Vidéo. La Symphonie des Lumières (Nicolas Simon, direction)

Nicolas Simon, symphonie des lumièresLa Symphonie des Lumières … En mai 2013, le violoniste Nicolas Simon, ancien apprenti musicien au sein du JOA, Jeune Orchestre Atlantique, propose l’un de ses premiers concerts comme chef d’orchestre avec l’ensemble qu’il vient de fonder, La Symphonie des Lumières. Entretien avec le chef fondateur passionnĂ© par la recherche et l’interprĂ©tation sur instruments anciens…
La Symphonie des Lumières & Nicolas Simon, direction
TempĂŞte et passion

Nouvelle phalange sur instruments d’Ă©poque nĂ©e en 2012, La Symphonie des Lumières entend restituer le jeu et l’espace sonore des oeuvres symphoniques anciennes, de 1750 Ă  1850, soit du nĂ©oclassicisme post baroque au plein romantisme. Il s’agit d’Ă©clairer d’une nouvelle manière, la sonoritĂ© comme les conditions d’Ă©coute dont l’Ă©clairage d’Ă©poque par exemple… ClartĂ© mesurĂ©e, mais expressivitĂ© et prĂ©sence renforcĂ©es, la proposition a tout pour sĂ©duire. Cordes en boyaux, vents et bois, cuivres et percussions historiques, jeu millimĂ©trĂ©, la palette des bĂ©nĂ©fices est multiple ; elle a dĂ©jĂ  dĂ©montrĂ© ses apports grâce aux orchestres prĂ©cĂ©dents dont l’Orchestre des Champs-ElysĂ©es, surtout Les Siècles, ensemble exemplaire Ă  ce titre dont Nicolas Simon, fondateur des Lumières, est un ancien membre… et le brillant disciple de François-Xavier Roth. Alliages des timbres plus Ă©clatants et mordants, acuitĂ© des aspĂ©ritĂ©s de chaque pupitre, sonoritĂ© restituĂ©e selon la richesse et l’Ă©clat retrouvĂ© de chaque instrument, la Symphonie des Lumières prolonge l’acte dĂ©fricheur et rĂ©gĂ©nĂ©rateur de ses aĂ®nĂ©s, avec une sensibilitĂ© nouvelle : rĂ©tablir l’Ă©quation magicienne entre clartĂ© sonore, scintillement musical, Ă©criture orchestrale, mais aussi environnement d’Ă©coute et de rĂ©ception.

Tournée :
La Coupole (Scène Nationale de Sénart), 5 avril 2013
Abbaye aux Dames (Saintes), 21 mai 2013 à 20h30 

ClartĂ© et sonoritĂ© d’Ă©poque

Lumières rĂ©vĂ©latrices. A la diffĂ©rence des instruments modernes, les instruments d’Ă©poque restituent les oeuvres dans leurs proportions d’origine, leurs couleurs initiales avec un mordant expressif, une finesse d’attaque, des alliages idĂ©alement vifs et dĂ©voilĂ©s dans leur richesse première. Tout cela compose un enjeu esthĂ©tique de première importance qui fonde la dĂ©marche du chef et de son nouvel orchestre si bien nommĂ©. Le choix des instruments est ici majeur car il influence directement la nature du son, son intensitĂ©, sa couleur : les perces anciennes sont souvent plus fines, produisant une sonoritĂ© plus  typĂ©e et caractĂ©risĂ©e ; moins puissante mais plus riche et plus profonde. Le gain en terme de timbre et de couleur l’emporte sur la puissance globalisante.

Le programme ” TempĂŞte et Passion ” Ă©claire les contrastes passionnĂ©s (nĂ©oclassiques ou prĂ©romantiques?), le clair-obscur des partitions qui en font sur le mode instrumental, des opĂ©ras frappant par leurs vertiges dramatiques, voire leur justesse psychologique. Sturm und Drang, tempĂŞte et passion, voilĂ  un courant esthĂ©tique propre aux pays germaniques vers 1770 quand Goethe, premier romantique europĂ©en, Ă  l’Ă©poque oĂą Mozart enflammait les cĹ“urs lyriques de son Lucio Silla, et Gluck rĂ©alisait sa rĂ©volution Ă  Paris-, Ă©crivait Les souffrances du jeune Werther (1774). En musique, les accords et les plaintes, les Ă©lans et les suspensions de l’âme dessinent d’aussi contrastĂ©s passages: ici, règnent la sincĂ©ritĂ© du geste, la criante et brĂ»lante vĂ©ritĂ© du verbe instrumental grâce Ă  la lumière retrouvĂ© des sons d’origine. Haydn, Mozart et Carl Philipp Emanuel Bach, fils surdouĂ© de son père expriment chacun Ă  sa manière, dans le genre symphonique et concertant, Ă©clairs et crĂ©puscules du Strum und drang musical.

“TempĂŞte et Passion”
La Symphonie des Lumières
Direction, Nicolas Simon
Piano solo : Vanessa Wagner

Carl Philipp Emanuel Bach, Symphonie hambourgeoise en si bémol majeur
Joseph Haydn, Symphonie n°49 en fa mineur
Wolfgang Amadeus Mozart, Concerto pour piano n°9 K 271 en mi bémol majeur

le 5 avril 2013, Ă  20h30
La Coupole
(Scène Nationale de Sénart, Combs-la-Ville)

 

le 21 mai 2013, Ă  20h30
Abbaye aux Dames
Nicolas Simon © P.Charles (noir et blanc) idem; dirigeant (couleur) © N.Colmez