ORCHESTRE SYMPHONIQUE D’ORLÉANS : saxOphonique !

concert-orchestre-symphonique-orleans-annonce-critique-saxophonique-classiquenewsORLÉANS, Orchestre Symphonique d’Orléans, les 26, 27 fév 2022. CONCERT SaxOphonique ! À l’initiative des professeurs de saxophone du Conservatoire d’Orléans, le festival Sax’Ophonies se tiendra du 21 au 27 février à Orléans. L’Orchestre Symphonique d’Orléans offre ainsi de valoriser un instrument peu connu qui fut pourtant utilisé par Ambroise Thomas dans Hamlet ! On l’entend d’abord au sein de l’orchestre dans la Création du Monde de Milhaud, puis le Quatuor Zahir, lauréat de plusieurs prix internationaux, interprète le trop méconnu concerto de Jean Martinon. En conclusion, la partition concertante entre saxophone, trombone basse, batterie et orchestre, dans laquelle Martial Solal réunit jazz et classique. Au terme d’un voyage au son du saxophone, l’Orchestre Symphonique d’Orléans joue « Appalachian Spring » qui transporte jusqu’au sommet des montagnes du Nord-Est américain. La partition de Copland, symphoniste américain flamboyant, élève de Nadia Boulanger à Fontainbleau (1921), fut créée en 1944 à l’initiative de la chorégraphe Martha Graham qui dansait le premier rôle de ce ballet hors normes. Copland devait recevoir dans la foulée, le Prix Pulitzer pour la musique 1945. Dès 1945, Serge Koussevitzky enregistrait la Suite symphonique tirée du Ballet initialement écrit pour 13 instruments (avec le Symphonique de Boston). Le titre a été suggéré par Martha Graham à Copland, à partir des premiers vers d’un poème du recueil « The Bridge » de Hart Crane.

Pour le concert SaxOphonique, l’Orchestre Symphonique accueille à la direction, Quentin Hindley, neveu du regretté chef Jean-Marc Cochereau.

 

 

 

SaxOphonique !
ORLÉANS, Théâtre
samedi 26 fĂ©vrier 2022 – 20h30boutonreservation
dimanche 27 fĂ©vrier 2022 – 16h
SALLE TOUCHARD – THÉÂTRE D’ORLÉANS

RĂ©servez vos places
directement sur le site de l’Orchestre d’Orléans
http://www.orchestre-orleans.com/concert/saxophonique/

 

 

 

MILHAUD – La création du Monde
MARTINON – Concerto pour quatuor de saxophones
SOLAL – Concerto pour saxophone et orchestre
COPLAND – Appalachian Spring

ORCHESTRE SYMPHONIQUE D’ORLÉANS
Direction : Quentin Hindley
Saxophone : Jean-Charles Richard ;
Quatuor Zahir : Guillaume Berceau, Sandro Compagnon, Florent Louman, Joakim Ciesla

 

 

 

 

 

 

• RÉSERVATIONS : Réservations auprès du Théâtre d’Orléans
Boulevard Pierre Ségelle – 45000 Orléans.
du mardi au samedi de 13h Ă  19h
02 38 62 75 30 (Ă  partir de 14h).
• Billetterie en ligne
www.helloasso.com/associations/orleans-concerts

 

 

 

 

 

 

ZAHIR : 4 saxophones enivrés

klarthe records ZAHIR quatuor de saxos critique CLIC de classiquenewsCD événement, critique. ZAHIR (1 cd Klarthe records). ZAHIR signifie en arabe, ce qui est “visible”, ce qui occupe en permanence la vision et l’esprit… Ce quatuor de saxos (né en 2015) écartent tous ses concurrents par son audace, la liberté du geste, une virtuosité naturelle et souple, sa ligne artistique, ses lumineux engagements. Velours mordant et caractérisé : le son du Quatuor ZAHIR enchante littéralement et berce dans l’excellente transcription du Quatuor de Borodine (réalisée par le sxo soprano Guillaume Berceau) ; un Borodine revivifié, transcript, sublimé dont le charme d’esprit populaire dès son premier Allegro caressant séduit immédiatement par l’équilibre des quatre instruments (quatuor vocal plutôt que quatuor à cordes : c’est à dire saxophones soprano, alto, ténor, baryton). Le souci de la caractérisation, le sens du dialogue entre les parties, la très fine conception du format sonore, d’une subtilité réjouissante, la fluidité de l’écriture qui fait passer d’un instrument à l’autre, de surcroît dans une prise de son « tournante », ni trop proche ni trop éloignée, mais ronde et presque dansante, souligne l’extrême ductilité lumineuse des Zahir (pulsion dansée, organiquement très soignée du Scherzo). La tendresse simple du Notturno seduit tout autant, jusqu’au très beau mystère grave du début du Finale avant la séquence plus vive, très animée, idéalement caractérisée elle aussi dans l’enchaînement des séquences successives. Jaillit une expressivité assumée, jamais tendue ni outrée grâce à la recherche constante et exaucuée d’un sublime équilibre sonore.
L’audace de ce premier cd fait miroir avec une curiosité tout azimut, qui fait de ZAHIR, outre un idéal esthétique, un laboratoire musicale. D’où une implication totale dans la défense des partitions contemporaines. LIRE notre critique complète du cd ZAHIR (Klarthe records)