COMPTE-RENDU, critique, opĂ©ra. PARIS, AthĂ©nĂ©e LJ, le 8 janvier 2020. YVAIN : YES ! Les Brigands, PM Barbier / Galard – Hatisi

yvain_maurice comedie operette classiquenews _02COMPTE-RENDU, critique, opĂ©ra. PARIS, AthĂ©nĂ©e LJ, le 8 janvier 2020. YVAIN : YES ! Les Brigands, PM Barbier / Galard – Hatisi. Quand on voit revenir Yes de Maurice Yvain sur les scènes de plusieurs maisons, on ne peut que se rĂ©jouir. L’ouverture du rĂ©pertoire du Palazzetto Bru-Zane et sa nouvelle exploration de l’opĂ©rette est un beau geste vers un rĂ©pertoire trop souvent oubliĂ©, mĂ©sestimĂ© voire mĂ©prisĂ©.
Yes est un chef d’œuvre calibré au millimètre par Maurice Yvain et Albert Willemetz. Duo mythique de l’opérette, ils peuvent être considérés comme les Mozart et Da Ponte des Années Folles. Yes, créée en 1928 au Théâtre des Capucines est originellement composé pour deux pianos. La partition est d’une richesse digne du livret. L’intrigue fabuleuse conte les déboires filiaux et amoureux du riche playboy Maxime Gavard, fils du « roi de la vermicelle ». La musique mêle à la fois jazz, swing, fox-trot et rythmes latinos.

Sur-lignant grossièrement l’intrigue érotique, on frôle très vite la vulgarité…

MOUAIS …
«  Je ne me doutais guère… »

En 2015, la version originale de Yes à deux pianos à été sublimement recréée par Les Frivolités Parisiennes. La mise en scène fabuleuse et dynamique de Christophe Mirambeau a joint la fidélité à l’ouvrage et une délicieuse fantaisie. Le cast et les deux pianistes nous ont révélé toute la richesse musicale et théâtrale de l’ouvrage.

En 2020 la tournée de Yes avec Les Brigands contraste totalement avec le spectacle brillant des Frivolités Parisiennes. Avec un parti pris qui se veut proche du burlesque, Vladislav Galard et Bogdan Hatisi survolent Yes sans vraiment apporter un argument clair. Alors que l’intrigue de base peut sembler superficielle, ce n’est pas une raison pour en faire un spectacle sans épaisseur. Sur-lignant grossièrement l’intrigue érotique, on frôle très vite la vulgarité. Yes, finalement, devient un prétexte plus qu’une œuvre. Pour le public qui découvre cette œuvre avec une telle mise en scène, on n’a qu’une lecture au premier degré, aux gags pas drôles et faciles.

CĂ´tĂ© interprètes, on peine Ă  s’y retrouver. La Totte correcte mais fade de Clarisse Dalles n’apporte pas ce charme coquin so Montmartrois. CĂ©lian d’Auvigny, malgrĂ© ses efforts, manque de souplesse dans son jeu, et son Ă©mission n’est ni claire ni gĂ©nĂ©reuse. Flannan ObĂ© ne comble pas les lacunes de cette production malgrĂ© son talent manifeste. Passons sous silence le père Gavard dĂ©cevant d’Eric Boucher et l’inexplicable parodie gigotante de Caroline Binder en Clementine et Loulou.

Finalement, la où nous crions « Yes! Yes! » c’est quand on voit l’interprétation de Thibault Perriard aux percussions.

En somme, cette production nous convainc que l’opĂ©rette doit continuer Ă  ĂŞtre confiĂ©e Ă  des artistes qui s’engagent Ă  lui rendre son Ă©clat avec respect et modernitĂ©.

________________________________________________________________________________________________

COMPTE-RENDU, critique, opĂ©ra. PARIS, le 8 janvier 2020, Théâtre de l’AthĂ©nĂ©e – Louis Jouvet

Maurice Yvain
YES !

Totte – Clarisse Dalles
Maxime Gavard – CĂ©lian d’Auvigny
RenĂ© Gavard – Eric Boucher
Marquita Negri – Emmanuelle GoizĂ©
Madame de Saint-Aiglefin – Anne-Emmanuelle Davy
Monsieur de Saint-Aiglefin – Gilles Bugeaud
Roger – Flannan ObĂ©
ClĂ©mentine / Loulou – Caroline Binder
CĂ©sar – Mathieu Dubroca

Paul-Marie Barbier – direction, piano et vibraphone
Matthieu Bloch – contrebasse
Thibault Perriard – percussions et piano
Vladislav Galard & Bogdan Hatisi – mise en scène

Yes ! Joyau lyrique de Maurice Yvain

yes-yvain-les-frivolites-parisiennes-janvier-2015PARIS, cafĂ© de la danse. Yes de Maurice Yvain, les 7,8 et 9 janvier 2016. On dit : “Yes, yes, yes” pour yes de Maurice Yvain. Outre la sĂ©duction de la partition, la production de Yes actuellement Ă  l’affiche (et pour seulement 3 dates) suscite enthousiasme et surprise : un jeune collectif de musiciens et enchanteurs y affirment une justesse de ton … renversante. Il est des soirĂ©es qui ont des anecdotes Ă©tonnantes. Un des piliers de la critique musicale racontait sa rencontre avec un fĂ©ru de Wagner lors d’une reprĂ©sentation lĂ©gendaire de la Walkyrie Ă  Bayreuth au dĂ©but des annĂ©es 1960. Etant lui mĂŞme un passionnĂ©, il a demandĂ© Ă  l’inconnu son nom, c’Ă©tait Maurice Yvain. Aujourd’hui; la musique de monsieur Yvain est quasiment oubliĂ©e Ă  tort. CantonĂ©e au film d’Alain Resnais “Pas sur la bouche” qui ne lui rend qu’une justice très limitĂ©e, la production lyrique de ce compositeur des annĂ©es d’or du Music Hall est passĂ©e dans les souvenirs d’autrefois.

YES! nous parle pourtant d’amour et de jeunesse avec un livret efficace et dĂ©sopilant d’Albert Willemetz avec un argument phare… celui de la musique brillante et passionnante de Maurice Yvain. Parmi les tubes de ce YES!, l’air Ă©ponyme de Totte, immortalisĂ© par Felicity Lott et d’autres Julie Fuchs… (voir son dernier cd intitulĂ© Yes ! justement et qui a dĂ©crochĂ© le CLIC de classiquenews en novembre 2015).

ComposĂ©e initialement pour deux pianos et solistes, en ce dĂ©but d’annĂ©e, c’est l’occasion de redĂ©couvrir la version originale de cette partition inĂ©dite, sertie de merveilles. Une belle aventure drĂ´le, spirituelle et dĂ©capante qui fait danser Cupidon sur les rythmes de charleston et au fox-trot endiablĂ©s.

YES! ne pouvait pas revenir sans une Ă©quipe artistique de très haute teneur. Ici toute l’Ă©quipe des solistes est au zĂ©nith dans l’interprĂ©tation et composent un cast idĂ©al. La mise en scène virtuose de Christophe Mirambeau saisit dans un tourbillon drĂ´le et sensible Ă  la fois qui rend YES! Ă  une postĂ©ritĂ© bien mĂ©ritĂ©e.  Vous voulez vivre une vraie soirĂ©e Parisienne? Alors dĂ®tes YES! Ă  Maurice Yvain au CafĂ© de la Danse et vous en sortirez ravi!

LIRE aussi notre présentation complète de la partition Yes de Maurice Yvain par Les Frivolités parisiennes

boutonreservationParis, Café de la Danse
Les 7,8 et 9 janvier 2016 Ă  19h30
Direction Musicale: Jean-Yves Aizic
Mise en scène: Christophe Mirambeau

Avec : Sandrine Buendia, Guillaume Durand, Vincent Vanthygem, Charlène Duval, Alexandre Martin-Varroy, Jeff Broussoux, Olivier Podesta, Emilien Marion, LĂ©ovadie Raud, DorothĂ©e Thivet, Claire-Marie Systchenko, Anne La So…

Coproduction Les Grands Boulevards & Les Frivolités Parisiennes