Dmitry Masleev joue Tchaikovsky

FRANCE MUSIQUE, le 27 fév 2020, direct : Dmitry Masleev joue Tchaikovski. Jeune prodige lauréat du Concours Tchaikovsky 2015, le pianiste sibérien Dmitry Masleev vient d’être choisi pour joué le Concert pour piano et orchestre n°1 de Tchaikovski, ce 27 février, Auditorium de Radio France sous la direction d’Emmanuel Krivine.

Dmitry MASLEEVLe pianiste Behzod Abduraimov, souffrant, est contraint d’annuler son interprétation du concerto pour piano et orchestre n°1 de Tchaïkovski ce jeudi 27 février avec l’Orchestre National de France dirigé par Emmanuel Krivine. Il est remplacé par le pianiste Dmitry Masleev, vainqueur du concours Tchaïkovski 2015. Né à Ulan-Ude (Sibérie), Dmitry Masleev a fait ses études au Conservatoire de Moscou en compagnie de Mikhail Petukhov. Le pianiste a édité un excellent cd Scarlatti pour l’articulation, Shostakovitch (pour les couleurs et les caractères émotionnels) chez Melodya, lire ici la critique du cd Scarlatti, Shostakovitch sur classiquenews :
https://www.classiquenews.com/cd-critique-scarlatti-chostakovitch-dmitry-masleev-piano-1-cd-melodyia/

Programme du direct du 27 fév 2020, 20h

Ernest Chausson
Symphonie opus 20

Piotr Ilyitch Tchaïkovski
Concerto pour piano et orchestre n°1

Dmitry Masleev, piano
Orchestre National de France
Emmanuel Krivine, direction

FRANCE MUSIQUE, le 27 fév 2020, direct : Dmitry Masleev joue Tchaikovski. A partir de 19h45

Dmitry MASLEEVCD, critique. SCARLATTI, CHOSTAKOVITCH… Dmitry MASLEEV, piano. (1 cd Melodyia). Il ne faut pas rester sur l’impression très sage en couverture et qui assimile le candidat pianiste à un avatar d’Harry Poter… Les premiers disques sont en général des déclarations d’intention, l’expression d’un jardin personnel qui affirme un geste, un monde sonore, une approche préliminaire appelée à connaître des développements postérieurs. S’agissant du pianiste russe Dmitry MASLEEV (né en mai 1988), la promesse s’avère consistante et le plaisir qui en découle, majeur. C’est une révélationque confirme son Premier Prix au XVè Concours Tchaikovsky à Moscou (2015, l’année où avait été remarqué aussi Debargue qui obtenait alors un 4è Prix) : car le toucher et la conception dynamique du pianiste trentenaire affirment un grand talent qui s’appuie d’abord sur une technicité exigeante, sensible, jamais démonstrative. Le jeu est naturel, allant, sans posture d’aucune sorte. Les Scarlatti coule comme une onde jaillissante avec un sens de l’articulation manifeste…