CD critique. BRUCKNER : 9Ăš symphonie Manfred Honeck (Pittsburgh Symph Orch, 2018)

bruckner-symphony-no-9 pittsburgh symphony orchestra cd annonce critique cd review cd classiquenews critique cd opera symphonies symphonies musique classique newsCD critique. BRUCKNER : 9Ăš symphonie Manfred Honeck (Pittsburgh Symph Orch, 2018). VoilĂ  un programme Ă©loquent et clair qui dĂ©voile la direction « centrale », trĂšs Ă©quilibrĂ©e du chef autrichien nĂ© dans le Vorarlberg en Autriche en sept 1958, Manfred Honeck. Le voici dirigeant le Symphonique de Pittsburgh. La 9Ăš est la derniĂšre partition symphonique de Bruckner, laissĂ©e hĂ©las inachevĂ©e. Bruckner particuliĂšrement dĂ©couragĂ© aprĂšs la mauvaise rĂ©ception de la 8Ăš, dĂ©laisse la plume pour ne la reprendre qu’en avril 1891. La partition de l’Adagio restera orpheline du Finale qui devait lui succĂ©der, la 9Ăš reste l’InachevĂ©e. Et dans l’Adagio, Bruckner exprime cette quĂȘte au repos, Ă  la grĂące qu’en croyant sincĂšre, il espĂ©rait atteindre.
Au gouffre dantesque, terrifiant du Scherzo, le plus beau jamais « écrit par l’auteur, rĂ©pond la priĂšre et l’adieu de l’Adagio
 Atteint de PleurĂ©sie, Bruckner devait s’éteindre en octobre 1896.
Justement, il n’est que d’écouter attentivement le dernier (3Ăš) Ă©pisode / le dernier mouvement (Adagio : Sehr langsam, feierlich, de presque 30 mn) pour mesurer le sĂ©rieux et la haute façon du chef, directeur musical du Pittsburgh Symph Orch, MANFRED HONECK que ses origines viennoises, rattachent Ă  la tradition des chefs Ă©lĂ©gants et hĂ©donistes. Il est soucieux surtout Ă  la façon d’un Karajan, d’une sonoritĂ© ronde et fondue, (lisse et linĂ©aire diront les plus critiques), mais solarisĂ©e comme les plus grands brucknĂ©riens (Jochum, Boehm, Wand, Masur,
).

WAGNER sublimé  Le dĂ©but aux cordes seules dessinent dans l’éther, la citation sublimĂ©e du Parsifal de Wagner (le modĂšle absolu de Bruckner). Expression d’un absolu spirituel et d’une profonde sĂ©rĂ©nitĂ©, l’Adagio approfondit la foi inextinguible du compositeur de Linz  en un ample tableau qui dĂ©colle et se maintient suspendu au dessus de l’existence terrestre, prĂ©ludant bien des dĂ©veloppements chez Mahler : mĂ» par une ardente ferveur, Honeck construit Ă  partir de cette sidĂ©ration wagnĂ©rienne plusieurs accents d’une totalitĂ© assumĂ©e, Ă©panouie qui enfle les cuivres, nobles et majestueux ici, d’une rĂ©sonance presque secrĂšte, voire Ă©nigmatique. Manfred Honeck ne cherche pas la dĂ©clamation superfĂ©tatoire mais plutĂŽt l’aspiration vers l’autre monde. Il dĂ©graisse l’orchestration ailleurs Ă©paisse voire lourde de Bruckner.
Dans cette vision intĂ©rieure, trĂšs intimiste, le ruban des cordes exprime l’absolu certitude et l’espĂ©rance de temps futurs enfin rĂ©solus, sans entraves ni tension. Une sorte d’extase spirituelle que seule l’orchestre colossal ici peut exprimer, entre l’hommage Ă  Wagner, en sa gravitĂ© renouvelĂ©e et R Strauss (Symphonie Alpestre). Une priĂšre qui touche par sa sincĂ©ritĂ© : Honeck lui apporte la couleur et l’éloquence requises. TrĂšs convaincant.

CD critique. BRUCKNER : 9Ăš symphonie « inachevĂ©e » (Pittsburgh Symph Orch, Manfred Honeck – 2018 – 1 cd Fresh / RR)

CD, annonce. BRUCKNER : Symphonie n°9 (Pittsburgh Symphony, Manfred Honeck – 1 cd Fresh Live fĂ©v 2018)

bruckner-symphony-no-9 pittsburgh symphony orchestra cd annonce critique cd review cd classiquenews critique cd opera symphonies symphonies musique classique newsCD, annonce. BRUCKNER : Symphonie n°9 (Pittsburgh Symphony, Manfred Honeck – 1 cd Fresh Live fĂ©v 2018). Directeur musical du Pittsburgh Symphony Orchestra (depuis 2008), Manfred Honeck a un calendrier chargĂ© cet Ă©tĂ© 2019 : il dirige la Conducting Academy (acadĂ©mie de direction d’Orchestre) au Gstaad Menuhin Festival (Suisse) Ă  l’invitation de Christoph MĂŒller, intendant gĂ©nĂ©ral du Festival
 en fĂ©vrier 2018, le chef autrichien, ex assistant de Claudio Abbado, enregistrait en fĂ©vrier 2018, en une prise live, la spectaculaire et monumentale Symphonie n°9 de Bruckner
 composĂ©e en 1896 et laissĂ©e 
 malĂ©diction du chiffre dans l’histoire des compositeurs, 
 inachevĂ©e.
MalgrĂ© sa dĂ©mesure et sa majestĂ© grandiloquente, la 9Ăš de Bruckner exprime les inquiĂ©tudes comme l’espĂ©rance du croyant. La prĂ©sence divine n’est jamais loin, toujours prĂȘte Ă  se manifester, quand pĂšse l’obscuritĂ© de l’abandon et de la souffrance. Lui-mĂȘme rĂ©dacteur du livret accompagnant l’enregistrement, Manfred Honeck prĂ©sente les options de son interprĂ©tation, une Ă©popĂ©e orchestrale qui traverse de grandes plages intranquilles et sombres, parfois frappĂ©es par l’angoisse, mais que porte toujours une indĂ©fectible certitude spirituelle. En 3 mouvements seulement, le massif brucknĂ©rien dĂ©veloppe cependant des dimensions colossales : le mouvement I dĂ©passe 25 mn et la partition s’achĂšve en un ample Adagio de plus de 27 mn, expression de la foi d’une Ăąme brĂ»lante et insatisfaite, celle d’Anton Bruckner.

C’est le dĂ©jĂ  9Ăš enregistrement de l’orchestre symphonique de Pittsburgh. Nouveau jalon d’une sĂ©rie enregistrĂ©e (Pittsburgh Live! Series) qui a comptĂ© auparavant en particulier la Symphonie n°5 de Shostakovich / Chostakovitch et l’Adagio pour cordes seules de Barber.

 

 

________________________________________________________________________________________________

Bruckner: Symphonie n°9
Pittsburgh Symphony Orchestra
Manfred Honeck, direction
(1896 – inachevĂ©e)

I. Feierlich – Sehr ruhig
II. Scherzo: Bewegt, lebhaft – Trio: Schnell
III. Adagio: Sehr langsam, feierlich

Enregistrement Live SACD rĂ©alisĂ© au Heinz Hall, en fĂ©rvier 2018, rĂ©sidence du Pittsburgh Symphony Orchestra (PSO). – Parution : le 23 aoĂ»t 2019 – 1 cd SACD FRESH! – prochaine critique dĂ©veloppĂ©e dans le mag cd dvd livres de CLASSIQUENEWS

GSTAAD MENUHIN FESTIVAL 2019. LES 5 ACADEMIES / la Conducting Academy (4, 15, 17 août 2019)

gstaad-menuhin-festival-2019-PARIS-annonce-prĂ©sentation-classiquenews-582GSTAAD MENUHIN FESTIVAL 2019. LES ACADEMIES DE GSTAAD. Gstaad l’étĂ©, grĂące au Festival MENUHIN (63Ăš Ă©dition en 2019) dĂ©fend mieux qui quiconque l’esprit de la transmission, selon les valeurs du fondateur, le violoniste lĂ©gendaire Yehudi Menuhin. De sorte que plus de 50 ans aprĂšs sa crĂ©ation, le festival estival dans le Saanenland dĂ©veloppe un cycle trĂšs dynamique de 5 acadĂ©mies Ă  prĂ©sent identifiĂ©es comprenant cours, ateliers, masterclasses et aussi concert de clĂŽture en public, 
 en piano, flĂ»te, chant, cordes
 sans omettre la plus spectaculaire (et passionnante Ă  suivre), l’acadĂ©mie de direction d’orchestre (conducting academy). L’ensemble des masterclasses proposĂ©es aux jeunes professionnels, se double de cours «Play@» destinĂ©s aux amateurs de tous Ăąges. Car le GSTAAD MENUHIN FESTIVAL, ouvert et gĂ©nĂ©reux, ne veut exclure personne. A chacun, son expĂ©rience musicale, selon son goĂ»t, selon sa culture.

 

GSTAAD-FESTIVAL-ORCHESTRA-CONDUCTING-Academy-2019-concert-annonce-academy-critique-classiquenews

 

MANFRED HONECK : PERCER LE SECRET DE CARLOS KLEIBER
En aoĂ»t 2019, la 6e Gstaad Conducting Academy est dirigĂ©e par le chef Manfred Honeck, qui pilote deux programmes symphoniques aprĂšs une premiĂšre semaine dĂ©diĂ©e au rĂ©pertoire pour orchestre de chambre, conduite par l’indispensable «Head of Teaching», Johannes Schlaefli. Manfred Honeck, directeur musical de l’Orchestre symphonique de Pittsburgh dĂ©dient ses activitĂ©s d’enseignement Ă  Gstaad au «phĂ©nomĂšne Carlos Kleiber» ; elles tenteront de cerner « les raisons de l’unicitĂ© d’un chef d’orchestre ». Chaque jeune chef peut ainsi diriger une formation impressionnante, le GFO GSTAAD FESTIVAL ORCHESTRA.

COUP DE POUCE ET TREMPLIN
 Les anciens laurĂ©ats du Neeme JĂ€rvi Price ont bĂ©nĂ©ficier d’un coup de pouce concret. Ainsi, l’annĂ©e derniĂšre, Nuno Coelho (laurĂ©at 2015) a pris un poste permanent Ă  l’Orquestra Gulbenkian. Joseph Bastian (laurĂ©at 2016) a signĂ© avec une grande agence amĂ©ricaine et dirige des orchestres de premier plan dans le monde entier. La Gstaad Academy aide les jeunes talents Ă  intĂ©grer le monde professionnel de la direction. Pour le public et les festivaliers, c’est une opportunitĂ© passionnante de suivre les avancĂ©es des candidats chefs d’orchestre, tous concourant au Prix Neeme JĂ€rvi qui au terme de leur session de travail avec Manfred Honeck, se verront (ou pas) distinguĂ©(e)s par leur aptitude particuliĂšre


Au sein des quatre autres masterclasses, nous proposons Ă©galement des cours sur mesure et la possibilitĂ© pour les participants de se produire lors de prestations de premier plan, ainsi que la plateforme d’un grand festival international, qui prĂ©sente chaque jour, en plus des masterclasses, des concerts de haut niveau.

PROFESSEURS et ” Cours PLAY@ “… Pour son Ă©dition 2019, la Gstaad String Academy compte au sein de son corps professoral, de la lĂ©gende du violon: Ana Chumachenco. PrĂ©sence charismatique qui rĂ©anime la flamme du violon au sein du festival de Yehudi Menuhin.
Silvana Bazzoni Bartoli pilote la Gstaad Vocal Academy durant la derniĂšre semaine d’aoĂ»t, et le flĂ»tiste suisse Maurice Steger, avec son Ă©quipe dirige la Gstaad Baroque Academy au cours de la derniĂšre semaine du festival.
Pour les amateurs des cours Play@, le GSTAAD MENUHIN FESTIVAL propose une expĂ©rience globale, de la pratique musicale aux soirĂ©es de concerts les plus spectaculaires. Tous les cours se dĂ©roulent sous la direction de musiciens chevronnĂ©s et pĂ©dagogues. La Gstaad Academy sert les missions du Festival car elle perpĂ©tue l’esprit du fondateur Yehudi Menuhin. A Saanen et Ă  Gstaad, le violoniste lĂ©gendaire a invitĂ© non seulement ses amis virtuoses tels que Benjamin Britten, Peter Pears ou Maurice Gendron, mais aussi ses Ă©tudiant(e)s et de jeunes musiciens trĂšs motivĂ©s. Avec tous, Menuhin a transmis au public, l’amour de la musique.

Les 5 AcadĂ©mies du GSTAAD MENUHIN FESTIVAL forment une vĂ©ritable ruche, d’autant plus Ă©lectrisante pour les jeunes professionnels et pour le public qu’elles se dĂ©roulent au pied des montagnes majestueuses, dans les vallĂ©es florissantes du Saanenland (PrĂ©alpes suisses). Un cadre naturel majestueux et pastoral propre Ă  la dĂ©tente, Ă  la concentration voire au dĂ©passement de soi…

 

________________________________________________________________________________________________

AGENDA

3 concerts incontournables Ă  GSTAAD

les 4, 15 et 17 août 2019

 

 

 

Dimanche 4 août 2019
18h, Eglise de Saanen
Concert orchestral
Mozart Ă  Paris II – Huangci, Jacot & ClĂ©ment
Gstaad Festival Orchestra I
Claire Huangci, piano
Lauréate du Concours Géza Anda 2018
Sébastien Jacot, flûte
Lauréat du Concours ARD 2015
AgnÚs Clément, harpe
Lauréate du Concours ARD 2016
Gstaad Festival Chamber Orchestra
Etudiants de la Gstaad Conducting Academy

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Concerto pour flĂ»te et harpe en ut majeur K. 299/297c / 30’
Symphonie n° 31 en rĂ© majeur K. 297/300a «Paris» / 20’
– Pause –

Frédéric Chopin (1810-1849)
Concerto pour piano n° 2 en fa mineur op. 21 / 35’

Claude Debussy (1862-1918)
«Petite Suite» (version pour orchestre de Henri BĂŒsser) /15’

https://www.gstaadmenuhinfestival.ch/fr/programme-and-location/concerts-2019/concert-orchestral-04-08-19

 

________________________________________________________________________________________________

Jeudi 15 août 2019
17h30, Tente du Festival de Gstaad
L’Heure Bleue
Gstaad Conducting Academy – Concert de clîture III
Gstaad Festival Orchestra
Etudiants de la Gstaad Conducting Academy

Johann Strauss II (1825-1899)
Ouverture de l’opĂ©rette «Der Zigeunerbaron»

Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Symphonie n° 7 en la majeur op. 92 (extraits)

Piotr Ilitch TchaĂŻkovski (1840-1893)
Symphonie n° 6 en si mineur op. 74 «Pathétique»

Johann Strauss II (1825-1899)
«Wein, Weib und Gesang», valse de concert op. 333

Délibérations du jury
Remise des certificats et du Prix Neeme JĂ€rvi 2019
Pas de prĂ©location – EntrĂ©e libre, collecte

https://www.gstaadmenuhinfestival.ch/fr/programme-and-location/concerts-2019/l-heure-bleue15-08-19

 

________________________________________________________________________________________________

Samedi 17 août 2019
19h30, Tente du Festival de Gstaad
Concert symphonique
PathĂ©tique – Manfred Honeck & Seong-Jin Cho
Gstaad Festival Orchestra II

Gstaad Festival Orchestra
Manfred Honeck, direction

Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Concerto pour piano n° 5 en mi bĂ©mol majeur op. 73 «L’Empereur»
Seong-Jin Cho, piano

Piotr Ilitch TchaĂŻkovski (1840-1893)
Symphonie n° 6 en si mineur op. 74 «Pathétique»

https://www.gstaadmenuhinfestival.ch/fr/programme-and-location/concerts-2019/concert-symphonique-17-08-19

 

________________________________________________________________________________________________

TOUTES LES INFOS sur le site du GSTAAD MENUHIN FESTIVAL 2019
https://www.gstaadacademy.ch/fr/home

CD. Bruckner : Symphonie n°4 (Pittsburgh Symphony Orchestra, Manfred Honeck, 2013)

bruckner manfred honeck symphonie 4CD. Bruckner : Symphonie n°4 (Pittsburgh Symphony Orchestra, Manfred Honeck, 2013). Lecture remarquable que celle du chef Manfred Honeck qui surclasse bien des approches que la comparaison fait paraĂźtre dures, contrastĂ©es voire schĂ©matiques. Le travail sur la transparence, le contrĂŽle des dynamiques, servi par un sens architectural et hĂ©doniste, en particulier dans le dernier mouvement, Finale, le plus long, oĂč pour une fois, la lisibilitĂ© des pupitres ne signifie pas opposition schĂ©matique mais au contraire fusion des timbres, en une texture sonore Ă  l’ampleur et la rondeur… wagnĂ©rienne. Le relief expressif, cette opulence qui sait aussi creuser l’onirisme chambriste, et la nettetĂ© des bois et des vents dans les sĂ©quences rĂȘveuses, offre une synthĂšse, faisant de Bruckner, un symphoniste accompli d’une richesse d’intentions prodigieuses, le chaĂźnon essentiel Ă  l’orĂ©e de Schubert (pour les arriĂšres plans vĂ©ritablement murmurĂ©s et voilĂ©s comme des lointains traitĂ©s en songe), Mahler et Wagner.

Bruckner solarisé

Directeur musical du Pittsburgh Symphony Orchestra (PSO) depuis 2008, le chef autrichien Manfred Honeck dĂ©livre ici une sensibilitĂ© saisissante, accordant toute l’attention Ă  un Bruckner ciselĂ© dans la… dĂ©licatesse et le raffinement. Moins le maestro en fait, plus son geste Ă©claircit, allĂšge, approfondit une portĂ©e onirique que l’on avait finit par oublier chez le compositeur. Pas surprenant que le chef, gĂ©nĂ©reux, amoureux mĂȘme, et aussi douĂ© d’une noblesse dramatique trĂšs sĂ©duisante, ait suffisamment convaincu ses instrumentistes pour ĂȘtre reconduit jusqu’en 2020 !

CLIC_macaron_2014Le co fondateur avec Claudio Ababdo de l’orchestre des jeunes Gustav Mahler signe une version articulĂ©e, claire, qui sait aussi parler le colossal. La gestion des cuivres reste d’une prĂ©cision impeccable, parfaitement Ă©quilibrĂ©e, et le chant des bois, enchanteur. Certains reprocheront la sĂ»retĂ© trop hĂ©doniste, un calme solennel et souverain, mais la vertu principale du chef Honeck, c’est sa rondeur dans la clartĂ©, son dramatisme dans l’Ă©quilibre justement, la nostalgie irrĂ©sistible et la qualitĂ© des piani qui se dĂ©gagent par exemple de la derniĂšre section du Finale. Le sens des respirations, l’approfondissement qui s’en dĂ©gage (Ă©lĂ©vation et introspection de l’Andante quasi allegretto) rejoint les meilleurs versions lĂ©gendaires Ă  juste titre, celles isolĂ©ment de Giulini, Wand, Boehm. Dans l’Ă©noncĂ© filigranĂ© du Finale, se prĂ©cise peu Ă  peu l’annonce d’une aurore et la promesse d’un monde nouveau, quand beaucoup de chefs ne soignent que le ronflant et le majestueux : Honeck rĂ©tablit la part fervente, spirituelle si oubliĂ©e, mais lĂ©gitime … relevant d’un compositeur trĂšs croyant, Ă©pris d’absolu. DĂšs le dĂ©but, la direction suit son chemin sans faillir ; elle s’impose traversĂ©e de visions parsifaliennes et la tension tient en haleine… superbe Bruckner, magnifiĂ© par la prise de son SACD (rĂ©alisĂ© par l’Orchestre lui-mĂȘme), et dans la version 1878 – 1880. L’enregistrement live intensifie l’admiration : de toute Ă©vidence pour atteindre Ă  un tel Ă©quilibre chaleureux de la sonoritĂ©, chef et instrumentistes ont appris Ă  cultiver l’art dĂ©terminant de la confiance, de l’Ă©coute, de la complicitĂ©. Les concerts du Pittsburg Symphony Orchestra sont trop rare en France pour ĂȘtre manquĂ©s : ce cd vous permettra de prĂ©parer une leçon de haut symphonisme,  Ă  vivre dans une salle de concert. HĂ©las pas de dates françaises Ă  l’horizon des prochaines tournĂ©es de l’orchestre amĂ©ricain. CLIC de classiquenews en toute logique.

Anton Bruckner : Symphonie n°4, version 1878-1880. Pittsburgh Symphony Orchestra. Manfred Honeck, direction. Live enregistré à Pittsburgh en décembre 2013. 1 cd Pittsburgh live! SACD FR 713sacd, durée : 1h06mn. En vente sur le site du Pittsburgh Symphony Orchestra