Compte rendu, opĂ©ra. Cognac, L’avant scène, le 22 janvier 2015. Offenbach : Le voyage dans la lune opĂ©rette en quatre actes sur un livret tirĂ© de “De la terre Ă  la lune” de Jules Vernes. Sarah Lazerges, le prince Caprice; Christophe Lacassagne, le roi Vlan; Éric Vignau, Microscope; Jean-Claude Sarragosse, le roi Cosmos…. ; choeur et orchestre OpĂ©ra ÉclatĂ©, Gaspard BrĂ©court, direction. Olivier Desbordes, mise en scène; David Belugou, dĂ©cors; Jean Michel Angays, costumes; Patrice Gouron et Guillaume HĂ©brard, lumières.

Lorsque nous avions vu Le voyage dans la lune lors de sa crĂ©ation au festival de Saint CĂ©rĂ© 2014,  nous avions beaucoup ri. Le chef d’oeuvre burlesque intitulĂ© “opĂ©ra-fĂ©Ă©rie” de Jacques Offenbach (1819-1880) encore très mĂ©connu mĂ©rite pourtant d’ĂŞtre vu et Ă©coutĂ© tant Offenbach est dans la veine de ses prĂ©cĂ©dents chefs d’oeuvres que sont, par exemple La PĂ©richole, La vie parisienne ou OrphĂ©e aux enfers. Partie en tournĂ©e avec sa nouvelle production après quelques semaines de repos bien mĂ©ritĂ©, la compagnie OpĂ©ra ÉclatĂ© s’est arrĂŞtĂ©e le temps d’une soirĂ©e Ă  …Cognac. Et pour les dates de janvier 2015 quelques changements ont eu lieu tant sur le plateau que dans la fosse; changements qui prĂ©servent une vie et une dynamique irrĂ©sistibles sans pour autant Ă´ter tout mĂ©rite Ă  ceux qui sont partis en cours de route pour assurer des engagements de longue date.

Cognac fĂŞte Le voyage dans la lune

L’Ă©tĂ© dernier nous avions saluĂ© l’excellente mise en scène d’Olivier Desbordes qui a permis Ă  sa troupe de dĂ©velopper ses dons tant scĂ©niquement, les artistes se lancent Ă  qui mieux-mieux dans une sĂ©rie de gags aussi hilarants les uns que les autres, que vocalement tant les voix s’accordent les unes aux autres sans rĂ©elles anicroches. En revanche, l’Ă©troitesse de la scène n’a permis d’installer que la moitiĂ© des dĂ©cors mais l’ambiance burlesque et fĂ©Ă©rique de la production demeure intacte entraĂ®nant un public conquis dans un univers toujours aussi loufoque et dĂ©jantĂ© qui va si bien Ă  ce Voyage dans la lune.

offenbachSur le plateau, cĂ´tĂ© changements, saluons Sarah Lazerges qui remplace avec bonheur Marlène Assayag dans le rĂ´le du prince Caprice. La jeune soprano franco-amĂ©ricaine entre parfaitement dans ce rĂ´le travesti ; sous le costume de Caprice, elle se montre Ă  la fois teigne avec son père et Microscope qu’elle martyrise Ă  plaisir et, une fois arrivĂ©e sur la lune, très empressĂ©e auprès de Fantasia. Parmi les fidèles du festival de St CĂ©rĂ© Christophe Lacassagne reprend le rĂ´le du roi Vlan qu’il avait dĂ©jĂ  endossĂ© en aoĂ»t dernier; l’inĂ©narrable roi terrien est plus dĂ©chainĂ© que jamais et le show tĂ©lĂ©visuel dont il rĂ©gale un public totalement hilare, est toujours aussi savoureux au dĂ©tour duquel il rend un discret hommage aux victimes des hommages parisiens. Autre pilier de la compagnie Éric Vignau reprend lui aussi les habits du savant Microcospe; aussi dĂ©chainĂ© que ses complices, il ressemble de plus en plus Ă  un savant fou. CĂ©cile Limal incarne la princesse Fantasia en lieu et place de Julie Mathevet. La nouvelle chanteuse que nous avions dĂ©jĂ  vue au festival de St CĂ©rĂ© en 2012 oĂą elle chantait un rĂ´le secondaire dans Die Zauberflöte, a l’opportunitĂ© de montrer son talent en tant que comĂ©dienne mais aussi comme cantatrice. Et elle y parvient fort bien; sa Fantasia est Ă  la fois pĂ©tillante, drĂ´le mais aussi capricieuse et aussi sĂ»re d’elle que l’Ă©tait Julie Mathevet l’Ă©tĂ© dernier. Toujours aussi savoureux le Cactus de Yassine Benameur et la Popotte d’Hermine Huguenel; quant Ă  Juan Carlos Etcheverry, il remplace  Laurent Galabru avec Ă©lĂ©gance.

Dans la fosse, c’est le jeune chef Gaspard BrĂ©court qui dirige le chef d’oeuvre d’Offenbach en lieu et place de Dominique Trottein. Ce remplacement au pied levĂ© a obligĂ© chacun Ă  des raccords supplĂ©mentaires afin de permettre Ă  la troupe de se caler et de se souder davantage. Gaspard BrĂ©court, que nous avions apprĂ©ciĂ© lors de la prĂ©sentation de Lucia di lamermmoor l’Ă©tĂ© dernier, dirige l’oeuvre d’Offenbach avec enthousiasme et professionnalisme mĂŞme s’il y a quelques minimes hĂ©sitations plus dues Ă  la dĂ©couverte d’une oeuvre encore trop peu donnĂ©e et jamais enregistrĂ©e (il n’existe mĂŞme pas d’enregistrements intĂ©graux du Voyage dans la lune).

Ainsi les changements de distributions et de chef n’ont pas altĂ©rĂ© la soirĂ©e Ă  laquelle un public nombreux et hilare a assistĂ©. Notons la prĂ©sence de lycĂ©ens venus de Cognac et de ses environs visiblement ravis d’ĂŞtre venus Ă  l’Avant Scène pour cette reprĂ©sentation. Reste Ă  espĂ©rer qu’un CD ou un DVD suivront, pour fixer une si pĂ©tillante production.

Cognac. L’avant scène, le 22 janvier 2015. Jacques Offenbach (1819-1880) : Le voyage dans la lune opĂ©rette en quatre actes sur un livret tirĂ© de “De la terre Ă  la lune” de Jules Vernes. Sarah Lazerges, le prince Caprice; Christophe Lacassagne, le roi Vlan; Éric Vignau, Microscope; Jean-Claude Sarragosse, le roi Cosmos; CĂ©cile Limal, Fantasia; Juan Carlos Etcheverry, le prince qui passe par la; Yassine Benameur, Cactus; Hermine Huguenel, la reine Popotte; choeur et orchestre OpĂ©ra ÉclatĂ©, Gaspard BrĂ©court, direction. Olivier Desbordes, mise en scène; David Belugou, dĂ©cors; Jean Michel Angays, costumes; Patrice Gouron et Guillaume HĂ©brard, lumières.

Compte rendu, opĂ©ra. Saint CĂ©rĂ©. Halle des sports, le 10 aoĂ»t 2014. Offenbach : Le Voyage dans la lune sur un livret tirĂ© de “De la terre Ă  la lune” de Jules Vernes. Marlène Assayag, le prince Caprice; Christophe Lacassagne, le roi Vlan; Éric Vignau, Microscope; Jean-Claude Sarragosse, le roi Cosmos…. ; choeur et orchestre OpĂ©ra ÉclatĂ©, Dominique Trottein, direction. Olivier Desbordes, mise en scène; David Belugou, dĂ©cors; Jean Michel Angays, costumes; Patrice Gougron et Guillaume HĂ©brard, lumières.

offenbachPour la dernière soirĂ©e de notre pĂ©riple lotois, nous retournons Ă  la Halle des sports de Saint CĂ©rĂ© pour assister Ă  la reprĂ©sentation de l’opĂ©rette mĂ©connue de Jacques Offenbach (1819-1880) : Le Voyage dans la lune; pour cet opĂ©ra-fĂ©Ă©rie, composĂ© et crĂ©Ă© en 1875, Offenbach s’est inspirĂ© du livre “De la terre Ă  la lune” Ă©crit par Jules Verne en 1865. Ce Voyage dans la lune est une co-production d’OpĂ©ra ÉclatĂ© avec les opĂ©ras de Fribourg et  de Lausanne qui est prĂ©sentĂ©e au public venu nombreux au festival de Saint CĂ©rĂ©. Olivier Desbordes  en conçoit un spectacle complètement dĂ©jantĂ©, totalement hilarant dans la lignĂ©e de Lost in the stars prĂ©sentĂ© en 2013 (et dont nous avions parlĂ© sur classiquenews).

La mise en scène et la direction d’acteur d’Olivier Desbordes sont toniques, vivantes, sans aucune faiblesse. Les dĂ©cors de David BĂ©lugou et les costumes de Jean Michel Angays aident le spectateur Ă  entrer dans l’univers loufoque de Desbordes qui rĂ©ussit, avec ses chanteurs-comĂ©diens, une action convaincante en des cimes d’un niveau rarement atteint. En 2013 nous disions au sujet de Lost in the stars que le metteur en scène lotois avait rĂ©alisĂ© un travail proche de la perfection, il rĂ©itère sa superbe performance en 2014.

Saint-CĂ©rĂ© 2014… Quand la fantaisie et le rire s’allient

Le voyage dans la lune envoie son public dans les Ă©toiles

Fidèle Ă  son projet artistique qui offre aux chanteurs invitĂ©s, une multitude de prise de rĂ´les, la distribution rĂ©unie pour ce Voyage dans la lune rassemble plusieurs chanteurs apparaissant dans d’autres productions du festival 2014 (Requiem de Mozart et Lucia di Lammermoor) ainsi qu’une toute jeune artiste invitĂ©e juste pour cette oeuvre. Il n’y a pas de rĂ´le principal en particulier … plutĂ´t une kyrielle de rĂ´les aussi dĂ©capants les uns que les autres. Christophe Lacassagne (Roi Vlan) et Jean Claude Saragosse (Roi Cosmos) sont hilarants et se laissent aller Ă  Ă©pancher leur vis comica sans scrupules; c’est ainsi que Lacassagne nous sert une scène tĂ©lĂ©visuelle d’anthologie ou il imite tour Ă  tour nombre de prĂ©sentateurs de tĂ©lĂ©-achat et FrĂ©dĂ©ric Mitterand provoquant des cascades de rires dans une salle qui se dilate la rate avec dĂ©lectation tandis que Saragosse tape sans vergogne sur les pires dĂ©fauts de notre sociĂ©tĂ© de consommation pour le plus grand plaisir du public. Si Marlène Assayag (Prince Caprice) est dĂ©licieusement retorse tant avec son père (Vlan) qu’avec le pauvre Microscope  qu’elle force Ă  venir dans la lune elle joue avec plaisir au plus fin avec ses partenaires. C’est Julie Mathevet (Fantasia), dĂ©couverte lors du requiem de Mozart, qui surprend de nouveau en improvisant dans son air d’entrĂ©e, et devant son père (Cosmos) mĂ©dusĂ©, une vocalise ou l’on retrouve des allusions Ă  Die Zauberflöte et Ă  Lucia di Lammermoor. Éric Vignau, infatigable, car c’est sa troisième apparition sur scène en trois jours, est un Microscope excellent, espèce de savant fou qui prĂ©figure un peu ce que seront le professeur Tournesol dans Tintin ou le professeur MĂ©nard dans Adèle Blanc Sec. EntrainĂ© de force dans l’aventure il tombe des nues devant une sociĂ©tĂ© rĂ©trograde et pĂ©trie de certitudes : on achète et on vend les bĂ©bĂ©s, les femmes et toute sortes d’objets. Il n’y a d’ailleurs que deux sortes de femmes sur la lune : les femmes de luxe et les femmes utiles. Excellents aussi le Cactus de Yassine Benameur et la Reine Popotte d’Hermine Huguenel qui, Ă  l’instar d’Éric Vignau fait sa troisième apparition sur scène en trois jours.

Dans la fosse, c’est Dominique Trottein qui dirige Le voyage dans la lune; habituĂ© du festival de St CĂ©rĂ© il avait dirigĂ© magistralement Lost in the stars et Don Giovanni en 2013. Le chef lillois rĂ©cidive cette annĂ©e avec le chef d’oeuvre d’Offenbach; plein d’humour Trottein entre volontiers dans le jeu de Christophe Lacassagne lorsque celui ci fait son show tĂ©lĂ©visuel. Tout comme pour Lucia di Lammermoor vendredi soir et le requiem de Mozart samedi soir, l’orchestre est en effectif rĂ©duit ce qui ne l’empĂŞche pas de faire rĂ©sonner la musique d’Offenbach avec un bel entrain sous la main ferme et dynamique de son chef.

PrĂ©senter Le voyage dans la lune est une idĂ©e d’autant meilleure que cette opĂ©rette de Jacques Offenbach est fort injustement mĂ©connue alors qu’elle est du mĂŞme acabit que La grande Duchesse de Gerolstein, La PĂ©richole ou La vie parisienne. Olivier Desbordes et ses artistes nous offrent une occasion unique de passer deux heures de rires continus. La production partira en tournĂ©e lors de la saison 2014/2015 et nous ne saurions trop vous recommander de bloquer une soirĂ©e pour passer un grand moment de théâtre et de musique.

Saint CĂ©rĂ©. Halle des sports, le 10 aoĂ»t 2014. Jacques Offenbach (1819-1880) : Le voyage dans la lune opĂ©rette en quatre actes sur un livret tirĂ© de “De la terre Ă  la lune” de Jules Vernes. Marlène Assayag, le prince Caprice; Christophe Lacassagne, le roi Vlan; Éric Vignau, Microscope; Jean-Claude Sarragosse, le roi Cosmos; Julie Mathevet, Fantasia; Laurent Galabru, le prince qui passe par la; Yassine Benameur, Cactus; Hermine Huguenel, la reine Popotte; choeur et orchestre OpĂ©ra ÉclatĂ©, Dominique Trottein, direction. Olivier Desbordes, mise en scène; David Belugou, dĂ©cors; Jean Michel Angays, costumes; Patrice Gougron et Guillaume HĂ©brard, lumières.