LIVRE événement, annonce. William Christie. Cultiver l’émotion, Entretiens avec Emmanuel Resche-Caserta (Actes Sud)

CHRISTIE william Bill arts florissants cultiver emotion entretiens actes sud critique annonce classiquenews 9782330154332LIVRE événement, annonce. William Christie. Cultiver l’émotion : Entretiens avec Emmanuel Resche-Caserta (Actes Sud) – Fort d’une carrière exceptionnelle, d’une longévité et d’une constance rares, le chef et claveciniste William Christie, “Bill” pour ceux qui ont le privilège de le côtoyer et de travailler sous sa direction, se livre dans ce nouveaux cycles d’entretiens avec la pudeur, la sensibilité, la culture et l’intelligence qu’on lui connaît. En cultivant l’émotion comme les fleurs et les massifs de son jardin de Thiré en Vendée, Bill le magicien se raconte sans fard mais avec l’élégance des grands. Ayant pour interlocuteur le violon solo de son ensemble Les Arts Florissants, le chef évoque surtout des souvenirs artistiques et plusieurs séquences qui ont trait avec le répertoire et les œuvres travaillés [souvent révélés].
On y retrouve les traces d’un terreau sensible expliquant la vocation d’un jeune américain installé en France dès 1971, devenu passionné entre autres par le premier baroque français. L’influence de Ralph Kirkpatrick [et ses conférences en allemand, italien, français... selon les partitions expliquées] ; on y détecte ce goût si particulier pour le verbe, le mot autant que la note… Une attention linguistique qui porte tout son projet artistique et musical servant autant l’intelligibilité du texte que l’éloquence et la souplesse de la musique. Ainsi se précise une intelligence fine devenue exemplaire dans l’articulation, la caractérisation, l’incarnation… Autant de qualités qui fondent l’excellence des Arts Florissants sous son contrôle, depuis plus de 40 ans aujourd’hui.
À l’heure que certains disent de la retraite, Bill cultive certes l’émotion en partage ; surtout la transmission car il ne faudrait pas perdre l’acquis ni la pratique ainsi portés, cultivés, ciselés depuis des décennies. Autant dire que l’interessé a de l’énergie à revendre et en un sourire final qui en dit long, la claire intention de poursuivre encore et toujours ; maintenir ce geste artistique dont il est le seul à détenir le secret. Et si l’on consulte les prochaines saisons des Arts Florissants, la diversité rayonne, la curiosité et le défrichement se confirment, avec comme éthique fédératrice la discipline perfectionniste dans le plaisir du travail et de l’écoute collectifs. Longue vie à l’immortel Bill !

William CHRISTIE / entretiens avec Emmanuel RESCHE-CASTERA
ACTES SUD – parution : septembre, 2021 – 10.00 x 19.00 cm – 144 pages – ISBN : 978-2-330-15433-2 – Prix indicatif : 19€
https://www.actes-sud.fr/catalogue/william-christie-cultiver-lemotion

Jephté de Montéclair en direct (MUPA, Budapest)

 György Vashegyi : le Baroque Français au sommetMUPA, BUDAPEST, en direct sur internet. Lun 11 mars 2019, 19h (MUPA Budapest). MONTECLAIR : Jephté. György VASHEGYI, direction. Le chef hongrois György Vashegyi recrée Jephté, chef-d’œuvre de Michel Pignolet de Montéclair, unique exemple de tragédie composée sur un sujet biblique en France aux XVIIe et XVIIIe siècles. MONTECLAIR (Michel Pignolet de Montéclair : 1667 – 1737) fait le lien entre les derniers feux du règne de Louis XIV et l’esprit de la régence. C’est le maillon qui manquait à notre connaissance entre la pompe de Lully et le génie symphonique de Rameau. Pignolet devenu Monteclair à partir de son installation à Paris (1687) entend s’affirmer dans le milieu musical : il rentre au service de Charles Henri de Lorraine, (Prince de Vaudémont), gouverneur du Milanais qu’il accompagne jusqu’à Milan, assimilant les dernières trouvailles des auteurs italiens à la mode (1690-1699). D’Italie, il rapporte jusque dans l’orchestre de l’Académie royale, la maîtrise de la basse de violon (contrebasse). Il assoit sa réputation de grand pédagogue, auprès entre autres de la fille de François Couperin (Margerite-Antoinette), écrit une méthode de violon, surtout attaque Rameau à coup de lettres et de conférences sur la musique (publiées dans le Mercure, 1729). Simultanément, le génie de Montéclair éclate dans sa musique de chambre, contemporaine de celle prisée par Louis XIV (trios de Marais et de De la Barre) : l’éloquence dans la langueur, qu’affectionne le Souverain, s’épanouit alors. L’époque sera bientôt au saturnisme d’un Watteau, mélancolique, dépressif… mais d’une très intense vie intérieure. Doué lui aussi de profondeur et d’un raffinement naturel, Montéclair transpose nombre d’airs lyriques à la mode pour flûte et violon, autant de recueils destinés au salon. Grand admirateur des Concerts Royaux (1714), Pignolet est comme Couperin, pour la fusion des styles français et italien.
Aux côtés de cantates françaises (3 Livres : 1709, 1716, 1728), Montéclair tout en s’opposant à Rameau, le préfigure par sa verve et sa noblesse. Après l’opéra-ballet Les Fêtes de l’été (1716), Montéclair livre son chef d’oeuvre, Jephté, opéra biblique créé en 1732 (livret de l’abbé Pellegrin), un an avant Hippolyte et Aricie de Rameau (premier opéra scandaleux de 1733).

monteclair watteau jephte opera review critique opera classiquenewsMéticuleux jusque dans les moindres détails, Montéclair fait paraître coup sur coup trois éditions de son ouvrage, abondamment corrigé et considérablement transformé. A Budapest, le chef passionné par le Baroque Français György Vashegyi (comme Nicholas McGegan en Californie) dirige une recréation  prometteuse, attendue : nouvel accomplissement à mettre au crédit du chef hongrois, le chef le plus baroque de l’heure. C’est qu’à l’articulation flexible et ronde de sa direction, il ajoute la maîtrise dans l’architecture et le souci de l’intelligibilité des chœurs, un goût sûr dans la caractérisation des épisodes purement instrumentaux. Pour les voix c’est une autre affaire : mais il est vrai, même en France, l’école du chant baroque n’existe plus, et l’on préfère souvent l’ampleur des portes voix à l’articulation intelligible du texte. La leçon de William Christie (qui a signé la première mondiale au disque de Jephté) ou de Jean-Claude Malgoire semble perdue : on ne comprend plus aujourd’hui ce que chante les chanteurs… qui sont en majorité … français. 
Saluons cependant cette production nouvelle d’un sommet biblique du Baroque Français au début des années 1730 et avant le Rameau lyrique. Car l’orchestre de Montéclair est de plus passionnants.
vashegyi-gyorgy-indes-galates-rameau-cd-critique-582-594On doit déjà à György Vashegyi, la recréation et l’enregistrement des Fêtes de Polymnie (2015), de Naïs (2018) et d’Hypermnestre (à venir en septembre 2019), Grands Motets de Rameau, de d’Isbé de Mondonville (2016 et 2017). Les Indes Galantes du même Rameau sont publiés en mars 2019 : prochaine critique à venir dans le mag cd dvd livres de CLASSIQUENEWS.

 

 

Illustrations : le maestro hongrois, fervent défenseur du Baroque Français, György Vashegyi (DR)

________________________________________________________________________________________________

En direct sur le site du MUPA, BUDAPEST, le 11 mars 2019 à 7:00 pm / 19h
https://www.mupa.hu/en/media/mupa-live-webcast

 

 

 

 

György Vashegyi, direction musicale
Tassis Christoyannis, Jephté
Chantal Santon-Jeffery, Iphise
Judith Van Wanroij, la Vérité, Almasie
Thomas Dolié, Phinée
Zachary Wilder, Ammon
Katia Velletaz, Terpsichore, Vénus, une Habitante, une Israëlite, Élise, une Bergère
David Witczak, Apollon, Abner, un Habitant
Clément Debieuvre, Abdon, un Hébreu
Adriána Kalafszky, Polymnie

Purcell Choir
Orfeo Orchestra

3h15 avec entracte