CD, événement, critique. El SIGLO DE ORO. Jean-Charles Ablitzer, orgue espagnol de Grandvillars : Cabezon, Cabanilles
 (2 cd Musique & Mémoire, oct 2018).

ablitzer-jean-charles-siglo-de-oro-cd-festival-musique-et-memoire-cd-critique-annonce-cd-orgue-par-classiquenewsCD, Ă©vĂ©nement, critique. El SIGLO DE ORO. Jean-Charles Ablitzer, orgue espagnol de Grandvillars : Cabezon, Cabanilles
 (2 cd Musique & MĂ©moire, oct 2018). En 2 cd, remarquablement Ă©ditĂ©s (livret et illustrations de grande valeur, dĂ©taillant les qualitĂ©s de l’instrument ibĂ©rique rĂ©cemment inaugurĂ© Ă  Grandvillars, en oct 2018), le coffret Ă  l’initiative du festival Musique & MĂ©moire souligne l’Ɠuvre de dĂ©fricheur de l’organiste Jean-Charles Ablitzer (par ailleurs artiste associĂ© du Festival des Vosges du sud) ; sa recherche sur l’organologie Ă©largit toujours les champs de connaissances comme elle ne cesse de poser des questions sur la maniĂšre d’interprĂ©ter une trĂšs riche littĂ©rature musicale. S’agissant de l’orgue ibĂ©rique, voici un jalon indiscutable qui lĂšve le voile sur la diversitĂ© des Ă©critures comme l’originalitĂ© de la facture instrumentale Ă  l’époque de Charles Quint et de ses successeurs


L’art des contrastes, l’architecture des plans sonores sont caractĂ©ristiques de l’orgue espagnol (coupure des jeux en basse et dessus sur clavier unique / Tiento de medio registro) ; Ă  l’époque oĂč l’Espagne rĂšgne sur le moitiĂ© du monde connu et jusqu’aux AmĂ©riques, y exploitant et ramenant des monceaux d’or, Charles Quint incarne ce « siĂšcle d’or » / Siglo de oro, dont tĂ©moigne sur le plan artistique et musical, le programme plutĂŽt trĂšs riche de ce nouvel album de Jean-Charles Ablitzer.
ImmĂ©diatement frappĂ© par l’imaginaire expressif de l’organiste, l’auditeur voyage d’écritures en piĂšces et formes diverses, de Cabezon Ă  Cabanilles
 ce sont tous les « peintres-compositeurs » ibĂ©riques qui dans leurs couleurs et leurs dispositions ressuscitent. Le sens des respirations, le souci constant de l’accentuation naturelle et flexible, redonnent vie aux Ă©critures des maĂźtres de l’orgue dans le premier XVIĂš siĂšcle espagnol.

Un court tour d’horizon s’impose pour souligner la pertinence du contenu. A la prĂ©cision du jeu rĂ©pond l’intĂ©rĂȘt des piĂšces sĂ©lectionnĂ©es.
Ainsi le castillan Cabezon (mort en 1566) dont l’activitĂ© suit de trĂšs prĂšs l’histoire dynastique des Habsbourg de Charles Quint Ă  Philippe II. Ses Tientos, expression libre dans l’esprit de la fantaisie ou de la toccata, pour Ă©prouver le clavier et le faire sonner librement indique un esprit universel car le compositeur (aveugle) fut grand voyageur, explorant tous les territoires du vaste empire : Italie, Flandres; Allemagne et aussi Angleterre et France.
Se distinguent ses flamboyantes diferencias, d’esprit populaire (danses, chansons traditionnelles : « sobre la gallarda milanesa », ou « el canto llano del Caballero »), ou avec l’éclat de cette chanson française (la dama le demanda / la belle qui tient ma vie) en provenance de la Cour de François, alors prisonnier en Espagne


Les Aragonais
 Aguilera de Heredia (mort en 1627) demandeur d’un jeu de dulzaina / voix de basse sĂ©parĂ©e (tiento de basso) pour l’orgue, se rĂ©vĂšle trĂšs original ; il affirme ainsi le style de l’école aragonaise, Ă  la rythmique accentuĂ©e, innovante, pleine d’audaces harmoniques qui rĂ©vĂšlent l’époque des retables baroques au souffle nouveau. Le mouvement, une nouvelle « dramaturgie » aussi se manifeste. XimĂ©nez (mort en 1672) prolonge le geste imaginatif de son maĂźtre Heredia : sa Bataille / Batalla (de sexto tono) permettent de reconstruire l’espace et l’architecture sonore avec des effets expressifs nouveaux.

Et que dire de Pablo Bruna (mort en 1679) ici aussi rĂ©vĂ©lĂ© ? (et qui ferme le cd1). MĂȘme tempĂ©rament novateur comme Heredia, et lui aussi 
 aveugle (comme Cabezon). Organiste Ă  Daroca, centre de pĂšlerinage trĂšs actif (CollĂ©giale Santa maria la Mayor de los Corporales), Bruna rĂ©invente l’espace sonore lui aussi, capable de prouesses expressives virtuoses, grĂące aussi Ă  l’excellence de l’orgue local (par Guillaume de Lupe vers 1610). Ses improvisations fameuses attirent les foules, y compris les rois : Philippe IV et Charles II qui rejoignent Daroca pour l’écouter (tiento sobre la letania de la Virgen, ultime piĂšce du cd 1).

 

  

 

Jean-Charles Ablitzer fait sonner et briller l’orgue de Grandvillars
L’ñge d’or de l’orgue ibĂ©rique

 

SUBLIME ORGUE DE GRANDVILLARS 

 

CĂŽtĂ© Andalous et Valenciens, Jean-Charles Ablitzer dĂ©fend un mĂȘme engagement pour souligner la vitalitĂ© des sensibilitĂ©s artistiques. Le choix est lĂ  aussi large et trĂšs rĂ©vĂ©lateur, soulignant encore l’ñge d’or de l’orgue dans la pĂ©riode qui nous occupe. Francisco de la Torre (mort vers 1507) illumine SĂ©ville par ses compositions sacrĂ©es et aussi narratives et flamboyantes comme la danza alta sur la basse danse « La Spagna », utilisĂ©e comme cantus firmus. La carrure, la noblesse de l’écriture indiquent que dans l’Andalousie reconquise, Charles Quint a Ă©difiĂ© l’Alhambra, – palais italien Renaissance en pleine architecture mauresque (premier opus du cd2).

Le Franciscain et thĂ©oricien Juan Bermudo (mort vers 1565), apporte lui aussi son offrande musicale, caractĂ©risĂ©e, dans ses piĂšces pour l’orgue contenues dans sa DeclaraciĂłn de instrumentos musicales (2 piĂšces dont la premiĂšre Cantus del modo primero.)


La CathĂ©drale de SĂ©ville se dote en 1579 d’un orgue dĂ» au facteur flamand Maese Jorge, avec la spĂ©cificitĂ© dĂ©jĂ  explicitĂ©e : jeux de basse et de dessus sont coupĂ©s. MaĂźtres de cette particularitĂ© technique et sonore, la dynastie des Peraza : l’interprĂšte distingue avec raison Francisco, mort en 1598 dont la seule piĂšce parvenue (tiento de medio registro alto, primer tono) montre combien le compositeur a su exploiter ressources et caractĂšres du nouvel orgue sĂ©villan.

Son Ă©lĂšve, Francisco Arauxo (mort en 1654) s’affirme plus encore, grĂące aux piĂšces contenues dans son recueil : « Faculdad OrgĂĄnica (1626), mĂ©thode miroir de son expertise (en 69 tientos) oĂč le compositeur dĂ©taille aussi la maniĂšre de toucher et d’ornementer : une bible pour l’interprĂšte actuel (quatre passionnants tientos dont l’avant dernier sur la bataille de Morales).

Enfin Ă  Valence (dont il fait un nouveau phare artistique de l’instrument), Juan Cabanilles (1644-1712) ferme le programme ; chronologiquement il est dĂ©jĂ  hors SiĂšcle d’Or, mais son art suprĂȘme rĂ©capitule et synthĂ©tise tout ce qui a prĂ©cĂ©dĂ©, fusionnant le savant et le flamboyant, dĂ©sormais point ultime de la grande histoire de l’orgue ibĂ©rique. A quelques annĂ©es prĂšs, Cabanilles incarne un Ăąge d’or qui s’efface avec sa mort, comme c’est le cas du rĂšgne et de la disparition de Louis XIV (1715) : les ors d’un feu qui a durĂ© depuis la derniĂšre dĂ©cennie du XVĂš, s’y dĂ©verse avec Ă©quilibre et exubĂ©rance. D’ailleurs, Cabanilles joue avec les formes explorĂ©es prĂ©cĂ©demment par ses ainĂ©s : tientos, mais aussi toccata, pasacalle, corrente (Ă©videmment italienne)
 l’érudition est grande et le geste trĂšs libre.

Sous les doigts experts de Jean-Charles Ablitzer, l’orgue ibĂ©rique de Grandvillars, confirme ses extraordinaires qualitĂ©s expressives, spatiales, sonores. La pensĂ©e de l’interprĂšte ressuscite tout l’imaginaire des compositeurs organistes en Espagne depuis la fin du XVĂš : les couleurs rutilent ; fluide et prĂ©cis, le jeu souligne cette esthĂ©tique des contrastes trĂšs affĂ»tĂ©e, mordante, propice Ă  l’évĂšnement de l’orgue orchestral, capable d’émouvoir comme de saisir par la force de son spectre spatialisĂ© (cf l’évocation des Batailles).

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

CLIC_macaron_2014CD Ă©vĂ©nement, critique. SIGLO DE ORO, Jean-Charles Ablitzer, orgue espagnol de Grandvillars – JoaquĂ­n Lois Cabello – Christine Vetter (2018) – Enregistrement rĂ©alisĂ© en octobre 2018 dans l’Eglise St. Martin de Grandvillars (France, Territoire-de-Belfort)- 2 cd Musique & MĂ©moire – superbe livret richement illustrĂ©, comprenant une notice de prĂ©sentation du programme par JC Ablitzer et la fiche technique de l’orgue de Grandvillars). CLIC de Classiquenews de mars 2019

Coffret 2 CD, livret illustré 72 pages
DurĂ©e : CD1 / 1h07mn – CD 2 / 1h04mn
MM 2018-01-02 DDD
EAN : 3775000042202
Made in France
Commentaires en français
English commentary inside
Comentarios en español
www.musetmemoire.com
© Musique et Mémoire 2018
℗ Musique et MĂ©moire 2019

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi notre présentation du coffret 2 cd El Siglo de Oro / Jean-Charles Ablitzer (oct 2018)
http://www.classiquenews.com/cd-evenement-annonce-siglo-de-oro-jean-charles-ablitzer-2-cd-festival-musique-memoire-2018/

LIRE aussi notre prĂ©sentation du prochain Festival MUSIQUE & MÉMOIRE (19 juillet – 4 aoĂ»t 2019)
http://www.classiquenews.com/vosges-du-sud-26e-festival-musique-memoire-2019/

 
 

 
 

grandvillars-orgue-concert-jean-claude-ablitzer-classiquenews-critique-cd-el-siglo-de-oro-concert-festivals-critique-classique-news

 

 

Illustrations : Orgue ibérique de Grandvillars © Michel Gantner 2019 / Festival Musique & Mémoire