Livres, roman. Christophe Bigot : Les premiers de leur siècle (Éditions de La Martinière)

livres-christophe-bigot-les-premiers-de-leur-siecle-la-martiniere-clic-de-classiquenews-compte-rendu-critiqueCLIC_macaron_2014Livres, roman, compte rendu critique. Christophe Bigot : Les premiers de leur siècle (Éditions de La Martinière). Roman historique dont l’Ă©criture inspirĂ©e d’une très fine Ă©loquence restitue l’intimitĂ© des artistes romantiques français et europĂ©ens (Liszt) telle qu’elle a pu se rĂ©aliser en particulier Ă  Rome Ă  l’Ă©poque oĂą le “grand homme” : entendez Monsieur Ingres, Ă©tait le directeur de la Villa Medicis (1835-1840).

 

 

 

Le couple Liszt Marie d’Agoult vu par Henri Lehmann

Rome, dans le salon de Monsieur Ingres

 

 

liszt-par-lehmann-1839-portrait-Le tĂ©moin privilĂ©giĂ© de leur quotidien demeure ici le peintre Henri Lehmann (1814-1882) dont le sens de la ligne, la virtuositĂ© du dessin lui permettent de devenir le disciple prĂ©fĂ©rĂ© d’Ingres, au sein de l’atelier qui compte aussi Amaury Duval son aĂ®nĂ©, surtout ChassĂ©riau, assez infect et discourtois malgrĂ© son absolu talent. Dans la proximitĂ© du couple Marie d’Agoult et Franz Liszt de passage Ă  Rome après leur pĂ©riple suisse, “Clear placid” (Lehmann), ainsi que la Comtesse d’Agoult a surnommĂ© le hĂ©ros narrateur, se passionne Ă  la vue de ce couple lĂ©gendaire : elle, mĂ©disante  et  arrogante mais fine et intelligente, lui pianiste flamboyant d’une captivante beautĂ© : son rĂ©cital Beethoven improvisĂ©, alors qu’ils sont les invitĂ©s de monsieur Ingres dans le salon de musique de la Villa Medicis est l’une des sĂ©quences captivantes du texte (chapitre X). De cette pĂ©riode heureuse et stimulante pour chacun oĂą les artistes sociabilisent dans des Ă©changes productifs mĂŞlĂ©s d’affection, Lehmann reçoit naturellement la commande du fameux portrait de Franz Liszt (1839) : icĂ´ne du romantisme le plus sensible, figuration de l’humain et du divin, le tableau qui en rĂ©sulte reprĂ©sente la fiertĂ© virile d’un pianiste adolescent, adulĂ© : nouvel Adonis des salles de concerts, d’une sobre mise comme les meilleurs portraits de son maĂ®tre Ingres (robe noire sur fond vert). La lumière y accroche le visage tendre et dĂ©terminĂ©, comme les doigts de la main gauche, instruments du tempĂ©rament promĂ©thĂ©en.
Lehmann ne fait pas que peindre son ami admirĂ© (comme il le fera de Gounod en une tĂŞte sublimement dessinĂ©e de profil) : il devient un proche, et le parrain tuteur du jeune fils nĂ© du couple Liszt/d’Agoult : Daniel (au destin tragique).

gounod par Henri LehmannLes relations amicales, les dĂ©testations courtoises et intelligemment entretenues (d’Agoult / Sand), les jalousies, les espĂ©rances, la triste rĂ©alitĂ© destructrice (fin des amours entre la Comtesse et le Pianiste) vĂ©cues par le protagoniste animent un tableau historique dont la sensation du familier et de la vĂ©ritĂ© titille en permanence la curiositĂ© du lecteur. On savait Liszt, ĂŞtre exceptionnel : par le regard du jeune peintre Henri Lehmann, son visage nous est dĂ©peint avec une acuitĂ© renouvelĂ©e. L’Ă©vocation ciselĂ©e fait vivre chaque personnage historique tout en cĂ©dant au dĂ©faitisme le plus sage, signe d’une intelligence qui a vĂ©cu : les exaltations romaines se dĂ©litent bientĂ´t et le revers de la vie, entre dĂ©ception, aigreur, amertume, tristesse, sacrifice, solitude et nostalgie, prend peu Ă  peu le dessus. Car Lehmann a toujours aimĂ© Marie d’Agoult, c’est son secret au point, devenant son homme Ă  tout faire, de lui sacrifier son accomplissement de peintre… c’est l’option la plus romanesque du livre.
Sainte-Beuve, Delacroix croisent aussi l’itinĂ©raire du peintre très en vogue Ă  Paris : il dĂ©core nombre de monuments officiels parisiens  (Palais du Luxembourg actuel SĂ©nat, salle du trĂ´ne ; chapelle des jeunes aveugles, actuel INJA…) et devient mĂŞme membre de l’Institut en 1864. Dans son atelier se forme nĂ©anmoins Georges Seurat (comme Rouault avait suivi l’enseignement de Gustave Moreau). Au terme de sa très convenable carrière comme tenant de la tradition classique telle que dĂ©fendue par Ingres (et donc admirĂ©e par Delacroix), Henri Lehmann prend cependant en fin de texte, la posture d’un auteur  dĂ©passĂ© par les soubresauts violents d’un siècle devenu barbare et raciste, oĂą la culture et l’Ă©ducation ayant Ă©tĂ© sacrifiĂ©es inexorablement, ne peuvent plus maintenir l’Ă©quilibre d’une sociĂ©tĂ© plus apaisĂ©e. Un parallèle avec la France de ce dĂ©but 2015 ?

Roman historique certes mais surtout mĂ©moires recomposĂ©es au diapason d’une sensibilitĂ© attachante qui avait un goĂ»t pour le sacrifice. Henri Lehmann portraitiste des “premiers de leur siècle”, dont Liszt, Chopin, Gounod… mĂ©ritait bien ce roman historique en forme de mĂ©moire. Passionnant.

Livres, roman. Christophe Bigot : Les premiers de leur siècle (Éditions de La Martinière). 130 x 205 mm – 416 pages. Parution : janvier 2015 – 9782732470092. 20.90 €