LIVRE, critique. JĂ©rĂŽme Bastianelli : La vraie vie de Vinteuil (Grasset)

vinteuil-livre-georges-la-vraie-vie-de-livre-critique-par-classiquenews-clicl-de-classiquenews-BASTIANELLI-CLIVRE, critique. JĂ©rĂŽme Bastianelli : La vraie vie de Vinteuil (Grasset). A rebours de la prose poĂ©tique Ă©nigmatique voire trouble et tout du moins souvent ambivalente de Proust, voici lumineuse, prĂ©cise et trĂšs documentĂ©e, la biographie du compositeur Georges Vinteuil, soit l’un des meilleurs reprĂ©sentants de la musique française au XIXĂš, Ă  l’époque du romantisme français Ă  l’épreuve de Wagner, pendant le Second Empire et aprĂšs la dĂ©faite de 1870
 De la fiction sublime de Marcel, l’auteur dĂ©duit un texte dont le contenu atteint l’exactitude de la rĂ©alitĂ©. Il aurait donc rĂ©ellement vĂ©cu ce Vinteuil, personnage Ă  peine esquissĂ© chez son premier gĂ©niteur, Proust ? Ici, Georges Vinteuil ressuscitĂ© est surtout l’ami de CĂ©sar Franck avec lequel il partage une communautĂ© de valeurs et de goĂ»ts ; leur style est d’ailleurs si proches qu’ils en seraient quasi interchangeables (comme Picasso et Braque, dans leur pĂ©riode cubiste de 1911-1912). Ici, dans l’admiration pour l’écriture wagnĂ©rienne et en particulier l’accord de Tristan, Vinteuil compose en 1861 sa fameuse Sonate « pour piano et violon » (notez bien l’ordre des deux instruments ainsi prĂ©sentĂ©s).
C’est l’enfant miraculeux d’un prĂ©curseur gĂ©nial… Vinteuil serait ainsi le premier Ă  inaugurer une vague salvatrice pour notre musique de chambre, avant FaurĂ©, D’Indy, Franck, Dubois
 ce bien avant la crĂ©ation de la fameuse SociĂ©tĂ© nationale de musique, nĂ©e aprĂšs la dĂ©faite de 1870.
Dans le souvenir de Wagner, dans l’influence de Franck et aussi d’Alexis de Castillon dont la figure revient plusieurs fois dans le rĂ©cit biographique, Georges Vinteuil Ă©crit donc sa Sonate miraculeuse, celle qui occupe une place centrale dans A la recherche du temps perdu ; sa petite phrase (musicale) dans le premier mouvement Andante, cristallise ce phĂ©nomĂšne de remĂ©moration immĂ©diate qui Ă©lectrise vĂ©ritablement le hĂ©ros de Proust, Swann. Ainsi est enfin Ă©lucidĂ©e, l’énigme musicale la plus fascinante de la littĂ©rature française.
Si la prose permet d’en tĂ©moigner, la musique rĂ©alise le mĂ©canisme physique et organique qui permet au sujet d’éprouver ce vertige dĂ©cisif, entre rĂ©vĂ©lation et extase.
L’auteur qui prĂ©side l’association des Amis de Marcel Proust connaĂźt l’Ɠuvre et la vie de Marcel comme personne ; il peut donc croiser les chemins biographiques, intĂ©grer dans la biographie de Georges, les Ă©lĂ©ments et citations d’A la recherche du temps perdu : ainsi, quand Vinteuil et Franck assistent aux fameux concerts dirigĂ©s par Wagner, ils Ă©prouvent exactement en un effet de miroir, de la fiction Ă  la rĂ©alitĂ© du rĂ©cit biographique, ce choc que Swann ressent Ă  l’écoute de la fameuse Sonate de Vinteuil.
Si « Proust n’a pas tout su », l’auteur de ce premier roman restitue Ă  l’un de ses personnages clĂ©s, une Ă©paisseur fictionnelle aussi vraie que nature. Devenue un mythe musical et littĂ©raire, la Sonate de Vinteuil mĂ©ritait Ă©videmment cette naissance et cette identitĂ© crĂ©dibles, enfin restituĂ©es.

________________________________________________________________________________________________

LIVRE, critique. JĂ©rĂŽme Bastianelli : La vraie vie de Vinteuil (Grasset). Parution : janvier 2019. 272 pages – EAN : 9782246817291 / Editions Grasset - collection « Le courage ».
https://www.grasset.fr/la-vraie-vie-de-vinteuil-9782246817291

LIVRES. Reynaldo Hahn, un Ă©clectique en musique (Actes Sud)

reynaldo-hahnLIVRES. Reynaldo Hahn, un Ă©clectique en musique (Actes Sud). Le salonard prĂ©cieux maniĂ©rĂ© rien que superficiel gagne ici de nouveaux galons : ceux d’une rĂ©habilitation argumentĂ©e qui fait paraĂźtre enfin le gĂ©nie musical. Sous la direction de Philippe Blay, voici le vĂ©nĂ©zuĂ©lien Reynaldo Hahn (1874-1947) dĂ©poussiĂ©rĂ© de tous les aprioris qui avaient rĂ©ussi Ă  dĂ©naturer l’image originelle. L’élĂšve de Massenet brille d’un nouvel Ă©clat que chaque page et chaque contribution colore diffĂ©remment soulignant la contribution majeure du critique, confĂ©rencier, du professeur de chant (Ă  l’Ecole Normale juste fondĂ©e par Cortot en 1920), du chef d’orchestre et du directeur de l’OpĂ©ra de Paris sans omettre la diversitĂ© des dons du compositeur (mĂ©lodies, musique de chambre, oratorios, opĂ©ras, recueil pour piano.)
 Le titre Ă©claire les multiples facettes d’un tempĂ©rament fĂ©cond qui reste difficile Ă  classer. Eclectique certes mais si profond et juste.  Hahn y scintille comme un diamant aux multiples facettes. Son miroitement fait sa valeur : la multiplicitĂ© de l’homme est parfaitement exprimĂ©e dans ce cycle de contributions dĂ©cisives.

hahn_reynaldo_05portrait peintHahn conscience artistique de son temps. Outre les chapitres – passionnants- dĂ©diĂ©s aux oeuvres et Ă  la personnalitĂ© plus qu’attachante du compositeur (qui fut aussi un chanteur aussi distinguĂ© que subtil interprĂšte de ses propres oeuvres comme de celles des autres), c’est surtout, vrai sujet  et grande rĂ©vĂ©lation de l’ouvrage collectif,  la culture mobile et remarquable du Reynaldo Hahn intime qui s’affirme : elle nourrit  par exemple tout le chapitre ressuscitant sa relation Ă  Marcel Proust, dĂ©voilant un jeu fertile d’échanges, de partages, de visions larges et complĂ©mentaires, un appĂ©tit et une curiositĂ© exceptionnels. Passion amoureuse d’abord entre 1894 et 1896 et qui transparaĂźt  en un miroir Ă  clĂ©s  dans Un Amour de Swann, elle-mĂȘme prĂ©ambule ensuite Ă  une indĂ©fectible amitiĂ© ; du reste on comprend ainsi comment Hahn mondain parfait, c’est Ă  dire profond et pertinent, fut en rĂ©alitĂ© « le pĂ©riscope et le pariscope » (excellente formule relevĂ©e dans le texte) du Proust reclus et maladif. C’est aussi Hahn qui inspire au gĂ©nie littĂ©raire du siĂšcle, cette habile et complexe correspondance entre les arts, surtout entre musique et peinture, langue poĂ©tique dont Hahn eut lui aussi la maĂźtrise totale ;  ses propres chroniques sur le thĂ©Ăątre, les expositions et donc les tableaux prĂ©cisĂ©ment dĂ©crits et commentĂ©s donnent la mesure d’une sensibilitĂ© exceptionnellement dĂ©veloppĂ©e et vive, celle du « littĂ©rateur mĂ©lomane » que dĂ©tache avec tendresse et sincĂ©ritĂ©, l’admiration de Proust. La fameuse Sonate de Vinteuil n’aura dĂ©sormais plus de mystĂšre, les nombreuses rĂ©fĂ©rences prĂ©valant Ă  sa genĂšse y Ă©tant enfin prĂ©cisĂ©es


 

 

 

han-reynaldo-eclectique-en-musique-portrait-musical-CLIC-de-classiquenews-actes-sud-livres-coup-de-coeur-mai-juin-2015-582-390

 

 

Dans le sillon de Liszt et mieux que Christophe de Romain Rolland, Hahn et Proust incarnent une pensĂ©e curieuse et imaginative Ă  deux cerveaux qu’attestent leurs appĂ©tits livresques, revivifiant mieux que les frĂšres Goncourt, l’activitĂ© de Bouvard et PĂ©cuchet de Flaubert. Au tudesque de son nom contredit / enrichi par le sourire latin de son prĂ©nom, l’auteur de La CarmĂ©lite, L’üle du rĂȘve, Ciboulette, de Nausicaa, de La Colombe de Bouddah, de la Reine de Sheba et du Marchand de Venise (qui ne sera naturalisĂ© français qu’en 1912!) surgit comme l’incarnation du goĂ»t le plus sĂ»r que rĂ©active toujours une sensibilitĂ© aiguĂ« au carrefour de arts sans privilĂ©gier aucun si ce n’est en tĂ©moigner la correspondance dans sa langue la plus raffinĂ©e conforme Ă  sa nature artistique : la musique.

CLIC_macaron_2014Plus rien du Hahn enchanteur, orfÚvre, prophÚte pour une fusion dialoguée des arts ne vous sera désormais caché, et le livre édité  par Actes Sud  répare bien des lacunes sur une formidable pensée esthétique. Mozartien lumineux nostalgique (qui dirigea Don Giovanni à Salzbourg en 1906),  Reynaldo Hahn surgit dans la diversité de son immense génie. Lecture capitale. Logiquement CLIC de classiquenews de juin 2015.

 

 

LIVRES. Reynaldo Hahn, un Ă©clectique en musique (Actes Sud). Actes Sud Beaux-Arts, Palazzetto Bru Zane. Parution : Avril, 2015  – 16,5 x 24,0 / 504 pages. ISBN 978-2-330-04803-7 Prix indicatif : 55, 00€