LIVRE, critique. M. OFFENBACH nous Ă©crit (Actes Sud / Pal Bru-Zane).

offenbach figaro lettres offenbachnous ecrit actes sud critique compte rendu livreLIVRE, critique. M. OFFENBACH nous Ă©crit (Actes Sud / Pal Bru-Zane). L’annĂ©e OFFENBACH 2019 commence trĂšs bien grĂące Ă  la publication par Actes Sud de cette collection de lettres Ă©crites par Offenbach, adressĂ©es au journal Le Figaro : le compositeur Ă©tait l’ami personnel du fondateur du journal Hippolyte de Villemessant (1810 – 1879, un an avant Offenbach). Les deux hommes Ă©taient voisins en Normandie, propriĂ©taire chacun d’une villa Ă  Etretat ; Ă  Paris, ils se frĂ©quentent dans les salons en vu
 Une proximitĂ© qui en rendrait jaloux plus d’un aujourd’hui et qui dans la seconde moitiĂ© du XIXĂš, permet Ă  l’auteur d’OrphĂ©e aux enfers de s’expliquer auprĂšs du public, Ă©voquer ses riches et rocambolesques soirĂ©es et fĂȘtes donnĂ©es dans son appartement de la rue Laffite oĂč figurent Bizet, DorĂ©, HalĂ©vy
 ; de provoquer le dĂ©bat, susciter le scandale
 positif, lui assurant une publicitĂ© avantageuse pour ses propres spectacles (par exemple lors de la crĂ©ation d’OrphĂ©e aux Bouffes-Parisiens en 1858). Le compositeur est une vedette, un auteur dont on parle, habituĂ© dĂ©sormais Ă  utiliser le media comme un tremplin, une tribune. D’autant que, comme le montre l’introduction et les textes ainsi regroupĂ©s, Jacques Offenbach ne manque ni de pertinence ni d’à propos ni de sens de la formule. Un gĂ©nie de la rĂ©ponse synthĂ©tique, dĂ©voilant aussi une intelligence des situations et du milieu musical et mĂ©diatique.
Le soutien se révÚlera indéfectible, surtout aprÚs la défaite de 1870 quand Offenbach est conspué, traité comme un traßtre allemand
 Villemessant veille à lui réserver une tribune utile pour sauver son honneur et défendre comme précédemment ses oeuvres.
L’apport de cette centaine de lettres et de textes sur des sujets divers, est d’autant plus prĂ©cieux et Ă©loquent que lire Offenbach dans ses mots, selon ses propres tournures, soulĂšve le voile de la pensĂ©e du crĂ©ateur ; c’est une immersion exceptionnellement proche voire intime dans la rĂ©flexion d’un musicien qui sut maĂźtriser sa communication, tout en exprimant avec clartĂ© et souvent beaucoup d’esprit, ses convictions. L’acuitĂ© de l’analyse traite avec perspicacitĂ© l’actualitĂ© de son Ă©poque. VoilĂ  qui rĂ©tablit le musicien dans son temps, le Paris des annĂ©es 1860 et 1870, pĂ©riode politiquement Ă©clectique qui s’est infiltrĂ©e dans la texture de ses ouvrages, textes et situations
 Manquent cruellement toutes rĂ©fĂ©rences Ă  La Vie Parisienne, les Brigands, Fantasio, comme Ă  sa muse et cantatrice favorite : Hortense Schneider. Lecture indispensable pour qui souhaite mieux comprendre la personnalitĂ© humaine et artistique d’un Offenbach que l’on rĂ©duit trĂšs souvent Ă  sa verve comique.

Parmi l’abondante sĂ©lection de lettres et textes ainsi adressĂ©es et publiĂ©es dans la Figaro, soulignons la valeur de certains passages qui documentent au cƓur du travail du compositeur, son caractĂšre et sa personnalitĂ© artistique, un homme plein d’esprit, maniant la facĂ©tie et les traits d’humour avec une Ă©lĂ©gance qui nous semble aujourd’hui totalement perdue. Nombre de ses contemporains et non des moindres lui ont tĂ©moignĂ© leur soutien voire leur admiration : lire ainsi la « stĂ©nographie conforme » c’est Ă  dire le procĂšs verbal, de l’assemblĂ©e extraordinaire de la SociĂ©tĂ© des auteurs et compositeurs dramatiques en fĂ©vrier 1873, pour statuer sur le cas Offenbach, c’est Ă  dire autorisation Ă  lui donner raison pour diriger selon son souhait La GaĂźté  (texte 54, en particulier la « plaidoirie » d’Alexandre Dumas fils, pleine de bienveillance amicale et de traits d’esprit
) ; de la mĂȘme façon, l’affection confraternelle qu’Offenbach exprime Ă  l’endroit du compositeur oubliĂ©, Ă©cartĂ© alors, Rodolphe Zimmer (lettre 96) auteur d’une valse dont Offenbach se souvient des 8 premiĂšres mesures qui enchantĂšrent son enfance
 ; enfin autre tĂ©moignages Ă©loquents, le texte 87, qui tĂ©moigne des rĂ©pĂ©titions de Docteur OX (d’aprĂšs la nouvelle de Jules Vernes), en janvier 1877 aux VariĂ©tĂ©s
 posant le manteau, ne s’économisant en rien, malgrĂ© les affreuses douleurs causĂ©es par la goutte, le compositeur danse et virevolte sur la scĂšne, indiquant aux solistes, aux chƓurs, la juste expression, le bon dĂ©placement
 Laissant dans toutes les mĂ©moires artistiques, son fameux « trĂšs bien, recommençons » comme un commentaire majeur, priĂšre et ordre Ă  la fois, prononcĂ© par un monstre de travail et d’exactitude
 Enfin, pour ne citer que quelques points essentiels d’un esprit remarquable, citons la lettre 99, dans laquelle Offenbach reprĂ©cise son intention au sujet de Madame Favart (janvier 1879) : il y rĂ©capitule son travail sur l’opĂ©ra comique, souhaitant le faire Ă©voluer du vaudeville vers le drame lĂ©ger Ă  la Dalyarac, et GrĂ©try, une comĂ©die qui fusionne chansons, ensembles, dialogue; oĂč le chant est aussi dĂ©veloppĂ© que le souffle orchestral
 Ce texte trĂšs court qui vaut manifeste est l’un des plus passionnants Ă  lire, dĂ©voilant par l’auteur lui-mĂȘme, son dessein esthĂ©tique et tout le travail compositionnel qui en dĂ©coule. Offenbach, « Mozart des Champs-ElysĂ©es » (le formule est de Rossini), n’a-t-il pas en effet, redorer le blason de l’opĂ©ra-Comique français dans ce qu’il avait de plus noble, poĂ©tique, expressif ?

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

CLIC D'OR macaron 200LIVRE, critique.  JEAN-CLAUDE YON : M. OFFENBACH nous Ă©crit (Actes Sud / Pal Bru-Zane) – Éditions Actes Sud Beaux-Arts / Palazzetto Bru Zane – Parution : janvier, 2019 / 11,0 x 17,6 / 480 pages – ISBN 978-2-330-11727-6 – Prix indicatif : 13€

https://www.actes-sud.fr/catalogue/musique/m-offenbach-nous-ecrit

 

LIRE aussi notre annonce du livre  JEAN-CLAUDE YON : «  M. Offenbach nous Ă©crit » / Lettres du compositeur au Figaro – JACQUES OFFENBACH 2019 (Editions Actes Sud Beaux Arts)
http://www.classiquenews.com/livres-evenement-annonce-jean-claude-yon-m-offenbach-nous-ecrit-lettres-du-compositeur-au-figaro-jacques-offenbach-2019-editions-actes-sud-beaux-arts/