Stradella : La forza delle stelle (Mare Nostrum, 2013).

stradella serenata forza delle stelleCD. Stradella : La forza delle stelle (Mare Nostrum, 2013). MalgrĂ© son titre poĂ©tique et qui renvoie aux Ă©toiles, le sujet de ce passionnant ouvrage est une Serenata conçue pour la dĂ©lectation voire la jubilation littĂ©raire de son commanditaire, la Reine Christine de SuĂšde ; la partition de Stradella Ă©blouit par sa maĂźtrise des modulations tonales d’une richesse expressive souvent irrĂ©sistible, alors que les couleurs de l’orchestre, divisĂ© en Concertino et Concerto Grosso-, se rĂ©duisent pourtant Ă  un collectif de cordes seules.
L’Ɠuvre frappe par sa franche expressivitĂ© poĂ©tique que le relief et le caractĂšre des deux voix principales (Damone et Clori : Nora Tabbusch et Claudia Di Carlo), les deux amants en effusion renforce, dĂ©voilant et l’art superlatif de Stradella, et la sensibilitĂ© de son patron : la Reine Christine de SuĂšde qui Ă  Rome, s’Ă©tant convertie au catholicisme, favorise une cour personnelle particuliĂšrement raffinĂ©e, autant par le talent des musiciens qu’elle engage, que l’exigence littĂ©raire et poĂ©tique dĂ©fendue auprĂšs des Ă©crivains qui lui fournissent livrets et textes; ayant renoncĂ© au trĂŽne suĂ©dois dĂšs 1654, menant grand train dans la citĂ© pontificale dĂšs 1655, Christine permet en 1671, l’ouverture Ă  Rome du premier opĂ©ra public… inaugurĂ© par le Scipione Africano de … Stradella.  Ainsi Rome avant Venise, et 5 avant la SĂ©rĂ©nissime-, ouvrait son premier thĂ©Ăątre lyrique public et payant, preuve Ă©tant faite que le nouveau genre musical emblĂ©matique de l’Ăąge baroque, avait trouvĂ© son public, suscitant dĂ©sormais une nouvelle Ă©conomie du spectacle.
Sebastiano Baldini Ă©crit le scĂ©nario d’une SĂ©rĂ©nade souhaitĂ©e par la Reine dont le sujet dĂ©libĂšre Ă  la façon d’un cĂ©nacle de lettrĂ©s, – en Ă©cho Ă  l’Accademia littĂ©raire et artistique fondĂ©e par la Reine Ă  Rome-, des diverses vertus et mĂ©faits de l’amour. Les deux amants alanguis sont bientĂŽt rejoints par un groupe de passants, 5 participants, qui chacun, tĂ©moigne de sa propre vision et expĂ©rience amoureuse…

Si le continuo ou la Sinfonia d’ouverture mĂ©riteraient engagement plus finement canalisĂ© (le Balletto s’enlise par manque de vigueur et de tenue sur la durĂ©e), le choix du plateau vocal fait tout le sel de cette lecture caractĂ©risĂ©e et expressive, oĂč l’aciditĂ© parfois aigre des deux voix aiguĂ«s principales rend vie et sang Ă  un texte aux riches rĂ©fĂ©rences poĂ©tiques et mythologiques; la version retenue ici est celle Ă  7 personnages (selon le manuscrit conservĂ© Ă  Turin). La basse (Mauro Borgioni) comme le tĂ©nor ajoute une palette de timbres vocaux idĂ©alement mordants et flexibles. Leur souci du verbe Ă  travers l’Ă©tonnante diversitĂ© des recitatifs stradelliens fait mouche : la tension linguistique porte autant que la musique l’intense portĂ©e poĂ©tique de l’ouvrage. La beautĂ© de la musique et le gĂ©nie dramatique de Stradella Ă©clatent dans une partition qui mĂ©ritait totalement d’ĂȘtre ainsi redĂ©couverte et qui a fait la rĂ©ussite d’une soirĂ©e mĂ©morable au festival Alessandro Stradella.

Alessandro Stradella : La forza delle stelle. Ensemble Mare Nostrum. Andre De Carlo, direction. Enregistrement réalisé à Nepi (Viterbe, Italie) en septembre 2013.  1 cd Arcana.

Comments are closed.