Elizabeth Sombart joue les 2 Concertos pour piano de Chopin

SOMBART_NB_260_clavier_elisabeth_sombartParis, salle Cortot. RĂ©cital Chopin. Elizabeth Sombart, le 15 novembre 2015, 17h30. Pianiste engagĂ©e, soucieuse de transmettre et de rendre accessible au plus grand nombre, la musique classique, Elizabeth Sombart aborde Ă  Paris, un compositeur qu’elle sert avec passion et profondeur, FrĂ©dĂ©ric Chopin. Etre lĂ©gendaire, d’une tendresse mozartienne qui ouvrit des perspectives inĂ©dites, crĂ©pusculaires et intimes, alors Ă  l’Ă©poque oĂą Liszt enflammait par son brio virtuose voire pĂ©taradant, les audiences europĂ©ennes, Chopin a nĂ©anmoins traitĂ© la forme concertante d’une virtuositĂ© cependant introspective et mĂŞme passionnĂ©e. En tĂ©moignent ses deux Concertos de jeunesse, composĂ©s en Pologne avant sa dĂ©part pour Vienne et la France. D’une subtilitĂ© allusive dont elle a le secret, la pianiste Elizabeth Sombart, crĂ©atrice de la Fondation RĂ©sonance depuis 1998, ne cesse de s’impliquer dans l’explicitation gĂ©nĂ©reuse et limpide du pianisme chopinien. ConcentrĂ© et inspirĂ©, son jeu tĂ©moigne d’une quĂŞte permanente, exigente et sincère, que stimule une sensibilitĂ© Ă©tonnante aux champs intĂ©rieurs. Son Chopin toujours fraternel et hypnotique ne laisse pas de nous captiver. Le 15 novembre, l’interprète s’intĂ©resse Ă  nous offrir sa version des deux Concertos pour piano de Chopin, avec la complicitĂ© de musiciens qui partagent avec elle, cet amour du jeu et du don collectif. Concert Ă  Paris, Salle Cortot, incontournable.

 

 

 

sombart-elizabeth-resonance-concert-piano-classiquenews

 

 

 

Le Concerto pour piano n°1 est dĂ©diĂ© au prodige Kalkbrenner qui le crĂ©Ă©e Ă  Varsovie le 11 octobre 1830. Chopin y signe sa dernière offrande encore juvĂ©nile mais très inspirĂ©e (comme le souligne Ravel contre les dĂ©tracteurs qui le tiennent pour une maladresse fruit de l’inexpĂ©rience…), avant son dĂ©part pour Vienne puis Paris, oĂą ne rejoignant jamais Londres comme il en avait fait le projet, il meurt prĂ©cocĂ©ment en 1849 (Ă  l’âge de 30 ans). Plan : allegro maestoso, Romance (larghetto), Rondo vivace. La Romance centrale est celle qui dĂ©voile dĂ©jĂ  le mieux ce qu’est le caractère intime et profond de Chopin : elle annonce ses futurs Nocturnes, inscrits voire ensevelis dans plis et replis d’une vie intĂ©rieure secrète mais riche et active.

chopin_frederic portrait chopin classiquenewsLe Concert pour piano n°2 est crĂ©Ă© Ă  Varsovie lui aussi mais avant le n°1, c’est Ă  dire le 17 mars 1830 Ă  Varsovie, en hommage Ă  la Comtesse Potocka. Il est plus contrastĂ© voire impĂ©tueux que le Concerto n°1. Plan : Maestoso. Larghetto puis Allegro vivace. Le larghetto est en fait une longue cantilène Ă  l’italienne : allusivement dĂ©diĂ©e Ă  une femme aimĂ©e, Konstanze Gladowska, la pièce suit les mĂ©andres d’une douce dĂ©clartion amoureuse Ă  peine masquĂ©e dont Chopin aime cultiver la ligne suspendue Ă©tirĂ©e. Son impact se ressent jusqu’Ă  Schumann et Liszt qui s’en souviendront dans leurs Concertos respectifs (en mi bĂ©mol majeur pour le second). Loin d’ĂŞtre ses esquisses maladroites qu’on a bien voulu Ă©crire et rĂ©pandre, les deux Concertos polonais de Chopin expriment au plus près, l’âme ardente, Ă©prise du Mozart romantique, nĂ© pour faire chanter le piano.
Elizabeth Sombart en révèle à Paris, la tendresse éperdue, juvénile, ardente, dans une version chambriste pour piano et instruments à cordes.

 

 

 

Concertos de Chopin (version pour quatuor)
Concerto n°1 en mi mineur, op. 11
Concerto n°2 en fa mineur, op. 21

Elizabeth Sombart, pianosombart-elizabeth-piano-concert-classiquenews-review-critique-cd-classiquenews-CLIC-de-classiquenews
et le Quatuor RĂ©sonance
Fabienne Stadelman, alto
Lucie Bessière, violon
Nathanaëlle Marie, violon
Christophe Beau, violoncelliste

 

 

boutonreservationEn concert Ă  la Salle Cortot
Le 15 novembre 2015 Ă  17h30
78, rue Cardinet – 75017 Paris
Tarifs: de 16 Ă  25 euros
Location: 01 43 37 60 71