COMPTE-RENDU, opéra. Opéra de Nice, e-diffusion du 20 nov 2020. GLASS : Akhnaten. Di Falco, Ciofi… Lucinda Childs / Warynski (session enregistrée in situ le 1er nov 2020).

glass-akhnaten-philip-GLASS-opera-on-line-opera-de-nice-classiquenews-annonce-critique-operaCOMPTE-RENDU, opĂ©ra. OpĂ©ra de Nice, e-diffusion du 20 nov 2020. GLASS : Akhnaten. Di Falco, Ciofi… Lucinda Childs / Warynski (session enregistrĂ©e in situ le 1er nov 2020). L’OpĂ©ra de Nice multiplie les initiatives et malgrĂ© l’Ă©pidĂ©mie de la covid 19, permet Ă  tous de dĂ©couvrir le premier opĂ©ra Ă  l’affiche de sa nouvelle saison lyrique. Une e-diffusion salutaire et exemplaire… Danses hypnotiques de Lucinda Childs, gradation harmonique par paliers, vagues extatiques et rĂ©pĂ©titives de Philip Glass, Akhnaten (1984) est un opĂ©ra saisissant, surtout dans cette rĂ©alisation validĂ©e, pilotĂ©e (mise en scène et chorĂ©graphie) par Lucinda Childs, par visio confĂ©rences depuis New York. Les cordes produisant de puissants ostinatos semblent recomposer le temps lui-mĂŞme, soulignant la force d’un drame Ă  l’échelle de l’histoire. Les crĂ©ations vidĂ©o expriment ce vortex spatial et temporel dont la musique marque les paliers progressifs. Peu d’actions en vĂ©ritĂ©, mais une succession de tableaux souvent statiques qui amplifient la tension ou l’intensitĂ© poĂ©tique des situations.

La nouvelle production de l’Opéra de Nice, qui lance ainsi sa nouvelle saison 2020 2021, répond aux attentes, plongeant dans l’éternelle fascination que convoque le règne de l’hérésiarque Akhnaten / Akhenaton, pharaon de la XVIIIè dynastie, fils du conquérant Aménophis III, qui osa réformer la religion traditionnelle, supprimer par là même le clergé d’Amon… instaurer un nouvel ordre politico spirituel monothéiste.
Le texte est Ă©maillĂ© des paroles historiques d’Akhetaton : « Il pleut des Ă©toiles, les constellations vacillent, les doubles portes de l’horizon sont ouvertes… »,  dans le Prologue, Lucinda Childs fixe le cadre. Son visage paraĂ®t Ă  l’écran (incarnant Amenhotep) ; la collaboratrice de Glass dĂ©clame avec la fermetĂ© d’une sibylle – prophĂ©tesse, comme la voix d’un oracle. CĂ©lĂ©brant la figure admirable du Pharaon illuminĂ©, « Il n’appartient pas Ă  ce monde, il bat des ailes comme zeret… ».

Toujours sur des formules mélodiques et rythmiques (double batterie) répétées à l’infini, la musique de Glass convient à une évocation fervente, comme un rituel qui se réalise d’une séquence à l’autre. Le son de Glass a cette faculté de distendre le temps, élargir la conscience, le temps du déroulement musical. L’action qui en découle relève du rite ; dans l’économie des attitudes et des postures, l’ouvrage fait références aux mystères, à l’accomplissement de raccourcis spirituels et mystiques, sans s’intéreser vraiment fouiller au fil psychologique des personnages. Il en découle une sorte d’oratorio lyrique, aux scansions déclamées par le choeur, par l’orchestre, aux tableaux puissants, ératiques et solennels : ainsi au début, la pesée de l’âme d’Akhnaten, où se joue le salut du Pharaon, dont l’âme est évaluée selon le poids de Maât, sa plume fatidique. L’opéra commence par la sentence accordée par les dieux au Pharaon hérésiarque, en une scansion progressive jusqu’à la transe collective.

 

 

Entre oratorio choral et opéra extatique,
l’opéra de Glass, Akhnaten glorifie la figure du Roi hérésiarque, ivre de Rê…

 

 

glass-opera-akhnaten-opera-de-nice-critique-opera-classiquenews-critique-opera-nice-classiquenews-glass-akhnaten-akhenaton

 

  Fabrice Di Falco (Akhnaten) DR

 

 

Le prologue s’inscrit comme le procès du souverain blasphémateur :  « Vis ta vie, tu ne mourras pas» : et l’on en déduit que Akhnaten vivra des siècles et des siècles. Son nom a jamais vivant. Immortalisé. La musique rétablit le charisme d’un souverain mystique. Elle exprime l’écoulement irréversible de ce temps historique que l’alliage des instruments renforce encore par des couleurs sombres et cuivrées. La texture orchestrale traduit la fermeté d’une conviction religieuse chevillée au corps. La danse pour sa part, autre élément important du déploiement visuel, reprend ses droits en un perpetuum mobile fluide et aérien, en particulier après le décret de la fondation de la cité d’Akhetaton.

Peu à peu se précise le Pharaon miraculé après le voyage mortel, son nom couronné éternel, unificateur, fils de Rê, puissant taureau, faucon d’or, le divin de Thèbes …finalement, l’opéra de Glass réhabilite le fou de Rê (« Seigneur de joie, forme couronnée, la double couronne est posée sur ton front ») en lui insufflant une force d’évocation qu’exprime la brillance de l’orchestration (flûte, bassons… dans le tableau des 3 prêtres). Le spectacle se déroule comme une célébration de la toute puissance de Pharaon (« Salut à toi qui es en paix ! »).

Passée la première demi-heure, Glass imagine les premiers épisodes solistes : Akhnaten idéalement incarné par le contre ténor Fabrice Di Falco (timbre clair et tendu comme un trompette fragile, enivrée) dialogue avec son épouse Nefertiti (sombre chant de l’alto Julie Robard-Gendre) ; puis se joint au duo pharaonique, la Reine Tye (Patricia Ciofi, de son véritable nom Tiyi) ; soit 3 entités qui célèbrent le souffle créateur de Rê.

GLASS-AKHNATEN-akhenaton-opera-de-nice-critique-opera-classiquenews-novembre-decembre-2020

 

Julie Robard-Gendre (Nefertiti) et Fabrice Di Falco (Akhnaten) DR

 
 

 

L’action proprement dite est assurĂ©e par l’opposition des tableaux oĂą paraĂ®t le fou d’Aton et ceux du clergĂ© d’Amon, exhortant le dieu cachĂ© Ă  leur insuffler la rĂ©sistance Ă  Akhnaten. Ce dernier paraĂ®t toujours sur un immense disque d’or Ă  la fois, axe tournoyant qui donne le mouvement et miroir scintillant qui donne la lumière, support pour ses visions suprahumaines. Glass joue sur l’antagonisme entre adeptes de l’ancienne et de la nouvelle religion, produisant un opĂ©ra Ă  la tension mystique de plus en plus affirmĂ©e (quand Akhnaten affronte seul, puis est soutenu par la Reine Tye), une foule violente qui scande son refus de la nouvelle religion ; leurs onomatopĂ©es de plus en plus affirmĂ©es sont martelĂ©es jusqu’à la transe hystĂ©rique.
On est loin des reliefs amarniens qui célèbrent la douceur de la vie familiale de Akhenaton entourée de son épouse Nefertiti et de sa myriade de filles (séquence cependant réalisée à la fin de l’action, quand le monarque sourd aux menaces laisse son pays imploser…
Tout au long de la partition, les deux époux paraissent plutôt comme deux illuminés, habités par une foi inextinguible dont l’absolu est porté par un chant exacerbé de notes tenues, hautes, forte. Leurs corps, suspendus, dans des poses étirées comme au ralenti.
Après l’implosion du royaume, entre autres sous la menace extĂ©rieure (Hittites), le dernier tableau fait paraĂ®tre les 3 protagonistes atoniens : Pharaon et son Ă©pouse et la Reine Tye, comme pĂ©trifiĂ©s, au chant exacerbĂ© mais impuissant. Ainsi, Ă  travers les tableaux extatiques oĂą pharaon cĂ´toie ses sujets et la foule, quand il paraĂ®t seul dans un solo hallucinĂ© oĂą le roi-prĂŞtre chante la puissance miraculeuse d’Aton, c’est la question de la transmission et de la communication, de la foi et de la rĂ©vĂ©lation qui se pose ; si Akhnaten est convaincu par ses propres visions comment peut il en partager les vertiges Ă  ses semblables ? Seule Nefertiti (double du roi) semble convaincue, elle aussi traversĂ©e par l’Ă©nergie de RĂŞ.

En fosse, veillant à la motricité rythmique, aux paliers harmoniques, Léo Warynski soigne passages, accents, texture d’une écriture souvent dense dont le chef détaille la brillance des timbres instrumentaux (bois, vents, cuivres, cordes…) auxquels les voix collectives (chœur, trio…), apportent une incarnation puissante. Plus oratorio qu’opéra, l’ouvrage de Glass affirme ainsi une étonnante ferveur collective.

 

 

 

glass-akhnaten-opera-nice-critique-opera-classiquenews-di-falco-ciofi-akhenaton-tye-tiyi

 

  Patricia Ciofi (Tye) et Fabrice Di Falco (Akhnaten) DR

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

COMPTE-RENDU, opéra. Opéra de Nice, e-diffusion du 20 nov 2020. GLASS : Akhnaten. Di Falco, Ciofi… Lucinda Childs / Warynski (session enregistrée in situ le 1er nov 2020).

Philip GLASS : Akhnaten

Opéra en trois actes (avec prologue et épilogue)
Livret de Philip Glass, Shalom Goldman, Robert Israel, Richard Riddell
Création au Württembergisches Staatstheater de Stuttgart le 24 mars 1984

Nouvelle production
Dans le cadre du Festival du MANCA

Distribution
Direction musicale : LĂ©o Warynski
Mise en scène et chorégraphie : Lucinda Childs
Scénographie et costumes : Bruno De Lavenère
Lumières : David Debrinay
Vidéo : Étienne Guiol

Akhnaten : Fabrice Di Falco
Nefertiti : Julie Robard-Gendre
Reine Tye : Patrizia Ciofi
Horemhab : Joan MartĂ­n-Royo
Amon : Frédéric Diquero
Aye : Vincent Le Texier
Amenhotep (rôle parlé) : Lucinda Childs
Six filles d’Akhnaten : Karine Ohanyan, Rachel Duckett*, Mathilde Lemaire* Vassiliki Koltouki*, Annabella Ellis *, Aviva Manenti *

Avec la participation des danseurs du Pôle National Supérieur Danse Rosella Hightower
*Artistes du CALM, Centre Art Lyrique de la Méditerranée

 

 
 

 

OPERA DE NICE : GLASS, Akhnaten.

TEASER vidéo
https://www.youtube.com/watch?v=jZxSlNGd7To&list=PLMoJMIybJdBAIiRjiaqfM_U1DeAcAoBGh&index=2

 
 

 

 

________________________________________________________________________________________________

VOIR L’INTÉGRALE vidéo
https://www.youtube.com/watch?v=jSAOrULT-F4

 
 

TchaĂŻkovski : Le Lac des Cygnes (Noureev, 1984)

cygnes_lac_noureev_tchaikovskiARTE. TchaĂŻkovski: le Lac des cygnes, le 29 dĂ©cembre 2013, 16h55. AchevĂ©e en 1876, la partition du ballet Le Lac des Cygnes de Tchaikovski tĂ©moigne de la volontĂ© du compositeur de confĂ©rer au ballet, une ampleur et un raffinement symphonique. S’inspirant des compositeurs spĂ©cialisĂ©s comme Adam (Giselle), Delibes (Coppelia) dont il connaĂ®t le gĂ©nie mĂ©lodique, TchaĂŻkovski apporte un souffle Ă©pique et tragique inĂ©dit au ballet romantique.

 

 

Le premier ballet symphonique russe

 

 

noureev_lac_cygnes_rudolf_noureevLe Lac des cygnes est le premier ballet du musicien russe qui Ă©crira ensuite Casse Noisette et La Belle au bois dormant avec une cohĂ©rence renforcĂ©e. A l’Ă©poque du Lac, le chorĂ©graphe pressenti Julius Reisinger, plutĂ´t classique et conservateur, ne travaille pas avec le compositeur : il est mĂŞme dĂ©concertĂ© par la modernitĂ© de la partition, son ampleur et son trop grand raffinement orchestral. Sans ĂŞtre un Ă©chec, la crĂ©ation de 1877 au BolchoĂŻ, reste une humiliation pour Tcha¨kovski, certainement trop en attente.
Les reprises au dĂ©but des annĂ©es 1880 confirme l’impact du Lac auprès des spectateurs. Après la mort de Piotr Illiytch (1893), la nouvelle chorĂ©graphie signĂ©e Petipa (et son adjoint Ivanov) en 1895 apporte un nouveau souffle au premier ballet symphonique russe.

Noureev chorégraphe
Rêve-cauchemar entre fantastique et féerie

La version de Noureev conçue en 1984 pour l’OpĂ©ra de Paris souligne la caractère hautement tragique du ballet : l’impuissance du prince Siegfried, la malĂ©diction du magicien Rothbart contre Odette, emprisonnĂ©e dans son corps de cygne.  La figure noire d’Odile offre aussi un contrepoint très dramatique (solo, duos et trios au III) Ă  l’intrigue. Noureev imagine Siegfried, possĂ©dĂ© par ses rĂŞves et fantasmes oĂą l’idĂ©al fĂ©minin reste inaccessible. Seul, dĂ©truit, vaincu par Rothbart en fin d’action, Siegfried tend une main impuissante face au spectacle des deux amants rĂ©ellement rĂ©unis : Odile qui l’a trompĂ© et Rothbart qui s’Ă©lèvent, libĂ©rĂ©s, dans le ciel…
C’est l’une des lectures du ballet les plus cohĂ©rentes et les plus captivantes. Elle s’inscrit mĂŞme dans le drame intime du compositeur qui homosexuel dĂ©chirĂ© a voulu croire dans l’espoir d’un mariage vouĂ© Ă  l’Ă©chec. De fait, TchaĂŻkovski ne se remettra jamais rĂ©ellement de ses noces ratĂ©es qui dĂ©bouche sur une course aux abĂ®mes… Odile le cygne blanc incarne une union rĂŞvĂ©e qui lui est interdite. Et dans la vision de Noureev, le prince ne peut que finir fou en fin d’action. EpurĂ© des figures non efficaces, rĂ©Ă©crit en particulier pour les solos des figures masculines (Siegfried et Rothbart), Le Lac version Noureev raconte un rĂŞve (les 2 tableaux des 32 cygnes blancs sur le lac : deux tableaux blancs qui synthĂ©tisent la tradition des tableaux illusoires Ă  la fois fantastiques et fĂ©eriques, au I et au III), rĂŞve qui tourne au cauchemar et Ă  la folie. La figure du prince est fatalement passive et impuissante : c’est la confession pour TchaĂŻkovski de la fatalitĂ© Ă  laquelle il se soumet malgrĂ©. C’est la clĂ© tragique de toute son oeuvre, perceptible dans la dramaturgie de ses opĂ©ras (OnĂ©guine) et de ses Symphonies.
 
TchaĂŻkovski
Le lac des Cygnes
1877, version Noureev, 1984

Arte, dimanche 29 décembre 2013, 16h55
OpĂ©ra de Paris, 2011 avec JosĂ© Martinez, Karl Paquette, Agnès Letestu dans les rĂ´les de Siegfried, Rothbart, Odile/Odette…). La version diffusĂ©e par Arte ne rĂ©unit pas la meilleure distribution possible Ă  Paris : certes les trois solistes ne manquent pas d’Ă©lĂ©gance ni de technique mais la virtuositĂ© souvent froide et mĂ©canique de Martinez et de Letestu n’empĂŞchent pas un caractère dĂ©sincarnĂ© qui Ă´te Ă  la vision essentiellement passionnĂ©e et introspective de Noureev sa troublante attractivitĂ©. De toute Ă©vidence, on attend une distribution plus fulgurante.