La Fanciulla del West en direct de Bastille

bastille_fanciulla_del_west_puccini_opera_bastille_2014En direct de l’OpĂ©ra Bastille : La Fanciulla del West de Puccini, lundi 10 fĂ©vrier 2014, 19h30 … Dans le rĂ©seau des salles UGC. Ici triomphe l’amour et Minnie se distingue du milieu des mineurs par ses rĂŞves utopiques, son dĂ©sir de dĂ©passement, son ardente croyance dans la construction d’un monde pacifiĂ©, hors des joutes viriles sans lendemain qui se nourrissent d’alcool, de rivalitĂ©s potaches, d’affrontements rĂ©guliers.
La figure de Minnie ne partage rien avec les hĂ©roĂŻnes antĂ©rieures de Puccini: ni Manon, ni Tosca, ni mĂŞme Cio Cio San et pas encore Turandot. A contrario des sacrifiĂ©es tragiques, voici une femme forte qui inscrit ses rĂŞves en lettres d’or Ă  la face d’une sociĂ©tĂ© masculine permissive, jalouse, sauvage, Ă©triquĂ©e. Dans une sociĂ©tĂ© phallocratique, la femme n’est elle pas l’avenir de l’homme ?

Pourquoi y aller ? 3 raisons pour ne pas manquer La Fanciulla del West Ă  l’OpĂ©ra Bastille Ă  Paris :
- la direction de Carlo Rizzi, fin maestro, ardent dĂ©fenseur d’une dramaturgie haletante et certainement dĂ©taillĂ©e
- Claudio Sgura dans le rôle de Jack Rance, le voyou au cœur tendre, épris de la belle Minnie
- Nina Stemme, hier wagnĂ©rienne accomplie sous la direction de Philippe Jordan dans Tannhäuser : son timbre ample et chaud devrait apporter chair et fièvre Ă  l’âme gĂ©nĂ©reuse de la belle Minnie ; y compris lorsque la jeune femme cache son amant et doit mĂŞme tricher aux cartes pour sauver l’homme qu’elle aime…

 

Informations et rĂ©servations sur le site de l’OpĂ©ra national de Paris, page dĂ©diĂ©e Ă  la nouvelle production de La Fanciulla del West de Puccini (production crĂ©Ă© Ă  Amsterdam, Nederlandse Opera)

 

 

 

 

 

 

 

La Fanciulla del West de Puccini Ă  l’OpĂ©ra Bastille

bastille_fanciulla_del_west_puccini_opera_bastille_2014Puccini: La Fanciulla del West. France Musique le 22 fĂ©vrier 2014, 19h30  En direct de l’OpĂ©ra Bastille Ă  Paris. La Fanciulla del West raconte le rĂŞve amĂ©ricain dans l’écriture d’un Puccini soucieux de plaire Ă  l’audience anglosaxone en 1910: dans un dĂ©cor de Far-west, Minnie est une jeune femme pleine de courage et de tendresse; un coeur tendre qui dans un monde d’hommes (celui des chercheurs d’or), sait imposer sa fière fĂ©minitĂ©; une sorte d’hĂ©roĂŻne moderne. CrĂ©Ă© le 10 dĂ©cembre 1910, sur les planches du Metropolitan de New York, l’opĂ©ra de Puccini est une offrande vĂ©riste du compositeur italien Ă  l’adresse des USA.

Puccini s’inspire de la pièce de David Belasco (1905), The girl of the Golden. Le compositeur assiste Ă  la crĂ©ation (triomphale) de son 7è opĂ©ra (en 3 actes), l’un des rares opus qui met en scène une action amoureuse qui se termine … bien. Success love story, The Fanciulla mĂ©tropolitaine sĂ©duit immĂ©diatement le public amĂ©ricain et les New Yorkais sous le charme rĂ©servent une salve d’hommage au compositeur italien. Dans la fosse, Arturo Toscanini porte la tension et la rĂ©ussite de la production dont font partie Emmy Destinn (Minie) et Enrico Caruso (Dick Johnson), … avant l’exceptionnel et dĂ©sormais lĂ©gendaire Franco Corelli dans le rĂ´le masculin.

Minnie et Jack. Le sujet central de la ruĂ©e vers l’or en Californie inspire Ă  Puccini l’une de ses pages orchestrales les plus flamboyantes (et les plus audacieuse). La valeur de l’écriture puccinienne vient du respect permanent du crĂ©ateur vis Ă  vis de la psychologie des personnages.
Parmi les garçons brusques au coeur tendre, tous Ă©pris de la belle barmaid, propriĂ©taire du saloon La Polka, Minnie tient la dragĂ©e haute: elle leur enseigne la lecture comme institutrice et incarne aussi la loyautĂ© morale: elle leur lit la Bible. C’est une âme noble et admirable par son humanitĂ© et sa gĂ©nĂ©rositĂ©. Alors que Jack Rance le shĂ©rif (baryton) aime lui aussi Minnie, survient l’étranger par lequel la catastrophe arrive: Jack Johnson (tĂ©nor). Un vaillant au passĂ© trouble qui saisit dès son apparition le coeur de la jeune femme… D’autant que Minnie est une âme romantique qui croit au prince charmant.
Eprise, la jeune femme sauve des griffes du shĂ©rif Rance, Jack qui est en fait un bandit en fuite (de son vrai nom Ramerrez). Ici triomphe l’amour et Minnie se distingue du milieu des mineurs par ses rĂŞves utopiques, son dĂ©sir de dĂ©passement, son ardente croyance dans la construction d’un monde pacifiĂ©, hors des joutes viriles sans lendemain qui se nourrissent d’alcool, de rivalitĂ©s potaches, d’affrontements rĂ©guliers.
La figure de Minnie ne partage rien avec les hĂ©roĂŻnes antĂ©rieures de Puccini: ni Manon, ni Tosca, ni mĂŞme Cio Cio San et pas encore Turandot. A contrario des sacrifiĂ©es tragiques, voici une femme forte qui inscrit ses rĂŞves en lettres d’or Ă  la face d’une sociĂ©tĂ© masculine permissive, jalouse, sauvage, Ă©triquĂ©e. Dans une sociĂ©tĂ© phallocratique, la femme n’est elle pas l’avenir de l’homme ?

Diffusion en direct sur France Musique le samedi 22 février 2014 à 19h30

La Fanciulla del West de Puccini Ă  l’OpĂ©ra Bastille

Paris, Bastille. Puccini: La Fanciulla del West. 1-28 fĂ©vrier 2014 … La Fanciulla del West raconte le rĂŞve amĂ©ricain dans l’écriture d’un Puccini soucieux de plaire Ă  l’audience anglosaxone en 1910: dans un dĂ©cor de Far-west, Minnie est une jeune femme pleine de courage et de tendresse; un coeur tendre qui dans un monde d’hommes (celui des chercheurs d’or), sait imposer sa fière fĂ©minitĂ©; une sorte d’hĂ©roĂŻne moderne. CrĂ©Ă© le 10 dĂ©cembre 1910, sur les planches du Metropolitan de New York, l’opĂ©ra de Puccini est une offrande vĂ©riste du compositeur italien Ă  l’adresse des USA.
Puccini s’inspire de la pièce de David Belasco (1905), The girl of the Golden. Le compositeur assiste Ă  la crĂ©ation (triomphale) de son 7è opĂ©ra (en 3 actes), l’un des rares opus qui met en scène une action amoureuse qui se termine … bien. Success love story, The Fanciulla mĂ©tropolitaine sĂ©duit immĂ©diatement le public amĂ©ricain et les New Yorkais sous le charme rĂ©servent une salve d’hommage au compositeur italien. Dans la fosse, Arturo Toscanini porte la tension et la rĂ©ussite de la production dont font partie Emmy Destinn (Minie) et Enrico Caruso (Dick Johnson), … avant l’exceptionnel et dĂ©sormais lĂ©gendaire Franco Corelli dans le rĂ´le masculin.

Bastille_puccini_fanciulla-del-west-opera-bastille-2014-570

 

La Fanciulla fait son entrée à Bastille

 

Le sujet central de la ruĂ©e vers l’or en Californie inspire Ă  Puccini l’une de ses pages orchestrales les plus flamboyantes (et les plus audacieuse). La valeur de l’écriture puccinienne vient du respect permanent du crĂ©ateur vis Ă  vis de la psychologie des personnages.
Parmi les garçons brusques au coeur tendre, tous Ă©pris de la belle barmaid, propriĂ©taire du saloon La Polka, Minnie tient la dragĂ©e haute: elle leur enseigne la lecture comme institutrice et incarne aussi la loyautĂ© morale: elle leur lit la Bible. C’est une âme noble et admirable par son humanitĂ© et sa gĂ©nĂ©rositĂ©. Alors que Jack Rance le shĂ©rif (baryton) aime lui aussi Minnie, survient l’étranger par lequel la catastrophe arrive: Jack Johnson (tĂ©nor). Un vaillant au passĂ© trouble qui saisit dès son apparition le coeur de la jeune femme… D’autant que Minnie est une âme romantique qui croit au prince charmant.
Eprise, la jeune femme sauve des griffes du shĂ©rif Rance, Jack qui est en fait un bandit en fuite (de son vrai nom Ramerrez). Ici triomphe l’amour et Minnie se distingue du milieu des mineurs par ses rĂŞves utopiques, son dĂ©sir de dĂ©passement, son ardente croyance dans la construction d’un monde pacifiĂ©, hors des joutes viriles sans lendemain qui se nourrissent d’alcool, de rivalitĂ©s potaches, d’affrontements rĂ©guliers.
La figure de Minnie ne partage rien avec les hĂ©roĂŻnes antĂ©rieures de Puccini: ni Manon, ni Tosca, ni mĂŞme Cio Cio San et pas encore Turandot. A contrario des sacrifiĂ©es tragiques, voici une femme forte qui inscrit ses rĂŞves en lettres d’or Ă  la face d’une sociĂ©tĂ© masculine permissive, jalouse, sauvage, Ă©triquĂ©e. Dans une sociĂ©tĂ© phallocratique, la femme n’est elle pas l’avenir de l’homme ?

 

boutonreservation

 

La fanciulla del West fait son entrĂ©e au rĂ©pertoire de l’OpĂ©ra national de Paris (il Ă©tait temps), du 1er au 28 fĂ©vrier 2014. 10 reprĂ©sentations Ă  l’OpĂ©ra Bastille.
Diffusion en direct dans les salles de cinéma, le lundi 10 février (réseau UGC), 19h30
Diffusion en direct sur France Musique le samedi 22 février 2014 à 19h30

 

 

 

Pourquoi y aller ? 3 raisons pour ne pas manquer La Fanciulla del West Ă  l’OpĂ©ra Bastille Ă  Paris :
- la direction de Carlo Rizzi, fin maestro, ardent dĂ©fenseur d’une dramaturgie haletante et certainement dĂ©taillĂ©e
- Claudio Sgura dans le rôle de Jack Rance, le voyou au cœur tendre, épris de la belle Minnie
- Nina Stemme, hier wagnĂ©rienne accomplie sous la direction de Philippe Jordan dans Tannhäuser : son timbre ample et chaud devrait apporter chair et fièvre Ă  l’âme gĂ©nĂ©reuse de la belle Minnie ; y compris lorsque la jeune femme cache son amant et doit mĂŞme tricher aux cartes pour sauver l’homme qu’elle aime…

 

Informations et rĂ©servations sur le site de l’OpĂ©ra national de Paris, page dĂ©diĂ©e Ă  la nouvelle production de La Fanciulla del West de Puccini (production crĂ©Ă© Ă  Amsterdam, Nederlandse Opera)

 

 

 

boutonreservation