le JOA Jeune Orchestre de l’Abbaye en tournée

JOA.Haydn,Mozart. Tournée : 19,20,21 mars 2014. La Rochelle, Saintes, Paris : Le Jeune Orchestre de l’Abbaye de Saintes réalise une nouvelle tournée dans un programme alliant élégance symphonique et esthétique des Lumières. Giuliano Carmignola retrouve le Jeune Orchestre de l’Abbaye aux Dames (ancien Jeune Orchestre atlantique) lors d’un programme conçu autour du classicisme viennois. Mozart, Haydn incarnent ce bouillonnement expérimental qui sur le plan musical fait de Vienne à l’époque des lumières un foyer de réalisations concertantes et orchestrales parmi les plus inventifs d’Europe …

JOA 700 Les jeunes musiciens qui présentent ainsi l’aboutissement des séances de formation professionnelle recueillent galvanisés par son expérience de soliste,  les conseils du violonistes italien Giuliano Carmignola qui a déjà coopéré avec la phalange, l’une des plus passionnante à suivre parmi les orchestres de jeunes musiciens jouant sur instruments d’époque. Pendant leur apprentissage à l’Abbaye aux dames où l’orchestre a sa résidence,  les musiciens y apprennent la subtilité de l’approche historiquement informée, au cours d’un cycle de sessions de travail où ils se retrouvent entre professionnels, avant de présenter le résultat de leur effort devant le public.  L’ expérience pédagogique et le partage avec le public au sein d’une tournée grand public font donc partie de l’apprentissage de l’orchestre ce est d’ailleurs un fonctionnement  qui a montré sa valeur

 Symphonisme viennois

Le programme. Les cordes,  le violon notamment, sont à l’honneur avec la présence du soliste Jean-Philippe Vasseur (alto de l’Orchestre des Champs-Elysées).

La Symphonie concertante pour violon et alto de Mozart et la Symphonie n°49 «  La Passione «  de Haydn synthétise le raffinement et l’inventivité de la langue orchestrale à l’époque des Lumières.

Wolfgang Amadeus Mozart
Symphonie concertante pour violon et alto

Joseph Haydn
Symphonie n°49  » La Passione «
Concerto pour violon et orchestre en Do Majeur

JOA, Jeune Orchestre de l’Abbaye aux Dames
Giuliano Carmignola, violon et direction
Jean-Philippe Vasseur, alto

Giuliano Carmignola Jean-Philippe Vasseur, alto
Jeune Orchestre de l’Abbaye aux Dames

Tournée JOA mars 2014

Mercredi 19 mars 2014, 20h30
La Coursive РSc̬ne nationale de La Rochelle
Acheter des places

Jeudi 20 mars 2014, 20h30
Saintes, Abbaye aux Dames

Vendredi 21 mars 2014, 20h
Paris, Invalides, Salle Turenne

Réservations, informations

Le programme propose au côtés du Concerto pour violon d’une tendresse énivrée et sincère (si emblématique de l’effusion d’un Haydn jamais démonstratif), une facette plus rare de Haydn, ordinairement enjoué et facétieux : sa gravité  émue comme en témoigne sa Symphonie La Passion de 1768, puis la Symphonie Concertante de Mozart, écrite 10 ans plus tard, Å“uvre de synthèse entre l’élégance galante et virtuose  parisienne et le développement nouveau de l’orchestre germanique (fruit de ses relations avec l’orchestre de Mannheim). Le Haydn des années 1760 et le Mozart, ultime des années 1780 incarnent une manière de perfection symphonique, terreau particulièrement formateur pour les jeunes instrumentistes du JOA.

Haydn 1768
haydn_joseph_aristoIntitulée La Passion, la Symphonie n°49 en fa mineur de Joseph Haydn date de l’année 1768. Ecrite au moment de la Semaine Sainte, c’est, légende ou non, l’une des partitions les plus sombres du Viennois, lui-même père de la Symphonie et du Quatuor à cordes. Jamais la musique pure n’aura en si peu de temps et sous l’impulsion d’un génie musicien, accomplit autant de miracles formels. Seul le trio du Menuet est en majeur.
Tonalité de l’intériorité voire de la douleur secrète, le fa mineur est pour Haydn ce que sera l’ut mineur pour Beethoven ou le sol mineur pour Mozart : un climat de sincérité grave. L’Adagio sombre du début laisse la place à un Allegro di molto au caractère Sturm und Drang. Suit le Menuet qui touche au fond du désespoir contrastant avec le Trio en fa majeur d’une lumière reconquise par hautbois et cors mais si brièvement..

Mozart 1779
MOZART_Opera_portrait_profilEcrite pour violon et alto avec accompagnement d’un orchestre de cordes comprenant 2 hautbois et 2 cors, la Symphonie concertante de Mozart en mi bémol majeur K 364 dévoile la maturité éblouissante de Wolfgang dans l’écriture symphonique au moment de la création de la Messe du Couronnement (1779).
Sa très haute virtuosité qui ne sacrifie jamais le raffinement ni la subtilité de la forme concertante est liée certainement aux musiciens chevronnés pour lesquels Mozart destinait sa partition : le violoniste Fränzl et les instrumentistes de l’Orchestre de Mannheim.

Toujours en quête d’excellence et de raffinement expérimental, Mozart délaisse ses investigations sous influence parisienne propres à l’année 1778, et revient en 1779, à l’approfondissement de l’esthétique léguée par Mannheim. Esprit de synthèse, Il élabore désormais une écriture orchestrale originale qui le mène aux grandes réalisations symphoniques de la pleine maturité, celle des années 1780. Ici, l’écriture concertante développée par la mondanité parisienne (qui favorise aussi la beauté et la diversité des mélodies) dépasse son cadre galant et gagne une nouvelle ampleur symphonique sachant exploiter toute les ressources instrumentales selon l’ambition des compositeurs germaniques.  Frivolité parisienne, expérimentation et souffle orchestral germaniques sont subtilement combinés en une partition superbement aboutie.
Plan : Allegro maestoso, Andantino, Presto.

Abbaye aux Dames,
la cité musicale, Saintes
11, place de l’Abbaye,
CS 30125, 17104 Saintes Cedex

Téléphone : +33 (0)5 46 97 48 48
Fax : +33 (0)5 46 97 48 40
info@abbayeauxdames.org