LIVE STREAMING, LILLE, ONL : sam 17 avril 2021. MOZART : Cto pour piano n°20 – MA NGUCI / D REILAND

NGUCI-Marie-ange-piano-concert-critique-classiquenews-orchestre-national-de-lille-streaming-liveLIVE STREAMING, LILLE, ONL : sam 17 avril 2021. MOZART : Cto pour piano n°20 – MA NGUCI / D REILAND. Programme Ă©vĂ©nement ce samedi grâce Ă  la complicitĂ© de l’Orchestre National de Lille et du chef (actuel directeur musical de l’Orchestre national de Metz), David Reiland : l’Auditorium du Nouveau Siècle affiche en direct samedi Ă  partir de 20h, l’un des concertos les plus Ă©blouissants de Mozart, son n°20 : frappĂ© du sceau de l’urgence, de la gravitĂ©, de la profondeur et de l’élĂ©gance… mozartienne. Il faut un toucher de velours qui sait aussi mordre pour exprimer l’écriture Ă  la fois tendre et tragique du compositeur. En fĂ©vrier 1785, Wolfgang est l’auteur le plus en vue de Vienne, capable d’un prodige alliant tendresse ineffable et grandeur sombre ; Haydn s’inclinera alors devant la partition et dĂ©clare Ă  Leopold, le père de Mozart : « votre fils est le plus grand compositeur que je connaisse ». Le raffinement de l’orchestration, la partie jamais « bavarde » ou strictement virtuose du piano, la volubilitĂ© des atmosphères, contrastĂ©es qui se succèdent avec naturel et mĂŞme vertige, indiquent la maturitĂ© de Wolfgang qui choisit la mĂŞme tonalitĂ© que l’ouverture du futur opĂ©ra « Don Giovanni » dès le dĂ©but du Concerto. Un souffle intensĂ©ment dramatique saisit immĂ©diatement l’auditeur (Allegro). Le point d’accomplissement de la partition demeure le mouvement central ou « Romance » , ample prière suspendue, touchĂ©e par la grâce d’une inspiration qui regarde au delĂ  du rĂ©el, qui exprime au delĂ  de tout sentiment terrestre. Le Rondo final laisse se libĂ©rer l’invention parfois tumultueuse d’un esprit Ă  vif : Mozart exprime tous les sentiments humains en un drame aussi intĂ©rieur que dĂ©monstratif. Il s’émancipe de la frivolitĂ© du style galant pour atteindre une profondeur nouvelle, prĂ©-romantique. La fin semble d’une allĂ©gresse insouciante jusqu’au dernier accord, singulier qui interroge (rĂ©/do dièse) : ainsi est la facĂ©tie mozartienne, trouble, ambivalente, multiple voire insondable Ă  l’égal du choix du rĂ© mineur pour ce rondo Ă©tourdissant, bouleversant. Une richesse allusive qui suscite l’interrogation. Est ce la raison pour laquelle le n°20 fut apprĂ©ciĂ© et jouĂ© par Beethoven (qui Ă©crivit mĂŞme sa propre cadence), inaugurant une passion que partageront (Ă  juste titre) Brahms, Clara Schumann, Busoni… ?

_____________________________________________________________________________________

 

 

 

La jeune pianiste française Marie-Ange Nguci retrouve ainsi LILLE dont elle était la révélation du dernier LILLE PIANO(S) FESTIVAL (juin 2020) : on se souvient qu’en plein confinement de la culture, dans la stricte observation des mesures sanitaires, l’ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE proposait alors un festival 100% digital dont CLASSIQUENEWS a rendu compte des programmes principaux :
https://www.classiquenews.com/lille-pianos-festival-2020/

Aux côtés de Jonathan Biss (direct depuis Philadelphie), Jean-François Zygel (improvisant d’après Beethoven), David Kadouch dans un formidable concert de clôture, Marie-Ange Nguci affirmait son tempérament lunaire et cristallin dans un programme personnel (Bach / Busoni), Beethoven, Ravel, Scriabine.

NGUCI-marie-ange-piano-concert-critique-lille-pianos-digital-classiquenews-juin-2020« Fulgurant, mordant et d’une étonnante intelligence des contrastes, le jeu de Marie-Ange Nguci écoute la matière, fait surgir des élans murmurés d’une poétique étrange, liquide, suspendue, auxquels répondent des déflagrations tranchantes ; mais il y aussi un impressionnisme sonore qui s’écoule, et des rythmes qui s’entrecroisent et se chevauchent dans un festival émotionnel permanent, contrôlé, scintillant… », écrivions-nous lors du LILLE PIANO(S) FESTIVAL de juin 2020. LIRE ici nos comptes rendus du LILLE PIANO(S) FESTIVAL 2020 :
http://www.classiquenews.com/lille-pianos-festival-2020-ledition-100-digitale/

Ambassadrice des la profondeur mozartienne, l’interprète devrait dévoiler toute la palette de sa déjà riche sensibilité, d’autant plus sous la baguette d’un chef lui aussi mozartien jusqu’au bout des ongles, l’excellent David Reiland.

_____________________________________________________________________________________

 

 

 

VOIR le concert MOZART : Concerto pour piano n°20ORCHESTRE-NATIONAL-DE-LILLE-AUDITO-2.00-concert-digital-en-direct-depuis-l-auditorium-du-nouveau-siecle-lille-annonce-critique-concert-classiquenews
Marie Ange NGUCI, piano
ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE
David Reiland, direction
https://www.youtube.com/watch?v=WPvxff5nKEg&list=PLjt12Zt-aSM12p3JI5CXB8zllWROJOD9-&index=1

LIRE le programme de salle ici :
https://bit.ly/MozartConcertoONL​

_____________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

RETROUVER les concerts digitaux de l’ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE
sur la chaîne YOUTUBE de l’ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE / «  AUDITO 2.0 », la salle de concert numérique de l’ON LILLE / Orchestre National de Lille :
https://bit.ly/2INlAIg

RETROUVER LA PROCHAINE PROGRAMMATION du LILLE PIANO(S) FESTIVAL 2021
ici : www.lillepianosfestival.fr

 

 

 

LIVE STREAMING, concert, critique. LILLE, ONL, sam 10 avril 2021 : Ravel, Debussy. Orchestre National de Lille, AS OTT, piano / Elim CHAN, direction.

ELIM CHAN cheffe classiquenews ON LILLE steaming concert audito 2LIVE STREAMING, concert, critique. LILLE, ONL, sam 10 avril 2021 : Ravel, Debussy. Orchestre National de Lille, AS OTT, piano / Elim CHAN, direction. Comme un signe annonciateur, espéré du retour du public dans les salles de concerts, confirmant la continuité du travail musical de l’Orchestre National de Lille, ce malgré l’application des mesures sanitaires, voici un nouveau jalon de l’offre digitale de la phalange lilloise ; le catalogue des programmes ainsi captés depuis l’Auditorium du Nouveau Siècle à Lille (offre 100 numérique intitulée « AUDITO 2.0 ») est devenu pléthorique et varié : tout est accessible depuis la chaîne youtube de l’Orchestre National de Lille (ICI). / Photo : Elim CHAN (DR).

Pour ce concert double Ravel / Beethoven, deux tempĂ©raments asiatiques affrontent la vitalitĂ© de l’Ă©criture concertante et symphonique.
D’emblée l’entente, la complicité entre cheffe, soliste et instrumentistes portent leurs fruits ; le Premier mouvement du Concerto en sol de Ravel, à la vitalité enivrée et swinguée, « américaine » , réalise ce que recherchait Ravel après sa tournée aux USA (1928) : produire une pièce mouvante, parfois superactive dans l’esprit d’un « divertissement », où brille à armes égales, l’éloquence du piano et des instruments de l’orchestre, en particulier les vents. Le mouvement central (Adagio assai) a cette rêverie que chef et soliste inscrivent dans la nonchalance mozartienne (claire référence au Quintette pour clarinette de Wolfgang) entre abandon et suprême nostalgie (voire climat d’insaisissable rêverie enchantée) puis le finale (Presto) devient transe dans laquelle la cheffe soigne la vitalité des timbres auquel le piano frétillant de la pianiste (germano-nippone) Alice Sara Ott apporte une claque détaillée et lumineuse qui fouette les rythmes.

Dans la Symphonie n°2 de Beethoven (1802, créée en 1803), la cheffe hong-kongaise souligne l’énergie et l’impétuosité de l’écriture, celle qui affirme le génie créateur et conquérant d’un Beethoven qui a alors surmonté la crise d’Heiligenstadt ; dépression en liaison avec sa surdité croissante, finalement surpassée et sublimée par une rage déterminée : tout cela s’entend (Scherzo à la fois capricieux et allègre) et résonne sous la baguette vive, affûtée, musclée d’Elim Chan (Finale / Allegro molto d’un pur esprit de joie séditieuse). C’est la vigueur qui l’emporte ici sur toute virtuosité et élégance viennoise : Elim Chan confirme le souffle martial d’un Beethoven prêt à en découdre, armé pour surmonter tous les revers de sa destinée foudroyée.

LIVE STREAMING, concert, critique. LILLE, ONL, sam 10 avril 2021 : Ravel, Debussy. Orchestre National de Lille, AS OTT, piano / Elim CHAN, direction. CONCERT Ă  revoir sur la chaĂ®ne YOUTUBE de l’ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE ici :

LIVE STREAMING: l’Orchestre des Champs ElysĂ©es joue RAVEL

orchestre-champs-elysees-louis-langreee-concert-live-streaming-classiquenews-concert-chez-soiE CONCERT de l’Orchestre des Champs Elysées, ce soir, jeudi 17 déc 2020, 19h30. L’Orchestre des Champs Elysées propose un concert en streaming, à 19h30, en remplacement de sa tournée Ravel qui devait avoir lieu en décembre et qui a été annulé en raison du confinement (cf annonces présidentielles du 10 déc dernier). L’orchestre présente ainsi son travail à tous et enregistre dimanche 20 déc le programme pour une diffusion tv. Ce concert en direct diffusé sur Youtube fait partie de l’offre digitale de l’Orchestre, intitulée « odyssées numériques ». C’est l’occasion d’écouter deux chefs d’oeuvres de Maurice Ravel et Claude Debussy sur instruments d’époque : festival de timbres rares, motricité rythmique (Ravel), sensualité enivrante (Debussy)…

 

 

Jeudi 17 décembre à 19h30
Orchestre des Champs Elysées
Louis Langrée, direction

 

PROGRAMME :

PrĂ©lude Ă  l’après-midi d’un faune, C.DEBUSSY
Boléro, M.RAVEL

VOIR LE CONCERT RAVEL / DEBUSSY :
sur le site du TAP Poitiers, lieu de résidence de l’Orchestre des Champs Elysées :
https://www.tap-poitiers.com/spectacle/debussy-ravel-en-streaming/

 

 

 

bakst-ballets-russes-nijinsky-prelude-faune-1912-classiquenewsL’Après-midi d’un faune, poème de MallarmĂ©, inspire la partition que Debussy compose en 1894, pièce musicale sensuelle et bucolique qui inspire Ă  son tour Nijinski, auteur et interprète d’un ballet, scandaleusement Ă©rotique, demeurĂ© lĂ©gendaire. Ravel enthousiasme la qualifia de « miracle unique dans toute la musique ». De son cĂ´tĂ©, BolĂ©ro de Ravel est d’abord pensĂ© comme un ballet, mais sa puissance rythmique et sa force elle aussi expressive, « orgiaque », en font actuellement le morceau orchestral le plus jouĂ© depuis des dĂ©cennies. La formule rythmique Ă©noncĂ©e d’un bout Ă  l’autre par la caisse claire organise le crescendo de l’histoire musical, le plus outrageusement lascif et rĂ©volutionnaire de tous les temps. Ravel enchaĂ®ne deux thèmes mĂ©lodiques permettant Ă  tous les pupitres de briller et dialoguer en une transe paroxystique dont le compositeur, orfèvre de l’orchestration, dĂ©tient la clĂ©. Fascinant et poĂ©tique.

 

 

VOIR LE CONCERT EN DIRECT :

Concert diffusĂ© en live sur la page internet du TAP-Théâtre Auditorium de Poitiers, sur Facebook et sur Youtube via un lien. Plus d’informations sur la page Facebook de l’Ă©vĂ©nement :

https://fb.me/e/39NcuznxU

 

 

 

 

 

Louis Langrée, maestro © S. Giles