COMPTE-RENDU opéra, critique. LIVE STREAMING du 5 mai 2021, Lille, Nouveau Siècle. MOZART : THAMOS. Orchestre National de Lille, David Reiland (direction)

Classiquenews.com

recevez l'info en continu: inscrivez vous ici

dépêches

  • KUNDE gregory-kunde-b3

    COMPTE-RENDU, critique, opéra. Barcelone, Liceu, le 14 avril mai 2021. Verdi : Otello. Gregory Kunde, Krassimira Stoyanova, Carlos Álvarez. Gustavo Dudamel / Amélie Niermeyer.  Par notre envoié spécial Narcisso Fiordaliso.
    On croit rêver : une salle remplie de spectateurs (certes, moitié moins que les ors de la célèbre salle peuvent en contenir), un orchestre dans la fosse, des chanteurs évoluant librement sur le plateau et même une mise en scène. Ailleurs en Europe, ce scénario ressemble à de la science-fiction, Monaco et le Luxembourg exceptés. Mais en Espagne, c’est une réalité qui dure malgré la pandémie. Le Liceu a bien…

  • SCARLATTI-alessandro-portrait-classiquenews-scarlatti_alessandro

    MONTPELLIER. AL. SCARLATTI : Il Primo Omicidio, 16 mai – 1er juin 2021. Oratorio fulgurant, d’une poésie lyrique d’une ineffable sensualité, Il Primo Omicidio évoque le meurtre d’Abel par Caïn. Sujet de la haine fratricide, de la jalousie destructrice, ce « Premier Homicide » dévoile le génie dramatique et lyrique du père de Domenico : Alessandro Scarlatti. Sa langue d’un raffinement exceptionnel cisèle et embrase la violence du drame biblique, créant aussi un défi vocal pour les solistes. Les personnages des deux fils opposés Caïn et Abel, le portrait de leurs parents Adam et Eve, l’intercession de Dieu, l’œuvre de…

  • L'ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE joue THAMOS de MOZART

    COMPTE-RENDU opéra, critique. LIVE STREAMING du 5 mai 2021, Lille, Nouveau Siècle. MOZART : THAMOS. Orchestre National de Lille, David Reiland (direction). La partition relève de l’esthétique galante mais colorée des éclairs et contrastes saisissants du Sturm und drang auquel le jeune Mozart apporte sa propre sensibilité instrumentale ; il accorde une place privilégiée aux choeurs (premiers à s’exprimer dans l’explicitation du drame), porteurs de l’espérance des peuples, exprimant cette aspiration viscérale à la fraternité universelle. Nous sommes bien dans un contexte moral franc-maçon (« accorde à la jeunesse frivole, vertus et discipline… ») ; tout le drame qui va…

  • THAMOS-egypte-mozart-orchestre-national-lille-david-reiland-critique-annonce-classiquenews-vignette-critique-opera

    LIVE STREAMING, ce soir 20h. THAMOS de MOZART par l’ON LILLE Orchestre National de Lille. Ce soir première en direct sur le net : le National de Lille retrouve le chef (mozartien) David Reiland pour une nouvelle lecture de l’opéra de jeunesse, chanté en allemand, THAMOS, de Wolfgang Amadeus Mozart. L’ouvrage malgré je jeune âge de Wolfgang affirme le souffle des choeurs (Prètres et vierges), la puissance dramatique de l’orchestre et déjà, le souci du compositeur de créer un drame de langue allemande. L’aboutissement de Thamos est son ultime opéra, La Flûte enchantée, également inspiré par les valeurs de la…

  • tchaikovski-lac-des-cygnes-monte-carlo-orch-phil-monte-carlo-critique-ballet-classiquenews

    COMPTE-RENDU, Ballet. Monaco, Grimaldi Forum (Salle des Princes), le 26 avril 2021. « Lac » par Jean-Christophe Maillot et les Ballets de Monte-Carlo. Initialement prévus début janvier 2021, les représentations de « Lac » – un ballet signé Jean-Christophe Maillot d’après le Lac des Cygnes de Tchaïkovski et qui devaient se tenir au Grimaldi Forum de Monaco avec les célèbres Ballets de Monte-Carlo – avaient été annulées après la détection de cas Covid parmi l’équipe artistique. Alors que la Principauté n’a jamais eu à fermer ses lieux culturels, cas unique en Europe, elle vient de remettre à son affiche le…

lire toutes les dépêches

à ne pas manquer

    radio

    tous les programmes accéder au mag radio
  • FRANCE MUSIQUE, SAM 20 MARS 2021, 20h. Zad Moultaka : Hémon. Création. Depuis l’Opéra de Strasbourg, Opéra National du Rhin. Dans le cadre de son Festival Arsmondo Liban, l’Opéra national du Rhin se déroule sous une forme numérique (dès le 10 mars), dont la création attendue de Hémon, nouvel opéra du compositeur Zad Moultaka et du philosophe Paul Audi (qui a écrit le livret). L’opéra est retransmis en direct ce 20 mars par France-Musique, donc sans public. Le duo Moultaka / Audi relit le mythe de l’Antigone de Sophocle à travers Hémon, qui, contrairement à la tragédie originale, ne se…

  • FRANCE MUSIQUE, sam 27 mars 2021, 20h. POULENC / ESCAICH. La soprano familière des grands défis vocaux chante La Voix humaine du premier, Point d’orgue du second (création, présentée en mars au TCE, sans public). Captation les 3 et 5 mars 2021 pour diffusion sur la toile ultérieure (avril 2021?).
    _____________________________________________________________________________________
     
     
     FRANCE MUSIQUE, Samedi 27 mars 2021, 20h
    Programme double :
    La Voix Humaine de Poulenc / Point d’Orgue de Thierry Escaich (création mondiale).
    Mise en scène : O.Py,
    avec P. Petibon (Elle), J.S Bou (Lui), C.Dubois (L’Autre) – Orchestre National de Bordeaux / J. Rhorer, direction.
    _____________________________________________________________________________________…


    télé

    tous les programmes accéder au mag télé
  • ARTE, dim 18 avril 2021, 23h40. EDDA MOSER. Voix mozartienne absolue (c’est la Reine de la nuit idéale), la soprano berlinoise Edda Moser née en 1938, témoigne de sa carrière, brillante, célébrée dans les années 1960 et 1970 ; Sa Reine de la Nuit (personnage clé de l’opéra de Mozart, La Flûte enchantée) est enregistrée sous la baguette de l’excellent wagnérien Sawalisch elle figure aussi dans le film Don Giovanni de Losey (1979 / direction musicale : Lorin Maazel) où sa noblesse naturelle, son port de reine offre une nouvelle incarnation de Donna Anna, à la fois étincelante et humaine…

  • ARTE, dim 18 avril 2021, 18h45. REQUIEM, Bartabas. Mozart au Manège des rochers : l’équation est magique ; elle s’est imposée au Festival de Salzbourg 2017. Déjà en 2015, pour un autre ouvrage de Mozart (celui là propre à la jeunesse et moins connu : Davide Penitente), le fondateur du ballet équestre à Versailles, Bartabas avait scénographié la partition mozartienne, ciselant les figures des chevaux, exploitant aussi le vaste espace du Manège aux rochers, écrin singulier désormais emblématique du Festival de Salzbourg. Instrumentistes, chanteurs et chœur sont placés dans les galeries cintrées qui entourent l’espace clos. La lecture restitue au…


    concerts et opéras

    voir notre agenda accéder au mag concerts et opéra
  • MONTPELLIER. AL. SCARLATTI : Il Primo Omicidio, 16 mai – 1er juin 2021. Oratorio fulgurant, d’une poésie lyrique d’une ineffable sensualité, Il Primo Omicidio évoque le meurtre d’Abel par Caïn. Sujet de la haine fratricide, de la jalousie destructrice, ce « Premier Homicide » dévoile le génie dramatique et lyrique du père de Domenico : Alessandro Scarlatti. Sa langue d’un raffinement exceptionnel cisèle et embrase la violence du drame biblique, créant aussi un défi vocal pour les solistes. Les personnages des deux fils opposés Caïn et Abel, le portrait de leurs parents Adam et Eve, l’intercession de Dieu, l’œuvre de…

  • FRANCE MUSIQUE, direct. RAMEAU : Les Sybarites, mar 4 mai 2021, 20h. Voici la récréation de trois petits opéras de Rameau et Bury qui font revivre l’esprit des spectacles de la Cour au temps de Mme de Pompadour, favorite éclairée de Louis XV. Avec Les Sybarites et Le Retour d’Astrée de Jean-Philippe Rameau, Louis-Noël Bestion de Camboulas et Les Surprises récréent deux petits ouvrages inédits de Jean-Philippe RAMEAU, imaginés pour les spectacles de la Cour de Louis XV. Créés à Fontainebleau en 1753, Les Sybarites, partition tardive, sont repris à Paris quatre ans plus tard en 1757, comme nouvel acte…

  • LIVE STREAMING. L’ONL joue THAMOS, le 5 mai 2021, 20h. L’Orchestre National de Lille propose pour la 1ère fois Thamos de Mozart sous la direction de David Reiland. Coproduction inédite en région Hauts-de-France, le programme associe l’Orchestre National de Lille et plusieurs lieux culturels régionaux : Le Phénix de Valenciennes, le Théâtre Impérial de Compiègne et la Maison de la Culture d’Amiens. Le spectacle musical comprenant une mise en espace élaborée sera joué ensuite en novembre 2021 devant le public. Auparavant le programme lyrique sera accessible depuis l’Audito 2.0 durant 1 mois, gratuitement, du 5 mai au 5 juin 2021.…

  • LA FONTAINE, 400 ans. Le 17 juillet 2021 : Almazis. Pour célébrer les 400 ans en 2021 de la naissance de l’illustre conteur, l’ensemble ALMAZIS et son chef Iakovos Pappas abordent 9 fables de Jean de La Fontaine mises en musique par Clérambault et plusieurs extraits des « Deux chasseurs et la laitière », opéra comique d’Egidio Duni, que les interprètes connaissent bien pour les avoir déjà joués entre autres en Vendée, il y a quelques années. Outre la portée moraliste des textes, souvent frappés du bon sens, l’écriture musicale sait exploiter une langue à plusieurs degrés de lecture, aussi…

  • LIVE STREAMING : LAFONTAINE, Fables, sam 24 avril 2021, 18h. Pour ses 400 ans en 2021, Jean de La Fontaine mérite bien un cycle de concerts mettant en avant son génie de la langue, son humour, ses pointes satiriques sur le genre humain : car s’il est question d’animaux, bien souvent le fabuliste épingle les travers de la barbarie humaine. Contre l’arrogance et l’orgueil, la convoitise et la jalousie, la manipulation, le mensonge et l’exploitation, Jean le philosophe, sans être dupe, nous invite à rester à notre juste place. Leçon de modestie, leçon morale, leçon de sagesse. Chant, récit et…

  • RENNES, Opéra. Le 9 juin 2021. Johann Strauss : La Chauve Souris. Nouvelle production. Privé de son public habituel, l’Opéra de Rennes, présente ce nouveau spectacle sous la forme d’une projection filmée sur grands écrans à l’extérieur en Bretagne et en Pays de la Loire dès que la situation sanitaire le permettra, et diffusée aussi sur les chaînes de France Musique et France Télévision. A RENNES : projection en plein air gratuite mercredi 9 juin 2021, 20h – place de l’Opéra.
    PLUS D’INFOS ici :
    https://www.opera-rennes.fr/fr/evenement/la-chauve-souris-sur-ecrans
    Inspiré d’une pièce française (le Réveillon) signée des librettistes de Carmen, Meilhac et Halévy,…

  • MONACO, jusqu’au 3 mai 2021. BALLETS de Monte Carlo : COPPEL-I-A / LAC / LE SONGE (JC Maillot). 16 avril – 3 mai 2021. Monaco Grimaldi Forum. Le chorégraphe Jean-Christophe Maillot, directeur des Ballets de Monte-Carlo, aborde avec Coppelia, le mythe de la poupée humaine ; illusion / réalisme, aveuglement /fascination face au défi d’une mécanique suprahumaine, le sujet ne laisse pas d’inspirer les créateurs contemporains. Le nouveau spectacle revisite aussi l’idéal amoureux à l’heure où la technologie laisse envisager la possibilité de créer demain un être virtuel idéal donc une intelligence artificielle… JC Maillot en propose une nouvelle version,…

  • LIVE STREAMING, LILLE, ONL : sam 17 avril 2021. MOZART : Cto pour piano n°20 – MA NGUCI / D REILAND. Programme événement ce samedi grâce à la complicité de l’Orchestre National de Lille et du chef (actuel directeur musical de l’Orchestre national de Metz), David Reiland : l’Auditorium du Nouveau Siècle affiche en direct samedi à partir de 20h, l’un des concertos les plus éblouissants de Mozart, son n°20 : frappé du sceau de l’urgence, de la gravité, de la profondeur et de l’élégance… mozartienne. Il faut un toucher de velours qui sait aussi mordre pour exprimer l’écriture à…

  • STREAMING concert. LILLE, sam 10 avril 2021, 20h. L’Orchestre National de Lille poursuit ses concerts 100% numériques en live streaming. Prochain direct depuis l’auditorium du Nouveau Siècle à Lille, samedi 10 avril 2021 : Concerto en sol de Ravel, Symphonie n°2 de Beethoven par la cheffe hong-kongaise ELIM CHAN (directrice musicale de l’Antwerp Symphony Orchestra) et la pianiste nippo-allemande Alice Sara Ott.
    Ravel, de retour d’une tournée aux USA (1928), éblouit par son écriture virtuose, légère, néo mozartienne, à la fois classique et swinguée dans l’esprit aussi de Saint-Saëns. La Symphonie n°2 de Beethoven affirme en 1803, le tempérament réformateur…

  • STREAMING OPERA : Pelléas et Mélisande, jusqu’au 9 oct 2021. L’Opéra de Lille a enregistré cette nouvelle production en mars 2021. L’argument principal est certes la distribution, principalement francophone, mais surtout la couleur spécifique d’un orchestre sur instruments d’époque, qui plus est dirigé par l’excellent chef François-Xavier ROTH… Ici l’orchestre dit et parle une langue que les chanteurs n’entendent pas ; à l’inverse, la prose onirique de Maeterlinck dont la pièce éponyme est la source de l’opéra, cultive un verbe énigmatique mais onirique d’individualités saisies comme en transe qui ne communiquent pas entre elle. Le drame naît de la jalousie…

  • STREAMING, Pâques 2021. JS BACH : Oratorio de Pâques / Ascension, D Guillon et le Banquet Céleste nous porte haut, très haut dans un concert filmé à Rennes dont l’affiche est plus que séduisante en ces temps d’incertitude : alors que la nouvelle de la réouverture des salles de spectacles nous parvient en provenance de New York, voici un programme joué sans masques (instrumentistes) et de façon distanciée.
    La veine dramatique habite et inspire Bach quoique l’on dise : outre ses Passions, son Oratorio de Noël, ceux comme ici de Pâques et de l’Ascension, enchaînés avec conviction et pertinence, soulignent…

  • STREAMING, Opéra. Dim 18 avril 2021. BRITTEN : Mort à Venise. L’Opéra national du Rhin (OnR) a filmé sa nouvelle production signée du collectif « Clarac-Deloeuil > le Lab », annulée en février, mais cependant captée. A voir sur le site de l’OnR dès le 18 avril 2021. Le 17 avril sur certaines chaînes de télévision (*)
    Après les coups d’éclats de la jeunesse – Peter Grimes, Billy Budd – partitions proches de la comédie mais parfois sombres et toujours tendues vers le mystère, le britannique Benjamin Britten au début des années 1970, mettre en musique le chef d’œuvre de…

temps forts

    en direct sur internet

    toute la grille accéder au mag internet
  • STREAMING, opéra. RAMEAU : Hippolyte et Aricie, sam 1er mai 2021, 19h – HIPPOLYTE à MANNHEIM, entre passé et présent : un éclectisme convaincant ? Baroque et modernité viennent se heurter de plein fouet dans la première production d’Hippolyte et Aricie au Nationaltheater Mannheim : un choc semblable à celui du public qui, il y a près de 300 ans, découvrait en 1733, dans son premier opéra, avec surprise et stupéfaction la nouveauté et la richesse des harmonies révolutionnaires de l’écriture de Rameau.
    Dans sa mise en scène, Lorenzo Fioroni fait sauter les barrières entre passé et présent. De même,…

  • STREAMING BAROQUE : dim 21 mars 2021. Concerts et opéras pour la Journée européenne de musique ancienne (donc baroque). Cette année, la violoniste Rachel Podger (après Skip Sempé) est l’ambassadrice officielle de la journée musicale à l’échelle européenne. Voici les meilleurs programmes retransmis ce 21 mars 2021, à ne pas manquer :
     
     
     
     
    17h
    ________________________________________________________________________________________________
    RAMEAU : Acanthe et Céphise, version 1751
    Extraits, version de concert
    VOIR ici
    https://www.youtube.com/watch?v=cTNUPRRjxvE
    Avec Sabine Devieilhe, Cyrille Dubois, David Witczak, Judith Van Wanroij, Les Chantres du Centre de musique baroque de Versailles, Les Ambassadeurs – La Grande Ecurie / Alexis Kossenko,…

  • STREAMING, FESTIVAL DE PONTOISE, le 5 mars 2021, 20h30. CASANOVA résistant… Des Italiens à PARIS. Qui pourrait imaginer Casanova baissant les bras devant les difficultés ? CASANOVA, héros de la résilience… Une évasion de la prison la plus sûre de Venise, 18 ans d’exil dans toute l’Europe, un duel à mort contre le sous-chambellan du roi de Pologne, toutes les péripéties et les rebondissements de la vie d’un des italiens les plus célèbres du XVIIIe siècle peuvent nous inspirer énergie et résilience aujourd’hui.
    Les Pincées Musicales, le Festival Baroque de Pontoise et le théâtre de l’Antarès de Vauréal ont donc…

  • STREAMING, opéra, critique I SONYA YONCHEVA, soprano. Le 27 février 2021. VERDI, PURCELL, PUCCINI, MASSENET… La bibliothèque rococo de l’Abbaye de Schussenried (Allemagne) offre un écrin somptueux pour ce récital présenté par le Metropolitan Opera dans le cadre de sa série digitale « Met Stars Live in Concert ». C’est un nouveau volet mémorable de l’offre de streaming de l’institution newyorkaise dont la rentrée lyrique ne se fera pas avant … septembre 2021. Pour rompre le silence, la voix de la soprano bulgare Sonya Yoncheva, diva évanescente dans sa robe rouge, réalise un parcours semé de perles indiscutables.
    Sonya YONCHEVA…

  • STREAMING, opéra. MOZART : Der SchauspielDirektor, 19 fév 21, 20h. En streaming depuis l’opéra La Monnaie à Bruxelles, l’opéra de Mozart n’a jamais semblé plus actuel, dès les premières paroles du livret : « Nous avons la permission de jouer! ». Dans cette (trop) courte « comédie accompagnée de musique », Mozart scrute voire parodie avec humour et invention le petit monde de l’opéra dont les susceptibilités et rivalités entre les divas. Voici les coulisses d’une production d’opéra imaginées par  Wolfgang alors qu’il écrit dans le même temps son chef d’œuvre Les Nozze di Figaro d’après Beaumarchais… Comme « opera…


    cinéma

    toute la grille accéder au mag cinéma
  • CINEMA, Anna Netrebko chante AIDA de Verdi, les 25 juin et 2 juillet 2020. Retour de l’opéra dans les salles obscures. Dans le cadre de l’opération Viva l’opéra !, à 19h30 pour les deux dates, revivez la magie d’une production convaincante grâce au nerf expressif du chef Riccardo Muti, au timbre charnel blessé de la soprano Anna Netrebko dans le rôle d’Aida, esclave à la cour de Pharaon et dont est épris le général victorieux Radamès… Pour autant, la fille de Pharaon, Amneris (ample contralto sombre) jalouse Aida car elle aime aussi Radamès. Anna Netrebko était alors diva verdienne, ayant…

  • CINÉMA, Fidelio le 17 mars 2020, 18h. Jonas Kaufmann chante Florestan dans les salles obscures… Célébrez le 250ème anniversaire de Mudwig Beethoven, grâce à la diffusion en live de la nouvelle production du Royal Opera Fidelio, avec dans le rôel de Florestan, le prisonnier, victime de l’arbitraire tyranique, JONAS KAUFMANN dont le timbre rauque, de félin blessé, la puissance et la finesse devraient renouveler l’interprétation du personnage, dans le sillon d’un John Vickers avant lui.
    Fidelio narre le parcours de Léonore, qui sous les traits d’un homme (Fidelio), entend sauver son mari Florestan, prisonnier politique détenu par le tyran Don…

  • CINEMA, en direct du MET : HAENDEL, AGRIPPINA. Le 29 fév 2020. Joyce DiDonato, impératrice haendélienne chante la mère de Néron, prête à tout pour que l’empereur Claude son époux, nomme comme son successeur le fils qu’elle a eu en premières noces. Néron ne pouvait trouver mère plus ambitieuse et travailleuse, et manipulatrice, d’une obsession quasi maladive… au bord de la folie. ERATO vient de publier l’intégrale d’AGRIPPINA avec le très fougueux Maxym Emelyanychev pilotant la nervosité expressive de son ensemble Il Pomo d’Oro. A New York, dans la nouvelle production événement à New york (déjà vue à Bruxelles), David…

  • Cinéma, ballet. Coppélia, mardi 10 décembre 2019 en direct du ROH, Londres. Coppélia, grand classique du Royal Ballet à Covent Garden (londres), est ainsi projeté en direct dans les cinémas partout en France, ce 10 décembre 2019 (20h15). Fantastique et poétique, le ballet Coppélia bénéficie d’une musique raffinée, conçue par Léo Delibes. A Londres, la partition est devenue un pilier du répertoire de la troupe de danseurs britanniques depuis qu’elle a été chorégraphiée par la fondatrice du Royal Ballet, Dame Ninette de Valois. Inspiré des Contes d’Hoffmann, l’action fait paraître une poupée mécanique plus vraie que la vie, charmant jusqu’à…

  • LILLE, ONL. STAR WARS, 14 et 15 fév 2019. Ciné-concert de rêve à Lille… La saga Star Wars de George Lucas n’aurait jamais eu son retentissement ni sa puissance dramatique sans le chant de l’orchestre qui sert de résonateur, d’amplificateur à sa formidable action interstellaire. John Wiliams a composé l’une des musiques de films les plus envoûtantes, inscrites dans le mystère voire la terreur (quand l’infâme Dark Vador paraît), mais aussi dans le drame et l’onirisme des étoiles… L’Orchestre National de Lille joue la carte du grand écran et de la magie orchestrale en proposant pendant deux soirs, les 14…


    expos

    toute la grille accéder au mag concerts et expos
  • PARIS, Exposition : « SAINT-SAËNS, un esprit libre » : 5 mars > 20 juin 2020. Le Palais Garnier à PARIS, à travers la Bibliothèque Musée de l’Opéra célèbre le centenaire de la mort (1921 – 2021) du plus grand romantique français de la seconde moitié du XIXè : Camille Saint-Saëns (1835 – 1921), jamais couronné par le Prix de Rome ni reconnu à sa juste valeur par les institutions étatiques ; aux côtés de Massenet, Saint-Saëns offre un visage différent du romantisme à la française grâce à son sens du drame (ses opéras Samson et Dalila ou Ascanio récemment…

  • EXPO, Paris. Les Musiques de Picasso à la Philharmonie, jusqu’au 3 janvier 2021 : c’est l’expo événement de cette rentrée post confinement. La musique chez Picasso est d’autant plus passionnante à mesurer et découvrir que le sujet fut source de passion et de déclarations spectaculaires voire définitive de la part du peintre. S’il a déclaré qu’il n’aimait pas la musique, Picasso comme Victor Hugo avait une idée trop haute de la création musicale et des citations instrumentales pour accepter leur dévoiement. Pas une toile ou une composition de Picasso qui en représentant un instrument ou un instrumentiste, n’ait été minutieusement…

  • CONFINEMENT. EXPOS et musées virtuels à visiter.
    Et si le confinement était tout simplement le temps des musées et des expos ? Comme pour l’opéra, les ballets et les concerts en ligne désormais, l’offre culturelle muséale comme les expositions enrichissent considérablement leurs contenus. Les parcours et programmes virtuels sont en plein essor. CLASSIQUENEWS vous propose sa sélection des sites les plus captivants. Le monde de demain a déjà commencé : ce ne sont pas les programmes culturels ci après sélectionnés qui infirmeront cette évolution sociétale et culturelle. Il faut à présent envisager de nouvelles manières d’accéder aux œuvres, de vivre…

  • ARTE, dim 5 avril 2020, 17h45. JAMES TISSOT L’étoffe d’un peintre – Portraitiste de la haute société britannique et parisienne, le nantais James Tissot (1836-1902) portraiture les mondanités et les rituels sociaux comme les mutations de son temps, en particulier celui de l’Angleterre à l’âge industriel quand il se fixe à Londres (1871) après la guerre de 1870.
    S’il a renié son prénom (Jacques-Joseph) fleurant bon la bourgeoisie provinciale (nantaise) du XIXe siècle succombant à l’anglomanie ambiante (l’Angleterre victorienne, celle du musicien Elgar, est la première puissance européenne), « James » Tissot, né à Nantes en 1836, a conservé le…

  • PARIS, Palais Garnier, EXPO « L’aventure du Ring en France », 5 mai – 13 sept 2020. Bibliothèque-musée de l’Opéra / BNF – Opéra national de Paris. Histoire de la mise en scène de la Tétralogie en France, de la fin du 19e siècle à aujourd’hui. Au début des années 1890, Charles Lamoureux s’investit plus que tout autre pour faire écouter les opéras de Wagner dont Lohengrin et Tristan und Isolde. Mais le Ring wagnérien créé à Bayreuth en août 1876 s’imposera plus tard encore sur la scène de l’Opéra national. Il est vrai que le contexte de la première…


COMPTE-RENDU opéra, critique. LIVE STREAMING du 5 mai 2021, Lille, Nouveau Siècle. MOZART : THAMOS. Orchestre National de Lille, David Reiland (direction)

THAMOS-SAIS-2-opera-orchestre-national-de-lille-critique-annonce-classiquenews-mozart-thamosCOMPTE-RENDU opéra, critique. LIVE STREAMING du 5 mai 2021, Lille, Nouveau Siècle. MOZART : THAMOS. Orchestre National de Lille, David Reiland (direction). La partition relève de l’esthétique galante mais colorée des éclairs et contrastes saisissants du Sturm und drang auquel le jeune Mozart apporte sa propre sensibilité instrumentale ; il accorde une place privilégiée aux choeurs (premiers à s’exprimer dans l’explicitation du drame), porteurs de l’espérance des peuples, exprimant cette aspiration viscérale à la fraternité universelle. Nous sommes bien dans un contexte moral franc-maçon (« accorde à la jeunesse frivole, vertus et discipline… ») ; tout le drame qui va se jouer met en scène l’application des préceptes des Lumières pour l’édification des hommes. Le politique (le jeune prince Thamos) est invité à favoriser et mettre en œuvre ce vaste programme d’éducation de la société. La forme orchestrale suit la lumineuse direction de cette philosophie musicale : le sens du détail, les rebonds dramatiques, l’esprit des nuances sont ici garantis par la direction souple et sensible de l’excellent David Reiland, venu de Metz (dont il est directeur musical de l’Orchestre National) pour diriger la phalange lilloise.
Sur scène, l’action illustre ce passage de la gangue originelle, boueuse, bitumeuse, brute à l’accomplissement de l’individu humain, maître de son destin, corps enfin libéré de son enveloppe archaïque et primitive. Selon la conception de Damien Chardonnet-Darmaillacq (qui a réalisé une adaptation d’après la pièce de théâtre dont la partition assure les inserts musicaux), la mise en scène et l’appareillage vidéo (film tourné au Phénix de Valenciennes préalablement au concert) exprime l’opération de transformation de la matière vers sa sublimation ; passage où se réalise l’alchimie organique, à l’image d’un accouchement symbolique.
David Reiland veille à l’articulation de chaque intermède orchestral dont l’ampleur et le souffle annoncent le Mozart Symphoniste d’Idomeneo et de la pleine maturité, celui des 3 dernières symphonies.

 

 

 

Illumination de Thamos / Métamorphose de Saïs

David Reiland et l’Orchestre National de Lille jouent le drame qui préfigure La Flûte Enchantée,
Thamos, roi d’Egypte, musique de scène maçonique

 

 L'ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE joue THAMOS de MOZART

_____________________________________________________________________________________

Le chant des cordes dit à la fois la solitude du héros Thamos et aussi l’espoir que sa vertu suscite au sein de la foule. La vitalité détaillée des instruments, timbres caractérisés dans l’esprit d’un orchestre de chambre, souligne chaque étape de la sublimation du corps primitif vers sa révélation finale : ainsi se dévoile la figure de la princesse Saïs, vierge du temple de soleil qui est aimée de Thamos, bien qu’elle soit la fille de son ennemi tutélaire. La vidéo expose l’histoire de Thamos à travers le regard et l’expérience vécue par la jeune femme.
Orchestralement, David Reiland exprime toute l’activité émotionnelle de la texture mozartienne ; oui, Mozart est bien ce poète du cœur humain, des sentiments les plus ineffables, ce magicien qui explore et ausculte âme et corps ; grâce à l’éloquence des instrumentistes lillois, l’écriture orchestrale parle… et chante (comme un chanteur d’opéra) ; elle explique et commente mieux que des paroles chantées, tout ce qui se dévoile peu à peu sur l’écran : la manifestation d’une métamorphose. Pour autant, le lien entre la jeune femme qui dévoile son visage et Thamos aurait pu être mieux expliqué. Mettre en avant Saïs ainsi est juste mais n’aurait-il pas aussi visualiser Thamos à ses côtés pour comprendre comment sa place est primordiale dans l’avènement du Prince ?

La gangue primitive qui emprisonne Saïs fait référence à la momification ; peu à peu se déroule sa mise à nu ; et l’être vertueux se révèle ainsi, resplendissant selon le rituel maçonnique égyptien. L’impression de séquences enchaînées qui nuit à la continuité d’un vrai drame s’explique par la nature même de la musique écrite par le jeune Mozart : musique de scène plutôt que drame musical continu. Les airs de solistes sont rares. Mais pas la caractérisation des instruments solistes (cor, hautbois, flûte…).
Dans ce parcours instrumental qui suit l’action en s’illuminant, David Reiland et le metteur en scène nous parlent d’humanité renouvelée, à naître, porteuse des valeurs et vertus des Lumières ; ce miracle est l’enjeu et le sujet du drame de Thamos. Tout le système philosophique et moral superbement incarné / explicité par l’orchestre, annonce les valeurs de l’opéra à venir, plus accompli dans sa forme lyrique, et aussi chanté en allemand, La Flûte enchantée de 1791. Du langage classique des années 1770, David Reiland fait un organe vivant, palpitant qui nous parle directement, veillant constamment aux phrasés, à la vitalité des contrastes : dans l’alliage des timbres associés, on y perçoit déjà les couleurs et les accents des opéras à venir : Idomeneo bien sûr, mais aussi Don Giovanni et sa noblesse grave, d’essence tragique.

Comme la résolution de l’énigme visuelle / orchestrale, surgit l’espérance du 2è choeur (à 24’18 : « Dieu dont la puissance s’étend sur toute chose!  / Toi qui t’élève et jamais ne faiblit…. règne, souverain sans égal dans la grandeur » : excellemment préparés par Thibault Lenaerts, le chœur de chambre de Namur (et la soprano qui sort de la masse chorale soulignant la délicatesse des instruments) apporte sa couleur articulée, transparente, fusionnant sans épaisseur avec la ductilité d’un orchestre lui aussi comme sublimé, irradié par l’enseignement lumineux et initiatique (célébration du guide et père pour tous, garant du bien commun).
En un couronnement tendre, l’air de basse qui conclut le cycle confirme la maturité de cette écriture mozartienne frappée du sceau de la sincérité (« Vous fils de la poussière… ») : son souffle incantatoire se rapproche aussi de l’air du commandeur de Don Giovanni, véritable proclamation presque terrifiante et avertissement à qui se dresserait contre le couronnement de Thamos le valeureux ; c’est aussi une claire préfiguration du personnage de Sarastro, grand prêtre du soleil dans La Flûte enchantée. L’ultime choeur (« Sublime Soleil, protège la couronne du roi… », solarisation collective et célébration du souverain éclairé) sonne comme un hymne de délivrance et de réconfort.
L’équilibre sonore, la souplesse et l’élégance de la direction de David Reiland préservent le charme fraternel de la partition, son ambition humaniste, son raffinement formel comme son sens dramatique.
Encore embryonnaire en sa discontinuité archaïque, la partition de Thamos manifeste une maturité directe qui pourra se déployer pleinement dans La Flûte Enchantée. Ce jalon de la dramaturgie mozartienne est magistralement défendu par l’équipe lilloise. Superbe spectacle irradié de grandeur, d’espoir, de lumière. Du pain béni pour notre temps. Un spectacle fort et lumineux à vivre sur la scène du Nouveau Siècle en novembre 2021. Incontournable.

_____________________________________________________________________________________

 

 

 

 

VOIR et REVOIR THAMOS roi d’Egypte par l’Orchestre National de Lille
sur la chaîne youtube de l’ON LILLE ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE ici :
https://www.youtube.com/watch?v=fh_8qngY3ow&list=PLjt12Zt-aSM12p3JI5CXB8zllWROJOD9-&index=1

 

EN REPLAY jusqu’au 5 juin 2021.

_____________________________________________________________________________________

 

 

 

 

VIDEO : entretien avec David Reiland : « Thamos est un véritable bijou »… dont il faut réussir la synchronisation entre musique et image.

 

https://www.youtube.com/watch?v=IpmaG_XU8FQ&list=PLjt12Zt-aSM12p3JI5CXB8zllWROJOD9-&index=3

 

 

 

E-CONCERT, STREAMING, critique. LILLE, Nouveau Siècle, le 3 avril 2021. « Enchantements », Wagner, Sibelius / I. Brimberg / Orchestre National de Lille, D. Stasevska

E-CONCERT, STREAMING, critique. LILLE, Nouveau Siècle, le 3 avril 2021. « Enchantements », Wagner, Sibelius / I. Brimberg / Orchestre National de Lille, D. Stasevska, direction. Après le nerf impétueux, vif argent du chef néerlandais Jan Willem De Vriend (concert Beethoven du 13 mars dernier), voici un nouveau volet de l’offre digitale du National de Lille ; ce programme diffusé sur internet du 3 avril 2021, dévoile la sensibilité de la chef invitée Dalia Stasevska, tempérament intérieur en communion avec les instrumentistes lillois ; d’abord précise aux éclats intérieurs mi enivrés mi tragiques de la (lente) Valse triste de Sibelius ; c’est un préambule tout en finesse suspendue pour le Prélude de Tristan : en kimono, la maestra ukrainienne recherche le sens derrière le son ; la résonance intime qui étire chaque accord, en sa tension irrésolue ; l’incandescence du sentiment amoureux, celui des amants maudits Tristan et Yseult se consume ainsi dans la clarté et la transparence ; une urgence intérieure qui creuse l’exaspération de désirs insatisfaits. La cheffe déploie des sortilèges de langueur sensuelle, toujours très soucieuse du son comme de la balance sonore.

 

 

ON-LILLE-concert-streaming-dalia-stasevska-concert-sibelius-wagner-critique-concert-critique-opera

 

 

A 24’50 : seconde partie du concert avec la Symphonie n°3 de Jean Sibelius (1907). Les instrumentistes plongent, cœurs ardents et volontaires dans la suractivité de l’ample portique trépidant dès le début porté par les cordes auquel répond la danse des bois ; transe collective initiale que les cuivres portent vers une plénitude sonore elle aussi à bien des égards… enivrée. L’opus exprime ce sentiment d’appartenance cher au compositeur, appartenance au motif naturel, au moindre de ses élans, proche dans l’âme à chaque sursaut de vitalité. Tous les pupitres s’exaltent et se répondent dans un dialogue contrasté, parfois âpre mais superbement fluide dans lequel Sibelius exprime la sauvagerie des forces naturelles comme saisi sur le vif ; ainsi témoigne-t-il de la de la découverte et de la proximité immédiate avec le lieu de sa nouvelle résidence, un havre de paix bucolique, à la fois sauvage et rassurant près d’un lac (Tuusulanjärvi) : Ainola, en hommage au prénom de sa femme, Aino. Le cycle des variations populaire et naïves (d’une franchise primitive qui rappelle tout l’esprit du premier mouvement) caractérisent le Scherzo ; tandis que l’Andante déploie son lied sobre et ciselé formant intermezzo. Dans cette texture dense, souvent exacerbée et trépidante, la cheffe soigne toujours la direction du flux, l’éloquence de cette construction ambitieuse, impérieuse, incandescente (dont l’unité découle d’une grande continuité organique). Toute la difficulté de l’écriture tient à la réalisation d’un souci de structure (car Sibelius n’aime pas développer pour rien, quitte à s’économiser vers épure « classique ») tout en ciselant le raffinement de l’orchestration particulièrement scintillante.
Malgré la densité sonore, la baguette sait soigner la clarté et la transparence ; comme le chant sourd d’une vérité plus insaisissable et mystérieuse ; tout rugit, s’exaspère et s’organise peu à peu vers la noblesse sereine et lumineuse du finale : grandiose et raffinée. Noces de l’intime et du flamboiement, de la tendresse sobre et de la grandeur mystérieuse du motif naturel, le seul sujet qui inspira Sibelius. En cela Dalia Stasevska se révèle à la fois engagée, mieux habitée. Baguette à suivre. REVOIR le concert sur la chaîne YOUTUBE de l’ON LILLE / Orchestre National de Lille ICI :
https://www.youtube.com/watch?v=PEZ7NpHt71E

 

dalia-stakevska-concert-orchestre-national-lille-sibelius-wagner-streaming-concert-critique-concert-annonce

________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi notre critique du concert « L’Héroïque » / Orchestre National de Lille / Jan Willem De Vrirend, direction (Cherubini / Beethoven). ICI :

http://www.classiquenews.com/compte-rendu-streaming-concert-on-lille-le-13-mars-2021-orch-national-de-lille-jan-willem-de-vriend-direction-beethoven-symphonie-n3-heroique/

 

 

 

 

STREAMING, concert. ON LILLE : Orchestre National de Lille, FX ROTH joue Beethoven et Stravinsky

roth-francois-xavier-concert-maestro-concert-classiquenews-critique-concert-classiquenewsSTREAMING, concert. LILLE, sam 13 fév 2021, 20h. BEETHOVEN / STRAVINSKY, ON LILLE, FX Roth. Nouveau concert en streaming du National de Lille ce samedi 13 février 2021 (dans le cadre de son offre digitale intitulée « AUDITO 2.0 » : tous les concerts sont enregistrés diffusés depuis l’Auditorium du Nouveau Siècle à Lille). Au programme deux œuvres dont l’effectif restent compatibles avec les mesures sanitaires exigées pour la pratique en orchestre, soit deux œuvres en formation Mozart et de chambre : le premier Concerto pour piano de Beethoven, encore redevable à l’esprit de Mozart, à l’élégance de Haydn (surtout dans l’énergie rythmique du Finale), son maître à Vienne ; puis Danses concertantes de Stravinsky. Deux partitions rééclairées par la sensibilité du chef François-Xavier Roth, spécialiste des timbres historiques et de la direction millimétrée (grâce à son activité comme chef fondateur du passionnant orchestre sur instruments d’époque, Les Siècles). Photo : FX Roth (DR).

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE
BEETHOVEN & STRAVINKSY

Samedi 13 février 2021, 20hORCHESTRE-NATIONAL-DE-LILLE-AUDITO-2.00-concert-digital-en-direct-depuis-l-auditorium-du-nouveau-siecle-lille-annonce-critique-concert-classiquenews
A VOIR & à vivre sur la chaîne YOUTUBE de l’ON LILLE
Orchestre National de Lille
En replay pendant 3 mois après la date de diffusion

BEETHOVEN : Concerto pour piano n°1
Soliste : Javier Perianes, piano

STRAVINSKY : Danses concertantes

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

BEETHOVEN 2020Beethoven repense le genre du concerto, réservant au piano face à l’ampleur symphonique de l’orchestre, une partie libre, formellement inédite qui place le discours et le dialogue des deux, dans une nouvelle arène poétique. Le premier est encore emprunt de l’esthétique XVIIIè, bientôt remodelé de fond en comble par la volonté romantique et révolutionnaire du premier génie symphonique au début du XIXè. L’ut majeur opus 15 publié à Vienne en 1801, est composé dès 1796, proche des compositions séduisantes (tels ses Trios pour clarinette, violoncelle, piano, récemment publié par le Shostakovitch Ensemble et F Pinto-Ribeiro, 1 cd Paraty). Ludwig semble y développer la langue courtoise et urbaine des salons viennois qui lui permettent alors de tisser son propre réseau de protecteurs au sein de l’aristocratie, mais aussi de se faire un nom comme virtuose au piano (dont ses fabuleuses improvisations annoncent celles de Liszt). L’orchestration est proche de Mozart, avec cependant 2 clarinettes qui colorent spécifiquement la texture orchestrale. L‘éloquence et l’indépendance affirmée du clavier se déploie sans entraves dans le Largo conçu comme un lied (mouvement central en la bémol mineur) où aux côtés du piano, rayonne aussi le chant à la fois tendre et grave de la clarinette, bien sollicitée. Cependant que l’entrain déterminé du dernier épisode (Rondo, allegro scherzando) égale les meilleures conclusions de Haydn.

stravinksy igor_stravinsky_compositeurEgalement conçue pour un orchestre réduit, ici de chambre, la partition des Danses concertantes d’Igor Stravinsky est créée à Los Angeles le 8 déc 1942 : Balanchine sut en exploiter l’alacrité expressive et rythmique (en en déduisant un ballet autonome), développée sur un schéma structurel néoclassique par sa recherche d’équilibre et de contrastes : les 5 mouvements (Marche-introduction, Pas d’action, Thème varié qui l’axe du cycle, Pas de deux, Marche-conclusion) offrent un succession d’épisodes et de tableaux particulièrement travaillés et caractérisés. L’esprit scherzando, la légèreté produisent le mouvement ; la liberté du geste (parfois soliste avec le cor et le violon mis en avant dans la première Marche-introduction) affirme ici une quête de la respiration et de la flexibilité brillante. Un vrai défi pour l’orchestre et les instrumentistes, considérés comme des solistes. Photo : Stravinsky (DR)

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

AUDITO 2.0 : concert Beethoven en direct en ligne par l’ON LILLE Orchestre National de Lille

ORCHETSRE-NATIONAL-DE-LILLE-AUDITO-2.00-concert-digital-en-direct-depuis-l-auditorium-du-nouveau-siecle-lille-annonce-critique-concert-classiquenewsLILLE : sam 14 nov 2020, 20h, en direct sur YOUTUBE. L’Orchestre National de Lille poursuit ses concerts digitaux, retransmis sur sa chaîne youtube (youtube/ONLILLE). Samedi, 2è session, en direct depuis l’Auditorium du Nouveau Siècle de Lille : dans le cadre de sa thématique du HÉROS, le National de Lille célèbre la force et l’engagement d’un héros romantique par excellence, combattant devant l’adversité, courageux, inspiré, défiant la fatalité qui le rongeait de l’intérieur à cause d’une surdité croissante, un comble pour un compositeur.

 

 

VOIR le concert en direct : https://www.youtube.com/user/ONLille

emotions-beethoven-concert-critique-classiquenews

 

 

Beethoven 2020Pour célébrer le 250è anniversaire de Beethoven en 2020, voici un programme vivifiant affirmant le génie réformateur de l’écriture beethovénienne : ouverture de Leonore III (troisième et dernière mouture pour son opéra Fidelio, l’opéra manifeste, hymne pour la liberté et la fraternité contre toutes les tyrannies du monde connu) ; puis la sublime symphonie n°4, tout entière portée par un irrépressible désir, une envahissante ambition… l’envie martialle et tendre à la fois d’en finir pour l’avènement d’une ère nouvelle. Plus subtile et introspective que la 3 « Héroique », la 4è regorge d’un feu intérieure d’une sensibilité intacte : l’Adagio s’il ne fallait citer qu’un épisode parmi les 4 mouvements, déborde de volupté et de rêverie tendre ainsi que le souligne avec pertinence Berlioz, admirateur zélé. Intitulé « émotions beethovéniennes », le concert a été élaboré dans le cadre de la nouvelle saison 2020 2021 de l’ON LILLE.

Écrite à l’été 1806, la Symphonie n°4 présente un visage léger et souriant de Beethoven. Alors amoureux de la Comtesse van Brunswick, le compositeur conçoit en miroir, une œuvre joyeuse, rapide, ardente. Premier chef invité de l’ON LILLE / Orchestre National de Lille, Jan Willem de Vriend, dirige l’étonnante partition que Schumann comparait à « une svelte jeune fille ».

————————————————————————————————————————————————–

 

 

Programme BEETHOVEN 2020
Pour le 250è anniversaire de la naissance de Ludwig van Beethoven

 

 

BEETHOVEN
Leonore III, ouverture

BEETHOVEN
Symphonie n°4

 

 

Orchestre National de Lille
Jan Willem de Vriend, direction

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

 

Informations programme « émotions beethovéniennes » sur le site de l’ONL Orchestre National de Lille :
https://www.onlille.com/saison_20-21/concert/emotions-beethoveniennes/

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

 

ONL LILLE : 8è Symphonie de MAHLER (reportage nov 2019)


mahler-mille-ONL-LILLE-alexandre-Bloch-vignette-classiquenewsREPORTAGE vidéo 8è symphonie de MAHLER..ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE, Alexandre BLOCH. La 8è Symphonie des Gustav Mahler est un Everest orchestral, choral et lyrique créé en 1910 dont le colossal des effectifs (jamais vu jusque là, d’où son sous titre « des Mille », pour 1000 musiciens sur scène) égale l’exigence morale, poétique, spirituelle. Présentation de la partition composée d’une première partie de tradition contrapuntique traditionnelle mais revisité (Hymne « Veni Creator Spiritus »), puis d’une seconde partie qui aborde comme un opéra, la dernière partie du second Faust de Goethe. Y paraissent de nombreux personnages Magna Peccatrix, Pater Ecstaticus, Pater Profundus, Doctor Marianus, Mulier Samaritana, Maria Aegyptiaca, … enfin Mater Gloriosa, sans omettre les choeurs des anges, le chœur Mysticus en une fresque flamboyante qui exprime les forces vitales de l’Amour et le pouvoir de l’Eternel Féminin, source de salut et de rédemption pour le monde et l’humanité. Entretien avec les interprètes et les parties engagées dans la réalisation de ce défi suprême pour l’Orchestre National de Lille. C’est l’un des jalons du cycle événement dédié aux Symphonies de Gustav Mahler par l’Orchestre National de Lille et Alexandre BLOCH, directeur musical. 12mn – © studio CLASSIQUENEWS  -  réalisation : Philippe-Alexandre PHAM (nov 2019)

 

LILLE. La Magie de Broadway au Nouveau Siècle

Broadway_slide_328px_19-20LILLE, ONL, 12, 15, 17, 18 déc. RICHARD RODGERS : comédies musicales. L’ESPRIT DE BROADWAY POUR LES FETES DE NOEL 2019… Né en 1902 à New York, Rodgers a composé plus de 900 mélodies et plus de 40 comédies musicales, en particulier en complicité avec les paroliers Lorenz Hart et Oscar Hammerstein II. Son sens mélodique, sa capacité à relancer les rebonds dramatiques dans chaque drame musical en font le génie de Broadway, récompensé comme peu avant lui (titulaire du prestigieux prix Pulitzer). Il est influencé par Victor Herbert et Jerome Kern et commence à percer au milieu des années 1920, à Broadway, Londres. Après le crac et la crise de 1929 et 1930, Rodgers rejoint Hollywood, conçoit avec Hart, plusieurs chansons devenues culte (Blue Moon). Puis le retour à Broadway se réalise en 1935, où le duo enchaîne les comédies triomphales, jsqu’au décès de Hart en 1943 : Jumbo (1935), On Your Toes (1936, comprenant le ballet Slaughter on Tenth Avenue, chorégraphié par Balanchine), Babes in Arms (1937), I Married an Angel (1938), The Boys from Syracuse (1938), Pal Joey (1940), By Jupiter (1942)…

 

 

L’ESPRIT DE BROADWAY POUR LES FETES DE NOEL 2019… L’Orchestre National de Lille affiche la fièvre de Broadway pour les fêtes de fin d’année

 

 
________________________________________________________________________________________________

 

 

Les mélodies du bonheur
Les plus belles comédies musicales de Richard Rodgers
Jeudi 12, mardi 17, mercredi 18 décembre, 20hboutonreservation
Dimanche 15 décembre 17h
Lille – Auditorium du Nouveau Siècle
TARIF 1
RÉSERVEZ votre place
https://www.onlille.com/saison_19-20/concert/les-melodies-du-bonheur/

 

 

 

Extraits des comédies musicales
de Richard Rodgers
La Mélodie du bonheur
South Pacific / Le Roi et moi
Carousel / Pal Joey
Oklahoma !

Orchestre National de Lille
Direction : Tom Brady  -  
Chant : Alysha Umphress, Lora Lee Gayer,
Samantha Massell, Ben Davis, Cody Williams

 

 

EN LIRE +

 

 

La CARTE CADEAU de l’Orchestre National de Lille

carte-cadeaux-orchestre-national-de-lille-offre-noel-2019-classiquenewsNOËL 2019. IDEE DE CADEAUX N°1. L’Orchestre National de Lille propose des idées exemplaires qui facilitent l’accès à la musique classique. Avec les cartes cadeaux, éditées par l’Orchestre lillois, il est désormais possible de faire vivre à vos proches, à vos amis, aux membres de votre famille, la magie de l’Orchestre et de son auditorium du Nouveau Siècle, écrin acoustique aux possibilités spectaculaires, visuelles, acoustiques, technologiques… L’Orchestre National de Lille regorge d’idées et de dispositifs inventifs qui renouvellent l’expérience musicale : conférences, débats, rencontres avec les artistes, concerts connectés et participatifs, ciné-concerts, enregistrements réalisés en interne, opéras mis en espace,… la dynamique symphonique a désormais établi sa résidence au Nouveau Siècle à Lille : vivez en l’expérience grâce à la carte cadeau

OFFREZ, PARTAGEZ L’EXPÉRIENCE ORCHESTRALE LILLOISE

CRÉDITEZ le montant de votre choix (pas de minimum ni de maximum) ; la carte est valable tout au long de la saison.
À noter : la carte cadeau est utilisable en une ou plusieurs fois à l’accueil-billetterie Orchestre National de Lille – 3 place Mendès France à Lille ou par téléphone au 03 20 12 82 40.

INFOS & RESERVATIONS ici :
https://www.onlille.com/saison_19-20/carte-cadeau_18-19/

 

carte-cadeaux-orchestre-national-de-lille-offre-noel-2019-classiquenews

 

 

 

 

 

 

LIRE aussi notre grand DOSSIER CADEAUX DE NOËL 2019 : sélection classiquenews cd, dvd, livres…

NOËL 2019 : qu'offrir pour les fêtes ?

 

 

 

 

 beethoven-complete-edition-2020-review-presentation-file-classiquenews-critique-coffret-beethoven-2020

 

 

 

 

 

 

 

ENTRETIEN avec François BOU. Les Nuits d’été à LILLE… Carmen, les 9, 11 et 12 juillet 2019

carmen-bizet-alexandre-bloch-opera-lille-onl-orchestre-national-de-lille-annonce-opera-critique-opera-classiquenews-juillet-2019ENTRETIEN avec François BOU. Les Nuits d’été à LILLE… Ce pourrait être enfin une Carmen espérée, fantasmée, idéale, réalisée à Lille en ce début d’été 2019. L’Orchestre National de Lille en plus de son éloquence (et appétit) symphonique, ne montrerait-il pas une disposition égale et des affinités assumées pour le lyrique ? Entretien avec François BOU, directeur général de l’ONL Orchestre National de Lille, à propos de Carmen, nouveau spectacle lyrique présenté au Nouveau Siècle, qui inaugure les 9, 11 et 12 juillet 2019, un nouveau cycle estival pour l’orchestre, « Les Nuits d’été ». Distribution, illustrateur, récitant… , place de la musique et retour à Mérimée… François Bou présente Carmen dans le dispositif particulier de l’Auditorium du Nouveau Siècle à Lille.

________________________________________________________________________________________________

CNC / CLASSIQUENEWS : Pourquoi lancez-vous avec cette Carmen au Nouveau Siècle, une nouvelle série musicale, invitant les spectateurs, à suivre le travail de l’Orchestre National sous la direction de leur directeur musical, Alexandre Bloch ?

François BOU : Nous sommes partis du constat que sur la Métropole lilloise, il n’y avait plus d’offre culturelle et musicale à partir de fin juin, alors que le public n’avait pas pour autant déserté le territoire. Il y avait donc un créneau possible, dans la première quinzaine de juillet, chaque été. D’autant que pour l’Orchestre, le lyrique demeure un domaine important pour son enrichissement, son expérience, pour l’élargissement du répertoire. Nous présentons à peu près 39 programmes symphoniques par saison, et une session dans la fosse de l’Opéra de Lille. Il s’agit donc de compléter l’expertise symphonique de l’Orchestre National de Lille en s’ouvrant au lyrique. D’autant plus que notre directeur musical, Alexandre BLOCH est lui-même très sensible au genre opéra.

 

 

L’Histoire de CARMEN au Nouveau Siècle à Lille
Tragédie haletante entre drame et lumière

 

 

CNC / CLASSIQUENEWS : le premier enregistrement d’Alexandre Bloch était dédié aux Pêcheurs de perles de Bizet. Déjà, il s’agissait de l’opéra et de Bizet. Avec Carmen en juillet 2019, serait-ce une manière d’approfondissement du travail amorcé avec les Pêcheurs de perles ?

François BOU : Absolument, c’est à la fois un prolongement et un approfondissement. Après Les Pêcheurs de perles qui sont un ouvrage de jeunesse, – donné au Nouveau siècle et enregistré dans la foulée, Carmen dévoile l’orchestre raffiné et très dramatique du dernier Bizet. Ce qui fait l’intérêt des Pêcheurs de perles, c’est justement ce qu’Alexandre Bloch et les instrumentistes de l’Orchestre ont su déployer : la flamme dramatique d’une partition dont les critiques de Bizet ont épinglé le wagnérisme. Justement, musiciens et chefs ont exploité tous les ressorts dramatiques des Pêcheurs de perles, avec l’énergie propre à Alexandre Bloch : son élégance, son souci de clarté. Tout cela devrait profiter au très grand raffinement de Carmen dont l’orchestration comme vous savez, est l’une des plus abouties dans l’histoire de l’opéra romantique français. Pour réussir ce nouveau défi, nous avons réuni une distribution francophone (française et québécoise) comprenant Florian Sempey (Escamillo, déjà présent dans les Pêcheurs de perles), Aude Extrémo (Carmen) qui réalise comme le ténor pour Don José (Antoine Bélanger), une prise de rôle.

 

 

CNC / CLASSIQUENEWS : Il ne s’agit pas d’une production classique, avec mise en scène et décors. Plutôt d’un dispositif particulier qui exploite les ressources propres à l’Auditorium du Nouveau Siècle. Pouvez-vous nous expliquer de quoi il s’agit ?

François BOU : Nous avons fait appel à un illustrateur, Grégoire Pont dont les créations graphiques et quelques animations évoqueront le cadre de l’action. Les spectateurs seront immergés dans son imaginaire visuel grâce aux projections en grand format. S’agissant du drame proprement dit, nous avons écarté les dialogues et les récits et c’est le récitant Alex Vizorek qui assurera la continuité de l’action et le lien entre chaque séquence lyrique : le texte qu’il a écrit, s’inspire directement de la nouvelle de Mérimée. C’est donc aussi un retour à la source littéraire du mythe de Carmen. Avec Alexandre Bloch, nous avons souhaité laisser toute la place à la musique, au chant des solistes, à celui de l’orchestre, au choeur également. Pour que le public comprenne chaque situation et se saisisse immédiatement du souffle tragique de l’histoire de Carmen. Il en résulte à mon avis, une conception équilibrée où se détachent lumière et drame.

Propos recueillis en juillet 2019

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

APPROFONDIR

Les Pêcheurs de Perles, 2 cd Pentatone / Orchestre National de Lille, Alexandre BLOCH, enregistré en mai 2017 – CLIC de CLASSIQUENEWS 2018
http://www.classiquenews.com/cd-opera-critique-bizet-les-pecheurs-de-perles-1864-nouvelle-version-complete-onl-orchestre-national-de-lille-a-bloch-2-cd-pentatone-2017/

REPORTAGE vidéo Les Pêcheurs de perles de BIZET par l’Orchestre National de Lille, Alexandre BLOCH
http://www.classiquenews.com/bizet-les-pecheurs-de-perles-ressuscites-par-le-national-de-lille-alexandre-pham/

LIRE aussi notre présentation de CARMEN de BIZET, les 9, 11 et 12 juillet 2019 au Nouveau Siècle à LILLE / Orch National de Lille / Alexandre BLOCH

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

LIRE aussi notre présentation de la nouvelle saison 2019 – 2020 de l’Orchestre National de Lille : temps forts, chefs et solistes invités, diversité de l’offre de concerts et cycles événements…

 

ONL, ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE, nouvelle saison 2019 – 2020

ONL-orchestre-national-de-lille-saison-2019-2020-nouvelle-saison-symphonique-annonce-concerts-symphonies-chefs-maestro-opera-classiquenews-VIGNETTE-COR-19-20SAISON 2019 – 2020. ONL, Orchestre National de Lille. L’orchestre fondé par Jean-Claude Casadesus poursuit sa formidable odyssée grâce à son nouveau directeur musical, Alexandre BLOCH. Un musicien dynamique qui ne s’économise guère, ayant le goût des défis impressionnants, fusionnant grands effectifs et sens du détail comme de l’architecture. Les deux années écoulées ont démontré cette capacité du colossal et de l’intime dans le choix de partitions qui supposent un grand engagement collectif : l’inclassable mais fraternelle MASS de Bernstein, le cycle en cours dédié aux Symphonies de Gustav Mahler (avec bientôt le massif herculéen de la 8è dite des « mille » qui réunit alors, les 20 et 21 novembre 2019, pas moins de 300 artistes sur le plateau)…
La nouvelle saison 2019-2020 s’annonce sous les mêmes proportions (dont la 9è de Beethoven associant solistes, chœurs et orchestre pour un final somptueusement festif les 25 et 26 juin 2020)… LIRE notre présentation complète

_____________________

BIZET-classiquenews-critique-opera-annonce-classiquenews-orchestre-national-de-lille-carmen-alexandre-bloch-9-11-12-juillet-auditoirum-nouveau-siecle-nuits-d-ete-a-lille-opera-de-lille-classiquenews-annonce-presentation

LILLE, ONL : 4è et 5è symphonies de Mahler

MAHLER-symphonie-3-Alexandre-BLOCH-lille-critique-concert-critique-opera-classiquenews-le-chef-face-aux-violoncellesLILLE, ONL. MAHLER : 4è, 5è Symphonies, 8, 28 juin 2019. Poursuite de l’odyssée Mahlérienne par l’ONL Orchestre National de Lille et son chef et directeur musical, Alexandre Bloch. Le auditeurs dans la vaste salle de l’Auditorium du Nouveau Siècle peuvent à nouveau mesurer l’écriture révolutionnaire de Gustav Mahler dans le domaine orchestral : un travail spécifique sur les couleurs, l’architecture et la spatialisation, sans omettre le sens et la direction de l’édifice construit, aussi essentiel que l’œuvre de son confrère (admirateur) Richard Strauss, ou que celles en France, des visionnaires au début du XXè, Ravel et Debussy. Mahler propose une arche symphonique régénérée, singulière et décisive. Un défi pour les musiciens de l’ONL Orchestre national de Lille.
Les 8 (4ème Symphonie) puis 28 juin (5è), se concrétise à nouveau l’imaginaire mahlérien à l’aune d’une existence toute entière marquée par la composition, l’activité comme directeur et chef de l’Opéra de Vienne, et l’amour, incarné enfin par la belle Alma Schindzler…

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

LILLE, Auditorium du Nouveau Siècle

 

 

 

SAMEDI 8 JUIN 2019, 18h30
GUSTAV MAHLER : Symphonie n°4

SOPRANO: ELIZABETH WATTS
couplée avec RACHMANINOV :
Rhapsodie sur un thème de Paganini
(Alexander Gavrylyuk, piano)
 

RESERVEZ VOTRE PLACE :
https://www.onlille.com/saison_19-20/concert/symphonie-n-4/

 

VENDREDI 28 JUIN 2019 2019, 20h
GUSTAV MAHLER : Symphonie n°5
Programme présenté aussi le 24 juin (Dunkerque, le Bateau feu),
le 25 juin Basilique Saint-Denis, 20h,
le 27 juin, Compiègne (Festival des Forêts)
RESERVEZ VOTRE PLACE :
https://www.onlille.com/saison_19-20/concert/symphonie-n-5/

ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE
Alexandre Bloch, direction
Jonas Ehrler, chef assistant

 

 

 

Le 28 juin, à 18h45 : Rencontre mahlérienne insolite avec Marina Mahler,
petite-fille de Gustav Mahler, fondatrice de la Malher Foundation  ;
puis à l’issue du concert, bord de scène avec Alexandre Bloch
https://www.onlille.com/saison_19-20/concert/symphonie-n-5/
(pour les spectateurs muni d’un billet du concert)

 
 
 

BLOCH-alexandre-portrait-2019-chef-orchestre-national-de-lille-annonce-concert-opera-classiquenews

 
Alexandre Bloch, directeur musical de l’ONL – Orchestre National de Lille (© Ugo Ponte)

 
 

________________________________________________________________________________________________

4ème et 5ème Symphonies de Gustav MAHLER :
Clés de compréhension

 

 

 

4ème SYMPHONIE : la vie céleste
Suite de l'odyssée MAHLER par l'Orchestre National de LilleC’est à Maiernigg, dans sa cabane retraite (le Häuschen) que le compositeur contemple la sainte et miraculeuse Nature, son essence inspirante, dyonisiaque ; il peut y réaliser de longues marches dans les Dolomites, excursion à valeur thérapeutiques et profondément bienfaitrices. Mahler achève la 4è symphonie à l’été 1900 (et l’orchestration à l’hiver 1900). Il n’a pas encore rencontré à Vienne, la belle Alma, qui sera la dédicataire secrète de la 5è Symphonie, ample poème de l’amour et de ses noces inespérées avec celle que tous les artistes adorent voire plus, Zemlinsky, Klimt…

La 4è prolonge l’extase de la 3è dont elle reprend certains motifs (alors entonnés par le choeur d’enfants et la soliste alto). Dans le climat pastoral et très apaisé de la 4è, Mahler écarte le chœur, et préfère la soprano qui entonne le lied final, conclusion vocale de sa nouvelle symphonique.
A Vienne, la création de cette 4è (12 janvier 1902) est un fiasco, sujet de mordantes critiques des pseudo-spécialistes : vulgarité, bavardage, confusion… sont les reproches adressés à Mahler. L’accueil du public américain sera tout différent et suscite la défense des œuvres mahlériennes très tôt aux USA. Le compositeur y renouvelle encore les limites et la forme symphonique, réalisant une osmose rare entre lied et orchestre dans la quatrième et dernier section pour soprano et orchestre (« la vie céleste », extrait du cor enchanté de l’enfant : révélation de la vie au Paradis, loin de l’existence terrestre) : un temps suspendu, d’extase et d’accomplissement à relier avec sa rencontre inespérée avec celle qui devient sa femme Alma (leur mariage a lieu le 9 mars 1902, et leur lune de miel… en Russie).

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

5ème SYMPHONIE… tout l’amour d’Alma
MAHLER-gustav-et-alma-symphonie-classiquenews-Gustav-MahlerL’époux comblé exprime son bien-être nouveau dans la 5è : nouveau poème purement instrumental cette fois (comme les 6è, puis 7è : les plus autobiographiques de son catalogue). Alors que Gustav Mahler est une figure reconnue comme chef et le brillant mais impétueux dircteur de l’Opéra de Vienne – ce qui n’est pas sans causé de profondes tensions avec l’administration de la Hofoper, les artistes les plus audacieux mené par Klimt, inaugure alors en avril 1902, la 14è expos de la Sécession : un hommage à Beethoven et sa 9è, avec statue de Klinger, fresque de Klimt qui représente ouvertement Mahler en chevalier éperdu, épris, anguleux… Mahler rencontre l’un des peintres engagés Alfred Roller qui deviendra à partir de 1903, le décorateur et metteur en scène attitré de Mahler pour ses grandes productions à l’Opéra de Vienne… Comme compositeur, il est comblé car sa 3è Symphonie est enfin créée triomphalement à Krefeld le 9 juin 1902 : un immense événement auquel a participé entre autres Richard Strauss, lequel est clairvoyant sur le génie de son compatriote, et aussi Alma, qui bouleversée, a le sentiment définitif d’être aux côtés d’un être exceptionnel…
La 5è est justement la partition du couple, de ses promesses, ses désirs, son bonheur prononcé. Eté 1902 : Mahler dans son cabanon du Häuschen, achève le nouveau cycle orchestral. La partition est terminée fin août 1902, dans le climat apaisé et contemplatif des longues marches dans la nature.

PLAN.. en 5 séquences. La 5è raconte d’abord l’agonie et le malheur, le traumatisme de la mort, celui qu’il a vécu en février 1901, quand faillit mourir d’une hémorragie intestinale (sauvé in extremis par les médecins). Les deux premiers mouvements sont marqués par ce sentiment du malheur total : le premier en forme de marche funèbre (comme l’ouverture de la 2è) ; le second « orageux, animé, très véhément »). Mahler y prolonge l’expérience des opus précédents, inventant une langue essentielle, purement musicale, où sans référence (sauf le leid final), le programme et le développement tendent à l’abstraction, à partir de sa propre imagination.
De cette inspiration jaillissante, puissante, originale, s’affirme la liberté inédite du Sherzo (le plus développé de Mahler) : sans connotation parodique ou caricaturale, l’auteur y déploie un pur sentiment de joie lumineuse (l’amour d’Alma), et il faut toute la béatitude éperdue, renoncement, adieu apaisé, immense caresse sensorielle de l’Adagietto pour équilibrer la tension globale de la symphonie. La dernière et cinquième séquence (Rondo-finale. Allegro) clâme la victoire en un choral grandiose (annoncé par la clarinette dans l’introduction) où percent des cuivres brucknériens… tant critiqués par Alma d’ailleurs.

________________________________________________________________________________________________

 
 

LILLE, Nouveau Siècle, 20h : création de Syrian Voices de Benjamin ATTAHIR

attahir-benjamin-compositeur-orchestre-national-de-lille-creation-annonce-entretien-explication-concert-critique-classiquenewsLILLE, ONL. Ven 8 mars 2019. ATTAHIR : Syrian voices. Concert « participatif » au Nouveau Siècle de Lille, à l’invitation de l’Orchestre National de Lille, le compositeur Benjamin Attahir, compositeur en résidence au sein de l’orchestre lillois propose Syrian Voices avec le concours des musiciens de l’Orchestre. C’est un dispositif en création, à partir de ses propres œuvres : Al-Fajr, Adh-Dhôhr et Al-Asr. Syrian Voices propose une immersion musicale, poétique mais aussi documentaire dans la Syrie d’aujourd’hui, à travers un choix de poèmes choisis dans l’Anthologie de la poésie syrienne, traduits par Saleh Diab et publiés au Castor Astral. Les poèmes sont mis en regard avec des témoignages et réflexions d’Adonis, Jean-Pierre Filiu, Edith Bouvier, François Tosquelles.
Les voix circulent dans les ruines d’un bâtiment ancien d’Alep, le bimaristan Al-Arghoun, hôpital psychiatrique, centre de vie et de santé exemplaire de la médecine médiévale islamique.
Le programme croise l’universel et le fraternel, rompant avec ce qui nous éloigne des syriens d’aujourd’hui et d’hier. Syrian Voices ne dresse pas le tableau lointain d’un paysage en guerre, mais nous rappelle que cette guerre circule aussi chez nous, en nous. « Sans la reconnaissance de la valeur humaine de la folie, c’est l’homme même qui disparaît » rappelait dès 1985, le psychiatre François Tosquelles.

En complément, en partenariat avec le musée d’Art Moderne de Villeneuve d’Ascq / le LAM, visite thématique « La création en milieu psychiatrique » dans les collections du musée le samedi 9 mars à 14h. Infos : https://www.musee-lam.fr/fr/le-lam-vu-par-benjamin-attahir

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Benjamin Attahirboutonreservation
SYRIAN VOICES (Aswat Assurya)
LILLE, Nouveau Siècle
Vendredi 8 mars à 20h

Syrian Voices
[création mondiale participative pour solistes,
ensemble, récitants et chœur oriental amateur
autour des œuvres Al-Fajr, Adh-Dhôhr et Al-Asr

CHLOÉ VAN SOETERSTÈDE, direction
LANCELOT HAMELIN, dramaturgie
SALEH DIAB, LANCELOT HAMELIN, récitants
RAQUEL CAMARINHA, soprano
SERPENT PATRICK WIBART, serpent
ALVISE SINIVIA, piano
CHORALE WASLA

Textes de :
ṢALIḤ DIYAB, NURI AL- JARRAḤ, NIZAR QABBANI,
KAMAL KHIR BIK, BANDAR ̀ ABD AL-ḤAMID, SANIYAH ṢALIḤ, ̀ ŪRKAN MUYASSAR, FU ̀AD RIFQAH, KAMAL KHIR BIK,
NAZI H ‘ABU ̀AFASH, LUKMAN DAYRAKYI,
KHAYR AD-DIN AL- ̀ASADI

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Approfondir : Résidence de Benjamin ATTAHIR au sein de l’ONL / LILLE – Création du Concerto pour serpent et orchestre (janvier 2018) :

ATTAHIR benjamin residence orchestre national de lille concerto pour serpent creation critique par classiquenewsCompte-rendu critique, concert. LILLE, Auditorium du Nouveau Siècle, le 26 janvier 2018. Haydn, Attahir, Beethoven. Orchestre National de Lille. Alexandre Bloch… PREMIERE PARTITION DE BENJAMIN ATTAHIR POUR L’ONL…C’était l’un des premiers temps forts du travail mené par le nouveau compositeur en résidence au sein de l’Orchestre National de Lille, Benjamin Attahir, lauréat de la Villa Medicis, remarqué par Pierre Boulez à Lucerne. Le jeune compositeur, pas encore trentenaire en 2018, présente sa première partition composée pour l’ONL, de surcroît très originale… car écrite pour le « serpent », instrument baroque, ancêtre du tuba et de l’ophicléide, jusque là, surtout utilisé à l’église pour soutenir les pupitres des basses ; c’est aussi le premier Concerto pour serpent de l’histoire de la musique. LIRE notre compte rendu complet

ATTAHIR-Benjamin-portrait-residence-orchestre-national-de-lille-classiquenews-concerts-festivals-critique-classiquenews

attahir-syrian-voices-8-mars-2019-concert-creation-participative-anonce-critique-classiquenews

 

LILLE, ONL. STAR WARS, Un nouvel espoir, 14 et 15 fév 2019. Ciné-concert

lille-ONL-star-wars-un-nouvel-espoir-new-hope-lucas-orchestre-national-de-lille-cine-concert-fevrier-2019-annonce-critique-concert-musique-classique-orchestre-classiquenews-fev-2019LILLE, ONL. STAR WARS, 14 et 15 fév 2019. Ciné-concert de rêve à Lille… La saga Star Wars de George Lucas n’aurait jamais eu son retentissement ni sa puissance dramatique sans le chant de l’orchestre qui sert de résonateur, d’amplificateur à sa formidable action interstellaire. John Wiliams a composé l’une des musiques de films les plus envoûtantes, inscrites dans le mystère voire la terreur (quand l’infâme Dark Vador paraît), mais aussi dans le drame et l’onirisme des étoiles… L’Orchestre National de Lille joue la carte du grand écran et de la magie orchestrale en proposant pendant deux soirs, les 14 et 15 février prochains; la projection sur grand écran et la présence de l’Orchestre National en direct sur la scène du Nouveau Siècle. C’est une nouvelle expérience symphonique de premier plan associant le souffle des images cinématographiques et les couleurs de l’orchestre.

Dès la semaine prochaine (jeudi 14 et vendredi 15 février), l’Orchestre National de Lille se lance dans la saga interstellaire Star Wars. Pour cette première expérience, épisode 1 (Un Nouvel Espoir) est proposé en ciné-concert à l’Auditorium du Nouveau Siècle. Au programme, l’épopée cinématographique et le son symphonique, mais aussi de nombreuses surprises au public, dont les interventions d’une quinzaine de cosplayers bénévoles (agréés par Lucas Film) : la « Garnison 501 » (avec possibilité de selfies et autres pour les plus grands fans…).

UN NOUVEL ESPOIR : film de George Lucas / Musique originale de John Williams. Présentation du film en ciné concert par l’ONL : “ Les mélodies de John Williams sont célèbres dans le monde entier. Leur énergie communicative et leur majesté éclatent de la plus splendide des manières dans Star Wars Episode IV, le tout premier film de la saga. Pour illustrer la quête de Luke Skywalker, Williams a une idée de génie : le leitmotiv wagnérien (un motif musical symbolise un personnage précis). Tout en multipliant les références au répertoire symphonique, le compositeur américain invente donc un thème pour chaque protagoniste, neuf au total, qu’il enchaîne avec une maestria vertigineuse. Si on y ajoute un génie de l’orchestration qui parvient toujours à trouver l’instrument idéal pour donner du galbe à un décor… ce premier ciné-concert du cycle promet de nous propulser dans les étoiles.”

 

 

 

 

DES PLACES en vente le soir du concert… Les séances sont complètes, seuls quelques billets pourront être remis en vente le soir même suite à des désistements. (tarifs de 29 à 68€) : www.onlille.com

 

 

 

Orchestre National de Lille
Ernst van Tiel, direction

Lille, auditorium du Nouveau Siècle, 20hboutonreservation
Jeudi 14 février 2019
Vendredi 15 février 2019

INFORMATIONS sur le site de l’Orchestre National de Lille – ONL ici :
http://www.onlille.com/saison_18-19/concert/star-wars-episode-iv/

 

 

 

vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=dKHNx4gfrok

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

La suite en mars 2019…
Ciné concert épisode 2 :

star-wars-un-nouvel-espoir-e-new-hope-orchestre-national-de-lille-cine-concert-annonce-concert-critique-concert-actualites-musique-classique-opera-classiquenews-fevrier-2019Prochains rvs, les 13 et 14 mars 2019, au Nouveau Siècle à 20h : Ciné concert épisode 2 : STAR WARS : L’Empire contre-attaque (film de Irvin Kershner, 1908 / Musique originale de John Williams). Avec l’Orchestre National de Lille – Kevin Griffiths, direction. Projection sur grand écran et orchestre en direct. Irvin Kershner signe un volet noir et complexe, à l’écriture shakespearienne, où l’action s’ enrichit de destins individuels torturés et douloureux. La musique magnifie l’image par sa partition fantastique et onirique là encore (thème de Dark Vador ; thème de Yoda, le sage détenteur, transmetteur, révélateur de la force enfouie et dormante…). Un must absolu.

RESERVATIONS sur le site de l’Orchestre National de Lille – ONL ici :
http://www.onlille.com/saison_18-19/concert/star-wars-episode-v/

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

En 2020, l’Orchestre National de Lille présentera deux autres épisodes en ciné-concerts : le Retour du Jedi  en février / le Réveil de la Force en avril. Places en vente pour ces spectacles dès le 1er juillet 2019 ou vers la mi-mai au moment de l’ouverture des abonnements 2019-2020 de l’Orchestre. A suivre de près. Que la force soit avec toi. A suivre…

 

 

 

LILLE. Debora Waldmann dirige un Halloween mexicain

Debora Waldman dirige Mozart à VincennesLILLE, Orch. national. Les 28 et 29 octobre 2016. Debora Waldman, El Dia de los muertos. La vie dans la mort, la fête et ses transes au pays funèbre, … ou selon la tradition populaire mexicaine, les larmes s’effacent pour les rires et la joie collective. Pour fêter Halloween et le jour des morts selon les rites d’Amérique latine, la chef Debora Waldman (né au Brésil), ex assistante du regretté Kurt Masur – et de loin son élève la plus engagée, fait vibrer les cordes de l’Orchestre national de Lille, en une célébration grand public des défunts, mais à la mode mexicaine… c’est à dire dans la danse et la transe joyeuse, animée, exaltée, mais pas seulement. Le programme, intitulé El Dia de los muertos / le Jour des morts, Un Halloween mexicain, regroupe plusieurs compositeurs phares du Mexique : Moncayo, Ayala Pérez, Revueltas. Inspiré par les sons et folklores amérindiens, les partitions ainsi abordées soulignent la fièvre communicative des auteurs mexicains heureux d’honorer les morts par la danse, le rythme, la jubilation affectueuse et cependant recueillie, soit un respect qui affiche et canalise son intensité célébrative… baguette ciselée et d’une rare profondeur chez Mozart (avec son orchestre Idomeneo, et en particulier le programme lyrique et symphonique intitulé PUR MOZART, en complicité avec la soprano Julia Knecht), Debora Waldman sait aussi défendre l’ivresse sonore, la prodigieuse fièvre des rythmes latino-américains… Les deux concerts se consomment dans l’Auditorium du Nouveau Siècle, en particulier à l’adresse des familles (d’où la catégorie «intitulée « Famillissimo », dans laquelle s’inscrit cet Halloween mexicain pur danses), le 28 octobre à 14h30 et le 29 octobre à 16h.
RESERVEZ VOTRE PLACE

Vendredi 28 octobre 2016, 14h30
Samedi 29 octobre 2016, 16h
Lille, Auditorium du Nouveau Siècle
Programme « Famillissimo »
Le Jour des morts / El Dia de los Muertos
Pages symphoniques des compositeurs mexicains :
Moncayo, Ayala Pérez, Revueltas…

Orchestre national de Lille
Debora Waldman, direction

halloween-1000x328-2-1000x328Toutes les infos et les activités autour des concerts El Dia de los Muertos (atelier musical et plastique à partir de 5 ans, le 29 octobre à 14h…) sur le site de l’Orchestre National de Lille

http://www.onlille.com/event/20165-halloween-mexicain-famillissimo/

APPROFONDIR
LIRE aussi notre présentation de la saison 2016 – 2017 de l’Orchestre national de Lille
LIRE aussi notre sélection des programmes dirigés par le nouveau directeur musical de l’Orchestre national de Lille, Alexandre Bloch