Nicolas Southon : Les symphonies du Nouveau Monde. Éditions Fayard.

Amerique, Etats Unis, musique, Symphonie du nouveau monde,Nicolas Southon FayardLivres. Nicolas Southon : Les symphonies du Nouveau Monde. Éditions Fayard. L’auteur analyse tout ce que la culture (riche voire flamboyante) des Etats-Unis doit Ă  ses premiers habitants, indigĂšnes et colons. C’est une lente assimilation des modes occidentaux importĂ©s par les voyageurs arrivants qui dans le choc des rythmes, danses, chants ancestraux fabriquent in fine l’idĂ©e d’une identitĂ© musicale amĂ©ricaine oĂč s’est inscrit la permanence du populaire. Traditionnel local, savant europĂ©en
 les esthĂ©tiques et les pratiques se mĂȘlent en un vivant dialogue, une mixitĂ© d’attitudes croisĂ©es qui des deux cĂŽtĂ©s de l’Atlantique, des States ou de l’Europe, poursuit un dialogue continu d’un continent Ă  l’autre. « Je ne considĂšre pas le titre d’AmĂ©riques comme purement gĂ©ographique, mais comme symbole de dĂ©couvertes – de nouveaux mondes sur terre, dans le ciel, ou dans l’esprit des hommes », Ă©crivait Edgard VarĂšse.

L’AmĂ©rique du nord aspire et stimule les volontĂ©s de rĂ©gĂ©nĂ©ration : quand l’Europe est en guerre et frĂŽle l’implosion, les vastes horizons Ă©tats-uniens offrent un paysage des plus inspirateurs. Il aspire les crĂ©ateurs comme un aimant, celui d’un asile pacifiant oĂč tout semble possible. C’est un phare plein d’espĂ©rance, la figure du nouveau monde.

Les symphonies du Nouveau Monde

Du temps des pionniers Ă  l’émergence d’une virtuositĂ© propre (Louis Moreau Gottschalk), les deux New England School, l’épisode amĂ©ricain d’Anton Dvorak dont la Symphonie concernĂ©e donne son titre au prĂ©sent ouvrage
, de la rencontre du savant et du jazz au gĂ©nie mĂ©lodiste du song plumer George Gershwin, de la naissance de Broadway Ă  l’avĂšnement d’une modernitĂ© pour le XXĂšme, celle que porte le pĂšre pour tous Aaron Copland
 tout est ici rĂ©tablit, restituĂ©, expliquĂ© avec la clartĂ© d’un passionnĂ©.

Plus proches de nous, voici le profil atypique et gĂ©nial de Lenny le magnifique (Leonard Bernstein), -grand synthĂ©tiseur entre populaire et savant-, lui-mĂȘme indirect hĂ©ritier des lyriques Barber et Menotti ; ce sont surtout les expĂ©rimentateurs aux apports dĂ©cisifs, tels VarĂšse ou Henry Cowell, les nĂ©oclassiques visionnaires comme Elliott Carter (lequel fait le passage entre le XXĂš et XXIĂš siĂšcles). Aujourd’hui, Philip Glass ou Steve Reich, surtout John Adams poursuivent ce rĂȘve musical amĂ©ricain dĂ©finitivement inscrit dans notre imaginaire. SynthĂ©tique, habile et clair, cet opus est un outil indispensable pour comprendre la musique amĂ©ricaine actuelle, c’est la bible pour votre sĂ©jour Ă  Nantes lors de la Folle journĂ©e 2014 qui cĂ©lĂšbre le gĂ©nie musical amĂ©ricain.

Nicolas Southon : Les symphonies du Nouveau Monde. Éditions Fayard. 200 pages. 9782213681009. Parution : 22/01/2014. Prix public TTC:15.00 €