SAINTES, les solistes de l’Orchestre des Champs-Élysées jouent Brahms et Beethoven

Beethoven_Hornemann-500-carreSAINTES, Abbaye aux Dames, le 9 octobre 2016. Quintette de l’Orch des Champs -Elysées. Dimanche hautement chambriste à l’abbaye aux dames, la cité musicale, Saintes. Les habitués savent combien l’Abbaye aux Dames tout au long de l(année et pas seulement au moment du festival estival, accueille, cultive, respire l’esprit de création musicale. C’est aussi depuis les nombreuses sessions du Jeune Orchestre de l’Abbaye (JOA, anciennement Jeune Orchestre Atlantique), un foyer très actif dédié à la professionnalisation des meilleurs instrumentistes, passionnés par la pratique des instruments d’époque et tout autant animé par le désir de renouveler le jeu et approfondir la connaissance des sources. Inspirant cette riche expérience organologie et interprétative, les musiciens professionnels de l’Orchestre des Champs Elysées. Dimanche 9 octobre 2016, 15h30, plusieurs solistes de la phalange créée par Philippe Herreweghe, et de venue nous savons raison, l’orchestre modèle en France, sur instruments d’époque, joueront le Quintette de Brahms pour cordes n°1 opus 88, et une transcription d’époque de la Symphonie n°7 de Beethoven (photo ci dessus), hymne ardent, énergique, dansant pour un effectif réduit mais d’avant plus engagé. La réalisation promet d’être passionnante car l’effectif invité à Saintes regroupe les chefs de pupitres de l’Orchestre des Champs-Elysées, soit la crême des instrumentistes français, chacun dans leur spécialité. L’approche toute en finesse, où précision, écoute, complicité sont essentielles, montrera de toute évidence, combien même en effectif réduit, la puissance poétique des deux œuvres, sans l’ampleur de l’orchestre à son complet, peut toucher, frapper, convaincre et suggérer. Concert événement.

 

 

 

SAINTES, Auditorium de l’Abbaye aux Dames
Dimanche 9 octobre 2016, 15h30
Quintette des solistes de l’Orchestre des Champs-Elysées

J. Brahms
Quintette à cordes n°1 en fa majeur opus 88

L.V. Beethoven
Transcription d’époque de la symphonie n°7

Solistes de l’Orchestre des Champs-Élysées :
Alessandro Moccia, Ilaria Cusano, violons
Catherine Puig, Jean-Philippe Vasseur, altos
Ageet Zweistra, violoncelle

 

 

RESERVEZ VOTRE PLACE
Toutes les infos et les modalités de réservation sur le site de l’Abbaye aux Dames, la cité musicale, Saintes

 

 

 

Organisez voter séjour à l’Abbaye aux dames à l’occasion du concert

 

 

évasion
Saintes, abbaye aux dames

Votre séjour à Saintes

 

Séjour à Saintes, Abbaye aux Dames, la cité musicale

saintes_porte_abbayeTout au long de l’année, séjournez à Saintes à l’occasion d’un concert dans l’Abbaye. Les chambres sont aménagées dans les anciennes cellules des moniales. Petit déjeuner sur place possible. Pour toute location d’une chambre dans l’Abbaye, réduction de 5% à la boutique de l’Abbaye (l’Abboutique : cd, livres, produits régionaux…), réduction sur la visite du site, tarif adhérent pour l’achat d’une place de concert. Téléphone réservation chambres : 05 46 97 48 33 (classement établissement hôtelier : catégorie 1 étoile). Standard général de l’Abbaye aux Dames à Saintes : 05 46 97 48 48. Offre spéciale Saint-Valentin 2014 : le concert et la chambre à Saintes, les 14 ou 15 février 2014 : 100 euros (pour 2 personnes) : réservations au 05 46 97 48 48.

Consultez le site de l’Abbaye aux dames et découvrez les chambres de l’Abbaye aux dames

Se rendre à l’Abbaye
Abbaye aux Dames, 
la cité musicale, Saintes
11, place de l’Abbaye
CS 30125
17104 SAINTES CEDEX
- Accès par la rue Geoffroy Martel
(Parking gratuit)
- Coordonées GPS :
Lat : 45.743681
Long : -0.624375

Vous avez choisi de dormir à l’Abbaye aux Dames ? réussissez votre séjour à la cité musicale

Abbaye-aux-dames-saintes-la-cite-musicale-saintes

saintes_vue_aerienne_570

 

 

 

Saintes, nouvelle saison 2014-2015 de l’Abbaye aux Dames

saintes-saison-14-15-vignetteSaintes, nouvelle saison 2014-2015 de l’Abbaye aux Dames. Le nouveau visuel en fait foi : une jeune flûtiste anime un extérieur printanier marqué au second plan par le fameux clocher de l’Abbatiale, casque pointu qui cible les hauteurs et semble griser les ambitions artistiques vers des sommets toujours plus élevés… La nouvelle saison musicale à la cité musicale de Saintes dont le temple de la musique est l’Abbatiale nous promet jusqu’en juin 2015, découvertes voire révélations sous le signe de la “création au féminin”, des nouveaux talents et de la curiosité. Outre la forme habituelle des concerts et public assis, ce sont aussi d’autres rendez vous, surtout conviviaux à destination de tous les publics, conformément au projet artistique et pédagogique de la cité musicale (laquelle abrite aussi le Conservatoire de la ville de Saintes). Toutes les infos, découvrez l’ensemble de la saison musicale de l’Abbaye aux Dames de saintes sur le site de la cité musicale, Saintes … Voici notre sélection des événements incontournables de la nouvelle saison 2014 2015 à Saintes : point d’orgue cette année l’Orchestre maison sur instruments anciens (JOA pour Jeune Orchestre de l’Abbaye) fidèle à son fonctionnement en résidence à Saintes reprend du service sous la direction de Laurence Equilbey dans un programme classique et romantique, associant sous la voûte de l’Abbatiale, le feu sacré de Mozart et le symphoniste singulier de Schubert (dimanche 25 janvier 2014)… N’oubliez pas non plus la rencontre publique avec danseurs et instrumentistes d’un projet en résidence “ La Cavale et Hip4tet “, le 20 février 2015…

 

 

 

Votre séjour à Saintes

 

 

 

 

 

8 événements d’une saison éclectique sous le signe de la curiosité

 

Dimanche 12 octobre 2014, 15h30
saintes-saison-14-15-vignetteAbbatiale. Premiers pas de l’Orchestre national des Pays de la Loire dans un programme associant traversées finnoises et slaves, de Smetana (La Fiancée vendue, ouverture), à Sibelius (sublime Concerto pour violon) et Dvorak (Symphonie n°7). Aux côtés du soliste Tedi Papavrami pour le Concert de Sibelius, l’Orchestre bordelais aborde un programme très amibitieux au symphonisme icnadescent, ardent voire echevelé (dès l’ouverture de La Fiancée vendue de Smetana)… une offre instrumentale et musicale qui met en appétit car à Saintes, résidence habituel du Jeune orchestre de l’Abbaye comme lieu favori de l’Orchestre des Champs Elysées, les amateurs de vertiges orchestraux sont nombreux et… exigeants. LIRE notre présentation du concert Smetana, Sibelius, Dvorak à Saintes avec Tedi Papavrami

 

 

 

Samedi 22 novembre 2014, 20h30
saintes-saison-14-15-vignetteAbbatiale. Première session de travail des jeunes instrumentistes apprentis du JOA Jeune Orchestre de l’Abbaye : sur instruments anciens, les musiciens apprennent le style et l’esprit des partitions classiques et romantiques. En novembre, le cadre de l’apprentissage est toujours assuré par les grands Viennois, symphonistes aguerris et vénérés légitimement pour leurs qualités : Haydn (Symphonie n°101 L’Horloge) et Romance puis Symphonie n°8 de Beethoven. Un bain de puissante énergie refondatrice (Beethoven) associé à l’esprit de l’élégance voire de la facétie viennoise classique (Haydn). Le premier violon Alessandro Moccia assure la direction de cet atelier dont les fruits seront passionnants à suivre lors du concert du 22 novembre 2014.
Le programme est ensuite repris en tournée : le 21 novembre, Lycée Bellevue, séance scolaire. Le 23 novemre, 17h à Paris, Salle Turenne des Invalides. Durée : 1h10mn.

 

 

 

Mardi 9 décembre 2014, 19h
Auditorium. Les enfants de la malle. Le Poème Harmonique, Vincent Dumestre. Avec le comédien Stefano Amori et Maroun Mankar-Bennis, clavecin portatif. La malle est pour le comédien de la Commedia dell’Arte de l’époque baroque (XVIIIème) : sa valise, sa maison, son décor : un élément central de sa vie d’itinérance… Séance scolaire à 14h30. Goûter autour de la Commedia dell’arte à 15h30.

 

 

 

Saintes festival lieu convivial toute l année

 

 

 

Dimanche 25 janvier 2015, 15h30
saintes-saison-14-15-vignetteconcert-joa saintes JOAAbbatiale. Laurence Equilbey prend la succession de David Stern ou Christophe Coin sans omettre Philippe Herreweghe pour cette nouvelle session du JOA, associant un compositeur classique et un autre romantique. Avec le jeune choeur de Paris, la chef d’orchestre dirige à Saintes pour ce concert événement : l’ouverture de la Flûte Enchantée, puis la Messe du couronnement, enfin la Symphonie n°4 de Schubert. Programme repris ensuite à La Rochelle, La Coursive, lundi 26 janvier 2014, 20h30.

 

 

 

Jeudi 12 février 2015, 20h30
Auditorium. Musique de chambre romantique : Michel Dalberto (piano) et Dan Zhu (violon) jouent la 9ème Sonate opus 47 “à Kreutzer” et la Sonate de Franck aux réminiscences proustiennes… Durée : 1h10mn

 

 

 

Vendredi 20 février 2015, 19h
saintes-saison-14-15-vignetteAuditorium. La Cavale et Hip4tet : musique et danse. 5 danseurs contemporains dialoguent avec 5 instrumentistes et proposent le fruit de leur rencontre et session de travail après 5 jours de concertation et d’échange. C’est selon le jargon pro, une première restitution de résidence au cours de laquelle, face au public, les artistes et interprètes présentent les premiers aboutissements de leur rencontre, avant l’oeuvre complète qui sera présentée en création quelques semaines plus tard… Entrée libre.

 

 

 

Festival Piano en Saintonge, les 13 et 14 mars 2015, 20h30
saintes-saison-14-15-vignetteAuditorium. Avec les pianistes :  Guillaume Masson, Kazuya Salto, Selim Mazari, Aude-Liesse Michel, Antoine de Grolée, Marie Vermeulin… Deux soirées, six pianistes,  une ambiance familiale  et chaleureuse et la possibilité de découvrir les futurs « pointures » du piano. Cette année, quatre jeunes musiciens se produiront  sous le parrainage de deux
« anciens » : Antoine de Grolée et Marie Vermeulin.  Tarifs : de 8 € à 27 €. Autour du concert : Dégustation-découverte,  ” autour du piano ” le dimanche 15 mars à 11h à l’Abboutique

 

 

 

Jeudi 2 avril 2015, 20h30
saintes-saison-14-15-vignetteAuditorium. Session de musique de chambre du Jeune Orchestre Atlantique JOA. Pendant 5 jours de travail par pupitres, les jeunes musiciens apprentis de l’Orchestre jouent les œuvres qu’ils ont choisis et qui leur apportent une nouvelle expérience. Concert en accès libre. Durée : 1h30.

 

 

 

Samedi 18 avril 2015, 17h30
Abbatiale. 8ème édition de la Rencontre régionale de choeur d’enfants, cette année autour de la création contemporaine, avec le compositeur Antoine Bernard. 150 choristes issus de la Région Poitou-Charentes investissent l’abbaye le temps d’une journée d’échange et d’émulation. À 17 h 30, ils présentent le résultat de cette journée : fraîcheur,
enthousiasme et allégresse au rendez-vous ! Concert en accès libre. Durée du concert : 1h 30

 

 

 

Mardi 21, mercredi 22, jeudi 23 avril 2015, 19h30
saintes-saison-14-15-vignetteHall Mendes France. Opera Buffa d’après Don Giovanni de Mozart. “Dramma giocoso”.. c’est l’intitulé de la partition autographe de Mozart. Certes, l’opéra des opéras est un conte cynique et noir, mais aussi dans de nombreux épisodes, un chef d’oeuvre de contrastes comiques, de coups de théâtres fantastiques ou oniriques, taillés sur un rythme trépidant… Mozart rangeait son Don Giovanni parmi les Opera Buffa : une pièce lyrique de ton léger, faite pour divertir. De plus, l’action tourne autour de banquets et autres moments culinaires. Il n’en fallait pas plus pour décider Peter de Bie à s’emparer de Don Giovanni, avec la complicité de Muziektheater Transparant, pour redéfinir la notion d’Opéra Bouffe ! En jouant des genres, le spectacle est d’abord un moment théâtral irrésistible, conçu à partir des meilleurs moments de la partition mozartienne. Au cours du spectacle, mets et plats de choix sont servis, tout droit sortis des cuisines de Don Giovanni… Tarifs : de 8 € à 35 €. Durée : 1h40mn.

 

 

 

Samedi 2 et dimanche 3 mai 2015, dès 10h. Week end d’écoute : La passion selon Saint-Jean. Avec Hélène Décis-Lartigau, musicologue. Autour de la Passion selon Saint-Jean de Jean-Sébastien Bach. Le temps d’un week end, découvrez l’oratorio composé par le compositeur baroque, fresque musicale, ample monument sonore, révélatrice d’une maîtrise admirable…

 

 

Samedi 9 mai 2015, 19h.

saintes-saison-14-15-vignetteGallia Théâtre. Kirana, opéra pour les enfants. Avec les enfants issus du Conservatoire de Saintes. Rube Zahra, musique. Kirana est un opéra contemporain conçu pour les enfants. L’histoire s’inspire de la création des mythes dans les différentes civilisations :  Chine, Inde, Babylone et Mésopotamie. Accompagnés par un piano et un percussionniste,  les enfants participent également au récit en suivant leurs propres rythmes, mouvements, improvisations musicales, paroles et projections de leurs créations artistiques.  Un spectacle total où les enfants deviennent acteurs : ils s’expriment à travers différents médias : light painting (peinture lumineuse), percussions, animations digitales. Tarif unique : 8 €. Durée du concert : 50 min.

 

 

 

Toute la saison 2014 – 2015 sur le site de l’Abbaye aux dames de Saintes

et aussi :
saison.abbayeauxdames.org
05 46 97 48 48

 

 

saintes clocher

 

 

 

 

évasion
Saintes, abbaye aux dames

Votre séjour à Saintes

 

Séjour à Saintes, Abbaye aux Dames, la cité musicale

 

saintes_porte_abbayeTout au long de l’année, séjournez à Saintes à l’occasion d’un concert dans l’Abbaye. Les chambres sont aménagées dans les anciennes cellules des moniales. Petit déjeuner sur place possible. Pour toute location d’une chambre dans l’Abbaye, réduction de 5% à la boutique de l’Abbaye (l’Abboutique : cd, livres, produits régionaux…), réduction sur la visite du site, tarif adhérent pour l’achat d’une place de concert. Téléphone réservation chambres : 05 46 97 48 33 (classement établissement hôtelier : catégorie 1 étoile). Standard général de l’Abbaye aux Dames à Saintes : 05 46 97 48 48. Offre spéciale Saint-Valentin 2014 : le concert et la chambre à Saintes, les 14 ou 15 février 2014 : 100 euros (pour 2 personnes) : réservations au 05 46 97 48 48.

Consultez le site de l’Abbaye aux dames et découvrez les chambres de l’Abbaye aux dames

Se rendre à l’Abbaye
Abbaye aux Dames, 
la cité musicale, Saintes
11, place de l’Abbaye
CS 30125
17104 SAINTES CEDEX
- Accès par la rue Geoffroy Martel
(Parking gratuit)
- Coordonées GPS :
Lat : 45.743681
Long : -0.624375

Vous avez choisi de dormir à l’Abbaye aux Dames ? réussissez votre séjour à la cité musicale

Abbaye-aux-dames-saintes-la-cite-musicale-saintes

saintes_vue_aerienne_570

 

 

Saintes, Abbatiale. Concert Sibelius, Dvorak. Tedi Papavrami, le 12 octobre 2014, 15h30.

ONPL-400x266Saintes, Abbatiale. Concert Sibelius, Dvorak. Tedi Papavrami, le 12 octobre 2014, 15h30. Saintes : nouvelle expérience symphonique ? Peu à peu, au fil d’une programmation musicale qui investit le lieu tout au long de l’année, l’Abbatiale de l’Abbaye aux Dames à Saintes confirme son rayonnement comme place symphonique : la voûte sacrée se fait temple de l’expérience orchestrale ; quand il ne s’agit pas des formations sur instruments d’époque (Symphonies des Lumières, Orchestre des Champs Elysées…), la Cité musicale accueille aussi des orchestres reconnus pour leur approche approfondie du répertoire. En témoigne ce nouveau rv dimanche 12 octobre 2014 à 15h30, dédié à Smetana, Sibelius et Dvorak, intitulé “Symphonie Slave”, bien que Sibelius incarne tel un pur joyau nordique, la vitalité de l’écriture finnoise en matière de symphonisme ardent, original, irrésistible : son Concerto pour violon, chef d’oeuvre du genre par son introspection expressive et sa pureté d’inspiration (qui confine à l’épure) est ici défendu par l’excellent violoniste Tedi Papavrami. Il est accompagné par l’Orchestre national des Pays de la Loire qui fait sa première entrée sous la voûte de l’Abbaye aux Dames.

L’ouverture de La Fiancée vendue de Smetana est un vrai défi pour l’interprète ; on se souvient avec quel souci de l’expressivité raffinée et trépidante, un Karel Ancerl ou un Carlos Kleiber dirigeaient ce morceau symphonique aussi riche que tout un opéra, dévoilant chacun des trésors d’invention suggestive. Créé en mai 1886 à Prague, l’opéra confirme le tempérament lyrique de l’auteur ; annonçant l’esprit léger d’une comédie irrésistible, l’ouverture, développée dans l’esprit d’une véritable kermesse tchèque, redouble de nervosité villageoise, fourmille en accents et surenchère rythmique qui en font un morceau de choix pour tout orchestre. Ce n’est pas un lever de rideau mais bien un poème symphonique d’une profondeur inouïe, réclamant de tous les musiciens, une maîtrise absolue des dynamiques comme de la vitalité rythmique. Nerf, élégance et profondeur : le cocktail requis n’est pas évident ; il révèle de toute évidence les qualités (ou les limites) de toute formation…

Le Concerto pour violon de Sibelius
Sibelius_portraitEn ré majeur, le Concerto pour violon de Jean Sibelius est assurément son oeuvre phare. Etant devenu l’un des sommets de l’écriture violonistique, retenu par les plus grands concertistes, il s’est imposé naturellement auprès du public. L’opus 46 en ré majeur fut composé en 1903 et, après révision, créé sous la direction de Richard Strauss en 1905 à Berlin. L’oeuvre est contemporaine de l’installation du compositeur dans la villa “Aïnola”, à Jarvenpaa, en pleine forêt, à 30km d’Helsinki. Fidèle à son écrtiure et son inspiration de plus en plus exigeante, Sibeliu s’y laisse pénétré par le mystère de la Nature, sublimé en une réflexion perpétuelle sur la forme. Longtemps minimisé en raison d’une apparente et “creuse” rigueur, le Concerto s’imposa néanmoins en raison des difficultés techniques qu’il exige du soliste. Mais en plus de sa virtuosité exigente, le Concert de Sibelius demande tout autant, concentration, intériorité, économie, justesse de la ligne musicale. Autant de qualités qui se sont révélées grâce à la lecture des plus grands violonistes dont il est devenu le cheval de bataille. D’une incontestable inspiration lyrique néo-romantique, la partition développe une forme libre, rhapsodique, même si elle respecte la traditionnelle tripartition classique en trois mouvements: allegro moderato, adagio di molto, finale. Même si l’inspiration naturelle, panthéiste, du compositeur s’exprime avec clarté, en particulier d’après le motif naturel des forêts de sa Finlande natale, les souvenirs enrichissent aussi une imagination personnelle et intime. A ce titre, le deuxième mouvement pourrait convoquer les impressions méditerranéennes vécues pendant son séjour en Italie. A la sublime sensation du motif forestier, Sibelius ajoute la chaleur parfois brûlante du clair soleil méditerranéen.

Dvorak : Symphonie n°7
En ré mineur comme la 4ème, mais d’un tout autre format, – d’où son appellation de “grande symphonie en ré”, la 7ème de Dvorak est le fruit d’une promesse du compositeur faite à la Royal Philharmonic Society de Londres au moment où il en avait été nommé membre d’honneur. Ecrite en 4 mois à partir de décembre 1884, la 7ème affirme le génie du symphoniste alors très influencé par Wagner et par son ami Brahms dont la 3ème Symphonie venait d’être triomphalement créée. C’est Hans von Bulow qui en assura l’interprétation la plus convaincante, enthousiasmant Dvorak au comble de la satisfaction : il écrit sur le manuscrit un hommage sensible à l’adresse du chef d’orchestre : “Gloire! Tu as donné vie à cette œuvre”. De fait avant la fameuse 8èùe Nouveau Monde”, la 7ème impose l’ampleur et la maturité du génie symphonique de Dvorak en particulier dans la succession des deux premiers mouvements.

dvorak antoninDès l’Allegro maestoso d’ouverture, l’auditeur y retrouve tout ce qui fonde l’intense expressivité de l’écriture dvorakienne : lugubre et profonde introduction (qui valut à l’auteur plusieurs réécritures) puis fougue irrésistible : la vitalité de Dvorak s’exprime aussi par une étonnante et saisissante fluidité entre les mélodies exposées dont celle introduite par flûtes et clarinettes, citation à peine voilée de Brahms (Concerto pour piano n°2). Le 2è mouvement (Poco Adagio) est le sommet de la partition par son élévation spirituelle (choral d’ouverture exposé par les bois), son recueillement et ses langueurs suggestives très proches cette fois de l’esprit tristanesque défendu par Wagner. Dvorak mêle très habilement références brahmsiennes et wagnériennes.

Saintes, Abbatiale
dimanche 12 octobre 2014, 15h30

Bedrich Smetana
 : Ouverture de La fiancée vendue
Jean Sibelius : 
Concerto pour violon
Anton Dvořak : 
Symphonie n°7

Tedi Papavrami, violon (Stradivarius Le Reynier)
Orchestre national des Pays de la Loire
Vassilis Christopoulos, direction

Tarifs : de 8 à 32 €
Durée du concert : 1h15

Informations et achat en ligne

 

saintes clocher

Festival de Saintes 2014

saintes festival 2014Saintes, Festival. 11>19 juillet 2014. La cité musicale dans l’ample enceinte de l’Abbaye aux Dames retrouvent pour son festival estival les fondamentaux qui font sa réussite et souvent la magie de programmes passionnants, associant créations, défrichements, expériences instrumentales sur instruments d’époque, et bien sûr vertiges choraux… L’événement cette année est double : la création de Jardin clos, programme planant et apocalyptique qui croise et fait dialoguer l’extase vocale de Hildegard von Bingen défendue par les 5 voix féminines de De Caelis, et les suspensions hypnotiques de Zad Moultaka (création le 13 juillet 2014,  Cathédrale Saint-Pierre de Saintes, à 19h30 : lire notre compte rendu critique des prémices de Jardin clos) – c’est aussi, la nouvelle session de l’orchestre de jeunes musiciens JOA (Jeune Orchestre de l’Abbaye) : pépinière de talents frénétiques et audacieux au service des oeuvres orchestrales sous la direction cette année encore de Philippe Herreweghe (programme romantique : Symphonies n°2 de Haydn, n°4 de Beethoven, le 12 juillet, Abbaye aux Dames, 19h30) ; puis sous la direction non moins vibrante et ciselée du violoniste Alexander Janiczek (lire ci après nos 4 coups de cœur 2014)…

 

Votre séjour à Saintes

 

 

 

festival de Saintes 2014

Jardin clos, JOA, jeunes talents et vertiges choraux…

 

saintes festival 2014-des-amis-1000x395Jardin clos nous rappelle qu’à Saintes, hors festival estival, ont lieu des concerts toute l’année : la résidence de De Caelis et leur création Jardin clos qui en est l’aboutissement, en témoigne cette année ; le JOA est l’autre grande manifestation dévoilant ce travail musical spécifique à Saintes où la recherche s’accorde aux gestes les plus exigeants… Pour preuve autour de ces deux temps forts ainsi distingués, ne manquez pas cette année nos 4 coups de coeur suivants, éléments isolés d’une offre musicale aussi riche que très prometteuse :

 

1 – Vox Luminis, le 11 juillet en ouverture du festival (Abbaye aux dames, 19h30) : l’ensemble choral de Lionel Meunier propose Israelbrünnlein (petites fontaines d’Israel), sommet de la musique ancienne germanique. Les mêmes interprètes jouent les cantates de Bach le 13 juillet à 13h

2 – La Grande Chapelle, le 14 juillet (Abbaye aux Dames, 13h). L’ensemble d’Albert Recasens, superbe phalange ibérique, se dédie aux polyphonies suaves ferventes de Juan Hidalgo (1614-1685), grand ordonnateur des fastes baroques à l’époque de Louis XIV…

3 – Concert du JOA Jeune Orchestre de l’Abbaye, le 18 juillet (Abbaye aux Dames, 17h) : programme pour cordes seules. Concerto pour violon de Mendelssohn, Concerto en ré de Stravinsky, Grande fugue opus 133 de Beethoven, sous la direction du violoniste particulièrement remarqué l’année passée au festival (Symphonie n°1 Titan de Gustav Mahler), Alexander Janiczek. Pour les jeunes instrumentistes sur instruments anciens, il s’agit d’offrir au public le résultat de leur session de travail sur les pupitres de cordes.

4 – Enfin le concert de clôture est assuré comme d’habitude par Philippe Herreweghe et l’Orchestre des Champs Elysées, le 19 juillet à 19h30 (Abbaye aux Dames) : au programme, Bruckner (Motets par le Collegium vocale Gent), Schubert (Messe en mi bémol majeur D950. Vertiges sacrés sous la voûte de l’Abbaye aux Dames pour une fin d’édition marquante par ses audaces chorales, vocales instrumentales.

 

 

 

Saintes abbayeLe festival de Saintes c’est aussi de nombreux jeunes talents déjà remarqués à Saintes ou nouveaux tempéraments à suivre désormais et révélés dans le cadre de l’Abbaye aux Dames : entre autres, Quatuor Hermès (Haydn, Beethoven, Schubert, le 13 juillet, 22h), Jean Rondeau, clavecin (le 15 juillet, 13h), Récital de l’excellente soprano Céline Scheen (L’Amante segreto, le 16 juillet, 13h), Quatuor Hip4tet (Quatuors de Félicien David et Mendelssohn, les 17 et 19 juillet, 17h), …

 

 

 

boutonreservation

Consultez l’ensemble de la programmation du festival de Saintes, les modalités de réservations et les offres pacakagés plusieurs concerts, les conditions d’hébergement à Saintes… sur le site du festival de Saintes 2014

Réservations par internet

par téléphone au  + 33 5 46 97 48 48

 

 

Alain Planès joue Franck et Debussy à Saintes

Saintes, Abbaye aux dames. Alain Planès, piano. Le 5 février 2014, 20h30. Amateur de peinture et érudit, Alain  Planès met son talent et sa poésie au service de plusieurs chefs d’œuvre de la musique de chambre française (Debussy et Franck). Avec les solistes de l’Orchestre des Champs élysées, le pianiste propose un récital hautement chambriste d’autant plus ciselé que les musiciens de l’orchestre fondé par Philippe Herreweghe jouent tous sur instruments anciens. style, goût, sonorités ajustées sont donc au rendez-vous.

 

 

 

Saintes, Abbaye aux dames, La cité musicale
Alain Planès, piano

conversation chambriste

 

 

Saintes : Récital Alain Planès, piano

 

 

Au programme, chambrisme postromantique français de haut style : Quintette pour piano de César Franck, chef d’oeuvre hexagonal et vraie alternative au wagnérisme global, puis Trio pour piano, violon et violoncelle Sonate pour alto, flûte et harpe de Claude Debussy, Claude de France. Les interprètes réunis à Saintes sauront-ils exprimer cette élégance et cette transparence française qui font la singularité des Français aux côtés des allemands ? Réponse lors de ce concert événement à Saintes, dans le cadre de la saison musicale de l’Abbaye aux Dames, La cité musicale 2014.

Franck
Quintette pour piano et cordes
(pour deux violons, alto, violoncelle et piano)

En fa mineur, le Quintette de Franck est achevé en 1879, mettant fin à un silence musical dans le genre chambriste de plus de … 30 ans. Les années inactives sont en fait riches en réflexions et le Quintette en recueille tous les bénéfices. C’est comme c’est l’usage pour Franck et ses contemporains, le premier Quintette ” national “, modèle pour ses disciples et élèves, dont Chausson, d’Indy, Fauré, Schmitt… Là encore, Franck, d’une stature de chef d’école offre une alternative au wagnérisme et germanisme incontournable. Dédiée à Saint-Saëns, l’oeuvre est créée dans les salons de la Société nationale de musique en janvier 1880.
Pourtant dédicataire, Saint-Saëns au piano s’exécute sans enthousiasme, quittant la salle dès la fin du dernier accord… L’amateur de construction classique et de clarté académique n’entendit rien au cycle en trois parties, d’un subjectivisme ardent confinant au drame pur.
Pourtant le Quintette marque un tournant dans l’oeuvre de Franck : formules cycliques, architecture puissante et raisonnée, audace harmonique et richesse de la texture qui voisine manifestement avec l’orchestre et l’orgue. Tout cela impose un génie chambriste d’une intensité nouvelle, viscéralement ancrée dans le wagnérisme tout en le dépassant de façon très originale.  César Franck semble nous dévoiler la part trouble et inquiète de son âme véritable : la Pater Seraphicus était saisi par un doute profond qu’exprime les 3 mouvements enchaînés : drame initial (molto moderato quasi lento) débouchant sur un allegro passionné, puis mouvement lent en 3 parties comme un aria (Lento con molto sentimento), enfin une coda nerveuse et très animée (en rien l’apothéose de délivrance et d’apaisement accompli de la Symphonie) : Allegro non troppo ma non fuoco.  Durée : presque 40 mn.

Concert événement à l’Abbaye aux dames, la cité musicale à Saintes…  Saison musicale 2014

Alain Planès
Solistes de l’OCE
Orchestre des Champs Elysées
Debussy / Franck

Mercredi 5 février 2014 à 20h30
Saintes, Abbaye aux dames
La cité musicale

 

Programme
César Franck, 
Quintette pour piano et cordes
Claude Debussy, 
Trio pour piano, violon et violoncelle Sonate pour alto, flûte et harpe
Alain Planès, piano, violon
et les musiciens de l’Orchestre des Champs Elysées :
 Alessandro Moccia et Bénédicte Trottereau, violons
. Jean-Philippe Vasseur, alto. 
Andrea Pettinau, violoncelle
. Pascale Schmidt, harpe. 
flûte : nom non communiqué