CD, critique. WIDMANN : ARCH (Nagano, 2017 2 cd ECM New Series)

widmann arche nagano cd reiwe critique cd classiquenews ECM-2605-06-240x240CD, critique. WIDMANN : ARCH (Nagano, 2017 2 cd ECM New Series). HAMBOURG janvier 2017. AprĂšs Rihm (crĂ©Ă© par le NDR Elbphilharmonie Orchester), Widmann propose en janvier 2017, sa nouvelle oeuvre, un oratorio monumental pour inaugurer la Philharmonie de l’Elbe / Elbphilharmonie, salle de concert au profil design qui souhaite ĂȘtre Ă  la pointe de l’innovation musicale. Ainsi «  Arche », nouvelle partition a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e en janvier 2016 : Kent Nagano (ordinairement pilote du Symphonique de MontrĂ©al) conduit pour se faire l’orchestre local en Allemagne (et en rĂ©sidence dans l’institution), le Philharmonisches Staatsorchester Hamburg, pour la crĂ©ation de la piĂšce qu’il a commandĂ©e : oratorio en grand format pour soli, 3 choeurs, choeurs d’enfants et (trĂšs) grand orchestre (avec orgue) : soit 300 participants.
RĂ©ponse contemporaine aux Gurrelieder de Schoenberg, ou mieux Ă  la 8Ăšme Symphonie de Mahler (dite «Symphonie des Mille »), Arche assume son gigantisme (avec effet de lumiĂšre pour ceux qui ont assistĂ© Ă  la piĂšce, en particulier pour le Fiat Lux), et aussi sa signification par rĂ©fĂ©rence Ă  l’Ancien Testament : le vaisseau de NoĂ© indique un nouveau « commencement », point de dĂ©part de la Philharmonie de l’Elbe elle-mĂȘme. D’autant que l’architecture du bĂątiment cite elle, une proue de bateau.
La piĂšce compte 5 Ă©pisodes : Fiat lux, le DĂ©luge, l’Amour, Dies Irae, Dona nobis pacem avec citations et rĂ©fĂ©rences Ă  Michel-Ange, Heine, Schiller. Musicalement, c’est une mosaĂŻque de parodies, reprenant les mĂ©lodies de Boradway, surtout la Fantaisie pour piano chƓur et orchestre op.80 de Beethoven, repĂšres facilement comprĂ©hensible par la public. Le principe est facile mais fonctionne. Chacun s’amuse ici Ă  reconnaĂźtre l’oeuvre citĂ©e.
Les solistes dĂ©fendent avec engagement une partition plĂ©thorique et grandiloquente on l’a compris : la soprano Marlis Petersen se distingue par son chant assurĂ©, dĂ©clamatoire, emphatique; le baryton Thomas E.Bauer paraĂźt parfois serrĂ©, « petit »; Ă  leur cĂŽtĂ©, les enfants semblent plus Ă  leur aise (en voix parlĂ©es ou chantĂ©es). Le texte glouton comme la mise en musique, cite une foi triomphante en l’homme
 une autoconfiance dans une monde globalisĂ© et interdĂ©pendant, de moins moins sensible Ă  son salut collectif. Cette oeuvre qui proclame la foi en internet et dans les rĂ©unions politiques internationales type G8 ou G7 montre surtout les limites d’une humanitĂ© qui doute profondĂ©ment d’elle-mĂȘme et se bloque dans sa capacitĂ© Ă  assurer son futur. Il est bien dommage que le texte ne soit pas Ă  la mesure de l’enjeu : aucune rĂ©fĂ©rence au dĂ©rĂšglement climatique, Ă  l’agonie des espĂšces animales, bientĂŽt des espĂšces vĂ©gĂ©tales et des arbres
 avant l’espĂšce humaine. Un texte engagĂ©, plus directement connectĂ© avec la rĂ©alitĂ© de la planĂšte aurait eu infiniment plus d’impact.
Widman de son cĂŽtĂ©, dĂ©ploie une musique habile car thĂ©Ăątrale et rythmique, contrastĂ©e et caractĂ©risĂ©e. Jamais ennuyeuse, mais pas troublante non plus. Mahler savait autrement porter, conduire, exalter, sublimer, transfigurer collectivement. Et toucher malgrĂ© le nombre et l’effectif. Jörg Widmann se borne Ă  une dĂ©monstration virtuose qui peine Ă  dĂ©passer son ampleur, sa dĂ©mesure, .
 osons dire une vacuitĂ© spectaculaire bien dans l’ùre du temps.
 
 
 
nagano elbe philharmonie classiquenewsWDW_Widmann-ARCHE_20170109

 
 
 
Californien analytique, Nagano dĂ©taille, comme Ă  son habitude, souligne mĂȘme la finesse d’une orchestration plutĂŽt fouillĂ©e : mais dont le sens manque de profondeur rĂ©elle. Cette gravitĂ© parfois prenante rĂ©sonne vainement, dĂ©pourvue d’un vrai texte de prise de conscience sur notre monde et le dĂ©sarroi des sociĂ©tĂ©s modernes. PlĂ©thorique, gigantesque, la partition manque Ă  notre avis son but car ne dĂ©nonce rien, dans notre monde proche de l’apocalypse.

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

CD, critique. Jörg Widmann : Arche, oratorio crĂ©Ă© Ă  Hambourg en janvier 2017 – 2 cd ECM New Series 4817007

Marlis Petersen, soprano / Thomas E.Bauer, baryton
Knabensopran: Soliste du chƓur d’enfants de la Chorakademie Dortmund / RĂ©citant (enfant): Antonius Hentschel / RĂ©citante (enfant): Jonna Plate / Orgue: Iveta Apkalna
Hamburger Alsterspatzen (Chef de chƓur: JĂŒrgen Luhn)
Audi Jugendchorakademie (Chef de chƓur: Martin Steidler)
Chor der Hamburgischen Staatsoper (Chef de chƓur: Eberhard Friedrich)
Philharmonisches Staatsorchester Hamburg
Direction musicale: Kent Nagano

Programme de l’oratorio ARCHE :

CD 1
1 FIAT LUX / ES WERDE LICHT – 18:58
2 SINTFLUT – 29:03
3 DIE LIEBE – 26:55

CD 2
1 DIES IRAE – 16:52
2 DONA NOBIS PACEM – 09:16