée « des champs vierges de la musique » qui s’ouvrent à lui. Des champs que les préjugés académiques ont laissé « incultes jusqu’à présent » et qu’il considère, depuis son « émancipation » due à Beethoven, comme son domaine. C’est le caractère révolutionnaire de l’oeuvre et son exploration hardie d’un nouveau territoire sonore et expressif qui frappèrent ses premiers auditeurs… Aujourd’hui encore, cette création romantique impressionne par sa modernité.

Ouverture de Benvenuto Cellini Op. 23 (créé le 10 septembre 1838). L’ouverture de cet opéra est une symphonie qui nous place d’emblée devant la redoutable destinée qui attend le héros de l’histoire : le célèbre orfèvre et sculpteur Benvenuto Cellini (1500-1571) dont Berlioz avait son héros. Au-delà de son amour (fou) pour Teresa – premier thème de cette intrigue – Benvenuto est d’abord un personnage sulfureux. Il se débattait avec les grands de ce monde, desquels il recevait de fastueuses commandes et une immunité passablement scandaleuse vu les vols, duels, meurtres qu’il commit… Une confrontation perceptible dès les premières mesures dont le rythme nerveux et l’emportement traduisent un irrésistible assaut, les dérèglements d’un psychisme tendu, nerveux, agité…

Les Nuits d’été
berlioz-hector-dessin-michael-leonard-1980Voici l’un des joyaux de l’oeuvre de Berlioz. Dans ses Mémoires ou sa correspondance, le bouillant romantique ne fait aucune allusion à la genèse de ces six mélodies écrites sur des poèmes de son ami Théophile Gautier (La Comédie de la mort). L’orchestre structure ici la musique du compositeur français bien plus qu’il ne l’habille. Il donne un lustre particulier à chaque tableau, exaltant le relief des plans sonores, magnifiant le dessin splendide, intime et pudique, nostalgique voire lugubre (« Ma belle amie est morte »…) qui porte chaque mélodie. Les thèmes qui y sont développés sont ceux d’une sensibilité que la mort a frappé, enivre, exalte au delà du désespoir. Et c’est avec L’Île inconnue, le dernier des épisodes, une terre inaccessible mais présente dans la pensée du héros, qui s’affirme, telle la quête vital d’un idéal inaccessible…