jeudi, décembre 8, 2022

Karol Szymanowski: Le Roi Roger, 1926 France Musique, du 22 au 27 juin 2009

A ne pas rater


Karol Szymanowski
(1882-1937)
Le Roi Roger

Król Roger
Opéra en trois actes (1926)
Livret de Jaroslaw Iwaszkiewicz
Création à l’Opéra de Paris

Paris, Opéra Bastille
7 représentations
Du 18 juin au 2 juillet 2009

France Musique
Grands compositeurs… Cycle Karol Szymanowski
Du 22 au 26 juin 2009 à 13h

5 chapitres pour mieux faire connaissance avec l’oeuvre et la personnalité du compositeur polonais le moins connu des Français. Compositeur trop méconnu, le polonais envoûte par ses musiques faites
de mystère et d’invention, de poésie et d’harmonies miroitantes.
L’entrée de son opéra  » Le Roi Roger  » à l’opéra de Paris est
l’occasion de braquer les projecteurs de  » Grands Compositeurs  » sur
différents aspects de sa création. «  Je suis en train de cristalliser en moi les éléments de l’héritage tribal « ,
disait-il dans les années 20. Avant 1914, il avait participé à la
création du groupe  » Jeune Pologne.  » Ami d’Arthur Rubinstein, il
voyagea beaucoup, fasciné par l’Orient, au point que le Conservatoire
du Caire lui offrit le poste de Directeur, qu’il refusa pour se
consacrer essentiellement à sa Pologne en formation. Il mourut à 55
ans, épuisé par la tuberculose, l’alcool, la drogue :  » Ma vie n’est faite que de chagrin, de malheur, de maladie et de travail « . Reste une oeuvre sensuelle à découvrir !



Samedi 27 juin 2009 à 19h30

Le Roi Roger, enregistré le 18 juin 2009 à l’Opéra Bastille
Lire notre critique du spectacle lors de la diffusion de l’opéra en direct sur internet depuis le site d’Arte live web: Le Roi Roger de Szymanowski, le 20 juin 2009 à 20h


Orientalisme et homosexualité

Né en 1882, à Tymoszowka en Ukraine, dans une famille de propriétaires terriens versés dans les arts (poésie, musique, peinture), Karol étudie le piano, puis suit l’enseignement de la composition au Conservatoire de Varsovie : il y cotoie Arthur Rubinstein et aussi les jeunes musiciens qui composent bientôt le groupe avant-gardiste Jeune Pologne: chacun entend faire rupture en prônant une rénovation musicale contemporaine résolument européenne.
La première symphonie (1907) porte l’influence de Strauss, Wagner et Max Reger. Sa Symphonie n° 2 (1911), qui se souvient de Scriabine et Chopin, est contemporaine de nombreuses oeuvres de musique de chambre et de pièces pour piano, de non moins nombreuses mélodies (Chant du Muezzin fou) auquels s’ajoutent quatre symphonies, deux concertos pour violon, un Stabat Mater. L’opérette Loterie pour gagner un mari (1908-1909) puis le premier opéra, Hagith, composé en 1913 d’après Salomé, précèdent un voyage décisif quant à sa maturité artistique. Il rejoint la Russie, découvre Vienne et découvre l’orchestration selon Debussy, Ravel et Stravinsky. Szymanowski atteint même l’Italie et la Sicile, jusqu’à l’Afrique du Nord où sa tentation orientaliste s’exprime alors dans la Symphonie n° 3 Chants de la nuit, dans les cycles de mélodies Chants d’amour de Hafiz et Chants d’une princesse de conte de fées et dans Le Roi Roger (1926). Son oeuvre développe de nouveaux champs artistiques entre Orient, etMéditerranée, comme sa passion pour le jeune Boris Kochno inspire le roman, Efebos, éloge de l’homosexualité, et Apologia pro vita sua. Le compositeur enrichit encore sa palette musicale en intégrant des éléments du folklore natal, celui des Tatras. Ainsi naît le ballet, Harnasie, en 1935. Szymanowski décède à Lausanne en 1937.


Du trouble entre Dyonisos et Apollon

Le Roi Roger s’inspire des errances, rencontres, découvertes de ses voyages en Europe et autour de la Méditerranée, jusqu’en Afrique du Nord. Un Berger-Prophète, en Sicile, au XIIe siècle, parcourt le pays, convertissant le peuple au culte d’un dieu païen. Fascinés par le charisme de cette figure communicante, le Roi Roger et son épouse, Roxane, sont troublés par ce personnage pasolinien et provocateur. Le Roi se laisse séduire, convaincre, emporté dans de nouvelles expériences sensorielles. Touché au fond de lui-même, le souverain semble cependant apaisé dans la contemplation du Soleil étincelant. Peu d’action mais une série de tableaux extatiques, la partition souligne l’antagonisme Dyonisos/Apollon, Orient/Occident, Ionien et dorique; maîtrise morale et discipline contre relâchement et désir.
Souvent l’identité homosexuelle, ambivalente et cachée du compositeur transparaît en filigrane dans une écriture qui témoigne des vertiges sensoriels et des spasmes érotiques probablement vécus ou désirés.

Chants grégoriens (I), sensualité harmonique combinée à la délicatesse instrumentale impressionniste, digne d’un Ravel ou d’un Debussy, Le Roi Roger fait son entrée au répertoire de la maison parisienne. Szymanowski dont l’oeuvre est ainsi créée à Paris, assimile aussi le post-romantisme allemand, Scriabine toujours, mais encore le Stravinsky éruptif et païen du Sacre. Le Roi Roger a été créé au Teatr Wielki de Varsovie 19 juin 1926 suscitant un accueil plutôt mitigé.

France Musique
Tribune des critiques de disques
Spécial Le Roi Roger de Szymanowski
Le 14 juin 2009 à 10h

France Musique
Diffusion de l’opéra intégral enregistré à l’Opéra de Paris

Le 27 juin 2009 à 20h
.

Direction musicale: Kazushi Ono
Mise en scène: Krzysztof Warlikowski
Décors et costumes: Malgorzata Szczesniak
Lumières: Felice Ross
Chef des Choeurs: Winfried Maczewski
Le Roi Roger II: Mariusz Kwiecien
(18, 20, 23, 28 juin et 2 juillet)
Scott Hendricks: (25, 30 juin)
Roxana: Olga Pasichnyk
Edrisi: Stefan Margita
Le Berger: Eric Cutler
L’Archevêque: Wojtek Smilek
Une Abbesse: Jadwiga Rappé

Orchestre et Choeurs de l’Opéra national de Paris

Après ses mises en scène d’ Iphigénie en Tauride (2007), L’Affaire Makropoulos (2007), Parsifal (2008), le metteur en scène polonais Krzysztof Warlikowski, qui fut l’assistant de Peter Brook et de Giorgio Strehler, adapte pour les planches parisiennes l’oeuvre de son compatriote Szymanowski, en un spectacle qui est l’ultime production-événement de l’ère Mortier à Paris.

Illustration: Portrait de Szymanowski (DR)

- Espace publicitaire -spot_img
- Sponsorisé -
Derniers articles

CRITIQUE CD événement. José de BAQUEDANO : Musique pour la Cathédrale de Santiago (1 cd Lauda Musica LAU 022...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img