COMPTE-RENDU, opéra. ANVERS, le 8 fév 2019. Hindemith : Cardillac.  Dmitri Jurowski / Guy Joostens

Compte-rendu, opĂ©ra. Anvers, OpĂ©ra flamand, le 8 fĂ©vrier 2019. Hindemith : Cardillac. Dmitri Jurowski / Guy Joostens. AttachĂ© Ă  l’OpĂ©ra des Flandres depuis le dĂ©but des annĂ©es 1990, le metteur en scĂšne Guy Joosten vient d’annoncer que la prĂ©sente production de Cardillac serait sa derniĂšre proposĂ©e dans la grande institution belge. Gageons cependant qu’il sera encore possible de revoir certaines de ses productions emblĂ©matiques (notamment ses trĂšs rĂ©ussies Noces de Figaro en 2015 http://www.classiquenews.com/compte-rendu-opera-gand-opera-le-18-juin-2015-wolgang-amadeus-mozart-le-nozze-di-figaro-david-bizic-levenet-molnar-julia-kleiter-julia-westendorp-renata-pokupic-kathleen-wilkinson-peter/) à l’occasion de reprises bienvenues. En attendant, le metteur en scĂšne flamand s’attaque Ă  Cardillac (1926), tout premier opĂ©ra d’envergure de Hindemith aprĂšs ses premiers essais en un acte, notamment Sancta Susanna en 1922 (entendu notamment Ă  Lyon en 2012).

  

 

carillac-vlaanderen-opera-flandres-jossten-critique-opera-classiquenews-annonce-opera-actualites-opera-musique-classique

 

 

AprĂšs la mise en scĂšne Ă©lĂ©gante de Cardillac donnĂ©e Ă  l’OpĂ©ra de Paris en 2005 et reprise en 2008, oĂč AndrĂ© Engel donnait au hĂ©ros des allures de gentleman cambrioleur (voir ici le documentaire « DĂ©couvrir un opĂ©ra » consacrĂ© Ă  Cardillac en 2007 http://www.classiquenews.com/paul-hindemith-cardillac-1926arte-le-17-fevrier-2007-a-22h30), Guy Joostens s’intĂ©resse Ă  la figure de l’artiste dans sa folie crĂ©atrice : on dĂ©couvre ainsi un Cardillac qui joue une sorte de Monsieur Loyal envers et contre tous, manifestement grisĂ© par la reconnaissance enfin acquise auprĂšs du peuple unanime en dĂ©but d’ouvrage. La transposition dans les annĂ©es 1920 est une rĂ©ussite visuelle constante, avec une utilisation discrĂšte mais pertinente de la vidĂ©o dans les images de la foule en noir et blanc (on pense immĂ©diatement aux grands cinĂ©astes de l’époque tel que Fritz Lang), le tout en une scĂ©nographie Ă©purĂ©e qui met en avant de splendides Ă©clairage aux tons mordorĂ©s, sans oublier l’ajout d’élĂ©ments grotesques dans l’esprit de George Grosz : cette derniĂšre idĂ©e est particuliĂšrement dĂ©cisive pour figurer un Cardillac psychologiquement atteint, mais toujours flamboyant dans son irrationalitĂ© apparente. Les quelques accessoires rĂ©vĂ©lĂ©s viennent toujours finement soutenir le propos, tels ces coussins dorĂ©s en forme de boyaux qui suggĂšrent Ă  la fois les mĂ©faits de l’assassin passĂ© et Ă  venir, tout autant qu’un Ă©cho Ă  la folie matĂ©rialiste du Gripsou qui sommeille en lui.

 

 

cardillac-opera-flandres-vlaanderen-opera-ballet-critique-opera-classiquenews-musique-classique-actualites-infos 

 

Face Ă  cette belle rĂ©ussite, quel dommage que la direction terne et sans esprit de Dmitri Jurowski ne vienne gĂącher la fĂȘte pendant toute la soirĂ©e : pourtant spĂ©cialiste de ce rĂ©pertoire, le chef allemand se contente de battre la mesure en des tempi allants qui refusent respirations et variations, au profit d’une lecture qui privilĂ©gie rĂ©solument la musique pure. C’est d’autant plus regrettable que l’Orchestre de l’OpĂ©ra des Flandres se montre Ă  la hauteur, mais ne peut rien face Ă  cette battue indiffĂ©rente Ă  toute progression dramatique, dont seuls les passages apaisĂ©s permettent aux chanteurs de se distinguer quelque peu.

Ainsi du formidable Cardillac de Simon Neal, trĂšs investi dans l’exigeant parlĂ©-chantĂ© (sprechgesang), et ce au moyen d’une Ă©mission puissante mais toujours prĂ©cise. A ses cĂŽtĂ©s, Betsy Horne (La fille de Cardillac) n’est pas en reste, mĂȘme si on lui prĂ©fĂšre plus encore la vibrante Theresa Kronthaler (La Dame), par ailleurs excellente actrice. Si on aurait aimĂ© un Sam Furness davantage affirmĂ© dans son rĂŽle de Cavalier, aux aigus parfois serrĂ©s, Ferdinand von Bothmer (L’Officier) convainc davantage avec son timbre clair. Enfin, Donald Thomson (Le Marchand d’or) se distingue dans son court rĂŽle par ses phrasĂ©s souples et parfaitement projetĂ©s, tout autant qu’un superlatif choeur de l’OpĂ©ra des Flandres, une fois encore admirable de cohĂ©sion dans chacune de ses interventions.

 

 

cardillanc-hindemith-opera-critique-classiquenews-annonce-critique-opera-classiquenews

  

 

 

________________________________________________________________________________________________

Compte-rendu, opĂ©ra. Anvers, OpĂ©ra flamand / OPERA BALLET VLAANDEREN, le 8 fĂ©vrier 2019. Hindemith : Cardillac. Simon Neal (Cardillac), Betsy Horne (Die Tochter), Ferdinand von Bothmer (Der Offizier), Theresa Kronthaler (Die Dame), Sam Furness (Der Kavalier), Donald Thomson (Der GoldhĂ€ndler). Orchestre et chƓurs de l’OpĂ©ra des Flandres, direction musicale, Dmitri Jurowski / mise en scĂšne, Guy Joostens / A l’affiche de l’OpĂ©ra des Flandres, Ă  Anvers jusqu’au 12 fĂ©vrier 2019 et Ă  Gand du 21 fĂ©vrier au 3 mars 2019

Illustrations : A. Augustijns / Opéra des Flandres / OPERA BALLET VLAANDEREN fev 2019