SOUSTONS, du 14 – 24 juillet 2019. La Belle HĂ©lĂšne d’Offenbach par l’OpĂ©ra de Landes

Landes-opera-critique-opera-offenbach-belle-helene-olivier-tousis-philippe-forget-opera-critique-annonce-soustons-offenbach-2019SOUSTONS, du 14 – 24 juillet 2019. L’OpĂ©ra des Landes anniversaire Offenbach oblige prĂ©sente La Belle HĂ©lĂšne, relecture dĂ©capante de la mythologie grecque, Ă  la fois farce dĂ©lirante et comĂ©die fine et onirique. S’il aime les situations cocasses, Offenbach n’en est pas moins sensible et profond. La Belle HĂ©lĂšne avec OrphĂ©e aux enfers (1858) renouvelle l’opĂ©ra antique dont il fait une fusion trĂšs aboutie de la comĂ©die et de l’hĂ©roĂŻque, sur le mode bouffe.
Au moment oĂč NapolĂ©on III met fin aux privilĂšges des thĂ©Ăątres (1864), : n’importe qui peut dĂ©sormais ouvrir une salle et y jouer le genre qu’il souhaite, Offenbach compose une nouvelle satire parodie d’aprĂšs l’AntiquitĂ©, La Belle HĂ©lĂšne? Sur un livret de ses fidĂšles librettistes Meilhac et HalĂ©vy, et destinĂ© Ă  la scĂšne des VariĂ©tĂ©s, l’ouvrage bĂ©nĂ©ficie d’une distribution solide ; sa muse Hortense Schneider tient le rĂŽle-titre (mezzo), le tĂ©nor JosĂ© Dupuis (formĂ© Ă  l’école de son rival HervĂ©), celui de PĂąris, 
 la crĂ©ation du 17 dĂ©cembre 1864 est un triomphe. Les connaisseurs de la mythologie y retrouvent les fondamentaux d’une histoire qui croise amour et devoir. Le berger Paris arrive Ă  Sparte pour y courtiser la belle HĂ©lĂšne ; avec l’augure Calchas, Paris s’arrange pour Ă©loigner le mari d’HĂ©lĂšne, MĂ©nĂ©las (acte I). Dans un rĂȘve supposĂ© (superbe duo onirique HĂ©lĂšne / Paris), les deux amants se retrouvent ; HĂ©lĂšne sacrifiant ses derniers assauts d’épouse fidĂšle, pour les dĂ©lices d’une nouvelle sensualitĂ©. MĂ©nĂ©las les surprend : Paris doit partir (acte II).
Plus facĂ©tieux et libre que jamais, en Ă©pigone d’HermĂšs voleur, astucieux, Paris dĂ©joue les pronostics, se dĂ©guise en « Grand Augure de CythĂšre » et enlĂšve sa belle proie, Ă  la barbe des rois offusquĂ©s.
L’amour triomphe toujours : Amor vincit omnia (Amour vainc tout, selon l’adage des sensuels). Tout le luxe et l’imaginaire flamboyant du Second Empire se dĂ©ploie dans la verve et l’esprit parodique de Jacques Offenbach.

________________________________________________________________________________________________

La BELLE HELENE, 1864
Opéra bouffe de Jacques Offenbach
Durée 3 h

SOUSTONS, Espace Culturel Roger Hanin
Les 15, 16, 23, 24 juillet Ă  20h30
Le 21 juillet Ă  18h

Tarifs de 16 à 46€

RESERVEZ VOTRE PLACE
https://www.opera-des-landes.com/labellehelenesoustons2019

​

​

________________________________________________________________________________________________

HélÚne: Frédérique Varda
PĂąris: Matthieu Justine
Calchas: Matthieu Toulouse
Ménélas: Jean Goyetche
Oreste: Maela Vergnes
Agamemnon: Marc Souchet
Parthenis: Clémence Lévy
Lehena: AnaĂŻs de Faria
Achille: Thomas Marfoglia
Ajax 1: Fabio Sitzia
Ajax 2: Fabrice Foison

​

ChƓur de l‘OpĂ©ra des Landes, direction: FrĂ©dĂ©ric Herviant
Pianiste du choeur: Maurine Grais
Orchestre de l’OpĂ©ra des Landes
Philippe Forget, direction

Mise en scĂšne: Olivier Tousis
Chorégraphies: Clémence Lévy
DĂ©cor: Kristof t’Siolle

Costumes: Olivier Tousis et Kristof t’Siolle
LumiÚres: Frédéric Warmulla