ORCHESTRE SYMPHONIQUE D’ORLEANS, “Sonneries d’Orléans”

Avril-depuis-plaquette-566x1024ORLÉANS, ORCHESTRE SYMPHONIQUE, les 27, 28 avril 2019. Sonnerie d’Orléans. Nouvelle session orchestrale à Orléans : l’Orchestre Symphonique d’Orléans poursuit sa riche saison 2018 – 2019 sur le thèmes des sonneries. Les cuivres en fanfare sont à l’honneur, indiquant l’esprit de célébration et le goût de l’ampleur, mais aussi la recherche de timbre, de spatialisation et de couleurs. C’est au regard de la diversité des écritures et du caractère de chaque pièce, un défi pour l’orchestre, passant de l’opulence assumée du jeune Richard Strauss (Fanfare et Suite en si bémol majeur), à la métrique si complexe d’un Stravinsky (Symphonies), aux styles plus nuancés, allusifs de Caplet et de Castérède.

________________________________________________________________________________________________

Programme SONNERIESboutonreservation
Samedi 27 avril 2019, 20h30
Dimanche 28 avril 2019, 16h
Orléans, Théâtre / Salle Touchard

 

 

 

R. Strauss, Caplet, Castérède, Stravinsky, D’Addona…
Orchestre Symphonique d’Orléans
Philippe Ferro, direction
Récitant : Franck Bellucci

 

 

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.orchestre-orleans.com/concert/sonnerie-dorleans/

 

 

 

orchestre symphonique orleans concert annonce critique concerts opera critique musique classique classiquenews

________________________________________________________________________________________________

 

 

Programme :

RICHARD STRAUSS
Fanfare pour l’ouverture du Festival de Vienne 1924
Strauss compose cinq grandes fanfares, à la manière d’une procession solennelle, sous forme de grands chorals.

ANDRÉ CAPLET
La Suite persane, composée en 1900 affirme une écriture originale qui sait éviter le kitsh et l’orientalisme de mauvais goût.

RICHARD STRAUSS
La création de la Suite en si bémol majeur (opus 4), à Munich marque un jalon dans la carrière de Strauss, qui assure lui-même la direction de l’orchestre. Obtenant un franc succès, il sera appelé comme chef assistant à Meiningen six mois plus tard.

JACQUES CASTEREDE
Les Fanfares pour les proclamations de Napoléon sont avec ces pièces de musique de chambre, les œuvres auxquelles le compositeur tenaient particulièrement. Décédé il y a 5 ans (avril 2014), Castérède fut Prix de Rome en 1953 et enseigna la formation musicale et la composition au CNSMD Paris, et à l’Ecole Normale de musique – Alfred Cortot.

IGOR STRAVINSKY
Le cycle des Symphonies pour instruments à vent est dédié à Debussy et créé par serge Koussevitzky à Londres en juin 1921. Le titre Symphonies est au pluriel pour le différencier de la forme musicale. Ecriture novatrice, rythmique improbable, mélodie raffinée… c’est une des œuvres les plus complexes du compositeur.

GIANCARLO CASTRO D’ADDONA
D’Addona est un compositeur, chef d’orchestre et trompettiste vénézuélien. Influencé par la musique d’Amérique latine, le jazz et la musique de film, il écrit en 2004, parmi ses premières œuvres, Grand-Fanfare, pièce virtuose et entraînante.

 

 

ferro-christophe-maestro-concert-symphonique-orleans

 

Le chef Philippe FERRO (© Ch Esnault)

 

 

sonnerie-d-orleans-orchestre-symphonique-dorleans-ferro-philippe-concert-annonce-orchestre-symphonique-orleans-critique-concerts-classiquenews

 
 

ORLEANS : concert ” à la conquête de l’Ouest” par l’Orchestre Symphonique

orleans-orchestre-symphonique-concert-conquete-ouest-marius-stieghorst-annonce-critique-concert-par-classiquenews-infos-actualites-musique-classique-concerts-operas-festivalsORLÉANS, 9 et 10 fév 2019 : A la conquête de l’Ouest. Grand concert symphonique à Orléans sous la direction du directeur musical de l’Orchestre Symphonique, Marius Stieghorst. Le programme affiche le cap vers le grand ouest, éclectique, énergisant mais surtout cohérent. Tout d’abord, mosaïque d’écritures et de sensibilités diverses inspirées par l’horizon américain, de Ives à Gershwin, de Schulhoff à Stravinsky… autant de mises en bouches qui exigent une forte caractérisation instrumentale, pour le plat de consistance, sommet de l’inspiration américaine de Dvorak : la Symphonie n°9 du Nouveau Monde.

________________________________________________________________________________________________

SAMEDI 9 FÉVRIER 2019 à 20h30boutonreservation
DIMANCHE 10 FÉVRIER 2019 à 16h00
Théâtre d’ORLEANS
SALLE TOUCHARD

ORCHESTRE SYMPHONIQUE D’ORLÉANS
Marius STIEGHORST, direction
Saxophoniste soliste : Vincent DAVID

________________________________________________________________________________________________

Présentation du concert

« À LA CONQUÊTE DE L’OUEST »

CHARLES IVES – The Unanswered Question (La Question sans réponse)
Conçue en 1908, révisée entre 1930 et 1935, The Unanswered Question suit le travail et les interrogations de Charles Ives concernant la relation des hommes au cosmos. A l’immensité de l’Univers, en son mystère impénétrable, Ives inscrit la question du sens de la vie humaine : pourquoi l’être et le néant ? Que vaut et où va la destinée humaine ?

GEORGE GERSHWIN – Lullaby
Originellement pour quatuor à cordes, Lullaby connaît un nouveau souffle dans sa version pour orchestre à cordes. En orchestrateur des mieux inspirés, Gershwin sait calibrer l’ivresse irrépressible du blues naissant, occurrence spécifiquement américaine, selon la subtilité et l’art de la suggestion propres aux impressionnistes français, Ravel et Debussy qu’il admire particulièrement.

ERWIN SCHULHOFF – Hot-Sonate, pour saxophone alto et orchestre
Schulhoff affirme un tempérament très original et personnel dans l’utilisation entre autres du saxophone alto, instrument soliste concertant qui semble imposer face à l’orchestre, le chant déterminant du jazz, autant dans l’autorité des rythmes, la séduction des harmonies, que des effets singuliers produits par la technique propre à l’instrument ainsi mis en avant (glissandi, …) / VINCENT DAVID, saxophoniste soliste.

IGOR STRAVINSKY – Circus Polka
Ce pourrait être le portrait d’un éléphant, potache, burlesque, plus caricatural que compatissant pour l’animal : à la demande du chorégraphe George Balanchine pour un numéro d’éléphants du cirque Barnum, Circus Polka est élaborée pendant le seconde guerre mondiale en 1942. C’est une page musicale conçue à des fins expressives essentiellement sur un ton caustique, facétieux dont les pointes sarcastiques sont réservées au trio déluré, déjanté en diable : clarinette, cor et trombone.

ANTON DVORAK – Symphonie n°9 en mi mineur, op.95, B178, dite « Du Nouveau Monde » Composée en 1893, crée le 15 décembre de la même année au Carnegie Hall de New York par l’Orchestre philharmonique de New York sous la direction d’Anton Seidl, la 9è Symphonie de Dvorak témoigne de l’enthousiasme de Dvorak pendant son séjour aux States.

________________________________________________________________________________________________

RESERVATIONS / INFORMATIONS PRATIQUES
• Lieu : Salle Touchard – Théâtre d’Orléans
• Tarifs : Cat.1 : 28/25€ ; Cat. 2 : 25/23/13€
Réservations : Théâtre d’Orléans : 02 38 62 75 30, du mardi au samedi de 13h à 19h, à partir de 14h ou
sur le site HelloAsso :
https://www.helloasso.com/associations/orleans-concerts
• Site Web : www.orchestre-orleans.com

stieghorst marius portrait maestro copyright tonje thoresen classiquenews

 

Portrait du maestro et directeur musical de l’OSO, Orchestre Symphonique d’Orléans : MARIUS STIEGHORST (© T. Thoresen)

ORLEANS, concert symphonique : 1er concert symphonique, Musique pour Craonne

Novembre orchestre symphonique d orleans concert pour craonne annonceORLÉANS, « MUSIQUE POUR CRAONNE », les 10 et 11 nov. L’Orchestre Symphonique d’Orléans propose en novembre un programme original, qui célèbre, agenda oblige, le Centenaire de l’Armistice de la Grande Guerre. Ainsi au cours du week end des samedi 10 et dimanche 11 novembre, l’orchestre improvisera le dimanche à 11h « sur l’enregistrement optique d’un sismographe »… expérience inédite et promise à une révélation sonore particulière. L’offre musicale de ce premier cycle orchestral à Orléans est particulièrement éclectique mais fédérateur et cohérent autour de son sujet… les compositeurs à l’épreuve de la guerre. Au cours des deux concerts symphoniques, plusieurs élèves pianistes du Conservatoire d’Orléans joueront, alternant avec les pièces orchestrales. Tous les compositeurs ont été témoins ou ont participé aux épisodes du conflit européen au début du XXè, le plus sanglant dans l’histoire européenne…

 

 
orchestre-symphonique-orleans-classiquenews-marius-stieghorst-par-classiquenews
 

 

 

Présentation des œuvres :

 

 

George BUTTERWORTH : The Banks of Green willow
Co-fondateur de l’English Folk Dance Society, Butterworth compose en 1913 cette courte pièce orchestrale inspirée d’une balade du même nom. Il s’engage au début de la guerre dans l’infanterie légère et succombe à ses blessures lors de la bataille de la Somme en 1916.

Claude DEBUSSY : Berceuse héroïque
Au sommet de son art et trop âgé pour être mobilisé, Debussy, lucide et malheureux, compose la Berceuse héroïque, une surprenante œuvre de circonstance qui fait preuve d’un grand patriotisme artistique. Le compositeur meurt en mars 1918 sans voir la fin de cette guerre.

Albéric MAGNARD : Chant funèbre, op.9
Élégie composée pour honorer la mémoire de son père, cette courte pièce témoigne d’un sentiment recueilli, mais ne dédaignant pas l’expressivité, voire quelques traits pathétiques. Le musicien meurt tragiquement, voulant protéger ses biens contre l’envahisseur allemand.

 

 

César FRANCK : Symphonie en ré mineur
franck cesar portrait classiquenewsC’est la pièce maîtresse du programme et pour l’orchestre, un défi de taille pour le chef et les instrumentistes. A part, la seule symphonie de Franck, créée en 1889, propose en pleine vague wagnérienne déferlant sur l’Europe, une véritable alternative musicale : très soucieux de cohésion comme d’efficacité du développement musical, César Franck structure tout l’édifice selon le principe du thème cyclique, avec une architecture au souffle progressif, la clé se dévoilant – quasi spirituelle, dans le dernier et sublime dernier morceau… Au lendemain de la guerre franco-allemande de 1870, les repères artistiques sont troublés, l’école française s’affirme face au modèle allemand et à la fascination pour Wagner. La réaction hostile à l’unique symphonie de Franck témoigne des vifs débats qui secouent la France à la fin du XIXème siècle. Depuis, on sait la revanche que ce joyau symphonique a pris, au point de donner lieu à un catalogue discographique impressionnant. LIRE notre présentation complète de la symphonie en ré de César Franck, sommet de l’écriture symphonique romantique…

 
ORLEANS : Cap sur JS BACH, concerts de NOËL 2017

 

 

——————————————————————————————————————————————————

 

 

Concert pour Craonne
Orchestre Symphonique d’Orléans
Marius Stieghorst, direction

boutonreservationSAMEDI 10 NOVEMBRE 2018 – 20h30
DIMANCHE 11 NOVEMBRE 2018 – 16h00
Théâtre d’Orléans, Salle Touchard
RÉSERVATION:
http://www.orchestre-orleans.com/concert/musique-pour-craonne/

 

 

George BUTTERWORTH: The Banks of Green Willow
Claude DEBUSSY: La Berceuse héroïque
Maurice RAVEL: Frontispice pour piano à 5 mains
Jacques IBERT: Le vent dans les Ruines (en Champagne)
Albéric MAGNARD, Chant funèbre, op.9

Improvisation orchestrale sur l’enregistrement optique d’un sismographe le 11 novembre 1918 à 11h

Interventions des grands élèves des classes de piano du conservatoire d’Orléans

 

Illustrations : Orchestre Symphonique d’Orléans © Michel Perreau

——————————————————————————————————————————————————