COMPTE-RENDU, opéra. SAINT-ETIENNE, Opéra, le 8 mars 2019. GODARD : Dante. Gaugler, Marin-Degor, Vesperini / Gerts

COMPTE-RENDU, opĂ©ra. SAINT-ETIENNE, OpĂ©ra, le 8 mars 2019. GODARD : Dante. Gaugler, Marin-Degor, Vesperini / Gerts. RĂ©vĂ©lĂ© il y trois ans Ă  Munich, lors d’un mĂ©morable concert et enregistrĂ© dans la foulĂ©e avant une reprise Ă  Versailles, le Dante de Benjamin Godard reçoit enfin les honneurs d’une recrĂ©ation scĂ©nique. Mise en scĂšne et direction d’acteurs efficace pour une partition qui regorge de beautĂ©s compensant une intrigue quelque peu statique.

 

 

 

La lyrique Comédie

 

DANTE godard paul gaugler frederic caton

 

 

 

En apparence, le drame d’Édouard Blau et de Benjamin Godard reproduit la structure du Grand OpĂ©ra : quatre actes, une juxtaposition de tableaux plus qu’un entremĂȘlement d’intrigues complexes, une grande importance accordĂ©e aux masses chorales et une inscription dans l’Histoire, ici la Florence du XIIIe siĂšcle troublĂ©e par les luttes intestines entre Guelfes et Gibelins. C’est un bref et dramatique interlude qui nous plonge directement au cƓur du sujet Ă  travers un double chƓur vĂ©hĂ©ment opposant les deux factions rivales. Le lien avec le poĂšme de Dante est assez tĂ©nu et c’est Ă  un Ă©pisode de la vie sentimentale du poĂšte que l’intrigue de l’opĂ©ra s’intĂ©resse : Ă  la rivalitĂ© politique qui sert de toile de fond Ă  l’histoire, fait Ă©cho la rivalitĂ© amoureuse entre Dante et son ami Simeone Bardi pour la jeune et belle BĂ©atrice. Celle-ci est secondĂ©e par sa confidente Gemma, tandis que l’ombre de Virgile sert de contrepoint au voyage du poĂšte dans les Enfers – prĂ©cĂ©dĂ© d’une trĂšs entrainante tarentelle – occasion pour Ă©voquer quelques Ă©pisodes de la Divine ComĂ©die (Paolo et Francesca, Ugolin) opposĂ©s Ă  une vision fantasmĂ©e du Paradis dans une synthĂšse dramatiquement efficace.
La mise en scĂšne de Jean-Romain Vesperini, les dĂ©cors sobres de Bruno de LavenĂšre et les costumes superbes de CĂ©dric Tirado, constituent un Ă©crin idĂ©al pour cette recrĂ©ation (quelques colonnes entourĂ©es d’une passerelle et des escaliers en hĂ©lice), un dĂ©cor unique amovible permettant de suggestifs changements d’angle, magnifiĂ© par les lumiĂšres chaleureuses de Christophe Chaupin.
La distribution rĂ©unie pour cette recrĂ©ation mondiale, qui diffĂšre de celle du disque (seule Diana Axentii fit partie de la premiĂšre aventure) brille par sa cohĂ©sion et sa cohĂ©rence. Dans le rĂŽle-titre, le tĂ©nor Paul Gaugler rĂ©vĂšle des accents hĂ©roĂŻques souvent convaincants, une lĂ©gĂšretĂ© de timbre qui trahit la fragilitĂ© du personnage, mĂȘme s’il est parfois Ă  la peine quand il est sollicitĂ© dans le registre aigu (« Ah, de tous mes espoirs ») ; la BĂ©atrice de Sophie Marin-Degor n’est pas vraiment la jeune fille de quinze ans qu’elle est censĂ© incarner et si son chant traduit sa riche et longue expĂ©rience, notamment dans ses brillants aigus, le registre mĂ©dium manque de moelleux et la diction en pĂątit quelque peu (« Comme deux oiseaux que leur vol rassemble »). L’autre interprĂšte fĂ©minine, la Gemma de la mezzo AurhĂ©lia Varak, bouleverse par un timbre mordant, riche et ample, notamment dans la romance du dernier acte (« Au milieu de vous, dans ce monastĂšre ») et dans le superbe duo avec Bardi au dĂ©but du second acte (« À lui, dĂšs son enfance »). Mais la palme revient justement au baryton JĂ©rĂŽme Boutiller, incarnation admirable du noble chant Ă  la française ; diction et projection impeccables, chacune de ces interventions est un concentrĂ© d’énergie pathĂ©tique qui rendrait sublime le plus mĂ©diocre livret. Dans le rĂŽle de l’ombre de Virgile, la basse FrĂ©dĂ©ric Caton est sombre Ă  souhait dans ses interventions de la vision dantesque du 3e acte. Contraste saisissant avec le timbre solaire de son Ă©colier Diana Axentii qui, bien que souffrante le soir de la premiĂšre, a fort bien tirĂ© son Ă©pingle du jeu dans son ode Ă  Virgile. Le hĂ©raut d’armes Jean-François Novelli, qu’on ne voit pourtant guĂšre sur scĂšne, complĂšte efficacement la distribution.
Dans la fosse, la baguette alerte de Mihhail Gerts rend justice Ă  cette partition qui combine efficacement les registres – les volutes miroitantes de la tarentelle et celles hypnotiques du tourbillon infernal –, privilĂ©giant dans tous les cas une grande lisibilitĂ© des pupitres. On saluera Ă©galement la magnifique prestation des chƓurs (prĂ©parĂ©s par Laurent Touche), plus engagĂ©s encore qu’au disque. MalgrĂ© quelques menues coupures, cette rĂ©surrection du Dante de Godard poursuit le travail de dĂ©frichage de l’opĂ©ra de Saint-Étienne qui se poursuivra en mai avec la rare Cendrillon d’Isouard.  DerniĂšre demain, mardi 12 mars 2019.
http://www.opera.saint-etienne.fr/otse/saison-18-19/saison-18-19//type-lyrique/dante/s-495/

 

 

 

_dsc1881_-_copie

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

COMPTE-RENDU, opĂ©ra. SAINT-ETIENNE, OpĂ©ra, le 8 mars 2019. GODARD : Dante. Paul Gaugler (Dante), Sophie Marin-Degor (BĂ©atrice), JĂ©rĂŽme Boutiller  (Bardi), AurhĂ©lia Varak (Gemma), FrĂ©dĂ©ric Caton (L’ombre de Virgile / Un vieillard), Diana Axentii (L’écolier), Jean-François Novelli (Un hĂ©raut d’armes), Claire Babel, Émilie Broyer, Brigitte Chosson, VĂ©ronique Richard (Les religieuses), Jean-Romain Vesperini (mise en scĂšne), Claire ManjarrĂšs (assistante Ă  la mise en scĂšne), Bruno de LavenĂšre (dĂ©cors), CĂ©dric Tirado (costumes), Christophe Chaupin (lumiĂšres), Laurent Touche (Chef de chƓurs), Orchestre symphonique Saint- Étienne, Mihhail Gerts  (direction). Photos : © Cyrille Cauvet – OpĂ©ra de Saint-Étienne

________________________________________________________________________________________________

 

 

OPERA DE SAINT-ETIENNE, CE SOIR, premiÚre de la recréation mondiale de Dante de Benjamin Godard

dante-virgile-operasaitn-etienne-godardSAINT-ETIENNE, OpĂ©ra. Ce soir  vend 8 mars puis les 10 et 12 mars 2019, DANTE de Benjamin Godard. RecrĂ©ation mondiale d’un opĂ©ra romantique français oubliĂ© (1890). Dans sa VIDEOLETTER de fĂ©vrier mars 2019, l’OpĂ©ra de Saint-Etienne prĂ©sente son actualitĂ© scĂ©nique dont Ă  partir de 1mn17, l’opĂ©ra en recrĂ©ation mondiale (nouvelle production) DANTE de Benjamin Godard, chef d’oeuvre oubliĂ© de 1890 qui ose inventer sur la scĂšne lyrique, un drame romantique, onirique et infernal d’un raffinement orchestral inouĂŻ. PrĂ©sentation vidĂ©o (Sujet Dante Ă  1mn17)

________________________________________________________________________________________________

 

 

NOTRE AVIS : POURQUOI NE PAS MANQUER LA NOUVELLE PRODUCTION DE DANTE Ă  l’OpĂ©ra de SAINT-ETIENNE ?

 

 

 

DANTE Ă  l’OpĂ©ra de Saint-Étienne
L’OPERA MAISON, COUSU MAIN

 

 

godard-benjamin-piano-opera-par-classiquenews-opera-dante-critique-annonce-reportage-Benjamin_GodardEn mars 2019, l’OpĂ©ra de Saint-Etienne implique toutes ses ressources maison pour rĂ©aliser la recrĂ©ation scĂ©nique d’un sommet de l’opĂ©ra français romantique Ă  l’Ă©poque de Wagner…  À 41 ans Benjamin Godard signe son ultime opĂ©ra inspirĂ© de la vie du poĂšte florentin : Dante, 1890. En un continuum orchestral harmoniquement somptueux, enveloppant un chant aussi lyrique et Ă©perdu que celui de Gounod, Verdi ou Massenet, Godard offre une alternative lyrique au wagnĂ©risme ambiant. Dans Dante, Godard cĂ©lĂšbre le gĂ©nie du poĂšte et du crĂ©ateur, comme Wagner et Berlioz l’ont rĂ©alisĂ© aussi dans leurs ouvrages respectifs, Tannhauser et Benvenuto Cellini. Finalement dĂšs l’acte I, BĂ©atrice la femme aimĂ©e sublimĂ©e convoitĂ©e, comme l’ombre de Virgile qui lui apparaĂźt en songe et suscite le sujet de l’acte III, encourage le poĂšte Ă  rĂ©aliser son Ɠuvre poĂ©tique.
La premiĂšre ardente et amoureuse (synthĂšse entre la Marguerite de Berlioz et la Juliette de Gounod), encourage le poĂšte Ă  se dĂ©dier Ă  sa lyre poĂ©tique (“pour ĂȘtre aimĂ© fais ton devoir” proclame-t-elle) ; le second, rĂ©vĂšle Ă  Dante les horreurs et la grĂące des Enfers, propres Ă  stimuler sa verve crĂ©ative. Que serait il ce poĂšte que les Ă©vĂ©nement politiques ont brisĂ©, sans sa muse et son mentor ? La premiĂšre lui inspire son Ă©lan vital ; le second, le thĂšme des Enfers pour la ComĂ©die Humaine.
GODARD souligne tout cela dans une écriture qui est éclectique mais cohérente, profonde voire sombre, et douée de couleurs saisissantes.

RECRÉATION A SAINT-ÉTIENNE… RĂ©alisant sa premiĂšre mise en scĂšne avec dĂ©cors, costumes, machinerie totalement produits par ses propres ateliers, l’OpĂ©ra de Saint-Étienne signe une nouvelle production maison, cousue main, dont l’engagement des chanteurs, l’efficacitĂ© et le grand esthĂ©tisme du dispositif visuel et scĂ©nographique (de surcroit sans l’artifice de la vidĂ©o) relĂšvent les dĂ©fis d’une recrĂ©ation mondiale spectaculaire.

Les nĂ©ophytes s’y dĂ©lecteront, comme les connaisseurs, de personnages flamboyants, trĂšs finement brossĂ©s ; d’une mise en scĂšne qui impressionne par ses effets millimĂ©trĂ©s. Le jeu des passerelles qui s’ouvrent et se croisent, grĂące Ă  une plateforme sur tournette, le tableau du feu rĂ©el, bĂ»cher central symbolisant toutes les sphĂšres infernales bientĂŽt dĂ©crites par le poĂšte dans son Ɠuvre Ă  venir (et qui fonde l’impact onirique du fameux songe de Dante Ă  l’acte III) ; la rĂ©alitĂ© changeante du chƓur constamment sollicitĂ©… apportent la preuve qu’un ouvrage injustement oubliĂ© renaĂźt aujourd’hui pour rĂ©activer la magie de l’opĂ©ra et enchanter le public. Dante est un Ă©vĂ©nement lyrique majeur de cette saison 2019-2020. Et la dĂ©monstration que les opĂ©ras en rĂ©gion sont les plus actifs et les plus audacieux en terme de rĂ©pertoire.
AprĂšs Les fĂ©es du Rhin, opĂ©ra fantastique et fĂ©erique de Jacques Offenbach (1864) recrĂ©Ă© en français par l’OpĂ©ra de Tours (en septembre 2018), voici en mars 2019, dĂ©fendu par l’OpĂ©ra de Saint-Étienne, un ouvrage romantique français de premiĂšre importance, Ă  la fois Ă©perdu, sauvage, onirique et fantastique. Superbe dĂ©couverte et nouvelle production Ă©vĂ©nement.

 

 

 DANTE, l'opéra surnaturel et onirique de GODARD à Saint-Etienne

 
 

 
 

________________________________________________________________________________________________

5 scĂšnes et tableaux remarquables, Ă  ne pas manquer :

L’air de Dante à l’acte 1 (Tout est fini)
La confrontation Gemma / Simeone Ă  l’acte II
Le duo d’amour Dante /BĂ©atrice Ă  la fin du mĂȘme acte II
Le songe de Dante et l’apparition de Virgile qui le mùne aux enfers, acte III
Le dernier air de BĂ©atrice au couvent , acte IV, dont l’intensitĂ© de la priĂšre amoureuse est bouleversante (aussi intense que les airs de Juliette dans RomĂ©o et Juliette de Gounod)

________________________________________________________________________________________________

 

 

GODARD : DANTE
Nouvelle production

Opéra de SAINT-ETIENNE
Grand Théùtre Massenet
VENDREDI 08 MARS 2019 : 20h
DIMANCHE 10 MARS 2019 : 15h
MARDI 12 MARS 2019 : 20h

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://opera.saint-etienne.fr/otse/saison-18-19/saison-18-19//type-lyrique/dante/s-495/

 

 

________________________________________________________________________________________________

dante-virgile-operasaitn-etienne-godard

 

 

LIRE aussi notre prĂ©sentation de l’OpĂ©ra DANTE de Benjamin GODARD
 

DANTE, la nouvelle production événement de Saint-Etienne

SAINT-ETIENNE, OpĂ©ra. DANTE de GODARD, 8,10,12 mars 2019. La nouvelle production produite par l’OpĂ©ra de Saint-Etienne promet une rĂ©alisation ambitieuse et spectaculaire Ă  la mesure d’un ouvrage mĂ©connu dont les ressources dramatiques convoquent pourtant en un somptueux tableaux onirique, le monde surnaturel et fantastique des enfers, quand Ă  l’acte III, le poĂšte exilĂ© reçoit en rĂȘve la visite de Virgile qui le conduit aux enfers, jusqu’aux cercles des damnĂ©s et des Ă©lus
 Une Ă©vocation oĂč pĂšsent et saisissent la puissance suggestive du choeur, le raffinement de la musique de Godard et la machinerie conçue spĂ©cialement pour ce spectacle prometteur. CrĂ©Ă© Ă  l’OpĂ©ra-Comique en 1890, le drame fantastique de Godard mĂ©rite bien cette recrĂ©ation trĂšs attendue.

dante-virgile-enfers-opera-barque-de-dante-delacroix-dante-de-godard-opera-peinture-musique-classique-opera-critique-annonce-opera-de-saint-etienne-critique-annonce-classiquenews

 

 Dante conduit par Virgile sur la barque aux enfers (Delacroix)

 

 

 
 

 
 

PRESENTATION de DANTE de Benjamin Godard
________________________________________________________________________________________________

godard-benjamin-opera-dante-critique-annonce-reportage-video-critiqueopera-par-classiquenewsEn pleine guerre entre les Guelfes et les Gibelins, Simeone Bardi et Dante Alighieri se disputent l’amour de BĂ©atrice. D’aprĂšs La Divine ComĂ©die, le livret d’Édouard Blau aborde le thĂšme de l’amour en rĂ©Ă©crivant les tensions nĂ©es de la confrontation tourments infernaux et grĂąces cĂ©lestes. Le dĂ©sir, l’extase, la bĂ©atitude
 La musique Ă©crite par Benjamin Godard relĂšve le dĂ©fi d’une action riche en rebondissements et variĂ©tĂ©s des tableaux. Romantique traditionnel, et mĂȘme considĂ©rĂ© comme « rĂ©actionnaire » en son temps, Godard sait rĂ©sister au wagnĂ©risme ambiant, adepte des formes françaises classiques. DouĂ© pour l’orchestration, la mĂ©lodie et l’écriture symphonique, Benjamin Godard montre sa pleine maĂźtrise dans DANTE, opĂ©ra ambitieux dont l’ampleur et l’ambition de l’écriture se mesurent aux masses chorales, particuliĂšrement affinĂ©es ici. La femme aimĂ©e, dĂ©sirĂ©e est un thĂšme chers aux Romantiques français (cf. Ester, OphĂ©lie chez Berlioz
).
L’OpĂ©ra de Saint-Etienne prĂ©sente en nouvelle production, la rĂ©crĂ©ation de l’opĂ©ra de Godard, dans une mise en scĂšne originale, premiĂšre version scĂ©nique de l’ouvrage depuis 130 ans.

 

 

UN OPERA TARDIF
 DANTE est un ouvrage qui s’inscrit Ă  la fin de la carriĂšre de Godard. « A 40 ans, le professeur de musique de chambre au Conservatoire, qui a livrĂ© pour La Monnaie de Bruxelles son opĂ©ra Jocelyn en 1888, fait crĂ©er Dante Ă  l’OpĂ©ra Comique, 2 ans plus tard, en 1890. FrappĂ© par la tuberculose, Godard devait mourir Ă  Cannes en janvier 1895 ». Godard, Ă©lĂšve d’Henri Rebert a dĂ©jĂ  abordĂ© le genre lyrique avec « Le Tasse », symphonie dramatique de 1878 qui obtient le 1er Prix de la Ville de paris (avec Le Paradis perdu de Dubois)

 

L’OPERA SELON LE METTEUR EN SCENE, Jean-Romain VESPERINI
 Pour le metteur en scĂšne Jean-Romain Vesperini, Godard plonge dans le Moyen-Age et s’intĂ©resse Ă  un pan de la vie du poĂšte florentin Dante. A l’évocation des amours du poĂšte, le compositeur aborde aussi une part significative de son Ɠuvre littĂ©raire, en particulier, extrait de La Divine ComĂ©die (L’Enfer), la descente de Dante accompagnĂ© par Virgile, aux enfers. Une traversĂ©e semĂ© de visions terrifiantes et fantastiques que Liszt (Dante Symphonie, 1857) ou les peintres tels Delacroix ont traitĂ© avant lui.
La conception de Godard et de son librettiste est franche, directe, sans dilution : l’action mĂšne le spectateur, d’une place publique de Florence au mont Pausilippe, en passant par une salle des palais de Florence, pour finir Ă  Naples dans un couvent. « On passe ainsi de scĂšne en scĂšne dans une unitĂ© de temps Ă©tendue mais toujours avec fluiditĂ©. L’environnement des tableaux est tour Ă  tour rĂ©aliste, fantastique, bucolique, romantique
 Cet opĂ©ra rĂ©pond ainsi Ă  plusieurs codes thĂ©Ăątraux et c’est ce qui en fait son originalité », prĂ©cise le metteur en scĂšne.

 

 

ITALIE ANTIQUE, EXIL, FORÊT
 & LE FEU DANS LA DESCENTE AUX ENFERS
Pour assurer au drame, l’unitĂ© et la cohĂ©rence de son dĂ©roulement, de Florence 
 Ă  Naples, sans omettre le tableau infernal, JR Vesperini s’est plongĂ© dans la conception que Godard avait du Moyen-Age. Pas de rĂ©alisme ni de restitution archĂ©ologique, mais la vision d’un compositeur sur le monde du poĂšte toscan. A la marge du milieu musical de son temps, Godard frappe par l’originalitĂ© et la puissante imagination de son art : son Moyen-Age est celui de Victor Hugo (autre romantique tardif et sublimement nĂ©ogothique) ; revisitĂ©, fantasmĂ©, stylisé  Ainsi s’est prĂ©cisĂ©e une vision spĂ©cifique, « ouverte » propre Ă  l’époque de Dante, entre AntiquitĂ© et Renaissance, une Ă©vocation d’un monde « rĂ©volu », « en ruines qui fait place Ă  un autre » et oĂč la notion d’exil et d’errance emblĂ©matique de Dante soit aussi prĂ©sente. D’oĂč des colonnes et des pilastres puissants en briques qui rappellent l’Italie antique; une passerelle exprimant l’idĂ©e du mouvement et permettant aussi les actions simultanĂ©es, dans une structure sur tournette afin les changements Ă  vue soient possibles et soulignent l’énergie de la partition.
Au monde minĂ©ral rĂ©pond, celui vĂ©gĂ©tal de la forĂȘt, trĂšs prĂ©sent dans la musique de Godad car il exprime l’errance. Ainsi aux actes III (dĂ©but) et IV, des murs vĂ©gĂ©talisĂ©s descendent des cintres.
PiĂšce maĂźtresse de l’opĂ©ra (style « grand opĂ©ra français »), la descente aux enfers (intermĂšde) est essentiel pour le climat onirique et fantastique de l’Ɠuvre; le traitement pictural du feu (feu magique, feu infernal) s’y dĂ©veloppe ; le rĂ©sultat dĂ©coule d’un travail particulier avec les Ă©quipes de l’OpĂ©ra de Saint-Etienne.

LES CHOEURS
La place de la masse chorale est primordiale elle aussi dans DANTE : peuples de Florence, arbitre de l’élection puis de l’exil de Dante, paysans et Ă©tudiants et surtout damnĂ©s de l’enfer
 l’action est rythmĂ©e par la prĂ©sence chorale. Presque comme une « chorĂ©graphie », le metteur en scĂšne travaille la prĂ©sence physique du chƓur dans le tableau des enfers, en rĂ©fĂ©rence Ă  Bosh et Brueghel.

COSTUMES RETRO FUTURISTES
« Coupes Ă©purĂ©es, droites, structurĂ©es. Nous nous sommes aussi rapprochĂ©es de l’univers retro-futuriste de certaines bandes dessinĂ©es qui puisent leurs inspirations dans cette Ă©poque, Ă  l’instar de l’heroic fantasy. »

Tout en recrĂ©ant un monde visuel fantasmagorique qui doit ĂȘtre clair et fluide, c’est Ă  dire respecter le mouvement et la direction de la partition, Jean-Romain Vesperini souhaite surtout susciter l’imaginaire et l’onirisme dans l’esprit des spectateurs.

 
 

 
 

TEASER VIDEO

 

 

TEASER. OPERA DE SAINT-ETIENNE : DANTE de Benjamin Godard (8,10,12 mars 2019) from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

SYNOPSIS

________________________________________________________________________________________________ 

 

ACTE I : l’élection de Dante
Une place publique Ă  Florence
La guerre entre les Guelfes et les Gibelins bat son plein. Le peuple entre dans le Palais du gouvernement pour dĂ©signer un prieur comme mĂ©diateur. Simeone Bardi apprend Ă  son ami le poĂšte Dante stupĂ©fait, qu’il va Ă©pouser celle qu’il aime secrĂštement, BĂ©atrice. Celle-ci sort de la chapelle avec sa confidente Gemma : elle avoue son amour pour Dante. Ce dernier est nommĂ© chef suprĂȘme de Florence. BĂ©atrice l’encourage (« pour ĂȘtre aimĂ©, fais ton devoir »).

 

 

ACTE II : l’exil de Dante
Florence, le palais des Seigneurs
Gemma demande Ă  Bardi de renoncer Ă  Beatrice ; d’autant qu’elle aussi aime Dante. Ayant entendu leur discussion, Beatrice, touchĂ©e par l’amour de Gemma pour Dante, dĂ©cide de renoncer elle-mĂȘme Ă  Dante. Mais celui paraĂźt et d’abord distants, les deux ĂȘtres s’unissent en un duo amoureux embrasĂ©, dĂ©finitif : «  Oui ! Je t’aime ! Je t’aime ! Éclos du premier jour jusqu’à l’heure suprĂȘme doit vivre notre amour ». Surviennent Gibelins et Guelfes. Bardi dĂ©clare que Charles de Valois est entrĂ© dans Florence : il rĂ©clame l’exil de Dante. Le rival de Dante jubile dans la haine et la dĂ©nonciation : « Pour lui la mort… ou pour vous le couvent ! ».

 

 

ACTE III : le spectre de Virgile
dante-virgile-delacroix-barque-de-dante-opera-musique-classique-peinture-de-godard-et-delacroix-critique-opera-par-classiquenews-582Le mont Pausilippe. Un tombeau creusé dans le roc.
Devant le tombeau de Virgile, Dante entonne une derniĂšre invocation. Le jour baisse, les yeux de Dante se ferment. C’est le songe du poĂšte brisĂ© par l’existence terrestre et la trahison des hommes. Du tombeau, vĂȘtu d’une robe blanche et couronnĂ© de lauriers, Virgile paraĂźt comme guide : il montre Ă  Dante l’enfer oĂč errent les Ăąmes d’Ugolin, de Francesca et Paolo ; et le paradis oĂč rayonnent BĂ©atrice et les anges. Si Dante achĂšve son oeuvre, il pourra s’unir Ă  son aimĂ©e pour l’éternitĂ©.

 

 

ACTE IV : les retrouvailles de Dante et Béatrice
Bardi pris de remord, rejoint Dante et lui propose de retrouver BĂ©atrice au couvent de Naples oĂč elle est enfermĂ©e.  Dans le jardin d’un couvent, Ă  Naples, BĂ©atrice confie Ă  Gemma qu’elle sent sa mort venir. Dante la retrouve : souffrante, expirante, BĂ©atrice meurt sur l’épaule du PoĂšte. Celui-ci comme illuminĂ©, affirme « Oui ! Je dois vivre encore ; je dois chanter pour elle ! Dieu l’a faite mortelle, Moi, je veux l’immortaliser ! ».

 

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi notre présentation de Dante de Benjamin Godard : http://www.classiquenews.com/saint-etienne-dante-de-godard-au-grand-theatre-massenet/

 

Opéra de SAINT-ETIENNE : Dante, l'opéra infernal de Godard

________________________________________________________________________________________________
 

 
GODARD : DANTE
Nouvelle production – premiĂšre mondiale en version scĂ©nique

Opéra de SAINT-ETIENNE
Grand Théùtre Massenet
VENDREDI 08 MARS 2019 : 20h
DIMANCHE 10 MARS 2019 : 15h
MARDI 12 MARS 2019 : 20h

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://opera.saint-etienne.fr/otse/saison-18-19/saison-18-19//type-lyrique/dante/s-495/

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

GODARD : DANTE  -  LIVRET D’ÉDOUARD BLAU d’aprùs L’Enfer de Dante

CRÉATION LE 7 MAI 1890
À PARIS (OPÉRA COMIQUE)

DIRECTION MUSICALE : MIHHAIL GERTS
MISE EN SCÈNE : JEAN-ROMAIN VESPERINI

DÉCORS
BRUNO DE LAVENÈRE

COSTUMES
CÉDRIC TIRADO

LUMIÈRES
CHRISTOPHE CHAUPIN

DANTE
PAUL GAUGLER

BÉATRICE
SOPHIE MARIN-DEGOR

BARDI
JÉRÔME BOUTILLIER

GEMMA
AURHÉLIA VARAK

L’OMBRE DE VIRGILE, UN VIEILLARD
FRÉDÉRIC CATON

L’ÉCOLIER
DIANA AXENTII

UN HÉRAUT D’ARMES
JEAN-FRANÇOIS NOVELLI

ORCHESTRE SYMPHONIQUE
SAINT-ÉTIENNE LOIRE

CHƒUR LYRIQUE
SAINT-ÉTIENNE LOIRE

NOUVELLE PRODUCTION
DE L’OPÉRA DE SAINT-ÉTIENNE

DÉCORS ET COSTUMES RÉALISÉS PAR
LES ATELIERS DE L’OPÉRA DE SAINT-ÉTIENNE

 

 

 
 

 
 

 
PrĂ©sentation vidĂ©o 1 DANTE – rĂ©pĂ©titions
________________________________________________________________________________________________

OPERA DE SAINT ETIENNE – Videoletter FĂ©vrier 2019 – DANTE de Godard (1890) from classiquenews.com on Vimeo.

 

 
 PrĂ©sentation vidĂ©o 2 / Teaser vidĂ©o : DANTE – rĂ©pĂ©titions
________________________________________________________________________________________________

TEASER. OPERA DE SAINT-ETIENNE : DANTE de Benjamin Godard (8,10,12 mars 2019) from classiquenews.com on Vimeo.