L’OpĂ©ra de PĂ©kin Ă  Angers

pekin-opera-Mei-Fanlang-Angers-Serpent-blancAngers Nantes OpĂ©ra. Angers, OpĂ©ra de PĂ©kin, les 21 et 22 octobre 2014. Place Ă  la lĂ©gende du serpent blanc, fĂ©erie  Ă©pique chinoise qui permet de dĂ©couvrir l’OpĂ©ra de PĂ©kin dans toute sa splendeur retrouvĂ©e. Li Shengsu
 (directrice) et Yu Kuizhi (Ă©crivain inteprète) portent aujourd’hui la destinĂ©e de l’opĂ©ra de PĂ©kin, compagnie qui renoue avec son prestigieux passĂ©.  La jeune beautĂ© Bai Suzhen aime le jeune Xu Xian qui l’aime en retour. Leurs noces semblent tissĂ©es de fils blanc un Ă©pisode amoureux sans ombres, or la jeune femme est aussi le serpent blanc, “une Immortelle qui se travestit pour rassurer ces pleutres mortels qui redoutent d’être dĂ©vorĂ©s par des femmes renardes ou serpents”. L’action, rebondissements et catastrophes, ne tarde pas Ă  s’accomplir, Ă©prouvant le jeune couple Ă©lu. La figure de la femme serpent inspire l’opĂ©ra chinois depuis le XVIIIème. La version Ă©crite en 1952 par Tian Han en fixe et synthĂ©tise le sens et les enjeux, tout en facilitant son transfert sur la scène. Ainsi s’y est illustrĂ© en particulier l’interprète fameux, Mei Lanfang, le fondateur de ce qui deviendra la compagnie nationale de Chine d’opĂ©ra de PĂ©kin. Angers Nantes OpĂ©ra accueille la troupe dans un spectacle majeur de son rĂ©pertoire oĂą les rĂ´les majoritairement incarnĂ©s par des acteurs masculins, recrĂ©ent en un illusionnisme troublant, la fĂ©minitĂ© sensible et envoĂ»tante… C’est un art exceptionnel du geste, du regard, de la posture oĂą les comĂ©diens deviennent divinitĂ©s sous les feux de la rampe…

mei-lanfang-opera-de-pekinAux cĂ´tĂ©s du Kunju, opĂ©ra classique, le Jingju -opĂ©ra national, s’affirme ici Ă  travers  airs cĂ©lèbres et grands poèmes chantĂ©s mais aussi capacitĂ©s spĂ©cifiques des chanteurs Ă  jouer et interprĂ©ter scĂ©niquement chaque situation dramatique. MĂŞlant opĂ©ra, ballade, spectacle, théâtre, le jingju est avant tout un art du corps dans l’espace, un corps qui chante et parle mais un corps tenu, sacralisĂ©, vidĂ© de nature humaine aspirant Ă  devenir sur scène celui des dieux.  Les dĂ©fis du Jingju ont façonnĂ© des gĂ©nĂ©rations d’interprètes – chanteurs et acteurs- d’exception. Depuis sa crĂ©ation en 1955 par Mei Lanfang (portrait ci-contre), la compagnie nationale de Chine d’opĂ©ra de PĂ©kin a donc recrutĂ©, au sortir des meilleures Ă©coles chinoises, les plus grands dramaturges, rĂ©alisateurs, compositeurs, comĂ©diens et chanteurs, notamment des cĂ©lĂ©britĂ©s chinoises comme Li Shaochun, Yuan Shihai, Ye Shenglan et Du Jinfang, le rĂ©alisateur A Jia, et les dramaturges Weng Ouhong et Fan Junhong. Au total, plus d’une centaine de ses artistes et plus d’une quarantaine de ses dramaturges ont ainsi rĂ©coltĂ© des rĂ©compenses nationales et internationales prestigieuses, comme le prix Wen Hua, la mĂ©daille d’or Mei Lanfang, le prix de la mise en scène Ă©laborĂ©e nationale, le prix Mei Hua et la mĂ©daille d’or du Festival chinois de l’opĂ©ra de PĂ©kin. Au cours des cinquante dernières annĂ©es, la compagnie a produit et diffusĂ© plus de cinq cents pièces traditionnelles ou modernes, de la LĂ©gende du serpent blanc au DĂ©tachement fĂ©minin rouge, de CrĂ©puscule dans la citĂ© interdite aux Femmes-soldats de la famille Yang.  Portant et dĂ©fendant la rĂ©alisation de productions diverses et minutieusement restituĂ©es dans les règles de l’art, la compagnie nationale de Chine d’opĂ©ra de PĂ©kin est aujourd’hui devenue l’un des meilleurs ambassadeurs de la culture chinoise Ă  travers le monde..

acteurs :

Li Shengsu, Bai Suzhen [Serpent blanc], une femme qui fut initialement une Immortelle  ; 
Jiang Qihu, Xu Xian [Branche de cannelier], un jeune lettrĂ© qui Ă©pousera Bai Suzhen  ; 
Yu Kuizhi, Fa Hai [OcĂ©an de la discipline], est le singe moine gardien du Temple du Mont d’Or  ; 
Dai Zhongyu, Xiao Qing [Serpent bleu], qui fut initialement un Immortel mâle amoureux de Bai Suzhen dans le monde des Immortels et se transforme en femme dans le monde des humains pour devenir la fidèle servante de Bai Suzhen…

instrumentistes :
Tambour à une peau et claquettes [guban]
,Grand et petit gongs [luo]
,Cymbales [bo]
,Grand tambour [dagu]
,Vièle de Pékin [jinghu]
,Vièle [erhu]
,Luth en forme de lune [yueqin]
,Luth à trois cordes [sanxian],
Luth rond [ruan]
,Orgue à bouche [sheng]
, Flûte traversière [dizi], 
Hautbois coniques [suona]

Angers / Le Quai
Mardi 21, mercredi 22 octobre 2014 Ă  20h

angers-opera-pekin-580-380