Yehudi Menuhin, centenaire 2016

menuhin yehudi violon engagement review critique portrait classiquenews centenary centenaire 2016Anniversaire Yehudi Menuhin (1916-1999) : le centenaire Menuhin 2016. Musicien fraternel.  Le 22 avril 2016 marque les 100 ans du violoniste et chef amĂ©ricain Yehudi Menuhin, figure majeure de l’histoire musicale du XXè et pour tous les artistes et interprètes, un modèle moral d’abnĂ©gation, de gĂ©nĂ©rositĂ©, d’humanisme… PrĂ©cocitĂ©, richesse du rĂ©pertoire, souci des crĂ©ations, mais aussi finesse et intelligence voire subtilitĂ© musicale, autant de facettes dĂ©rivĂ©es de ses maĂ®tres (lĂ©gendaires) dont les premiers restent Enesco (dont il est l’Ă©lève dès 1927 Ă  11 ans!) et Adolf Busch (aux Ă©tĂ©s 1929 et 1930), Yehudi Menuhin est la grande figure du violoniste, virtuose et humaniste. A la perfection d’une puretĂ© expressive et poĂ©tique absolue, l’interprète ajoute l’Ă©vidence de la grâce, la prĂ©sence tangible de l’âme en musique ; l’enfant, l’adolescent respire musique, pense musique, vit musique ; soucieux de rĂ©vĂ©ler au monde, l’harmonie dont l’homme est capable, Yehudi Menuhin n’eut de cesse d’incarner cet idĂ©al du spirituel et du sensuel, du fraternel et de l’universel, dĂ©jĂ  par lui-mĂŞme (union / fusion esprit et corps rĂ©alisĂ©es grâce au yoga qu’il pratiqua quotidiennement), afin d’exprimer et de communiquer tangiblement les bĂ©nĂ©fices de la musique pour tous. NĂ© en 1916, dĂ©cĂ©dĂ© en 1999, le violoniste et chef amĂ©ricain traverse tout le XXè, recueillant les souffrances de ses contemporains telles des sources de dĂ©passements fraternels majeurs, rĂ©vĂ©lant pour tous combien la musique est ce baume au coeur, ce medium permettant de vaincre la violence et la barbarie par une remise en ordre, en harmonie de la sociĂ©tĂ© humaine.

Comme Rostropovitch, le travail artistique de Menuhin est surtout un engagement pour l’humanitĂ©. Jouer c’est penser, communiquer, exprimer avec l’autre. Souffrir et grandir avec lui. De son enfance Ă  l’âge adulte, Menuhin a su conserver son innocence et son espĂ©rance intactes. Une acuitĂ© qui relève de l’omniscience comme un gardien de la puretĂ© pourtant Ă©prouvĂ©e (par les guerres et les atrocitĂ©s de la barbarie environnante).

PACIFICATEUR pour le grand pardon. Le jeune homme tolĂ©rant, apĂ´tre de la rĂ©conciliation, sut rĂ©gĂ©nĂ©rer le dernier Bartok auquel il commandait la Sonate pour violon, dernier sommet d’un crĂ©ateur accablĂ©, usĂ© ; de mĂŞme, il sut dĂ©fendre le vieux Furtwängler, suspectĂ© de connivence passive avec le nazisme : Menuhin lui apporta un soutien indĂ©fectible pour sa dĂ©nazification (Berlin, septembre 1947). Dans l’adversitĂ©, les hommes sont touts frères, se soutenant, s’Ă©paulant, se comprenant : une vision humaniste et rĂ©solument pacifique que tend Ă  affirmer et transmettre le chef Daniel Barenboim vis Ă  vis du conflit Israelo-Palestinien… C’est pourquoi dans tous les fronts oĂą Menuhin s’affirma, il faut voire et le musicien et l’homme sublime, Ă©blouissant littĂ©ralement par sa hauteur de vue et sa discipline morale. Le violon compassionnel de Yehudi Menuhin se distingue entre tous : il a souffert avec tous, quand tous aujourd’hui veulent briller individuellement en se rĂ©clamant de sa figure.

Il faut Ă©couter le violoniste sage, humaniste soucieux du sens comme du salut, dans Bach et Mozart, mais aussi comme chambriste (avec Kempff dans Beethoven) surtout pilier rayonnant d’une mĂ©canique familiale, jouant avec son fils Jeremy et sa soeur cadette Hephzibah, sa cadette, aussi voire plus musicienne encore que lui… A tout un chacun, Yehudi Menuhin aura dĂ©voilĂ© la force spirituelle de la musique pour le bienfaits des hommes, pour l’Ă©volution heureuse de nos sociĂ©tĂ©s.

PEDAGOGUE. Son activitĂ© altruiste se concrĂ©tise entre autres en Angleterre oĂą il fonde l’Ecole Menuhin Ă  Cobham (Surrey, en 1962), puis en Suisse Ă  Gstaad (il est devenu citoyen suisse en 1970) dont l’actuel Festival souhaite perpĂ©tuer sa conception de la musique, entre dĂ©passement artistique et engagement humaniste. En 1994, le violoniste anobli par la Reine (1993), crĂ©e le programme MUSE, cycle d’Ă©ducation artistique pour les enfants pour prĂ©venir les effets de la violence et du racisme comme de tous les extrĂŞmismes. Donner une voix Ă  ceux qui en sont privĂ©s, rĂ©duire l’exclusion, favoriser l’entente et le partage grâce Ă  l’art et Ă  la musique…

En gĂ©nĂ©ral, ses concerts d’après guerre, après la douleur et la compassion des temps de guerre, sont les meilleurs de sa carrière de rĂ©citaliste ; ainsi les programmes Beethoven Brahms, Mendelssohn des annĂ©es 1950, certains sujets d’enregistrements, sont-ils particulièrement vĂ©nĂ©rĂ©s. Ouvert, tolĂ©rant, curieux, ayant comme Bernstein le goĂ»t des autres, Menuhin expĂ©rimente de nouvelles orientations musicales au grĂ© de ses rencontres ; deux seront marquantes, parce qu’elles lui apportent le bĂ©nĂ©fice d’un Ă©lĂ©ment jusque lĂ  Ă©tranger Ă  son art (dĂ©jĂ  grand) mais si essentiel pour l’harmonie de son âme artistique : l’improvisation. ExpĂ©rience vĂ©cue et approfondie ainsi avec les instrumentistes Ravi Shankar et le violoniste Stephane Grappelli dont les concerts ensemble dans les annĂ©es 1980 marquent un nouvel accomplissement du mĂ©tier et de l’approche musicale et humaine.

Bilan des éditions spéciales 2016 (celles que nous avons reçues) :

 

menuhin yehudi violon rca classical victor 6 cd review presentation classiquenews compte rendu critique CLASSIQUENEWSYehudi Menuhin : the complete american Victor recordings : 6 enregistrement des dĂ©buts 1929 – 1952 — 6 cd RCA red seal / Sony classical (dont le Concerto de Bruch 1945 et 1951 respectivement avec Pierre Monteux puis Charles Munch ; sans compter l’Ă©blouissant tĂ©moignage Bartok : Concerto pour violon et Sonate avec Antal Dorati et le pianiste Adolph Baller en 1947 et 1949).

menuhin yehudi le violon du siecle 3 cd review compte rendu classiquenews review presentation centenaire MenuhinCoffret Yehudi Menuhin : le violon du siècle (pour reprendre le titre du docu de Monsaingeon) : aperçu de l’art du violoniste amĂ©ricain comme concerttiste dans Bach, Vivaldi (les Quatre saisons), Viotti, Beethoven, Mendelssohn, Tchaikovski, Brahms, Paganini ; comme chambriste (Beethoven, Brahms, Schubert, Mozart, Bach, Franck, FaurĂ© … 3 cd Warner classics