CORONAVIRUS – Covid 19. La rĂ©sistance Ă  la crise qui s’annonce dans le milieu musical français s’organise

virus-covid-coronavirus-2020CORONAVIRUS – Covid 19. La rĂ©sistance Ă  la crise qui s’annonce dans le milieu musical français s’organise. Deux initiatives ont fait jour cette semaine, depuis le confinement imposĂ© aux Français le 18 mars 2020. Depuis aussi l’annulation des productions lyriques et des Ă©vĂ©nements musicaux partout dans l’Hexagone, des questions lĂ©gitimes se font jour. Alors qu’un collectif d’artistes lyriques s’inquiĂštent de leur statut et des solutions pour rĂ©soudre leur nouvelle prĂ©caritĂ©, le Centre national de musique, prĂ©sidĂ© par Jean-Philippe Thiellay, a annoncĂ© la suspension de la taxe sur les spectacles ainsi que la mise en place d’un fond de soutien d’urgence de 11,5 millions d’euros destinĂ© aux TPE/PME dans le domaine du spectacle musical et des variĂ©tĂ©s. Il est nĂ©cessaire aujourd’hui d’agir avec force pour prĂ©server la filiĂšre classique qui est durement touchĂ©e par la crise sanitaire que nous vivons. Les interrogations s’adressent directement aux Ministres de l’économie, de la culture et au premier ministre.

 

 

Face à la précarité de leur statut,
artistes et employés du lyrique en France
demandent des explications sur leur statut

 

 

 

Ainsi dans un communiquĂ© paru le 16 mars dernier, un collectif d’artistes lyriques sensibilisent le gouvernement sur la prĂ©caritĂ© inquiĂ©tante de leur situation. Tous sont privĂ©s d’emplois et d’engager et il semble que la singularitĂ© de leur statut n’ait pas Ă©tĂ© pris en considĂ©ration par le gouvernement d’Edouard Philippe.
Si nous prenons collectivement la parole aujourd’hui c’est que la crise sanitaire actuelle accentue dramatiquement un Ă©tat de prĂ©caritĂ© et d’isolement dans lequel nous sommes dĂ©jĂ  ». Suite Ă  la fermeture des salles d’opĂ©ras et des thĂ©Ăątres ayant programmĂ© des rĂ©citals et des ouvrages lyriques, les artistes dont les plus mĂ©diatisĂ©s ont pris la parole Ă  travers le communiquĂ© : Roberto Alagna, Karine Deshayes, Philippe Jarrousky, StĂ©phane Degout, Julie Fuchs, Sabine Devieilhe 
 Autant d’artistes embauchĂ©s au « cachet », sous la forme d’un CDD d’usage, qui leur permet de bĂ©nĂ©ficier du rĂ©gime d’indemnisation chĂŽmage de l’intermittence du spectacle. Le collectif interroge et souhaite des rĂ©ponses concrĂštes. Comment seront-ils payĂ©s pour les engagements qui Ă©taient prĂ©vus mais annulĂ©s ? D’autant que le ministre de l’économie, Bruno Le Maire s’engageait solennellement au sujet des entreprises ayant recours au chĂŽmage partiel: « aucun salariĂ© ne perdra un centime » (13 mars dernier). Ce serment vaudra-t-il pour les artistes ?

 

 

 

INCERTITUDE ET QUESTIONNEMENT LÉGITIMES
Une incertitude et des questionnements lĂ©gitimes que lĂšve le collectif soucieux de dĂ©fendre toutes les personnes qui travaillent dans le domaine de l’opĂ©ra : instrumentistes, chefs d’orchestre, techniciens, agents d’artistes, etc. Dans leur communiquĂ© sous forme d’une lettre ouverte, les artistes lyriques et tous les employĂ©s de l’opĂ©ra en France interpellent les ministĂšres de la Culture, de l’économie ainsi que le Premier ministre ; ils font savoir la nĂ©cessitĂ© d’obtenir des « rĂ©ponses claires face Ă  la gravitĂ© d’une crise qui menace l’avenir d’un grand nombre d’artistes et accentue fortement la prĂ©caritĂ© dans laquelle se trouvent dĂ©jĂ  certains d’entre eux ».

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

La lettre du collectif dans son intégralité :
Communiqué du 16 mars 2020

 

” Dans le contexte sanitaire difficile que connaĂźt actuellement le pays, les artistes lyriques rĂ©unis en collectif souhaitent, dĂšs aujourd’hui, attirer l’attention des pouvoirs publics sur la gravitĂ© des situations professionnelles et personnelles qu’entraĂźne la crise actuelle.
Nous avons bien conscience que l’urgence est aujourd’hui de s’occuper des personnes les plus fragiles face Ă  ce flĂ©au dont il faut impĂ©rativement stopper la propagation mais il est important de rĂ©flĂ©chir Ă  ses consĂ©quences sociales.
La totalitĂ© des institutions du milieu de la musique classique, maisons d’opĂ©ras et salles de concerts, ont dĂ©cidĂ© d’annuler l’intĂ©gralitĂ© de leurs reprĂ©sentations.
Si nous prenons collectivement la parole aujourd’hui c’est que la crise sanitaire actuelle accentue dramatiquement un Ă©tat de prĂ©caritĂ©Ì et d’isolement dans lequel nous sommes dĂ©jĂ . De plus en plus de thĂ©Ăątres annoncent dĂ©sormais leur fermeture complĂšte et nous assistons Ă  une accumulation inĂ©dite de ruptures unilatĂ©rales de contrats dans toute notre filiĂšre : notamment chez les solistes, les artistes du chƓur, instrumentistes, chefs d’orchestres, metteurs en scĂšne, danseurs, techniciens, figurants, chefs de chant, agents artistiques que nous aimerions tous associer Ă  notre dĂ©marche. Notre mĂ©tier est une passion mais cela ne doit pas nous faire oublier la rĂ©alitĂ©: la rupture sĂšche d’un ou de plusieurs contrats concernant les prochains mois signifie l’arrĂȘt total de notre activitĂ© professionnelle ainsi qu’une perte immense d’opportunitĂ©s artistiques, en particulier pour les plus jeunes d’entre nous.

Dans le droit du travail français, les artistes du spectacle vivant sont salariĂ©s en « CDD d’usage ». Ces contrats, nĂ©gociĂ©s directement avec les entreprises organisatrices sont le fruit de longues annĂ©es de travail et d’attente. Par ailleurs, ils ouvrent droit au rĂ©gime d’indemnisation chĂŽmage dit de «l’intermittence du spectacle ». Ces contrats sont essentiels pour nous Ă  plus d’un titre. Tout d’abord, ils constituent notre principale et souvent unique source de revenus. D’autre part, il s’agit d’un enjeu de carriĂšre : un contrat peut avoir des consĂ©quences dĂ©cisives dans le dĂ©veloppement d’une carriĂšre artistique. Enfin, ils sont les piĂšces centrales du calcul de nos heures qui nous permettent de bĂ©nĂ©ficier du filet de sĂ©curitĂ©Ì indispensable que constitue l’intermittence.
La rupture de ces contrats est normalement encadrĂ©e par le droit du travail mais, la situation actuelle Ă©tant sans prĂ©cĂ©dent, nous obtenons une pluralitĂ©Ì de rĂ©ponses de la part de nos employeurs. Un certain nombre d’entre eux font leur maximum pour ne pĂ©naliser personne, au risque parfois de mettre en danger leur trĂ©sorerie, cependant certains chanteurs semblent devoir renoncer Ă  l’intĂ©gralitĂ© de leur salaire.
Sommes-nous dans un cas de force majeure ? Si oui, l’épidĂ©mie du Covid-19 caractĂ©rise-t-elle un « sinistre relevant d’un cas de force majeure » au sens de l’article 1234-4 alinĂ©a 2 du code du travail ? Le cas Ă©chĂ©ant, cette disposition d’ordre public prohibe une rupture unilatĂ©rale du CDD Ă  l’initiative de l’employeur sans indemnitĂ©Ì au profit du salariĂ©, nonobstant toute clause contractuelle contraire.
- Sommes-nous, en tant que salariĂ©s (mĂȘme en CDD d’usage) Ă©ligibles Ă  la procĂ©dure de chĂŽmage partiel annoncĂ©e ? Si ce n’est pas le cas, est-il juste que nous soyons exclus de la promesse de l’État de ne laisser aucun salariĂ© perdre son emploi ?   - Comment seront dĂ©comptĂ©es les heures perdues dans le calcul de notre statut ?   - Quelles compensations aux pertes d’opportunitĂ©s sont envisageables ?
Nous avons besoin de rĂ©ponses claires face Ă  la gravitĂ© d’une crise qui menace l’avenir d’un grand nombre d’artistes et accentue fortement la prĂ©caritĂ©Ì dans laquelle se trouvent dĂ©jĂ  certains d’entre eux. Nous en appelons Ă  notre MinistĂšre de tutelle, ainsi qu’au MinistĂšre de l’économie et Ă  Monsieur le Premier Ministre. L’art et la culture sont essentiels Ă  notre sociĂ©tĂ© et au rayonnement de notre pays dans le monde. Nous en sommes les fiers reprĂ©sentants en France et ailleurs. A ce titre nous mĂ©ritons de ne pas ĂȘtre traitĂ©s comme de simples variables d’ajustement soumis aux dĂ©cisions arbitraires de certains employeurs.
Nous demandons qu’aucune dĂ©cision relative aux annulations de contrats et au rĂšglement des salaires ne soit prise tant que le cadre lĂ©gal n’a pas Ă©tĂ©Ì dĂ©fini. Nous sommes prĂȘts Ă  consentir des efforts dans cette Ă©preuve commune mais, en aucun cas, Ă  en sacrifier notre avenir d’artistes.
Nous espĂ©rons tous rapidement retrouver la scĂšne et notre public, notre plus grand soutien.   Une fois cette Ă©preuve surmontĂ©e, il sera indispensable, dans le pays de l’exception culturelle, que s’ouvre un dĂ©bat de fond sur la protection statutaire de nos mĂ©tiers du spectacle. “

 

 

 

Signataires :

Roberto Alagna
KĂ©vin Amiel
Guillaume Andrieux
Jean-Luc Ballestra
Stanislas de Barbeyrac
Cassandre Berthon
Christophe Berry
Julien Behr
Benjamin Bernheim
Thomas Bettinger
Yann Beuron
Jean-Vincent Blot
Jean-François Borras
Jean-Sebastien Bou
Ambroisine Bré
Raphaël Brémard
Chloé Briot
HĂ©lĂšne Carpentier
Albane CarrĂšre
Nicolas Cavallier
AdĂšle Charvet
Nicolas Courjal
Marianne Croux
Marianne Crebassa
José van Dam
Thibault de Damas
Stéphane Degout
Camille Delaforge
Mireille Delunsch
Antoinette Dennefeld
LĂ©a Desandre
Karine Deshayes
Charlotte Despaux
Sabine Devieilhe
Jodie Devos
Olivia Doray
Pierre Doyen
Julien Dran
Cyrille Dubois
Yoann Dubruque
Alexandre Duhamel
Philippe EstĂšphe
Mathilde Etienne
Aude Extrémo
LoĂŻc Felix
Jean-Paul Fouchécourt
Julie Fuchs
Christophe Gay
Paul Gay
VĂ©ronique Gens
Anne-Catherine Gillet
Emiliano Gonzales Toro
Olivier Grand
SĂ©bastien GuĂšze
Delphine Haidan
André Heijboer
Eric Huchet
Enguerrand de Hys
Philippe Jaroussky
Caroline Jesteadt
Marc Labonnette
Florian Laconi
Marc Laho
Jean-Christophe LaniĂšce
Marion LebĂšgue
Aimery LefĂšvre
Marie Lenormand
Alix Le Saux
Lionel Lhote
François Lis
Philippe-Nicolas Martin
Clémentine Margaine
HĂ©loĂŻse Mas
RĂ©my Mathieu
Elodie MĂ©chain
RĂ©gis Mengus
AnaĂŻk Morel
Laurent Naouri
StĂ©phanie d’Oustrac
Eléonore Pancrazi
Julie Pasturaud
Patricia Petibon
Gabrielle Philiponnet
Anthea Pichanick
François Piolino
Camille Poul
Marie Perbost
Julie Robard-Gendre
François Rougier
Pauline Sabatier
Francesco Salvadori
Chantal Santon-Jeffery
Vannina Santoni
Anas SĂ©guin
Jean Fernand Setti
Philippe Talbot
Jean Teitgen
Marie-Ange Todorovitch
Catherine Trottmann
BĂ©atrice Uria-Monzon
Florie Valiquette
Mathias Vidal
Guilhelm Worms
 

 

CORONAVIRUS : le secteur du spectacle classique trÚs durement frappé

virus-covid-coronavirus-2020CORONAVIRUS : annulations, reports… le secteur des spectacles classiques durement touchĂ©. Dans son communiquĂ© datĂ© du 11 mars, le collectif Forces musicales (syndicat professionnel des thĂ©Ăątres d’opĂ©ras et des orchestres) exprime ses grandes inquiĂ©tudes aprĂšs les mesures de restriction visant la jauge des salles, dĂ©plorant dĂ©jĂ  100 000 billets Ă  rembourser ; et l’OpĂ©ra National de Paris annonce l’annulation de ses productions lyriques et chorĂ©graphiques de mars et avril
 Des informations bien peu rassurantes au moment oĂč le PrĂ©sident de la RĂ©publique s’adresse ce soir Ă  la Nation


________________________________________________________________________________________________

Communiqué de Forces Musicales :

« Les maisons d’opĂ©ra et orchestres permanents subissent trĂšs directement l’interdiction annoncĂ©e en dĂ©but de semaine des rassemblements de plus de 1000 personnes

Impliquant de nombreuses annulations ou des rĂ©ductions de jauge drastiques, les mesures prises gĂ©nĂšrent des pertes considĂ©rables Ă  un moment stratĂ©gique de notre activitĂ© (cƓur de saison et annonce de la prochaine), sans compter les pertes de rĂ©servations pour les spectacles Ă  venir.
À ce jour, alors que les premiĂšres mesures sont prises pour se conformer Ă  ces restrictions, nous pouvons dĂ©jĂ  constater que plus de 100 000 billets sont Ă  rembourser !

La continuité de notre activité est également menacée par les restrictions touchant à la mobilité internationale des artistes, essentielle aux activités lyrique et symphonique.
De nombreuses annulations risquent de s’imposer Ă  nos maisons avec des consĂ©quences pouvant conduire trĂšs rapidement vers des situations d’activitĂ© partielle et de chĂŽmage technique.

Déjà en forte tension du fait de la stagnation des financements publics et des crises antérieures, nos budgets ne sont pas en mesure de supporter les pertes immédiates, ni les manques à gagner à venir.

Au moment de mobiliser des moyens exceptionnels, nous appelons le gouvernement Ă  prendre en considĂ©ration notre secteur. Il en va de la pĂ©rennitĂ© de nos activitĂ©s et de l’emploi des artistes et des personnels qui travaillent dans nos structures ».

________________________________________________________________________________________________

CommuniquĂ© de l’OpĂ©ra de Paris :

Pour faire suite Ă  l’arrĂȘtĂ© du 9 mars 2020 portant diverses mesures relatives Ă  la lutte contre la propagation du virus Covid-19, dont l’interdiction jusqu’au 15 avril des rassemblements publics de plus de 1 000 personnes, l’OpĂ©ra National de Paris adresse ce communiquĂ© de presse datĂ© du 11 mars :

« En application de l’arrĂȘtĂ© du 9 mars 2020 portant diverses mesures relatives Ă  la lutte contre la propagation du virus Covid-19, dont l’interdiction jusqu’au 15 avril des rassemblements publics de plus de 1 000 personnes, l’OpĂ©ra national de Paris a pris la dĂ©cision d’annuler toutes les reprĂ©sentations des productions suivantes :

Manon, du 13 mars au 10 avril Ă  l’OpĂ©ra Bastille
George Balanchine, du 12 mars au 1er avril Ă  l’OpĂ©ra Bastille
Le spectacle de l’Ecole de Danse, du 25 au 30 mars au Palais Garnier
Don Giovanni, du 21 mars au 24 avril au Palais Garnier

Les spectateurs ayant des places pour ces spectacles seront remboursés.

Les reprĂ©sentations prĂ©vues Ă  l’AmphithĂ©Ăątre (500 places) et au Studio (230 places) de l’OpĂ©ra Bastille sont maintenues, de mĂȘme que les visites des espaces publics du Palais Garnier.

L’OpĂ©ra national de Paris espĂšre avoir la possibilitĂ© de prĂ©senter au public les nouvelles productions, actuellement en rĂ©pĂ©tition, de L’Or du Rhin, de La Walkyrie et des spectacles de ballet d’Alan Lucien Oyen et de Mayerling.
La direction de l’OpĂ©ra national de Paris communiquera Ă  ce sujet au vu de l’évolution de la situation. »

________________________________________________________________________________________________

 

Toutes les infos sur le CORONAVIRUS : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus