COMPTE-RENDU, livre événement. Gilles CANTAGREL : Sur les traces de JS BACH (Buchet Chastel)

JS BACH Cantagrel critique classiquenews Sur-les-traces-de-J-S-Bach BUCHET CHASTEL CLIC de classiquenewsCOMPTE-RENDU, livre événement. Gilles CANTAGREL : Sur les traces de JS BACH (Buchet Chastel). Remarquable à maints titres ce nouvel essai thématisé aborde la vie, la personnalité, l’œuvre bien sûr du génie baroque germanique à travers plusieurs thématiques souvent originales ; toutes se sont présentées à l’auteur au cours de ses rencontres ; elles dévoilent souvent des pans peu connus ou souvent passés rapidement ou superficiellement dans les mains de biographes ou de spécialistes trop rapides voire schématiques. Le mythe BACH a voilé plusieurs aspects d’une vie bien remplie ; « contrevérités », « incompréhensions » sont ainsi corrigées, nuancées ; elles ne concernent pas seulement Bach lui-même, mais aussi ses proches, tels sa veuve Anna Magdalena à laquelle rien ne fut épargné après la mort de son mari en 1750…

 

 

JS BACH DÉVOILÉ, RÉESTIMÉ
Sa vie, son œuvre, sa fortune critique, ses proches, son héritage…

 

 

L’érudition libre et précise aborde le mythe JS BACH comme d’un regard neuf qui rend plus attachant encore le monument musical ainsi reconsidéré voire réévalué. 16 chapitres très fluides et accessibles (en lecture), très complets (par l’argumentation des idées, comme la richesse des anecdotes) reconsidèrent les étapes de la vie de Jean Sébastien BACH et aussi les thématiques fondamentales qu’exprime son œuvre : depuis la Thuringe et la Wartburg ; les villes où il séjourna (de Ohrdruf, Lüneburg, Arnstadt à Lübeck, Weimar, Coethen ou Erfurt… bien sûr Leipzig (à laquelle tout un chapitre est dédié : «  le petit Paris ») ; sa cécité (Bach comme Haendel à la fin de sa vie éprouva des difficultés immenses sur le plan physique qui le rendent plus proche encore de nous) ; la foi, entre pédagogie et prédication ; l’héritage et la fortune critique de son œuvre ; les pionniers de sa « redécouverte », en particulier à Leipzig, et en France (de 1800 à 1950).

CLIC D'OR macaron 200Les chapitres les plus intéressants, aux côtés des approches de l’œuvre, demeure les « affaires » que Bach mena pour sauver son intérêt voire son honneur (« Dans son bon droit » : affaires, querelles, conflits…), comme le « grand silence » (lassitude et maturation), évocation des atermoiements du compositeur, ou pourquoi Bach connut-il des périodes de silence puis de retours à la création ? Passionnant. L’auteur n’omet pas non plus, propre au baroque et son esthétique des passions, l’opéra chez Bach : là encore le regard est érudit, pertinent, précis… et comme l’aurait dit Bach lui-même, penseur et croyant avant tous, … lumineux. Livre événement. Un nouvel incontournable dans la bibliothèque de CLASSIQUENEWS.COM. Evidemment le titre édité par Buchet Chastel décroche naturellement le CLIC de classiquenews de février 2021.

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

COMPTE-RENDU, LIVRE Ă©vĂ©nement. GILLES CANTAGREL : Sur les traces de JS BACH (Buchet Chastel). Parution : fĂ©vrier 2021 – ISBN 978-2-283-03425-5 – en lire plus sur le site de Buchet Chastel

CD, compte rendu critique. Brahms : Serenades. Chailly (1 cd Decca)

brahms serenades chailly gewandhaus de leipzig orchestra classiquenews compte rendu critique cd decca mai 2015CD, compte rendu critique. Brahms : Serenades. Chailly (1 cd Decca). C’est avant tout la rencontre (Ă©blouissante) d’un chef et d’un orchestre : l’aventure entre Riccardo Chailly et les instrumentistes du Gewandhaus de Leipzig se poursuit sous les cieux enchantĂ©s comme ce nouvel opus en tĂ©moigne : Brahms va idĂ©alement au chef et Ă  l’orchestre allemand : ainsi ses deux SĂ©rĂ©nades, composĂ©es entre 1858 et 1860, dont la force et la vitalitĂ© de l’approche ici feraient presque oublier parfois leur dĂ©sĂ©quilibre structurel, entre Ă©pisodes profondĂ©ment inspirĂ©s et vraies longueurs un rien artificielle de musique pure. Le maestro milanais montre Ă  quel point l’Ă©criture raffinĂ©e, furieuse, bondissante (Ă  la fois doublement viennoise, mozartienne et beethovĂ©nienne) de Brahms regarde en dĂ©finitive vers la symphonie (la SĂ©rĂ©nade 1 est rĂ©visĂ©e et achevĂ©e simultanĂ©ment Ă  la Symphonie n°1 et elle partage aussi d’indiscutables affinitĂ©s avec la Symphonie n°3 de Johannes)… Brahms revisite en hommage Ă  Mozart, cet esprit de l’Ă©lĂ©gance virtuose mozartienne, esprit de divertissement très habilement Ă©crit lĂ©guĂ© par le XVIIIè. L’Ă©lan chorĂ©graphique, la vitalitĂ© dansante, l’exaltation toujours lĂ©gère et transparente attestent de l’excellente santĂ© du Gewandhaus. D’un prĂ©jugĂ© tenace les tenants pour des Ĺ“uvres austères, voire secondaires et d’un moindre fini vis Ă  vis des Symphonies, voici que Chailly très inspirĂ©, capable de galvaniser ses troupes, montre toute l’Ă©nergie imprĂ©visible des deux SĂ©rĂ©nades qui dans les mouvements lents, savent aussi exprimer une dĂ©chirante nostalgie : les deux Adagios non troppo (celui de la SĂ©rĂ©nade 1 frappe par sa caresse mĂ©ditative en si bĂ©mol majeur ; tandis que celui en la mineur de la 2, convainc irrĂ©sistiblement par sa densitĂ© grave et aĂ©rĂ©e). Souffler un vent puissant et exaltĂ©, d’une impĂ©rieuse juvĂ©nilitĂ© : voilĂ  l’un des aspects et non des moindres de cette lecture en tout point convaincante. La quasi intĂ©grale Brahms par Chailly chez Decca s’affirme bel et bien comme l’une des meilleures rĂ©ussites symphoniques rĂ©centes en Allemagne.

Johannes Brahms (1833-1897) : Sérénades 1 (opus 11)  et 2 (opus 16). Gewandhausorchester. Riccardo Chailly, direction. Enregistré à Leipzig en 2014. 1 cd Decca  0289 478 6775 3.