RenĂ© Jacobs reprend L’Opera seria de Gassmann

opera seria gassmann, renĂ© jacobsBruxelles, La Monnaie. Gassmann : Opera seria (1769). 9-16 fĂ©vrier 2016. Parodie de l’opĂ©ra seria napolitain, Opera seria de Gassmann et Calzabigi fait la satire du milieu lyrique en Ă©pinglant sans mĂ©nagement aucun, tous ses acteurs : des chanteurs, divos dĂ©concertants (tĂ©nors et castrats tel il primo uomo, Ritornello) ou divas capricieuses et dĂ©lirantes (piquante Porporina en prima donna, rivale de la grande la grande Stonatrilla ; ou seconda donna, Smorfiosa, c’est Ă  dire mijaurĂ©e), impresarios foireux ou arrogants tel Faillito (Faillite : cela ne s’invente pas !), directeurs de thĂ©Ăątre tyraniques ou fantasques… jusqu’au librettiste (Delirio) et Ă©videmment au compositeur (Sospiro lequel manque d’inspiration). Chacun y est copieusement caricaturĂ© avec milles dĂ©tails de la rĂ©alitĂ©.. y compris public et… chorĂ©graphe (le maĂźtre Ă  danser Pasagello). C’est un grand moment de cynisme et d’ironie mordante jusqu’au final spectaculaire qui dĂ©crit l’Ă©croulement du thĂ©Ăątre lui-mĂȘme. Gassmann et Calzabigi, conscients de la folie violente dans la place, annonçaient dĂ©jĂ  la mort du seria par ceux qui en l’incarnant, lui assuraient une fin irrĂ©pressible ; tout cela dĂ©voile une trĂšs fine connaissance du travail en coulisses, des rĂ©pĂ©titions surprenantes, de l’ego du chef, du metteur en scĂšne…, de toutes les surprises (malheureuses) qui peuvent surgir dans un troupe chargĂ©e de crĂ©er un nouvel ouvrage. Gassmann et Calzabigi connaissent tous les opras prĂ©cĂ©dents : en Ă©rudits provocateurs, ils citent aussi l’opĂ©ra vĂ©nitien (lĂ©guĂ© par Monteverdi, Cesti, Cavalli) dans le trio des mĂšres lĂ©gĂšres dĂ©lirantes :  la Befana furieuse, la Bragherona, la Caverna. Autant de personnages et tempĂ©raments bien trempĂ©s pour des situations piquantes, faisant la satire des travers de l’opĂ©ra dans tous les genres.
Florian_GassmannIci, en imaginant une troupe brillante invitĂ©e Ă  produire un spectacle lyrique en une journĂ©e, les auteurs dĂ©crivent minutieusement la vanitĂ© sauvage et hystĂ©rique de chaque individu Ă  Ă©craser l’autre plutĂŽt que de servir le projet collectif. Chacun y croyant vivre son heure de gloire, s’oppose Ă  l’autre. D’autant que le compositeur et le librettiste se dĂ©testent, et que l’impresario est parti avec la caisse ! RenĂ© Jacobs qui a exhumĂ© cette partition pertinente et l’a dĂ©jĂ  produite entre autres Ă  Paris (TCEn avec Jean-Louis Martinoty), revient sur un ouvrage dĂ©lectable, sachant combiner parodie dĂ©jantĂ©e et poĂ©sie dramatique. Un rĂ©gal.

boutonreservationFlorian Leopold Gassmann (1729-1774) : L’Opera Seria (1769)
Livret de Rainiero di Calzabigi
Bruxelles, La Monnaie : 9, 10, 11, 12, 14 février 2016
Le 16 février au Cirque royal
René Jacobs, direction
Kinmonth,  mise en scÚne

Illustration : Florian Leopold Gassmann (1729-1774) portrait gravĂ© par Heinrich Eduard von Wintter (1788-1825) d’aprĂšs Anton Hickel (1745-1798).