COMPTE-RENDU, concert. TOULOUSE, le 13 mars 2019. RACHMANINOV. Choeur du ThĂ©Ăątre BOLCHOÏ / V. Borisov

COMPTE-RENDU, concert. TOULOUSE, Halle-aux-Grains, le 13 Mars 2019. P.I. TCHAIKOVSKI.  S. RACHMANINOV. Choeur du ThĂ©Ăątre BOLCHOÏ de Moscou. V. Borisov. Point d’orgue des Musicales Franco-Russes, les trois concerts des forces du BolchoĂŻ, comme en rĂ©sidence Ă  Toulouse, ont motivĂ© un public nombreux dĂšs ce premier concert du seul Choeur du BolchoĂŻ. Un programme d’un grande cohĂ©rence et d’une grande intelligence a fait la par belle Ă  des oeuvres de la charniĂšre entre les XIX Ăšme et le XX Ăšme siĂšcles. La tradition vocale en Russie est millĂ©naire mais a connu son apogĂ©e en cette Ă©poque.  Les exactions du communisme n’ont pas osĂ© Ă©teindre ce feu sacrĂ© d’amour pour le chant choral aussi riche en musique sacrĂ©e que profane.

 

 

La majesté du Choeur du Bolchoï enchante Toulouse

 

 

toulouse-choeur-concert-concert-critique-classiquenews

 

 

La tradition a Ă©tĂ© conservĂ©e par les moines mais Ă©galement les simples chanteurs, et tel un PhĂ©nix revit une nouvelle splendeur.  Ce voyage d’une rare Ă©motion a Ă©tĂ© parfaitement dirigĂ© par Valery Borisov, trĂšs strict dans sa gestuelle. Il a obtenu une perfection inouĂŻe de ses 50 choristes. DĂšs le premier numĂ©ro (VĂȘpres de Rachmaninov), les superbes nuances, quasi abyssales, ont profondĂ©ment marquĂ© le public. Sans vĂ©ritablement pouvoir juger ce qui se dĂ©roulait, une succession de beautĂ©s sonores a vĂ©ritablement submergĂ© l’audience. Les nuances sont prĂ©cises et profondĂ©ment creusĂ©es et les couleurs sont quasiment dignes des icĂŽnes les plus vives dans des lumiĂšres variĂ©es. Les voix russes sont extrĂȘmement timbrĂ©es, diffĂ©rentes et complĂ©mentaires, elles offrent un son de pupitre, plein de chair et de force. Les basses cĂ©lĂšbres pour leur gravitĂ© sĂ©pulcrale sont fidĂšles Ă  leur rĂ©putation ! Les sopranos sont d’une puissance et d’une rondeur de son, supersoniques. Les tĂ©nors trĂšs prĂ©sents, sont comme des flĂšches dardĂ©es et les alto dans une rondeur de timbre envoĂ»tante, donnent un appui incroyable aux sopranos pour planer haut.
De nombreux moments ont permis de dĂ©couvrir des choristes dignes des solistes le plus compĂ©tents avec des timbres trĂšs diffĂ©rents et un engagement parfois hypnotique. Ainsi chaque voix pouvait ĂȘtre reconnue mais dans un ensemble parfaitement musical et une union parfaite. Les forte sont apocalyptiques et ont tonnĂ© dans la vaste Halle-aux-Grains comme rarement. Mais c’est surtout la qualitĂ© des sons  piano qui est oeuvre d’art incroyable. Un son si piano et si timbrĂ©, si riche en harmoniques, si Ă©mouvant par son mĂ©lange de fragilitĂ© et de force,  est inoubliable.
Les toulousains aiment le chant choral; ils ont su particuliĂšrement, par leurs applaudissements nourris, remercier les choristes russes, tous d’un niveau de solistes (un tiers est venu saluer au final comme solistes Ă  un moment ou un autre) sans oublier leur chef Valery Borisov ; dans une main de fer, il sait obtenir des moments de tendresse bouleversants.  Comme sur un petit nuage la plus grande partie du public s’est rĂ©joui  de la suite de ce festival Franco-Russe 
 soit d’autres sommets annoncĂ©s avec deux opĂ©ras en version de concert ou le chƓur allait jouer sa partie parfaitement.

________________________________________________________________________________________________

COMPTE-RENDU, concert. TOULOUSE, Halle-aux-Grains, le 13 Mars 2019. Ouevres  A Capella de Piotr Illich .TchaikovskĂŻ (1840-1893) : Liturgie de Saint Jean Chrisostome op.40 (extraits). Serge Rachmaninov (1873-1943) : VĂȘpres op. 37 ( extraits) et autres oeuvres russes sacrĂ©es ou profanes « A Capella ». Choeur du ThĂ©Ăątre BOLCHOÏ de Moscou. Chef de Choeur : Valery Borisov.

Photo du chƓur  : © Damir-Yusupov