CD critique. LULLY : Le Ballet royal de la Naissance de Vénus LWV 27 (1665). Les Talens Lyriques. 1 cd Aparté

naissance venus lully benserade deborah cachet cyrille auvity talens lyriques critique cd classiquenewsCD critique. LULLY : Le Ballet royal de la Naissance de Vénus LWV 27 (1665). Les Talens Lyriques. 1 cd Aparté, enregistré en janvier 2021 à Paris. Dans les années 1660, Lully livre au jeune Louis XIV, cette musique langoureuse, extatique, vénusienne, où chacun séduit et danse ; où l’équilibre des parties marque un premier âge d’or du divertissement de cour à la Cour du Roi Soleil… Avant de concevoir l’opéra français ou tragédie en musique à partir de 1673 (Cadmus et Hermione), Lully expérimente les possibilités du genre dramatique et lyrique pendant 13 années d’un apprentissage progressif où il élabore tout d’abord 25 ballets, et comédies-ballets : la danse y forme un cadre indissociable à l’action et à la musique. Les danseurs sont les patrons mêmes du « Baladin », acteurs qui célèbrent par ce jeu dansé, leur propre gloire ; ainsi le roi lui-même danseur, ne tarde pas à user et abuser du genre chorégraphique et dramatique créé par Lully, pour assoir son prestige et nourrir sa propagande. Louis XIV comme son père Louis XIII danse, mais davantage encore comme protecteur des arts, voire « roi artiste » : dans 25 ballets, 70 personnages dont les derniers Neptune puis Apollon dans Les amants magnifiques de 1670.

 

 

 

Vers la tragédie lyrique
De la langueur d’Ariane et de Psyché
au délire carnavalesque…
Mille facéties et grâce d’un Lully grand amuseur

 

 

 

Déborah CACHET chante Ariane et PsychéLe Ballet est donc un divertissement courtisan et royal, représentation qui fixe la constellation centrée du Roi en gloire et des ses favoris faisant cercle autour de lui. Créé dans le prolongement des Plaisirs de l’ile enchantée organisées à Versailles en 1664, La naissance de Vénus est donné en janvier 1665 en hommage à Henriette d’Angleterre belle sœur de Louis XIV. Le public, courtisans et parisiens se pressent pour y voir danser les Grands : Madame (Vénus entouré de tritons) et son époux (Philippe d’Orléans en étoile du point du jour, 2è entrée), surtout Louis XIV en Alexandre aux côtés de Roxane (Madame)… Au total 6 entrées où brillent l’éclat des chœurs, des chanteurs solistes, des habits et des décors (sans omettre la machinerie astucieuse de Vigarini pour 4 changements de décors). Le programme met en avant les points forts du cycle en 2 parties, dont surtout le trio des Grâces (ouvrant la partie II) ; la plainte dAriane abandonné sur son rocher, trahie par Thésée qu’elle a pourtant sauvé… par amour (fin de la 3è entrée de la partie II)…
L’orchestre suit le dispositif des 24 Violons du Roy, soit 5 parties de cordes (deux dessus, haute-contre, taille et basse), offrant cette palette nuancée riche et onctueuse, produisant désormais ce moelleux emblématique du « son versaillais ». Une plénitude à laquelle contribue grandement le chœur de chambre de Namur, qui allie nuance, précision, homogénéité et intelligibilité (préparé par leur chef atitré l’excellent Thibaut Lenaerts).
La palette des caractères d’une entrée à l’autre, passe du vif au solennel, alternant avant Rameau et préfigurant son génie : menuet, bourrée, sarabande, gigues, gavottes, sans omettre l’inévitable chaconne, conclusion attendue, sigilaire…. Mais le Florentin baladin aime aussi à faire rire et même se parodier lui-même. Il se plaît ici à se jouer des langues, chacune affectée à un caractère : le français pour la langueur tragique ; l’italien pour la passion burlesque voire outrée et même délirante (l’air d’Armide, furieuse et jalouse, dans le Ballet des amours déguisés de 1664 où la passion insatisfaite devient force destructrice, ici incarnée par Ambroisine Bré, engagée, trépignante, inconsolable d’avoir perdu Renaud malgré l’empire de sa magie…).
Ainsi la clé, écho à Ariane languissante du Ballet de Vénus, reste ici la plainte (en italien) de Psyché (version tragédie en musique, 1678) qui se désespère de devoir s’exiler dans un désert de rochers affreux….
En Ariane puis Psyché de grande classe, la soprano suave et sombre Deborah Cachet ( cf photo ci dessus © Laurus design NV) affirme un tempérament de première valeur ; sachant autant jouer qu’articuler : le français et son intelligibilité ne sont jamais sacrifiés sur l’autel de l’expression et de l’intonation. Du grand art. Qui laisse espérer de prochaines et belles incarnations à l’opéra. Son partenaire au même niveau demeure l’excellent Cyril Auvity (Orphée mordant, vivant, franc dans la 6è et dernière entrée de la partie II). Les instruments requis sont souples ; mais trop solennels et tendus, parfois uniformément sonores d’une entrée à l’autre. Ce manque d’imagination comme de caractérisation nuit à la vitalité de l’ensemble.

 

 

 

_____________________________________________________________________________________

CD critique. LULLY : Le Ballet royal de la Naissance de Vénus LWV 27 (1665). Les Talens Lyriques (Ch. Rousset, direction). 1 cd Aparté, enregistré en janvier 2021 à Paris

Jean-Baptiste Lully (1632-1687)
Ballet Ă  12 entrĂ©es, sur un livret d’Isaac de Benserade
Créé au Palais Royal, à Paris, le 26 janvier 1665

Deborah Cachet, dessus
Bénédicte Tauran, dessus
Ambroisine Bré, bas-dessus
Cyril Auvity, haute-contre
Samuel Namotte, taille
Guillaume Andrieux, basse-taille
Philippe Estèphe, basse-taille

Le Chœur de Chambre de Namur
Les Talens Lyriques
Christophe Rousset, direction

 

 

 

CD, compte rendu critique. Cyril Auvity, haute contre. Stances du Cid (L’Yriade. 1 cd Glossa GCD 923601)

charpentier stances du cid airs de cour cyril auvity glossa cd review critique classiquenews presentation 1540-1CD, compte rendu critique. Cyril Auvity, haute contre. Stances du Cid (L’Yriade. 1 cd Glossa GCD 923601). Difficile de demeurer insensible Ă  la dĂ©clamation fluide et naturelle, très articulĂ©e de la haute-contre française Cyril Auvity, au sommet de ses facultĂ©s vocales et expressives,et toujours prĂŞt Ă  relever les dĂ©fis de partitions mĂ©connues comme ici ou de programme thĂ©matiquement pertinents, surtout cohĂ©rents. Un prochain disque Ă  paraĂ®tre d’ici dĂ©cembre 2016, dĂ©diĂ© aux Motets de ClĂ©rambault (totalement inĂ©dits et pourtant d’une puissance dramatique absolue) le prouvera encore (rĂ©alisĂ© grâce Ă  la volontĂ© dĂ©fricheuse de l’organise Fabien Armengaud et son excellent ensemble SĂ©bastien de Brossard). Enregistrement rĂ©alisĂ© en Belgique en mai 2015, le prĂ©sent recueil Stances du Cid incarne un standard du rĂ©cit français traversĂ© par l’Ă©thique morale, un rien rigide mais toujours Ă©tonnamment noble et solennel, d’un hĂ©roĂŻsme loyal sans Ă©gal, presque shakesparien tel qu’il fut portĂ© sous Louis XIII et au dĂ©but du règne de Louis XIV par l’illustre Pierre Corneille.

 

 

 

Cyril Auvity captive par un chant tendre, nuancé, flexible

Langoureuse lyre du Grand Siècle

 

 

AUVITY Cyril stances du cid classiquenews rreview critique compte rendu criitique cyrilauvity-sbcmCyril Auvity construit ce programme rĂ©jouissant autour de la particularitĂ© de sa voix et de celle de l’air de cour. Le style vocal du chanteur, parfaitement intelligible et d’une tenue dramatique naturelle (mi air mi rĂ©cit), souvent franche et directe exprime parfaitement les tourments et les doutes du Cid, dès les 3 premiers airs de Charpentier (“fait-il punir le père de Chimène? ….(…) Tous mes plaisirs sont morts “…, dilemne central du cĹ“ur hĂ©roĂŻque, tiraillĂ© entre amour et honneur, dĂ©sir et dĂ©voir). La tendresse subtilement Ă©noncĂ©e du Cid paraĂ®t sans fadeur ni prĂ©ciositĂ© maniĂ©riste dans un chant droit, timbrĂ©, aux phrasĂ©s dĂ©licats et mesurĂ©s. C’est l’offrande – en sol mineur, tonalitĂ© de la douceur ardente, entre prière et Ă©nergie intĂ©rieure voire tristesse osbcure finale-, d’un compositeur Ă©pris de prosodie exacte et efficace (moins de 2mn pour chaque), et en 1680, dĂ©jĂ  postĂ©rieure Ă  lapièce de Corneille de près de 40 ans… Le timbre de Cyril Auvity exprime le tourment et le dĂ©sarroi voire l’impuissance du jeune Rodrigue qui bien que guerrier aguerri ne maĂ®trise rien des Ă©lans du cĹ“ur.
charpentier marc antoineMarc-Antoine Charpentier diffuse ses airs de cours – mĂ©lodies que tout un chacun peut entonner chez lui, partout dans ses dĂ©placements et devant sa famille ou ses amis-, dans les colonnes du Mercure Galant, fondĂ© par un proche Jean Donneau de VisĂ©. Aux cĂ´tĂ©s de Marc-Antoine Charpentier, le chanteur joint d’autres mĂ©lodies au texte tout autant Ă©loquent, matière Ă  articuler et nuancer la projection vivante et colorĂ©e du texte poĂ©tique, signĂ©es du poitevin Michel Lambert Ă©tabli Ă  Puteaux (remarquĂ© et favorisĂ© par MouliniĂ© puis Richelieu et les OrlĂ©ans, puis proche de Lully qui Ă©pouse d’ailleurs sa fille Madeleine) … Lambert, Charpentier, deux immenses gĂ©nies de la lyre poĂ©tique, intime et introspectives de l’âme baroque. En tĂ©moignent dans ce recueil Ă©patant : la volontĂ© fĂ©brile de l’amant trahi entre volontĂ© puis faiblesse de l’une des plus longues (plus de 4mn) : “Non je ne l’aime plus” ; langueur en forme de chaconne de Ma bergère de Lambert… L’extase langoureuse, le rĂŞve amoureux dĂ©chirĂ© (“Vous me donnez la mort”… de “Rendez-moi mes plaisirs / ma Sylvie”…de Charpentier), la quĂŞte d’un dĂ©sir insatisfait… tout est dit ici avec une attention superlative au texte, Ă  la rĂ©sonance intime de chaque note, donc de chaque image Ă©motionnelle qu’elle fait naĂ®tre. Grand diseur baroque ici de l’introspection poĂ©tique (la psychanalyse serait-elle finalement nĂ©e Ă  l’Ă©poque de Corneille, et dans cette poĂ©tique musicale de l’air de cour, plus tard sublimĂ© derechef et davantage parlĂ©e dans le théâtre de Racine… ?). VoilĂ  qui donne matière Ă  notre imaginaire et comble pour l’heure notre exigence linguistique et poĂ©tique. L’intelligence des enchaĂ®nements approche l’excellence d’un envoĂ»tement finement graduĂ© (Ă©coutez les plages 11 puis 12 : de la Bergère magnifique au bois de Tirsis, arcadie miroir des peines secrètes et silencieuses… ) oĂą s’affirme en cours de programme l’acuitĂ© expressive des instruments en concert, ceux du jeune ensemble L’Yriade. Superbe rĂ©alisation et tenue vocale de premier plan. CLIC de classiquenews de fĂ©vrier 2016.

 

 

 

CLIC_macaron_2014CD, compte rendu critique. Cyril Auvity, haute contre. Stances du Cid. Airs de Marc Antoine Charpentier, Michel Lambert. Pièces instrumentales de François Couperin. L’Yriade. 1 cd Glossa GCD 923601 (enregistrement rĂ©alisĂ© en Belgique en mai 2015). CLIC de CLASSIQUENEWS de fĂ©vrier 2016. Parution le 15 fĂ©vrier 2016.